En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre
Budget 2016 : qui peut croire aux hypothèses du gouvernement ?
Publié le 01 octobre 2015
Le gouvernement a présenté mercredi 30 septembre son projet de budget 2016 avec des milliards de dépenses supplémentaires qui ne sont pas financées. Pourtant, le ministre des Finances prétend le contraire.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a présenté mercredi 30 septembre son projet de budget 2016 avec des milliards de dépenses supplémentaires qui ne sont pas financées. Pourtant, le ministre des Finances prétend le contraire.

On ne pourra pas dire que Michel Sapin n’a pas fait le job. Devant la presse, les Parlementaires et à la télévision, il a dit et répété que "les engagements pris par le Président étaient tenus". Le ministre des Finances a affirmé que les objectifs de croissance et de réduction des déficits avaient été atteints en 2015. Et c’est vrai, on finira l’année avec une croissance de 1% et un déficit en baisse à 3,8% du PIB. A Bruxelles on est content. Enfin presque !

Les engagements sont tenus, explique Sapin, parce que l'on serait parvenu à rendre aux entreprises plus de 24 milliards d’euros au titre du CICE. Et plus de la moitié des ménages ont bénéficié d’une baisse de l’impôt sur le revenu en 2014 et 2015. Enfin, Michel Sapin confirme qu’en 2016, il y aura 9 milliards d’allègements de charges en plus sur les entreprises et 2 milliards d’allégements d’impôts pour les ménages. Parallèlement, le gouvernement s’est engagé à maitriser la dépense publique en limitant la hausse à 0,3% en volume, soit 1,2% en valeur. Avec un déficit promis à 3,3% du PIB pour l’an prochain.

Le hic dans cette affaires, et il y a un gros hic, c’est que le gouvernement déclare sans broncher que ce sont les économies supplémentaires qui vont couvrir les baisses d’impôts - 2 milliards d’euros - et les cotisations sociales, soit 9 milliards. Sans parler des dépenses nouvelles annoncées par le gouvernement depuis deux mois : Augmentation des effectifs de sécurité, création du service civique, augmentation du nombre de contrats aidés, aides agricoles, aux migrants et aux collectivités locales.

La plupart de ces dépenses nouvelles ne sont pas chiffrées et ne sont donc pas inscrites au Budget 2016. Selon Bercy, elles feront l’objet d’amendements. Cela veut donc dire qu’elles n’ont pas été budgétées et que Bruxelles ne les verra pas.

Quant aux économies nouvelles envisagées pour compenser ces dépenses, le ministre des Finances n’en a donné qu'une seule : les aides au logement qui seront calculées en fonction des revenus. Pour le reste, il renvoie à la discussion budgétaire. Sapin compte surtout sur la croissance alors que la prévision devra être révisée à la baisse compte tenu du ralentissement mondial. Il manquera donc 15 milliards d’euro pour être en ligne avec ce que le gouvernement promet. Pour l’instant, les dépenses nouvelles ne sont donc pas financées, mais il ne faut pas le dire. Sauf à accepter de passer aux yeux de Bercy, "pour de vulgaire et petits épiciers".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
04.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
07.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Solognitude
- 01/10/2015 - 16:56
M'enfin!
Qui peut croire aux hypothèses du gouvernement?...Il semblerait qu'à ce jour, il n'y ait personne! Et surtout ceux qui sont au gouvernement!
Mike Desmots
- 01/10/2015 - 11:18
sans doute pas ce gouvernement d'utopistes sophistes..!....
a considérer que maintenant ,c'est la phase de promotion/vente du programme .. , donc, tout est possible dans le temps avec les mots enchanteurs de la Novlangue pour tous ...après ..., se tiendra une autre péroraison, style vocabulaire socialiste classique ...si la légère baisse de la croissance ...se confirme ,elle est donc porteuse d'espoir ...ca veut dire à terme , quelle a atteint son seuil positif de rebond...
Larousse : Sophisme, raisonnement qui n'est logique qu'en apparence
zouk
- 01/10/2015 - 09:20
Budget 2016
Voilà qui commence fort mal ..... à quand la révélation de la vérité? Malheureusement quand il sera trop tard, à la fin de 2016? Si les chiffres réellement constatés sont publiés, campagne présidentielle oblige. Où finirons nous?