En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 12 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 10 heures 29 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 12 heures 2 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 16 heures 6 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 16 heures 51 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 17 heures 31 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 17 heures 52 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 11 heures 28 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 13 heures 14 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 16 heures 17 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 17 heures 49 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 18 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Même les Britanniques voient rouge

En choisissant Jeremy Corbyn, le Parti travailliste britannique vient-il de ruiner ses chances de revenir au pouvoir en Grande-Bretagne ?

Publié le 18 septembre 2015
Très à gauche, à la mode Syriza ou Podemos, Jeremy Corbyn a été élu, le 12 septembre, à la tête du Parti travailliste, de manière à la fois inattendue et écrasante. Cette victoire est-elle le choix de militants déconnectés du pays réel ou sonne-t-elle le glas de l'ère Blair, Thatcher, et des politiques austères ? Avec la montée en puissance du parti national écossais, la nouvelle donne politique britannique est en marche.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très à gauche, à la mode Syriza ou Podemos, Jeremy Corbyn a été élu, le 12 septembre, à la tête du Parti travailliste, de manière à la fois inattendue et écrasante. Cette victoire est-elle le choix de militants déconnectés du pays réel ou sonne-t-elle le glas de l'ère Blair, Thatcher, et des politiques austères ? Avec la montée en puissance du parti national écossais, la nouvelle donne politique britannique est en marche.

Atlantico : Jeremy Corbyn est-il un phénomène de militants et de parti ? Pourquoi le Labour Party, le Parti travailliste britannique, a-t-il fait ce choix très à gauche ?

Bruno Bernard : Il s'agit d'une élection interne au Parti travailliste, qui fait suite à deux défaites consécutives. Le choix de Jeremy Corbyn est le résultat de la fin de l'ère blairiste, commencée en 1997. Aujourd'hui, c'est un Parti travailliste déboussolé qui se tourne vers ce qui était son ADN politique, c'est-à-dire un socialisme un peu daté, des années 1970, très pacifiste, très anti-nucléaire et pro-nationalisation. Les membres du Parti travailliste semblent avoir fait ce choix car ils ne savaient plus vers qui se tourner. L'expérience de Tony Blair a été un échec. De plus, les trois autres candidats en lice n'étaient pas marquants. Corbyn avait pour lui la clarté de ses positions, la fermeté. Il ne faut pas oublier que c'est un parti polytraumatisé des élections, qui croyait gagner les dernières élections législatives et qui a perdu dans les grandes largeurs, en ne voyant pas et en ne sachant pas comment contrer la montée du parti nationaliste écossais. Ce dernier, lui aussi, se range plutôt dans la lignée de ce que veut Corbyn. Un positionnement très à gauche, et très anti-conservateur. Ayant éliminé les mauvaises graisses blairistes, le Parti travailliste se dit que désormais, contre les conservateurs qui ont la majorité absolue, il faut une opposition de combat ; et c'est Corbyn qui l'a le mieux incarnée, les autres étaient un peu tièdes. De plus, le soutien des syndicats, qui se réjouissent de l'élection de Corbyn, n'est pas négligeable. Le leader du Parti travailliste est aussi le choix des syndicats britanniques, comme l'avait été Ed Miliband contre son frère David.

N'est-ce pas un choix politique coupé des vraies attentes du pays réel? Avec Corbyn a sa tête, le parti travailliste a-t-il encore des chances de gagner les élections à l'avenir ou risque-t-il de se condamner à rester un parti d'opposition ?

Bruno Bernard : Aujourd'hui, il est possible que les conservateurs sabrent le champagne car ils ont un opposant facile à caricaturer. Néanmoins, certains candidats, et beaucoup de grandes figures du Labour, et même Tony Blair, ont essayé de le caricaturer pendant la campagne, et n'ont pas réussi. Il faut toujours se méfier, surtout de quelqu'un qui a été élu à 60%, car c'est le résultat d'une élection interne à un parti britannique le plus important jamais enregistré. C'est phénoménal. Corbyn a les coudées franches. Cependant, il faut rester un vainqueur gracieux dans la victoire, c'est-à-dire ne pas écraser ses adversaires au sein du parti. Car il va avoir un vrai travail pour retisser les liens à l'intérieur du Parti travailliste, notamment avec la frange blairiste. D'ailleurs, il y a déjà des personnalités de premier plan qui refusent d'être dans le shadow cabinet, donc c'est à lui de montrer qu'il est capable d'être un politique comme les autres, de mettre les mains dans le cambouis et de ne pas rester sur son Aventin. Alors, on verra si Corbyn apparaît comme un opposant crédible. On imaginait, par exemple en Grèce, que la victoire de Syriza était une utopie, idem pour Podemos en Espagne. Au final, Syriza a gagné les élections législatives, reste à voir s'ils gagneront les prochaines, et Podemos est à la mairie de Madrid et de Barcelone… Les Britanniques rejoignent cette aspiration à un changement de politique. Il est facile de dire que Corbyn est trop caricatural et ne correspondra pas au pays. Je pense qu'il correspond à une partie du pays, notamment l'Ecosse et le pays de Galles, entre autres. Allié politiquement aux indépendantistes écossais, il pourrait vraiment changer la donne et l'emporter. Cette alliance dépendra de ce que Corbyn dira sur certains sujets. Par exemple, Nicola Sturgeon lui a demandé de prendre position contre le renouvellement des sous-marins nucléaires Trident qui seront stationnés en Ecosse ; c'est exactement le genre de question que Corbyn va devoir trancher rapidement. Ce ne serait pas inimaginable de le voir se rapprocher du SNP et donc à terme de nouer une alliance, même si les indépendantistes ont littéralement chassé les travaillistes lors des dernières élections.

Ce choix a-t-il été influencé par la vague Podemos-Syriza ? Ou est-ce une logique interne à la Grande-Bretagne ?

Bruno Bernard : Je ne pense pas que la Grande-Bretagne y soit sensible et se considère proche de la Grèce et de l'Espagne. Cependant, cela correspond à un mouvement général anti-austérité en Europe. Il est vrai que la remise à flot opérée par les conservateurs a été brutale. Peut-être que l'on arrive à la fin d'un cycle, commencé sous Thatcher, et qui se terminerait ici, avec les dernières années des conservateurs. Je pense que la Grande-Bretagne reste une île donc elle est moins influencée par ce qui se passe en Europe occidentale. D'autre part, il ne faut pas oublier que Corbyn était extrêmement clair dans ses prises de position, comparé à ses adversaires. C'est autour de lui que s'est fait le débat, dans un parti qui est en lambeaux.

Corbyn fait partie de la vieille garde gauchiste du parti travailliste. Comment expliquer qu'il plaise autant aux jeunes ?

Bruno Bernard : Corbyn est quelqu'un qui parle de pacifisme, qui est très humaniste, au vu de ses positions sur les réfugiés, qui est anti-nucléaire... Une telle rhétorique plaît aux jeunes car elle est généreuse. Ces vérités qui plaisaient dans les années 1970 plaisent à nouveau. Les jeunes, notamment en Grande-Bretagne, de gauche mais aussi de manière plus générale, ont besoin d'espoir, d'utopie, d'idéaux, même s'ils peuvent paraître un peu simples, pour renouer avec la politique. Il ne faut pas oublier que les jeunes avaient beaucoup soutenu Tony Blair en 1997, c'était la jeunesse qui revenait au pouvoir, la fin des conservateurs, il y avait une image extrêmement positive, et Blair a beaucoup déçu ; la guerre en Irak, les privatisations, la financiarisation de l'économie. Cette élection, c'est aussi un retour de manivelle pour le Blairisme. Les jeunes aiment les choses tournées vers l'avenir, qui annoncent des lendemain qui chantent un peu, plutôt que le plomb habituel de type : "il faut faire des économies, vous aller payer nos dettes"... Les autres sont un peu déprimants et trop gestionnaires. Corbyn, à la différence des autres, dit "je veux un monde sans guerre et sans injustice", et même si cela peut paraître niais, c'est plus séduisant que "je vais vous expliquer comment je vais réussir à baisser le budget".

Propos recueillis par Catherine Laurent

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 14/09/2015 - 05:48
Deudeuche, Bentley
Effectivement, je peux comprendre, que lorsqu'on n'est qu'un modeste retraité, aux fins de mois difficiles, cela fasse fantasmer de s'imaginer traversant la City de Londres, un jour de pluie, dans une somptueuse Bentley argentée, conduite par un chauffeur, et éclaboussant le petit peuple en le faisant rouler exprès dans les flaques d'eau !
clint
- 14/09/2015 - 00:25
Et en France on a bien le couple Germain - Hidalgo !
Germain, proche de Aubry, disait ce matin qu'il était à 90 % d'accord avec le discours des communistes, qu'il était proche de Podemos et bien sûr de Pickety. Sa femme veut que Paris se distingue des autres capitales en ne proposant pas de commerces ouverts le dimanche mais de la culture. Elle vient d'inventer la journée sans voiture à Paris où il sera interdit de circuler en voiture et dans la partie où ça sera permis la vitesse sera limitée à 2O km/h ! la vitesse où il y a le plus de pollution car on est obligé de rester en 1ère ! Alors les britanniques ne seront pas plus pénalisés que nous car les "podemos" on les a déjà aux gouvernes !
Deudeuche
- 13/09/2015 - 22:49
Couper leur la tête
le sans-culotte du site vient afficher ici son mépris pour la liberté, l'esprit d'entreprise et le succès....