En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 57 min 24 sec
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 2 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 3 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 1 heure 28 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 2 heures 39 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 7 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
Personne à la barre

Démocratie française : l'aveu de faiblesse

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyadé" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 19 heures 32 min
© Reuters
François Hollande à l'entrée de l'Elysée.
© Reuters
François Hollande à l'entrée de l'Elysée.
Face caméra

"Un temps de président" sur France 3 : la promesse de dévoiler les coulisses de l’Elysée sans affaiblir son locataire pouvait-elle être tenue ?

Publié le 29 septembre 2015
France 3 diffusait lundi 28 septembre un documentaire sur le chef de l’État, intitulé "Un temps de président", réalisé et filmé par Yves Jeuland. Le documentariste a passé plusieurs mois à l’Élysée, entre l'été 2014 et le début d'année 2015. Un film sur la façon dont François Hollande conçoit sa communication politique.
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
France 3 diffusait lundi 28 septembre un documentaire sur le chef de l’État, intitulé "Un temps de président", réalisé et filmé par Yves Jeuland. Le documentariste a passé plusieurs mois à l’Élysée, entre l'été 2014 et le début d'année 2015. Un film sur la façon dont François Hollande conçoit sa communication politique.

« Les gens ne comprennent rien. L’acte d’autorité il faut le récupérer pour lui [François Hollande] », lance à ses proches conseillers Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Élysée !

Ainsi, la trame du documentaire réalisé par Yves Jeuland  et diffusé hier soir sur France 3 semble, une fois de plus, être tissée à l’aune d’une préoccupation récurrente qui souvent n’ose jamais dire son nom, celui d’autorité, surtout lorsque son sujet concerne le chef d’État de la République française.

Qu’ils soient de gauche ou de droite, nos politiques confondent désormais, toujours avec autant d’opiniâtreté, les deux notions (pourtant distinguées déjà au temps d’Aristote) qui président à l’exercice de la souveraineté : Puissance et Autorité. Inexorablement, prenant l’une pour l’autre et inversement, ils intervertissement symboles et postures et finissent par annihiler le dynamisme des ressorts qui devrait pourtant les aider dans l’exercice quotidien de leur haute fonction.

La distinction est pourtant d’une simplicité enfantine : le premier de ces concepts, la Potestas des Latins que nous sommes demeure l’attribut du vainqueur qui a su s’imposer dans l’arène du combat politique. L’Auctoritas, par antithèse, évoque la suprématie accordée au titulaire de la souveraineté, venant en quelque sorte sanctionner sa légitime ascension à la charge qu’il exerce. En un mot, la Puissance est de nature à être conquise ; l’Autorité, à l’inverse, est toujours conférée à son titulaire. La justesse de ces principes se vérifie depuis la nuit des temps, sous tous les continents et dans toutes les civilisations. Aristote parlait alors d’universaux. Et « les gens » eux, comprenant instinctivement cette réalité ne s’y trompent guère !

Seulement voilà, sous l’influence de la pensée de mai 68, nous confondons Autorité et autoritarisme !

Les services de communication, qui ont fini par s’infiltrer dans tous les espaces de pouvoir, ont pensé arriver à balayer facilement ces vieilles lunes en leur substituant désormais des « coups médiatiques » répétés, dictés de plus en plus souvent sous l’effet de l’émotion. « Les gens ne comprenant rien », la démagogie est venue parachever l’édifice.

C’est ainsi que ce pauvre président Hollande se retrouve mouillé comme une soupe dans l’île de Sein, puisque Monsieur Tout le monde se veut placé sur un même pied que celui de ses électeurs. C’est ainsi également que certains mots sont devenus proscrits, comme celui de « noblesse » (« qui fait trop droite ») dans le discours de François Hollande, préparé par les services de l’Élysée à l’occasion de la remise de ses insignes de grand-croix de la Légion d’honneur à Jean d’Ormesson.

Pourtant le protocole du palais de l’Élysée, entoure d’une façon solennelle le chef de l’État. Les huissiers annoncent son arrivée ; les ministres se lèvent respectueusement à son entrée dans la salle du Conseil (même si Fabius, bien supérieur à tout cela, se croit autorisé à effectuer quelques petits signes de la main au même instant) ; la musique militaire de la Garde républicaine fait régulièrement entendre ses échos. François Hollande lui même en rajoute et, en plein cœur de l’affaire Trieweiller, parlant de lui estime qu’ « il ne s’agit pas de respecter une personne mais une fonction », qu’il en va d’ « un intérêt national ». Aussi, sans doute pour mieux parvenir à « asseoir » son autorité en demi-teinte, reprenant les options efficaces empruntées par ses prédécesseurs jusqu’à Giscard d’Estaing, prend-il place, l’an passé, derrière son grand bureau plat estampillé pour prononcer ses vœux. L’honneur présidentiel est sauf, même si, au grand dam du secrétaire général, le veston et la cravate du président godillent dans tous les sens !

Mais le naturel revient au galop. Monsieur Tout le monde ne supporte par la distance qui devrait régner entre le titulaire de la fonction qu’il exerce et ses administrés, fussent-ils de proches collaborateurs. Sous les ors de l’Élysée, on s’embrasse, on se tutoie (jusqu’aux membres du  secrétariat particulier), on blague entre soi, on s’aime quoi !

C’est vrai qu’en faisant peuple et grâce à la communication efficace de Gaspard Gantzer, le chef de l’État peut apparaître plus compatissant, rempli d’empathie et prendre quelques libertés de langage pour saluer Serge Lazarevic lors de sa libération. Les qualités de cœur de François Hollande ne sauraient cependant être mises en doute. Mais se promener en bras de chemise dans les salons de l’Élysée est un exemple de relâchement bientôt suivi par d’autres et par le personnel qui n’hésite pas à prendre ses aises sur le satin des fauteuils XVIIIe en bois doré. Ces beaux usages, si difficilement maintenus, volent en éclat au cours d’une réunion avec les députés socialistes. Assis d’une façon désinvolte le président se trouve tout de même face à eux. Il réunit encore ses proches conseillers autour d’une table ronde, abolissant toute référence protocolaire.

Se révèle parfois, comme dans un sursaut bien naturel,  un tantinet de vernis. Une réunion de crise organisée dans le bureau après les attentats de janvier montre le président assis derrière son bureau en face de son équipe de conseillers assis de l’autre côté.

Enfin, les diverses séquences du reportage révèlent que si président ne prend pas forcément la pluie, il prend l’eau … parfois. Ainsi perd-il ses nerfs devant les journalistes de France Inter pour s’exprimer comme l’aurait fait le premier secrétaire du parti socialiste qu’il fut autrefois. Mais détail le plus révélateur, perçu immédiatement par l’ensemble des commentateurs, est relatif à la séquence avec Fleur Pèlerin : il faut des idées à ce gouvernement rajeuni… qu’on aille aller les chercher ailleurs !

Peu importe finalement, car il revient au secrétaire général d’avoir également le mot de la fin : « le plus important [est que ce gouvernement] a toute la confiance du président », comme si les compétences des ministres n’étaient que qualités accessoires. On met des jeunes : gouvernement de rajeunissement non par leur qualité ou leur compétence.  Secrétaire gal de l’Elysée Le plus important il a toute la confiance du président…. Les qualités passent après. La mission : préparer l’avenir, confiance entre nous et les Français. Il n’a jamais de veine, la pluie même à l’inauguration du sapin de Noel. Un conseiller amicalement, enlève une poussière sur la veste de Hollande.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Camtom
- 30/09/2015 - 08:54
Phlt1
D'accord! Le débat après....hallucinant!!!!
winnie
- 30/09/2015 - 05:37
je n'ai pas regarder l' IMPOSTEUR
Ça propagande a 2 balle, il peut se la remettre dans sa culotte,avant on avait droit au lever du roi et bien maintenant, c'est la même.Peut être aurait il été plus bénéfique d'utiliser tout ce temps nécessaire a faire un film, pour bosser a reindustrialiser notre pays ou le protéger du fanatisme islamique ?
VV1792
- 29/09/2015 - 23:38
Bon article, au moins on est
Bon article, au moins on est rassure sur le fait qu' il ne fallait vraiment pas perdre son temps a regarder cette seance de propagande...Putain 2 ans!