En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 9 heures 52 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 48 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 4 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 48 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 52 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 45 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 30 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 13 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les déserteurs de Dieu, témoignages de ces ultra-orthodoxes qui sortent du ghetto : "ce mode de vie ne laisse pas une minute pour penser"

Publié le 28 septembre 2015
On les appelle les « sortants vers la question », ces hommes et ces femmes issus des milieux utra-orthodoxes israéliens qui, un jour, décident de rejoindre la vie laïque. Ce choix douloureux les plonge dans un univers inconnu où ils sont coupés de leur famille, souvent sans ressources et sans éducation autre que religieuse. Là d’où ils viennent, la vie est réglée de façon précise et immuable, soumise à une loi implacable mais rassurante. Là où ils vont, ils sont seuls face à eux-mêmes. Extrait de "Les déserteurs de Dieu", de Florence Heymann, publié chez Grasset (1/2).
Florence Heymann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Heymann est anthropologue, chercheur au CNRS, en poste au Centre de recherche français à Jérusalem. Elle a publié Le Crépuscule des lieux. Identités juives de Czernowitz (Stock 2003, Prix Wizo 2004) et, avec Dominique Bourel, une édition des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On les appelle les « sortants vers la question », ces hommes et ces femmes issus des milieux utra-orthodoxes israéliens qui, un jour, décident de rejoindre la vie laïque. Ce choix douloureux les plonge dans un univers inconnu où ils sont coupés de leur famille, souvent sans ressources et sans éducation autre que religieuse. Là d’où ils viennent, la vie est réglée de façon précise et immuable, soumise à une loi implacable mais rassurante. Là où ils vont, ils sont seuls face à eux-mêmes. Extrait de "Les déserteurs de Dieu", de Florence Heymann, publié chez Grasset (1/2).

Dora est sortie d’un milieu hassidique, de l’obédience de Gour, un mouvement parmi les plus extrémistes, notamment en ce qui concerne tous les préceptes gérant la pudeur et la modestie, ainsi que la ségrégation entre les sexes.

"Les déserteurs de Dieu" : pourquoi de plus en plus de jeunes s’arrachent de leur milieu ultra-orthodoxe

Pour les ultra- orthodoxes, rien ne représente plus l’incarnation de la sexualité que le corps en général, et celui de la femme en particulier. Quand les frontières extérieures du groupe se trouvent menacées, la tendance est de renforcer encore celles du corps. Dans une telle situation se brouille d’ailleurs la différence entre corps personnel et corps politique, tout particulièrement en ce qui concerne la pureté sexuelle et rituelle, réglementant et régulant les frontières de la société et celle du corps, à l’extérieur ou dans les maisons, dans la maladie et la santé, en marchant, assis ou couché, le jour et la nuit.

>>>>>>>>>> "Les déserteurs de Dieu" : pourquoi de plus en plus de jeunes s’arrachent de leur milieu ultra-orthodoxe

La guerre pour la pudeur des femmes relève de la lutte pour l’effacement du moi particulier de cette moitié de l’humanité. Ce qui fait que la fonction première d’un vêtement est de le couvrir au maximum pour qu’il reste dérobé aux regards des hommes et non de le mettre en valeur par une recherche d’esthétique. D’ailleurs, la femme qui s’éloigne un tout petit peu des règles de modestie est appelée au mieux poutzerke, c’est-à- dire « coquette » en yiddish, quand ce n’est pas kalike, « abîmée ». Les résidents des quartiers ultra- orthodoxes affichent en tout lieu des pancartes sur lesquelles on peut lire : « Filles d’Israël, la Torah requiert que vous portiez des vêtements modestes qui couvrent toutes les parties de votre corps en accord avec la Loi.

La pudeur correspond au concept hébraïque de tsniout, dont Delphine Horvilleur a donné récemment une définition claire : « Un concept religieux qui pres- crit à l’origine le comportement à suivre afin d’éviter toute situation de promiscuité, de se préserver de toute débauche, et de maintenir une attitude humble et discrète en toute circonstance. » La tsniout concerne quatre cercles ; le premier est le rapport des hommes avec les femmes étrangères ; le deuxième, des hommes et de leurs épouses ; le troisième, de l’homme avec lui- même ; enfin, le dernier, des hommes entre eux. Les règles les plus strictes étant certainement celles du pre- mier cercle, elles ont pu conduire quelquefois le hassid à porter à l’extérieur des lunettes troublant la vision. La solution semble se trouver dans l’exclusion et l’effa- cement des femmes de l’espace public, prioritairement dans les quartiers ou les localités ultra- orthodoxes.

Il était d’ailleurs difficile, ces dernières années, d’ouvrir un journal sans lire des titres sur ce phénomène : interdiction des publicités montrant des femmes sur les autobus traversant les villes ou les quartiers ultra- orthodoxes ; confinement des femmes à l’arrière, toujours dans les autobus ; trottoirs séparés dans le quartier de Méa Shéarim à Jérusalem ; agressions de très jeunes filles vite jugées « immodestes » dans la localité de Beit Shemesh ; dans cette ville, on a même vu apparaître des « talibanes juives », c’est- à- dire des femmes et des jeunes filles entièrement voilées ; effacement ou brouil- lage des images féminines sur les publicités ou dans la presse. L’exemple le plus choquant, pour un public non ultra- orthodoxe, a été sans conteste le brouillage, dans certains journaux, du visage de la mère de la famille Fogel d’Itamar, dont cinq membres, le père, la mère et trois de leurs six enfants, dont la dernière petite fille âgée de trois mois, ont été poignardés à mort dans leur sommeil, le 11 mars 2011.

Dora a beaucoup souffert de ces principes de pudeur et d’effacement du corps. C’est sans doute ce qui l’a conduite, après sa sortie, à étudier à Wingate, le Centre national d’éducation physique et de sport. Elle est devenue monitrice de Pilates, une méthode de gymnas- tique très prisée des sportifs.

Elle nous parle de sa rébellion comme d’un pro- cessus très personnel, individuel, une décision qui a eu un prix excessivement élevé. Son père, hassid originaire de Pologne, a grandi à Cracovie. Seul survivant d’une famille décimée dans la Shoah, il est arrivé en Belgique avec un transport d’enfants. Là, il a travaillé dans le diamant, au bas de l’échelle, à nettoyer des pierres. Sa mère ne vient pas d’un milieu hassidique, c’est une yekkit de Suisse. Féminin de yekke, signifiant de tradition judéo- allemande, ce mot vient de l’allemand Jacke, « veste », que portaient les Juifs allemands, plus modernes, contrai- rement à la redingote traditionnelle des Juifs d’Europe de l’Est. Le frère de Dora est « marrane », c’est- à- dire qu’il vit encore dans le monde ultra- orthodoxe, sans y croire.

Dora est « sortie » parce qu’elle ne supportait plus l’impression d’être sous influence : « Le mode de vie ultra- orthodoxe ne laisse pas une minute pour penser. À partir de l’instant où l’on se lève, on sait exactement ce que l’on va faire. » Dora a voulu passer son bac, ce qui est très mal vu dans ces milieux. Elle s’est donc ins- crite dans un lycée de Habad à Jérusalem, mais l’atmos- phère y était insupportable. « J’avais l’impression d’avoir affaire à des missionnaires pudibonds. On m’obligeait à tremper mes chaussettes blanches dans du thé pour qu’elles jaunissent un peu, le blanc attire l’oeil, n’est- ce pas ? Et c’est provocateur ! » En terminale, elle a rejoint un lycée privé du courant sioniste religieux Horev. À la Mikhlala, un institut supérieur postscolaire pour filles ultra- orthodoxes, elle a appris l’anglais.

Aujourd’hui, après une longue rupture, elle est à nou- veau en contact avec sa famille. Elle essaie de trouver avec les siens un modus vivendi, mais ils espèrent tou- jours qu’elle reviendra sur le droit chemin, celui de la « vérité ». « Hillel m’a sauvée, ajoute- t-elle, parce que sortir, c’est avant tout une terrible épreuve de solitude. À l’association, j’ai rencontré d’autres personnes comme moi, et, à partir de là, j’ai pu commencer à me recons- truire. »

Extrait de "Les déserteurs de Dieu - Ces ultra-orthodoxes qui sortent du ghetto", de Florence Heymann, publié chez Grasset, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Florence Heymann, Grasset
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 27/09/2015 - 11:19
Juifs ultra-orthodoxes
Une dérive malheureuse du judaîsme, que Jésus dénonçait déjà: la très forte tendance au légalisme pointilleux au détriment de l'amour de Dieu et des autres, et, pour le malheur de tout un peuple, très, trop, influente en Israël.