En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 39 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 3 heures 54 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 5 heures 23 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 7 heures 2 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 8 heures 20 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 10 heures 38 sec
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 11 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 3 heures 32 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 4 heures 25 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 6 heures 29 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 7 heures 25 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 12 heures 51 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 14 heures 50 min
© Reuters
Un militant séparatiste lors du vote.
© Reuters
Un militant séparatiste lors du vote.
"A l'Etat espagnol, sans rancoeur, adieu"

Victoire des séparatistes en Catalogne : quel contrecoup pour le reste de l'Europe ?

Publié le 28 septembre 2015
Après dépouillement de 99% des bulletins, les séparatistes ont remporté les élections régionales organisées dimanche 27 septembre en Catalogne. Avec 72 sièges sur 135, les partis pro-indépendance vont prendre le contrôle du parlement régional.
Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Wallon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Wallon a été chef d'unité à la DG Traduction de la Commission européenne, après avoir créé et dirigé le secteur des drogues synthétiques à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, agence de l'UE sise à Lisbonne. C'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après dépouillement de 99% des bulletins, les séparatistes ont remporté les élections régionales organisées dimanche 27 septembre en Catalogne. Avec 72 sièges sur 135, les partis pro-indépendance vont prendre le contrôle du parlement régional.

Atlantico : Quel contrecoup cette victoire présage-t-elle pour le reste de l'Europe ?

Alain Wallon : Le résultat du scrutin catalan est la résultante d’un long processus qui a démarré bien avant et indépendamment de la montée en puissance de "Podemos", même si certaines causes de leur progression peuvent être communes, comme la perte de crédibilité des appareils politiques successivement au pouvoir à Madrid et le mépris affiché de ces mêmes appareils pour les revendications qui ne cadrent pas avec leur conception de l’Etat centralisateur.

Sans parler de la victoire de Syriza, laquelle, si elle vient renforcer l’idée que les réponses politiques qui ont failli, non seulement doivent mais peuvent finir par céder la place à des alternatives indépendantes, n’explique pas pourquoi la question de l’indépendance de la Catalogne, longtemps minoritaire, est devenue désormais fédératrice pour une majorité de Catalans.

La cause de ce changement est à chercher dans le refus en 2010 de la Cour constitutionnelle espagnole de valider le nouveau statut de la région adopté par les parlements espagnol et catalan. La Catalogne a ensuite cristallisé sa rancœur, due à cette profonde déception, sur le déficit fiscal dû, affirme-t-on à Barcelone, à un retour insuffisant vers la Catalogne des sommes versées à Madrid par la région, un différentiel chiffré à 15 milliards d’euros, selon le journal les Echos. A cela s’ajoute la polarisation très forte du débat entre indépendantistes et anti-indépendantistes qui ne laisse presqu’aucun espace aux partisans de la voie médiane que serait une autonomie et un fédéralisme accrus sans rupture avec l’Espagne.

La victoire ce dimanche des partisans de l’indépendance va poser de nombreux problèmes à l’Europe si elle débouche effectivement sur une rupture avec l’Espagne. Il faudra aux institutions de Bruxelles, Conseil, Parlement et Commission, beaucoup d’efforts pour gérer cette situation inédite. La Catalogne devra, si elle se sépare de Madrid, faire comme tous les pays candidats à l’adhésion à l’UE : suivre les procédures, remplir les conditions fixées… Mais la Catalogne n’est pas l’Albanie ! Elle répondrait déjà à la majeure partie des réquisits de l’Union dans la plupart des domaines. Ayant adopté l’euro comme monnaie unique en même temps que tous les membres de la zone euro, elle pourrait avoir de forts arguments pour l’intégrer à court délai au moins en tant qu’observateur. Mais c’est la situation d’une Espagne, antérieurement quatrième économie européenne, soudain amputée d’une de ses locomotives économiques et culturelles, réduite à une Etat affaibli et de seconde importance, que devrait gérer l’Europe. Un défi particulièrement redoutable et "non prévu au programme"…

Dans des propos tenus la semaine dernière, Guy Verhofstadt, chef du groupe démocrate et libéral du Parlement européen, a déclaré que "la réaction d’Orbán [le Premier ministre hongrois ndlr] n’est pas conforme aux valeurs européennes" (voir ici). Si l'on ajoute la crise grecque de cet été, dans quelle mesure peut-on dire que l'Europe est actuellement testée sur son identité ?

L’Union européenne est en effet confrontée, en l’espace de moins d’un an, à une série de défis inédits dans la période antérieure et qui font office de test, tant pour les institutions qui la structurent et la dirigent que pour les citoyens qui la composent et, bien au-delà, pour tous ses partenaires extérieurs dans le monde : les marchés financiers, toujours prompts à réagir et à opérer leurs propres tests, et bien sûr tous les pays, organisations et entreprises avec lesquels l’Europe entretient des rapports de court, moyen et long terme.

Test, tout d’abord, de la capacité de l’édifice européen à tenir le choc de ces défis successifs sans se fissurer gravement, ce qui pourrait amener à douter de ses moyens à empêcher un éclatement de cette construction unique au monde qui tient bon depuis soixante ans. Test, ensuite, de ce qui unit officiellement les pays européens au sein de l’Union, à savoir un ensemble de valeurs et d’objectifs communs. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une "identité européenne" car celle-ci reste à naître – on voit bien avec la crise dite des migrants que l’on en est encore aux balbutiements. Test enfin de la volonté politique de ceux et celles qui dirigent ce navire entré dans une zone agitée et pavée d’écueils :  leurs déclarations, les moyens mis en œuvre, leurs réponses concrètes seront regardées à la loupe par tous les partenaires – et adversaires – de l’Europe, ainsi qu’elles l’ont été pendant les récents chapitres de la crise de la dette grecque. Analystes financiers, agences de notation, spéculateurs de tout poil seront à l’affut.  La meilleure réponse aux inquiétudes sera de fournir des réponses, institutionnellement comme pratiquement, conçues pour le long terme. L’Europe des peuples, c’est aussi l’Europe des régions, une dimension à taille humaine qu’il faudra bien réhabiliter…

Dans quelle mesure peut-on y voir une remise en cause de la vision allemande selon laquelle l'identité européenne peut se satisfaire d'institution et du respect des règles qui en découlent ?

Ladite remise en cause n’est pas le fait des Catalans, qui ne se sont pas posé la question, du moins dans ces termes. Mais c’est l’amorce d’une remise en cause de fait, qui obligera les institutions européennes à prendre à bras le corps des questions qui jusqu’à présent relevaient du domaine des scénarios envisagés mais sans l’obligation de leur trouver des réponses concrètes.

L’Allemagne, mais aussi la France et l’ensemble des Etats membres sont concernés au même titre. Certes, l’Allemagne de Mme Merkel et la vision étroite, hypocritement moraliste car fondamentalement matérialiste, de l’alliance CSU-CDU au pouvoir a de la bile à se faire. Ses tentations hégémoniques, déjà mises à mal par le long épisode grec et l’échec cuisant de la tentative de faire disparaître Tsipras de la scène, puis par le désamour avec les "ex-amis" d’Europe centrale – le groupe de Visegrad – sur le dossier crucial des réfugiés, vont devoir se rendre plus discrètes. Sans parler de l’image dégradée du grand pays exportateur après l’affaire Volkswagen… On peut imaginer que certains mettront le pied dans la brèche pour éviter qu’elle se referme et pour en profiter. Pas tant la France, pays centraliste que l’envol catalan, s’il se confirme d’ici 2017, risque plutôt de crisper sur un tel sujet, même si François Hollande ne souhaitera volontiers pas se porter au secours de la droite néo-franquiste de M. Rajoy et de ses alliés conservateurs en Europe, mais plutôt d’autres pays comme l’Italie ou la Grèce qui y verront une chance de réduire l’influence de Berlin sur d’autres dossiers, au premier chef celui des politiques d’austérité dont ils cherchent à desserrer le carcan.

Le respect des règles est autre chose. Aucune entité rassemblant en son sein des partenaires aussi nombreux que différents, 28 en l’occurrence, ne peut espérer fonctionner sans des règles précises et des moyens de le faire respecter, une fois acceptées par tous. Ce sont les règles qui devront évoluer, de nouveaux dispositifs qui devront être mis en place. Et cela suppose un travail d’ampleur. Le bricolage institutionnel dans le cadre des Traités ne suffira pas. Il faudra être créatif et mettre sur la table les nouvelles règles qui permettront à l’Europe d’absorber les changements qui s’annoncent et de consolider à nouveau l’édifice, aujourd’hui menacé de fissures qui pourraient mettre sérieusement en jeu sa pérennité.  Mais, pour en revenir aux propos de Guy Verhofstadt, sans s’appuyer sur une défense intransigeante des valeurs fondatrices de l’Union, se lancer dans une telle aventure serait pour le moins… aventureux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 30/09/2015 - 15:34
@Deudeuche
Il me semblait que « ¡Arriba España! » était le cri de ralliement des franquistes et que « Vive la Catalogne » se disait «Visca Catalunya!» mais, si j’arrive à lire le catalan (du fait que je connais assez l’espagnol), je ne prétends pas en être un spécialiste, de la même façon que, quand j’entends un « Witz » en alsacien, il m’arrive souvent de demander : « Et en allemand qu’est-ce que ça donne ? »
Deudeuche
- 28/09/2015 - 15:31
@Labarthe
arriba Catalunya
Labarthe
- 28/09/2015 - 10:42
Victoire en trompe l'oeil.
En fait il s’agit d’une défaite pour les indépendantistes, loin des 55% des votes que certains espéraient, ils sont bien en dessous de la majorité avec 47,8%. Par ailleurs votre commentateur se trompe, même Mas a laissé entendre qu’une solution intermédiaire pouvait être trouvée. Enfin n’oublions pas que la catalogne est ruinée et rongée par la corruption de toutes ses élites. Situation fréquente en Catalogne au cours des siècles. Avec toujours la même réaction de chantage par rapport au gouvernement central :….tu payes ou on prend notre indépendance.