En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 25 min 22 sec
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 12 heures 47 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 15 heures 29 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 18 heures 55 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 22 heures 4 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 22 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 36 min 7 sec
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 15 heures 9 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 16 heures 14 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 18 heures 46 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 19 heures 8 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 22 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les déserteurs de Dieu, témoignages de ces ultra-orthodoxes qui sortent du ghetto : "ce mode de vie ne laisse pas une minute pour penser"

Publié le 28 septembre 2015
On les appelle les « sortants vers la question », ces hommes et ces femmes issus des milieux utra-orthodoxes israéliens qui, un jour, décident de rejoindre la vie laïque. Ce choix douloureux les plonge dans un univers inconnu où ils sont coupés de leur famille, souvent sans ressources et sans éducation autre que religieuse. Là d’où ils viennent, la vie est réglée de façon précise et immuable, soumise à une loi implacable mais rassurante. Là où ils vont, ils sont seuls face à eux-mêmes. Extrait de "Les déserteurs de Dieu", de Florence Heymann, publié chez Grasset (1/2).
Florence Heymann est anthropologue, chercheur au CNRS, en poste au Centre de recherche français à Jérusalem. Elle a publié Le Crépuscule des lieux. Identités juives de Czernowitz (Stock 2003, Prix Wizo 2004) et, avec Dominique Bourel, une édition des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Heymann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Heymann est anthropologue, chercheur au CNRS, en poste au Centre de recherche français à Jérusalem. Elle a publié Le Crépuscule des lieux. Identités juives de Czernowitz (Stock 2003, Prix Wizo 2004) et, avec Dominique Bourel, une édition des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On les appelle les « sortants vers la question », ces hommes et ces femmes issus des milieux utra-orthodoxes israéliens qui, un jour, décident de rejoindre la vie laïque. Ce choix douloureux les plonge dans un univers inconnu où ils sont coupés de leur famille, souvent sans ressources et sans éducation autre que religieuse. Là d’où ils viennent, la vie est réglée de façon précise et immuable, soumise à une loi implacable mais rassurante. Là où ils vont, ils sont seuls face à eux-mêmes. Extrait de "Les déserteurs de Dieu", de Florence Heymann, publié chez Grasset (1/2).

Dora est sortie d’un milieu hassidique, de l’obédience de Gour, un mouvement parmi les plus extrémistes, notamment en ce qui concerne tous les préceptes gérant la pudeur et la modestie, ainsi que la ségrégation entre les sexes.

"Les déserteurs de Dieu" : pourquoi de plus en plus de jeunes s’arrachent de leur milieu ultra-orthodoxe

Pour les ultra- orthodoxes, rien ne représente plus l’incarnation de la sexualité que le corps en général, et celui de la femme en particulier. Quand les frontières extérieures du groupe se trouvent menacées, la tendance est de renforcer encore celles du corps. Dans une telle situation se brouille d’ailleurs la différence entre corps personnel et corps politique, tout particulièrement en ce qui concerne la pureté sexuelle et rituelle, réglementant et régulant les frontières de la société et celle du corps, à l’extérieur ou dans les maisons, dans la maladie et la santé, en marchant, assis ou couché, le jour et la nuit.

>>>>>>>>>> "Les déserteurs de Dieu" : pourquoi de plus en plus de jeunes s’arrachent de leur milieu ultra-orthodoxe

La guerre pour la pudeur des femmes relève de la lutte pour l’effacement du moi particulier de cette moitié de l’humanité. Ce qui fait que la fonction première d’un vêtement est de le couvrir au maximum pour qu’il reste dérobé aux regards des hommes et non de le mettre en valeur par une recherche d’esthétique. D’ailleurs, la femme qui s’éloigne un tout petit peu des règles de modestie est appelée au mieux poutzerke, c’est-à- dire « coquette » en yiddish, quand ce n’est pas kalike, « abîmée ». Les résidents des quartiers ultra- orthodoxes affichent en tout lieu des pancartes sur lesquelles on peut lire : « Filles d’Israël, la Torah requiert que vous portiez des vêtements modestes qui couvrent toutes les parties de votre corps en accord avec la Loi.

La pudeur correspond au concept hébraïque de tsniout, dont Delphine Horvilleur a donné récemment une définition claire : « Un concept religieux qui pres- crit à l’origine le comportement à suivre afin d’éviter toute situation de promiscuité, de se préserver de toute débauche, et de maintenir une attitude humble et discrète en toute circonstance. » La tsniout concerne quatre cercles ; le premier est le rapport des hommes avec les femmes étrangères ; le deuxième, des hommes et de leurs épouses ; le troisième, de l’homme avec lui- même ; enfin, le dernier, des hommes entre eux. Les règles les plus strictes étant certainement celles du pre- mier cercle, elles ont pu conduire quelquefois le hassid à porter à l’extérieur des lunettes troublant la vision. La solution semble se trouver dans l’exclusion et l’effa- cement des femmes de l’espace public, prioritairement dans les quartiers ou les localités ultra- orthodoxes.

Il était d’ailleurs difficile, ces dernières années, d’ouvrir un journal sans lire des titres sur ce phénomène : interdiction des publicités montrant des femmes sur les autobus traversant les villes ou les quartiers ultra- orthodoxes ; confinement des femmes à l’arrière, toujours dans les autobus ; trottoirs séparés dans le quartier de Méa Shéarim à Jérusalem ; agressions de très jeunes filles vite jugées « immodestes » dans la localité de Beit Shemesh ; dans cette ville, on a même vu apparaître des « talibanes juives », c’est- à- dire des femmes et des jeunes filles entièrement voilées ; effacement ou brouil- lage des images féminines sur les publicités ou dans la presse. L’exemple le plus choquant, pour un public non ultra- orthodoxe, a été sans conteste le brouillage, dans certains journaux, du visage de la mère de la famille Fogel d’Itamar, dont cinq membres, le père, la mère et trois de leurs six enfants, dont la dernière petite fille âgée de trois mois, ont été poignardés à mort dans leur sommeil, le 11 mars 2011.

Dora a beaucoup souffert de ces principes de pudeur et d’effacement du corps. C’est sans doute ce qui l’a conduite, après sa sortie, à étudier à Wingate, le Centre national d’éducation physique et de sport. Elle est devenue monitrice de Pilates, une méthode de gymnas- tique très prisée des sportifs.

Elle nous parle de sa rébellion comme d’un pro- cessus très personnel, individuel, une décision qui a eu un prix excessivement élevé. Son père, hassid originaire de Pologne, a grandi à Cracovie. Seul survivant d’une famille décimée dans la Shoah, il est arrivé en Belgique avec un transport d’enfants. Là, il a travaillé dans le diamant, au bas de l’échelle, à nettoyer des pierres. Sa mère ne vient pas d’un milieu hassidique, c’est une yekkit de Suisse. Féminin de yekke, signifiant de tradition judéo- allemande, ce mot vient de l’allemand Jacke, « veste », que portaient les Juifs allemands, plus modernes, contrai- rement à la redingote traditionnelle des Juifs d’Europe de l’Est. Le frère de Dora est « marrane », c’est- à- dire qu’il vit encore dans le monde ultra- orthodoxe, sans y croire.

Dora est « sortie » parce qu’elle ne supportait plus l’impression d’être sous influence : « Le mode de vie ultra- orthodoxe ne laisse pas une minute pour penser. À partir de l’instant où l’on se lève, on sait exactement ce que l’on va faire. » Dora a voulu passer son bac, ce qui est très mal vu dans ces milieux. Elle s’est donc ins- crite dans un lycée de Habad à Jérusalem, mais l’atmos- phère y était insupportable. « J’avais l’impression d’avoir affaire à des missionnaires pudibonds. On m’obligeait à tremper mes chaussettes blanches dans du thé pour qu’elles jaunissent un peu, le blanc attire l’oeil, n’est- ce pas ? Et c’est provocateur ! » En terminale, elle a rejoint un lycée privé du courant sioniste religieux Horev. À la Mikhlala, un institut supérieur postscolaire pour filles ultra- orthodoxes, elle a appris l’anglais.

Aujourd’hui, après une longue rupture, elle est à nou- veau en contact avec sa famille. Elle essaie de trouver avec les siens un modus vivendi, mais ils espèrent tou- jours qu’elle reviendra sur le droit chemin, celui de la « vérité ». « Hillel m’a sauvée, ajoute- t-elle, parce que sortir, c’est avant tout une terrible épreuve de solitude. À l’association, j’ai rencontré d’autres personnes comme moi, et, à partir de là, j’ai pu commencer à me recons- truire. »

Extrait de "Les déserteurs de Dieu - Ces ultra-orthodoxes qui sortent du ghetto", de Florence Heymann, publié chez Grasset, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Florence Heymann, Grasset
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 27/09/2015 - 11:19
Juifs ultra-orthodoxes
Une dérive malheureuse du judaîsme, que Jésus dénonçait déjà: la très forte tendance au légalisme pointilleux au détriment de l'amour de Dieu et des autres, et, pour le malheur de tout un peuple, très, trop, influente en Israël.