En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 2 heures 32 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 4 heures 44 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 7 heures 13 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 8 heures 11 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 12 heures 50 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 13 heures 37 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 43 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 6 heures 58 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 7 heures 34 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 8 heures 49 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 12 heures 41 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 13 heures 58 min
© Reuters
Il faudra des mois, voire des années, pour que l’Iran reconstitue un outil de production à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire les 4,8 Mbbl/j (millions de barils par jour) annoncés par le pouvoir.
© Reuters
Il faudra des mois, voire des années, pour que l’Iran reconstitue un outil de production à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire les 4,8 Mbbl/j (millions de barils par jour) annoncés par le pouvoir.
Retour sur le marché

Ce que nous réserve le retour de l'Iran sur les marchés pétroliers

Publié le 16 septembre 2015
Avec la conclusion des accords sur le nucléaire, la perspective d'un retour sur le marché du pétrole se profile pour l'Iran. Accès aux circuits financiers, acquisition de devises convertibles... Il faudra cependant plusieurs mois pour que le pays reconstitue son outil de production, délabré par des décennies d'embargo.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la conclusion des accords sur le nucléaire, la perspective d'un retour sur le marché du pétrole se profile pour l'Iran. Accès aux circuits financiers, acquisition de devises convertibles... Il faudra cependant plusieurs mois pour que le pays reconstitue son outil de production, délabré par des décennies d'embargo.

Atlantico : Les Etats-Unis sont sur le point de signer un accord nucléaire avec l'Iran, qui s'est engagé à ne pas se doter de l'arme atomique en échange de la fin de l'embargo économique. En quoi cet accord permettra-t-il de relancer l'industrie pétrolière ?

Stephan Silvestre : L’Iran peut espérer de cet accord trois effets bénéfiques. D’abord, la possibilité de vendre librement son or noir sur les marchés internationaux. En dépit de la parole officielle qui soutenait ne pas souffrir de cette situation, l’Iran a fortement pâti de ces restrictions. Ensuite, l’Iran va pouvoir, progressivement, retrouver un accès aux circuits financiers internationaux. Une bonne partie du pétrole qu’il parvenait à écouler a été troqué contre divers biens et le pays manque de devises. Enfin, l’Iran pourra réaccéder au marché des pièces et équipements de production. Car même si le pays a l’autorisation de commercer, il n’en a plus les capacités en raison de l’obsolescence de ses infrastructures.

Cependant, il faudra des mois, voire des années, pour que l’Iran reconstitue un outil de production à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire les 4,8 Mbbl/j (millions de barils par jour) annoncés par le pouvoir.

Quel impact cela pourrait-il avoir sur les marchés mondiaux du pétrole ? Pourrait-on s'attendre à voir baisser les prix du pétrole ?  

L’impact sera assez modeste au regard des prétentions des autorités iraniennes. La consommation interne du pays est de plus en plus élevée et seulement une partie de la production est exportée. À court terme, la production additionnelle sur les marchés mondiaux restera inférieure à 1 Mbbl/j. C’est significatif, mais cela représente moins de 1% du marché. Cet impact est d’ores et déjà dans les cours, très bas, du pétrole et il n’y aura pas d’autre effet.

En revanche, les décisions de l’OPEP continueront de peser sur les cours. L’Iran pourrait demander une hausse de son quota (4 Mbbl/j), ce qui serait plutôt ironique de la part du chantre des prix élevés, mais cela sera rejeté par les riverains du Golfe.

L'industrie pétrolière d'Iran peut-elle prétendre à reprendre la part de marché qu'elle avait avant l'embargo ?

Sa part de marché, non, sans aucun doute. Au mieux, l’Iran pourrait rêver de revenir aux 6 Mbbl/j de ses heures de gloire (les années 1970). À cette époque, il en exportait 5,4 Mbbl/j, soit près de 10% du marché mondial. Aujourd’hui, il est peu probable qu’il atteigne les 4 Mbbl/j, alors que le marché est monté à 93 Mbbl/j. De plus, la production mondiale continue de croître, aux États-Unis, au Canada, en Russie, au Brésil, et de nombreux clients choisiront un fournisseur moins risqué.

Pourquoi faut-il malgré tout rester prudent ?

Pour commencer, la demande mondiale est peu dynamique en ce moment, alors que l’offre est pléthorique. Même après l’accord sur le nucléaire, il est peu probable que les Occidentaux se ruent sur le brut iranien. Reste la Chine, mais dans une période de tassement de sa croissance, son marché n’est plus aussi prometteur.

Ensuite, il faudra de lourds investissements pour redresser le secteur pétrolier iranien : plus de 200 milliards de dollars, selon l’Agence Internationale de l’Énergie. Mais industriels et financiers internationaux vont y regarder à deux fois avant d’investir dans ce pays. L’accord sur le nucléaire est conditionné à un certain nombre d’engagements que l’Iran devra tenir pour éviter une rechute diplomatique. Il reste par ailleurs de nombreux dossiers régionaux susceptibles de raviver les tensions (l’Irak, Daesh, Israël, l’Arabie Saoudite…). Dans un contexte de baril bradé et de réduction des investissements partout dans le monde, l’Iran devra faire face à la frilosité des investisseurs, alors même que ses propres caisses sont vides.

Ajoutons à ce tableau l’hostilité de plus en plus marquée des pays du Golfe, Arabie Saoudite en tête, sur fond de guerre des religions. Celle-ci fera tout son possible pour savonner la planche à l’Iran, à commencer par le priver de sa rente pétrolière.

Reste à l’Iran le gaz naturel, dont les réserves sont énormes et qui pourrait constituer un marché plus prometteur. Le marché mondial est en croissance, il existe une demande en Europe et son transport sous forme de GNL (gaz naturel liquéfié) est en plein essor.

Propos recueillis par Cécile Picco

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires