En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 1 heure 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 2 heures 39 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 5 heures 46 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 10 heures 56 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 11 heures 37 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 2 heures 11 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 3 heures 5 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 7 heures 37 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 11 heures 52 min
© Reuters
Barbara Pompili quitte les Verts.
© Reuters
Barbara Pompili quitte les Verts.
Oraison

Barbara Pompili enfonce un dernier clou dans le cercueil d’Europe Écologie Les Verts : mais au fait, quel bilan concret pour le mouvement ?

Publié le 02 octobre 2015
Barbara Pompili a quitté Europe Écologie Les Verts mercredi 30 septembre. En cause : les accords avec le Front de gauche en vue des élections régionales. Cette défection s'inscrit dans une séquence difficile pour EELV, que Jean-Vincent Placé et François de Rugy ont aussi déserté il y a peu.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Pompili a quitté Europe Écologie Les Verts mercredi 30 septembre. En cause : les accords avec le Front de gauche en vue des élections régionales. Cette défection s'inscrit dans une séquence difficile pour EELV, que Jean-Vincent Placé et François de Rugy ont aussi déserté il y a peu.

Atlantico : Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili... les départs se succèdent chez EELV. Quel bilan peut-on faire de leur fonction politique ?

Jean Petaux : Vous citez Jean-Vincent Placé qui a quitté EELV mais il ne faut pas oublier l’autre co-président du groupe parlementaire écologiste à l’Assemblée nationale, celui qui partageait cette fonction avec Barbara Pompili, François de Rugy qui a quitté ce parti en même temps que Placé. Antérieurement c’est Daniel Cohn-Bendit, la figure la plus emblématique de ce parti, celui qui avait apporté aux Européennes de 2009 la dimension « transnationale » aux « Verts » français, qui avait claqué la porte arguant du caractère désormais totalement « clanique » et « endogamique » du parti longtemps dirigé par Cécile Duflot. On pourrait aussi citer Noël Mamère, autre figure connue de l’écologie politique en France (seul « Vert » qui a franchi la barre des 5% aux présidentielles, celles de 2002). Cette succession de départs (encore ne s’agit-il ici que des plus emblématiques) prouve abondamment que le parti EELV est en crise profonde. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que sa fonction politique soit, elle aussi, en crise. Ce qui est en cause dans la crise actuelle d’Europe Ecologie Les Verts c’est véritablement le statut d’un parti comme celui-ci dans la vie politique française. Parti formellement minoritaire ; très réduit en nombre d’adhérents (moins de 10.000 pour toute la France, sans doute beaucoup moins) ; incapable de gagner une élection par scrutin uninominal  (obligation de passer un accord électoral avec le PS pour avoir quelques députés en 2012) ; condamné à passer des alliances électorales pour pouvoir avoir des élus et siéger dans des « exécutifs » ; forcément inscrit dans une fonction tribunitienne (celle d’un parti qui sert de tribune et s’auto-limite au « ministère de la parole »), EELV est cantonné dans une forme de ghetto partisan et montre une réelle incapacité à en sortir.

Au plan organisationnel et strictement partisan EELV n’existe que marginalement. Au plan des idées il en va tout autrement puisque, fondamentalement, nombre de thèmes défendus par les Ecologistes ont littéralement « infusé » dans tous les partis politiques français.

Qu'est-ce que EELV a obtenu dans le domaines environnemental ?

Sur les grands dossiers médiatiquement inscrits à l’agenda politique, relevant plus de la conjoncture que des questions structurelles, EELV n’a pas accumulé les succès, c’est le moins que le puisse dire. Construction de l’aéroport de Notre Dame-des-Landes ; fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ; réalisation du centre d’enfouissement de Bur ; écotaxe ; ligne TGV Lyon-Turin ou, très récemment, la DUP pour l’extension de la LGV au sud de Bordeaux (Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax) à laquelle les écologistes du sud-ouest sont très opposés : la liste des échecs est assez éloquente. Pour aucun de ces dossiers, EELV en tant que parti politique n’est parvenu à enrayer une mécanique politico-administrative d’envergure. En réalité c’est au plan local que les élus d’EELV réussissent beaucoup mieux, quand ils sont en prise sur la décision politique et qu’ils cogèrent en coalition des collectivités territoriales. A ce niveau infra-étatique (régional, départemental, communal ou inter-communical) ils sont en mesure de peser sur l’incrémentation de telle ou telle politique publique (la limitation de l’usage de la voiture en zone urbaine, les diagnostics sur l’isolation thermique de parcs immobiliers, les transports en commun, l’économie circulaire, la culture des circuits courts, le bio dans les cantines scolaires ou encore l’aménagement de zones vertes protégées). Pour faire simple on peut dire que là où les Ecologistes revendiquent d’agir tant au plan global qu’au niveau local, c’est sans doute dans le « local-localisé » qu’ils ont emmagasiné le plus de succès. C’est d’ailleurs là le paradoxe profond d’un parti politique qui prétend changer le monde entier et qui ne parvient qu’à influencer le cours de la proximité.

Qu'est-ce qui a changé concrètement en France grâce à eux ? Y a-t-il des mesures (réglementaires, législatives) particulières à souligner ?

Celles et ceux qui sont hostiles aux idées prônées par les Ecologistes politiques (il faudrait dire pour être plus précis : les « Ecologistes partisans ») diront que les changements portés par eux ont été essentiellement des « mesures punitives » supplémentaires. Pour ces adversaires des « Verts », l’écologie rime avec la complexification des procédures synonyme de ralentissement de toute l’action publique. Entre 1997 et 2002, sous Jospin à Matignon (troisième cohabitation de la Vème République), la « gauche plurielle » dans laquelle siégeaient les « Verts » a ainsi adopté plusieurs lois structurelles portées par Dominique Voynet, ministre de l’Ecologie : la loi sur l’eau, la loi portant création des « pays », la déclinaison nationale des directives européennes autour de « Natura 2000 », etc. Plus récemment, la seule véritable grande loi que EELV est parvenue à faire adopter depuis 2012 a été la loi ALUR (Accès au Logement et Urbanisme Rénové) promulguée au printemps 2013. Cette loi, portée par la ministre Cécile Duflot, a été lourdement critiquée pour sa complexité (on a parlé d’usine à gaz) au point que le gouvernement Valls a détricoté quelque peu son contenu, au grand dam (fort légitime au demeurant) de l’auteur de la loi.

J’aurais tendance à dire que le changement qui impacte la France en matière d’écologie est plus de nature sociétale que politico-partisan. D’une certaine façon on peut considérer ici (si l’on veut faire preuve d’optimisme du côté des Ecologistes eux-mêmes, qu’ils soient ou non adhérents des « Verts ») que ce constat leur donne raison au fond. Adeptes d’une démarche « bottom-up » (la société civile existe, il faut l’écouter et la valoriser), les Ecologistes ne peuvent que se féliciter de voir leurs idées, leurs thématiques favorites, structurer désormais la société. Même si cela ne provient pas « d’en-haut » et ne suit pas un schéma « top-down » plus classique, plus réglementaire voire plus « régalien ».

Dans quelle mesure leurs idées ont pu nourrir le débat public et les programmes des partis politiques sur les questions environnementales et au-delà ?

Il ne faut pas tout mélanger. L’affaire Leonarda est une pure anecdote, sans aucune espèce d’influence à long terme. On pourrait aussi évoquer des faits divers circonstantiellement tragiques comme le décès de ce jeune militant écologiste sur le chantier du futur barrage de Sivens. Bien peu aujourd’hui sont ceux qui sont capables de citer le nom du militant écologiste tué lors d’une manifestation (Vital Michalon) ; quand ? (en 1977) ;  où ? à Creys-Malville ou bien encore de Sébastien Briat, militant écologiste écrasé par un train de déchets nucléaires à Avricourt (Moselle) le 7 novembre 2004. Lorsqu’ils surgissent ces décès tragiques font la « une » des médias pendant quelques jours et les questions écologiques qui « montent » à la « une » à cette occasion s’en échappent quelques jours après. Loi du genre. Cécile Duflot, comme d’autres militants écologistes, ont bien essayé de s’emparer du dossier des migrants-réfugiés pour en faire une levier politique. Avec un assez faible succès. D’une part parce qu’elle n’a pas montré sur ce dossier une spécificité et une originalité particulières, d’autre part parce que les électeurs français ont encore beaucoup de mal à « créditer » les « Verts » d’une compétence et d’une expertise forte sur des dossiers non-limités au seul domaine environnemental. Pascal Canfin par exemple, bon technicien des questions financières, ayant acquis quand il a été parlementaire européen un vrai savoir-expert sur les flux financiers à l’échelle de la planète et sur le dossier noir de la corruption financière mondialisée, a eu beaucoup de mal à traduire cette réelle expertise dans quelques dossiers particuliers quand il fut ministre délégué à la Coopération de 2012 à 2014. Cela tient sans doute au fait qu’il n’était pas dans le premier cercle des ministres écoutés à l’Elysée et/ou à Matignon, qu’il n’avait pas d’administration sur laquelle il pouvait s’appuyer en termes de techno-structure et que, sur son territoire ministériel, Bercy exerçait une tutelle jalouse et incapacitante.

Il n’en reste pas moins vrai que les « Ecologistes » sont de formidables « prospecteurs d’idées » et « prescripteurs de sens » au sein même du débat politique français. On pourrait, filant la métaphore écolo justement, dire qu’ils sont de vraies machines à recycler les débats portant par exemple sur la gestion des déchets, la politique de gestion de la ressource aquatique, la protection des sites sensibles, etc. Même si cela n’est pas uniquement du au rôle des « Verts » dans la construction de la norme réglementaire publique depuis un quart de siècle, même si la Commission européenne, le Parlement européen ou le Conseil de l’Europe par exemple (qui n’a rien à voir avec l’Europe des 28) y ont énormément contribué, on peut vraiment dire qu’il y a désormais une « écologisation » du débat politique français. Que ce soit pour adhérer aux thèses écologistes ou pour les dénoncer. Que ce soit pour faire successivement et alternativement ce qu’a fait Nicolas Sarkozy pendant son quinquennat : mettre en place le Grenelle de l’Environnement, avec Alain Juppé, en mai-juin 2007, dès son arrivée à l’Elysée, et dire au Salon de l’Agriculture, quatre ans plus tard, au milieu d’un aéropage d’agriculteurs : « J’ai envie de dire, vous me comprenez n’est-ce pas hein ?... j’ai envie de dire « L’écologie ça suffit maintenant hein ?... ». Faisant d’ailleurs, ni plus ni moins, ce qu’une grande majorité de Français a pu faire dans leur propre vision de l’écologie sociétale et partisane : osciller entre une réelle adhésion aux thématiques défendues et un réel agacement envers celles et ceux qui les portent (les dirigeants et les militants d’EELV notamment). Ce qui ne les a pas empêchés, parfois, au hasard des élections, de les préférer à d’autres candidats, socialistes par exemple. C’est dire combien ces derniers ont pu décevoir une partie de leur électorat traditionnel !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/10/2015 - 22:49
Le parti des "rats-qui-quittent-la-galère-verte"
Voilà! J'ai trouvé...ils vont faire un tabac, les Pompîli, Rugy, Cohn-bandit, Mamère, avec un nom pareil...je devrais demander des droits d'auteur! Ils peuvent allègrement dépasser les 5%, vu le nombre de rats qui étaient à bord...
vangog
- 01/10/2015 - 20:51
Ça sent les élections!
Ils ne vont pas fonder un parti en deux mois et demi, les frondeurs, mais ils lorgnent sur les législatives qui suivent...ils se disent qu'il y a un coup à jouer, afin de conserver leurs juteuses subventions.
Deudeuche
- 01/10/2015 - 17:05
Mme Cosse toute seule
va retrouver ses copines d'Act'up!