En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 8 heures 24 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 10 heures 27 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 11 heures 24 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 14 heures 24 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 17 heures 24 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 9 heures 10 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 10 heures 59 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 12 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 15 heures 8 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 17 heures 48 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Crise de nerf

De Fort-de-France à Paris, Christiane Taubira menacée par la colère grandissante des magistrats

Publié le 01 octobre 2015
Imperceptiblement, la situation se dégrade dans les tribunaux : manque d’effectifs et mal-être des personnels, aussi bien magistrats que fonctionnaires. Ajoutez à cela une surcharge de travail, conséquence d’un recrutement insuffisant, et la tension devient de plus en plus palpable. Le récent suicide d’un juge à Fort-de-France passé totalement sous silence accentue le malaise ambiant.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Imperceptiblement, la situation se dégrade dans les tribunaux : manque d’effectifs et mal-être des personnels, aussi bien magistrats que fonctionnaires. Ajoutez à cela une surcharge de travail, conséquence d’un recrutement insuffisant, et la tension devient de plus en plus palpable. Le récent suicide d’un juge à Fort-de-France passé totalement sous silence accentue le malaise ambiant.
  • Une magistrate s’est suicidée  il y a peu au Tribunal de grande instance de Fort-de-France.  Passé sous silence, ce décès tragique masquerait- il le réel malaise qui atteindrait la magistrature ?
  • Il règne à Fort-de-France une tension assez forte due à des effectifs pas assez nombreux, ce qui entraine un mécontentement tant du côté des magistrats que du côté des justiciables 
  • Ce malaise, qui existe aussi dans les juridictions de l’hexagone,  a été dénoncé récemment par la conférence des chefs de cour et des procureurs généraux

 

Dans la moiteur de l’été, elle a décidé de partir. Dans l’indifférence la plus totale. Et pourtant, c’est ainsi : Michelle B,*  juge  aux affaires familiales au Tribunal de grande instance de Fort-de-France (Martinique) s’est suicidée le 16 août dernier. Pour quelles raisons ? Problèmes professionnels ? Problèmes personnels ? Le suicide recèle toujours une part de mystère. Il oscille toujours entre le rationnel et l’irrationnel. Place Vendôme, le drame a été évoqué sans qu’on ne s’y attarde. La presse nationale n’en a pas parlé. La presse locale y a consacré quelques lignes. Du côté du Tribunal de Fort-de-France, plus d’un collègue de Michelle a été sonné. Bouleversé. Et peut-être guère surpris. L’atmosphère n’y est pas bonne. Beaucoup d’absents chez les magistrats et au greffe.  Les justiciables reçoivent les décisions avec retard. Bref, ce n’est pas le meilleur des mondes. Car les faits sont là. Têtus : les conditions de travail au Tribunal de Fort-de-France se dégradent à une vitesse grand V. On comprend pourquoi : sur un effectif de 20 magistrats, 6 postes n’étaient toujours pas pourvus au mois de septembre, contrairement aux promesses de la Garde des sceaux, Christiane Taubira. Chez les greffiers, le déficit est abyssal : sur un effectif théorique de 112 fonctionnaires du greffe, il en manque 19 à l’appel. La fin tragique de la magistrate  a un peu plus perturbé le fonctionnement du Tribunal.

Aussi, l’ensemble des juges de la juridiction se sont rebiffés il y a quelques jours : ils ont décidé de supprimer un cabinet t de juge aux affaires familiales, et de renvoyer systématiquement les audiences pénales, sauf pour les dossiers de détenus- qu’elles soient en formation collégiale ou composées d’un juge unique.  Enfin, preuve que la grogne à Fort-de-France est plus qu’un signe de mauvaise humeur : les magistrats  ont fait savoir qu’ils ne se proposeront plus pour siéger aux Assises… Pour faire bonne mesure, les magistrats réclament à la Chancellerie « l’affectation  de moyens humains supplémentaires, en urgence, afin d’apporter une réponse à la situation de souffrance au travail qui perdure au tribunal de grande Instance de Fort-de-France... » Le climat, la tension qui y règne par manque de personnel a de quoi inquiéter. Ce n’est sans doute pas un hasard si dix jours après le décès de la juge aux affaires familiales de Fort-de-France, la conférence nationale des chefs de cour et des procureurs généraux lançait une mise en garde à Christiane Taubira au sujet du manque d’effectifs dans les juridictions dans une lettre de deux pages dont Atlantico a pris connaissance. 

D’emblée, la missive annonce la couleur, de façon courtoise, mais ferme : « Cette situation [ le manque d’effectifs] trouve sa cause dans la diffusion trop tardive des projets de nomination des magistrats du siège et dans la coordination insuffisante avec le conseil supérieur de la magistrature (CSM), autorité de proposition des nomination des présidents de juridiction et magistrats du siège de la cour de cassation. » Puis, les auteurs de la lettre déplorent : « L’organisation des services pour la rentrée de septembre 2015 a été très fortement perturbée par cette absence de prévisibilité des effectifs de magistrats disponibles dans les juridictions à cette date, à laquelle s’est ajoutée celles des fonctionnaires, dont les affectations en sortie d’école ont également été connues très tardivement. »  Aussi n’est-il guère surprenant, précisent les auteurs de la missive, « que l’audiencement des affaires pour le mois de septembre sera fortement perturbé  et générera des renvois en nombre, source de mécontentement légitime des justiciables mais aussi des magistrats  et fonctionnaires en raison de la désorganisation et de la surcharge ainsi créées. »  

Enfin, les rédacteurs critiquent la lenteur prise par la Chancellerie à informer les magistrats sur  leur future affectation,  certains d’entre eux n’étant au courant de rien jusqu’au  milieu du mois de juillet. Le résultat est catastrophique : «  [les magistrats] se voient empêcher d’effectuer  les démarches personnelles indispensables :   déménagement, y compris pour certains, Outre-mer, inscription des enfants dans les établissements scolaires, recherche de logement… mais aussi de disposer du temps nécessaire à la mise à jour de leur service et à l’inscription à des formations au changement de fonction. Il s’en est suivi un état de stress et un sentiment de manque de considération que les chefs de juridiction ont tenté de juguler. »  A lire ces deux pages, on reste un peu estomaqué. Comme si rien depuis des années n’avait été entrepris  dans la magistrature. Pourtant, depuis le 6 juin 2001, une circulaire signée de la garde des Sceaux, Marylise Lebranchu demande qu’aucune audience ne dure plus de 6 heures… Un vœu pieux ? En tout cas, il  n’est pas rare que des audiences se prolongent tard dans la soirée. Il y a peu, lors du procès de l’ancien maire de Clamart, le tribunal de Nanterre a siégé jusqu’à minuit.


De fait, c’est vrai qu’une certaine désespérance envahit peu à peu nos juges, si souvent critiqués, voire moqués par une opinion souvent ignorante du métier de magistrat et prompte à clouer au pilori des juges qualifiés tantôt  de gauchistes, de suppôts du pouvoir,  ou de laxistes… Cette opinion sait-elle qu’il manque dans notre pays plus de 500 postes de magistrats comme l’a rappelé à plusieurs reprises l’Union syndicale des magistrats (USM) ? Il suffit de faire le tour des juridictions pour s’en convaincre. Coup d’œil sur le tribunal de grande instance d’Avignon. Selon le syndicat FO Magistrats, Il manque 4 juges sur un effectif normal de 27. C’est ainsi que le Tribunal ne compte plus que deux JAF (juge aux affaires familiales), le troisième ayant une délégation syndicale à temps complet ; de même un juge qui devait arriver dans la cité des papes, s’est désisté au dernier moment.   Une situation  intenable a fait savoir FO dans un courrier adressé au premier président de la Cour d’appel de Nîmes dont dépend le Tribunal d’Avignon. Le justiciable quant à lui, est perdu. Comment pourrait-il avoir confiance dans l’institution ? Songez par exemple qu’un dossier de divorce qui  est arrivé dans le cabinet du JAF en septembre 2015 ne sera  examiné qu’en mai 2016 ?                                                                                                     

  Non loin d’Avignon, au tribunal de grande instance de Carpentras, pas de quoi pavoiser : sur 14 postes de magistrats, deux ne sont pas pourvus. En remontant du côté de l’Ouest, au Tribunal de Grande instance de Rennes, c’est selon son président, 7 juges du siège qui sont manquants sur un effectif de 44. C’est ce que le président affirmait en tout cas  lors de l’audience solennelle de rentrée janvier 2015… Quant au tribunal des affaires de la sécurité sociale du ressort, il était au plus mal :  3 000 affaires étaient en instance de jugement.  Au Tribunal de grande instance de Coutances, lui aussi en sous-effectif, on a assisté en février dernier à quelque chose d’inédit : c’est un avocat  qui a fait fonction de juge, lors d’une audience correctionnelle…  

*Le nom et le prénom ont été changés

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 01/10/2015 - 13:45
Il est grand temps de lui faire justice
et de la bombarder au Conseil constitutionnel ! Elle continuera ses facéties, certes, mais le système népotique est bien installé à gauche !
zouk
- 01/10/2015 - 12:09
Justice
Quand donc ,notre Gouvernement remplacera-t-il Chr. Taubira par un(e) vrai(e) Garde des Sceaux, soucieux de sa fonction et non pas porte parole de toutes les dérives à la mode? Les magistrats sont gens modérés soucieux et de la sécurité et du bien public, on ne peut les surcharger de travail et de consignes de toutes les permissivités (il n'y en eut aucune à l'égard des opposants au mariage pour tous: les "veilleurs" par exemple.)
zouk
- 01/10/2015 - 12:05
Justice
Quand donc ,notre Gouvernement remplacera-t-il Chr. Taubira par un(e) vrai(e) Garde des Sceaux, soucieux de sa fonction et non pas porte parole de toutes les dérives à la mode?