En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
D'un peu moins de 184 000 titres de séjour délivrés en 2008, on est passé à près de 210 000 délivrés en 2014 en France.
L'heure des comptes
Rapport de l'OCDE : le point sur l'immigration en France et en Europe indépendamment des flux de réfugiés
Publié le 25 septembre 2015
L'OCDE publiait son rapport annuel sur l'immigration ce mardi 22 septembre 2015. Le constat est clair : on parle de "crise humanitaire sans précédent". Pour autant, les réfugiés syriens ne sont pas les seuls migrants à franchir les rives de l'Europe et de la France ; au contraire. L'immigration comporte différentes formes, dont toutes ne sont pas quantifiables.
Jean-Marc Zaninetti est professeur de géographie à l'Université d'Orléans. Il est l'auteur de "Géographie des peuplements et des populations" (PUF, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Zaninetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Zaninetti est professeur de géographie à l'Université d'Orléans. Il est l'auteur de "Géographie des peuplements et des populations" (PUF, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'OCDE publiait son rapport annuel sur l'immigration ce mardi 22 septembre 2015. Le constat est clair : on parle de "crise humanitaire sans précédent". Pour autant, les réfugiés syriens ne sont pas les seuls migrants à franchir les rives de l'Europe et de la France ; au contraire. L'immigration comporte différentes formes, dont toutes ne sont pas quantifiables.

Atlantico : Mardi 22 septembre 2015, l'OCDE publiait un rapport (voir ici) concernant l'immigration en Europe. Outre la crise des réfugiés Syriens à laquelle l'Europe fait face aujourd'hui, quelles sont les autres formes d'immigration ?

Jean-Marc Zaninetti : On distinguera principalement les mouvements de réfugiés (et demandeurs d'asile) des autres migrants, qui quittent leur pays pour divers motifs positifs, études, emploi, rapprochement familial, retraite sans y être contraints.

Les pays d'Europe sont-ils tous logés à la même enseigne en matière de migrations. Quels sont les pays qui accueillent le plus de migrants et comment peut-on expliquer ce différentiel avec les pays qui en accueillent moins ?

Non, l'Europe est très hétérogène en matière migratoire, et c'est le résultat d'une longue histoire. Pour faire simple, on peut distinguer les pays centraux (Royaume Uni, France, pays du Benelux, Suisse, Allemagne de l'Ouest, Suède) qui accueillent de nombreux immigrants depuis plus de 1/2 siècle. Ces pays plus industrialisés, plus anciennement prospères et développés ont éprouvé le besoin d'accroître leur population active par le recours à l'immigration à un moment ou à un autre. En conséquence, leur population est accoutumée à la diversité culturelle des communautés de migrants, en particulier dans les très grandes villes où elles forment des minorités visibles (40% des immigrés en France résident en Ile-de-France). Les migrations en provenance des anciens empires coloniaux ont joué un rôle historique important dans des pays comme le Royaume Uni et la France, mais aussi dans une moindre mesure en Belgique et aux Pays Bas. Inversement, les pays périphériques de l'Union ont une longue tradition d'émigration de leur population (Irlande, Portugal, Espagne, Italie, Slovénie, Croatie, Grèce, Pologne, mais aussi Finlande par exemple). Pour de nombreux pays d'Europe, l'immigration est un phénomène récent (Italie, Espagne, Irlande, Portugal par exemple) ou même une nouveauté (Hongrie, Slovaquie, République Tchèque, Pologne, Pays Baltes). Même s'il y a eu quelques migrations internationales dans le cadre du bloc de l'Est, elles sont restées marginales. la différence de ressenti entre les pays européens face à la crise des réfugiés actuelle s'explique par ces différences de trajectoire historique, des différences de contexte culturel et parfois des histoires tourmentées où les petits pays ont été opprimés par les grandes puissances, comme l'Union Soviétique. je ne crois pas qu'il faille être trop prompt à condamner la Hongrie, du moins pas avant d'avoir fait notre propre examen de conscience auparavant.

Selon la définition internationale des Nations Unies est immigrée "toute personne qui vit de façon temporaire ou permanente dans un pays dans lequel il n’est pas né". Suivant cette définition, le dénombrement des immigrés résidant en France en 2013 était environ de 7,4 millions de personnes (11,6% de la population totale) dont environ 5,5 millions provient de pays extérieurs à l'Union Européenne (source ONU, tendances des migrations internationales, révision 2013). Dans cette population immigrée, il y a des gens de tous âges dont l'immigration peut être récente ou ancienne. En proportion de sa population totale, la France se situe dans la moyenne européenne, loin derrière la Suède (15,9%, l'Irlande (15,9%) et l'Autriche (15,7%), l'Espagne (13,8%), le Royaume Uni (12,4%) et l'Allemagne (11,9%), mais devant l'Italie (9,4 %). La principale raison de ces disparités tient à la situation récente du marché du travail, languissante en France depuis de longues années. Alors que notre pays était parmi les plus attractifs avant 1975, il a cédé beaucoup de terrain depuis les années 1980.

Dans le cadre de la France spécifiquement, quelles sont les premières causes d'immigration ? Quelles sont également les populations qui viennent sur notre sol ? Dans quelles proportions ?

Si l'on s'intéresse au flux annuel des entrées sur le territoire, on observe un flux croissant d'entrées sur le territoire depuis quelques années. D'un peu moins de 184,000 titres de séjour délivrés en 2008, on est passé à près de 210,000 délivrés en 2014. Le motif "économique" est peu fréquent (20,000 entrées par an). le Regroupement familial, privilégié par la loi française depuis 1974, est le cas le plus fréquent (93,700 entrées en 2013, 92,000 en 2014). Le motif "études" est très courant (65,000 entrées en 2014). en 2014, la France n'a pas délivré 20,000 titres de séjour pour un motif humanitaire au titre du droit d'asile.

Selon l'INSEE, parmi les immigrés entrés en France en 2012, près d’un sur deux est né dans un pays européen et trois sur dix dans un pays africain. L’immigration d’origine européenne est majoritairement portugaise, britannique, espagnole, italienne ou allemande. Ces cinq pays représentent 57% des entrées d’immigrés nés en Europe et un quart de l’ensemble des entrées en 2012. Les nouveaux immigrés d’origine africaine viennent quant à eux pour moitié des pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie). Enfin, les nouveaux immigrés nés en Chine (3% des entrées en 2012) sont presque aussi nombreux que ceux nés en Allemagne.

L'immigration illégale est difficile à quantifier. Pour autant, existe-il des estimations et si oui lesquelles ? Y'a-t-il moyen, comme aux Etats-Unis, de réaliser des études plus pertinentes sur le sujet ?

Par définition, le nombre d'étrangers résidant sur le territoire en condition irrégulière est inconnu. MM. Georges Othly et François-Noël Buffet ont déposé un rapport sur ce sujet au Sénat le 6 avril 2006. Ce rapport pointe l'importance des Départements et Régions d'Outre-Mer dans le phénomène, en particulier Mayotte et la Guyane qu'ils jugent "submergées par l'immigration clandestine massive". Ils estiment le nombre d'orpailleurs clandestins à 5,000 à 10,000 en Guyane. Les forces de l'ordre ont interpellé 63,680 personnes en situation irrégulière en France métropolitaine en 2005. Les deux sénateurs soulignent à quel point les "chiffres sont sujet à caution", mais avancent au détour du rapport une estimation, "si l'on considère en revanche que 300.000 immigrants irréguliers séjournent sur notre territoire, alors le flux annuel d'entrées se situe entre 30.000 et 40.000 personnes, évaluation tout à fait compatible avec celle de l'INED."

La méthode d'estimation dite "résiduelle" utilisée aux États-Unis et en Grande-Bretagne consiste à rapprocher des données décalées dans le temps relatives à l'importance de la population d'origine étrangère -mesurée par le recensement- et à évaluer l'immigration irrégulière en isolant les variations pouvant être expliquées par les flux de migrations régulières. La France se refuse à appliquer ce type de méthode critiqué par l'INED et l'INSEE pour son manque de scientificité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
03.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
07.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 24/09/2015 - 00:27
En France : immigration ou peuplement ?
Le peuplement annuel est à un tel niveau depuis plus de 40 ans que nous ne pouvons même plus recevoir tout naturellement des réfugiés qui eux sont en vraie situation de détresse. Nous en sommes à un point que c'est notre identité même qui est en jeu (et ceux depuis assez longtemps)
tubixray
- 23/09/2015 - 14:38
regroupement familial ?
50 ans après les immigrés économiques venus travailler en France (les OS de Renault par exemple) à quoi rime cette disposition ahurissante en 2015 ??? - 65 000 personnes / an rien que ça.
vangog
- 23/09/2015 - 10:18
L'INED et l'INSEE, repères de Trotskystes collabos?...
Ils préfèrent la technique dite de "la tête dans le sable", à la méthode résiduelle...les Français, eux, ont la tête hors du sable et voient tous les jours les progrès de l'islamisation, de l'immigration clandestine, du travail au noir, de la décomposition de notre système social sous les effets de la préférence étrangère, de la politiue d'apartheid et de ghettoïsation gauchiste, des risques croissants de terrorisme! Tous ceux qui y ont collaborés seront jugés par l'histoire,comme les nationo-socialistes allemands...