En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Il faudra des mois, voire des années, pour que l’Iran reconstitue un outil de production à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire les 4,8 Mbbl/j (millions de barils par jour) annoncés par le pouvoir.
Retour sur le marché

Ce que nous réserve le retour de l'Iran sur les marchés pétroliers

Publié le 16 septembre 2015
Avec la conclusion des accords sur le nucléaire, la perspective d'un retour sur le marché du pétrole se profile pour l'Iran. Accès aux circuits financiers, acquisition de devises convertibles... Il faudra cependant plusieurs mois pour que le pays reconstitue son outil de production, délabré par des décennies d'embargo.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la conclusion des accords sur le nucléaire, la perspective d'un retour sur le marché du pétrole se profile pour l'Iran. Accès aux circuits financiers, acquisition de devises convertibles... Il faudra cependant plusieurs mois pour que le pays reconstitue son outil de production, délabré par des décennies d'embargo.

Atlantico : Les Etats-Unis sont sur le point de signer un accord nucléaire avec l'Iran, qui s'est engagé à ne pas se doter de l'arme atomique en échange de la fin de l'embargo économique. En quoi cet accord permettra-t-il de relancer l'industrie pétrolière ?

Stephan Silvestre : L’Iran peut espérer de cet accord trois effets bénéfiques. D’abord, la possibilité de vendre librement son or noir sur les marchés internationaux. En dépit de la parole officielle qui soutenait ne pas souffrir de cette situation, l’Iran a fortement pâti de ces restrictions. Ensuite, l’Iran va pouvoir, progressivement, retrouver un accès aux circuits financiers internationaux. Une bonne partie du pétrole qu’il parvenait à écouler a été troqué contre divers biens et le pays manque de devises. Enfin, l’Iran pourra réaccéder au marché des pièces et équipements de production. Car même si le pays a l’autorisation de commercer, il n’en a plus les capacités en raison de l’obsolescence de ses infrastructures.

Cependant, il faudra des mois, voire des années, pour que l’Iran reconstitue un outil de production à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire les 4,8 Mbbl/j (millions de barils par jour) annoncés par le pouvoir.

Quel impact cela pourrait-il avoir sur les marchés mondiaux du pétrole ? Pourrait-on s'attendre à voir baisser les prix du pétrole ?  

L’impact sera assez modeste au regard des prétentions des autorités iraniennes. La consommation interne du pays est de plus en plus élevée et seulement une partie de la production est exportée. À court terme, la production additionnelle sur les marchés mondiaux restera inférieure à 1 Mbbl/j. C’est significatif, mais cela représente moins de 1% du marché. Cet impact est d’ores et déjà dans les cours, très bas, du pétrole et il n’y aura pas d’autre effet.

En revanche, les décisions de l’OPEP continueront de peser sur les cours. L’Iran pourrait demander une hausse de son quota (4 Mbbl/j), ce qui serait plutôt ironique de la part du chantre des prix élevés, mais cela sera rejeté par les riverains du Golfe.

L'industrie pétrolière d'Iran peut-elle prétendre à reprendre la part de marché qu'elle avait avant l'embargo ?

Sa part de marché, non, sans aucun doute. Au mieux, l’Iran pourrait rêver de revenir aux 6 Mbbl/j de ses heures de gloire (les années 1970). À cette époque, il en exportait 5,4 Mbbl/j, soit près de 10% du marché mondial. Aujourd’hui, il est peu probable qu’il atteigne les 4 Mbbl/j, alors que le marché est monté à 93 Mbbl/j. De plus, la production mondiale continue de croître, aux États-Unis, au Canada, en Russie, au Brésil, et de nombreux clients choisiront un fournisseur moins risqué.

Pourquoi faut-il malgré tout rester prudent ?

Pour commencer, la demande mondiale est peu dynamique en ce moment, alors que l’offre est pléthorique. Même après l’accord sur le nucléaire, il est peu probable que les Occidentaux se ruent sur le brut iranien. Reste la Chine, mais dans une période de tassement de sa croissance, son marché n’est plus aussi prometteur.

Ensuite, il faudra de lourds investissements pour redresser le secteur pétrolier iranien : plus de 200 milliards de dollars, selon l’Agence Internationale de l’Énergie. Mais industriels et financiers internationaux vont y regarder à deux fois avant d’investir dans ce pays. L’accord sur le nucléaire est conditionné à un certain nombre d’engagements que l’Iran devra tenir pour éviter une rechute diplomatique. Il reste par ailleurs de nombreux dossiers régionaux susceptibles de raviver les tensions (l’Irak, Daesh, Israël, l’Arabie Saoudite…). Dans un contexte de baril bradé et de réduction des investissements partout dans le monde, l’Iran devra faire face à la frilosité des investisseurs, alors même que ses propres caisses sont vides.

Ajoutons à ce tableau l’hostilité de plus en plus marquée des pays du Golfe, Arabie Saoudite en tête, sur fond de guerre des religions. Celle-ci fera tout son possible pour savonner la planche à l’Iran, à commencer par le priver de sa rente pétrolière.

Reste à l’Iran le gaz naturel, dont les réserves sont énormes et qui pourrait constituer un marché plus prometteur. Le marché mondial est en croissance, il existe une demande en Europe et son transport sous forme de GNL (gaz naturel liquéfié) est en plein essor.

Propos recueillis par Cécile Picco

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires