En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 24 min 47 sec
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 1 heure 12 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 3 heures 12 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 6 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 6 heures 37 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 47 min 17 sec
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 2 heures 46 sec
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 4 heures 37 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 5 heures 36 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 6 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 6 heures 51 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 7 heures 15 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 8 heures 12 min
© Reuters
Alain Juppé et Nicolas Sarkozy sont favoris pour la primaire à droite et au centre.
© Reuters
Alain Juppé et Nicolas Sarkozy sont favoris pour la primaire à droite et au centre.
Qualités de ses défauts

Université d’été de la Baule : Sarkozy-Juppé, quand la force de l’un est la faiblesse de l’autre (et réciproquement)

Publié le 11 septembre 2015
Malgré la multiplication des déclarations de candidature ces derniers mois, les deux candidats en tête des sondages dans le cadre de la primaire à droite restent Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. L'un séduit par ses positions politiques, l'autre par sa personnalité, mais les deux atouts ne semblent pas pouvoir se combiner aujourd'hui.
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré la multiplication des déclarations de candidature ces derniers mois, les deux candidats en tête des sondages dans le cadre de la primaire à droite restent Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. L'un séduit par ses positions politiques, l'autre par sa personnalité, mais les deux atouts ne semblent pas pouvoir se combiner aujourd'hui.

Atlantico : Alain Juppé reste en tête du baromètre CSA pour "Les Echos" publié le 3 septembre, aussi bien auprès de l’ensemble des Français que des sympathisants de droite. Si sa personnalité plaît, son positionnement politique semble séduire davantage les sympathisants de centre droit que les militants des Républicains. Est-ce là l'un des handicaps de Juppé ?

Buno Jeudy : Il est incontestable qu'Alain Juppé est devenu - pendant l'année 2014 et cela s'est renforcé nettement depuis le début de 2015 - l'homme politique préféré des Français, loin devant Nicolas Sarkozy. Ensuite, lorsqu'on analyse les préférences des sympathisants de droite et même les préférences des sympathisants des Républicains, les choses se resserrent entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, et c'est variable selon les sondages. Globalement, il s'agit d'un rapport 50-50 même si selon les dernières études dont celle d'Odoxa pour Itele, il y a un léger avantage pour Nicolas Sarkozy chez les sympathisants de droite et un avantage un peu plus large pour le président des Républicains au sein de son parti.

SI l'on s'en tient à l'opinion des gens de droite et des Républicains en particulier, Nicolas Sarkozy semble rester légèrement devant Alain Juppé, même si ce dernier a plutôt comblé son retard depuis le retour de Nicolas Sarkozy en septembre dernier. Le match dans l'opinion est globalement favorable au maire de Bordeaux, mais le match dans l'opinion des sympathisants de droite et des sympathisants du parti Les Républicains est quand même encore plutôt favorable à Nicolas Sarkozy.

Cela me fait dire que si la primaire devait se dérouler demain, le résultat serait probablement serré, peut-être un peu à l'avantage de Nicolas Sarkozy aujourd'hui mais on ne sait pas exactement quel sera le corps électoral, combien de centristes se déplaceront pour voter à la primaire… C'est la grande inconnue de cette primaire, la première pour la droite.

La stratégie d'Alain Juppé est d'aller séduire l'électorat modéré de l'opposition, c'est-à-dire les centristes, et d'élargir même aux déçus de François Hollande. Le maire de Bordeaux sait vraisemblablement que ce n'est pas au niveau de la frange la plus à droite des Républicains, et a fortiori du côté du FN, qu'il va trouver des soutiens. Sa stratégie est d'essayer de bétonner ce socle républicain modéré, centriste et même de l'élargir à gauche. C'est son pari, la voie qu'il a trouvé pour contourner et dépasser un Nicolas Sarkozy qui lui, au contraire, a un noyau dur chez les Républicains. Son sentiment est que la France s'est radicalisée, la droite aussi et c'est plutôt vers la droite qu'il va trouver les voix pour distancer et emporter la course à la primaire.

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont donc à front inversé quant à leur façon d'aller chercher les électeurs pour la primaire. Alain Juppé fait le pari de l'apaisement et de la modération à travers ses prises de position avec son choix de rentrée politique notamment, mettre en avant la "mère des réforme" pour le citer, c'est-à-dire la réforme de l'école. Il s'agit d'un thème qui peut trouver des oreilles favorables du côté des électeurs modérés et des déçus de Hollande par exemple. Pourtant aujourd'hui, on attend peut-être davantage des leaders de la droite qu'ils interviennent sur le terrain migratoire et celui des questions régaliennes. 

Nicolas Sarkozy, au contraire, est davantage en accord avec l'électorat de droite sur le plan des idées, mais sa personnalité paraît encore poser problème. Comment cela se manifeste-il ? Peut-il inverser cette tendance ?

Même si la personnalité du président des Républicains peut en déranger certains, Nicolas Sarkozy veut mettre en avant ses propres qualités, son charisme, son autorité. Nicolas Sarkozy n'essaye pas d'inverser cette tendance d'après moi, il veut déjà retrouver le soutien de sa famille politique, soutien obtenu en partie suite à son élection l'année dernière au sein de l'UMP, renforcé avec le changement de nom Les Républicains avant l'été. Il a accordé une longue interview à Valeurs Actuelles pendant l'été. Il a posé le périmètre des électeurs qu'il essaye d'élargir avec les anciens électeurs du FN par exemple.

Il laisse avancer ses rivaux comme Alain Juppé et l'école, ou François Fillon et le libéralisme, sur des positions qui d'après moi ne correspondent pas exactement à ce qu'attendent les électeurs de droite aujourd’hui.

A l'aune de ces forces et faiblesses, quelle personnalité a le plus de chance de séduire l'électorat de droite ?

Il est clair que sur les thématiques qui font résonnance avec les Français, comme l’immigration, l’insécurité, la protection des frontières… Nicolas Sarkozy sera plus à l'aise qu'Alain Juppé, même si les deux hommes n'ont pas beaucoup de propositions différentes à formuler que celles que l'exécutif met en œuvre. L’opposition reste assez silencieuse, sur les questions migratoires par exemple. L'ancien président de la République me paraît pouvoir davantage tirer parti de la situation car l’opinion est davantage inquiète au sujet des questions relatives aux migrants ou au terrorisme qu'au sujet du seul terrain économique. François Fillon a fait le pari du redressement économique et peine à remonter dans les sondages. Alain Juppé représente un mélange des deux : il met en avant l'école, tout en traitant les questions migratoires, il n'est pas absent des enjeux européens… Or, pour le moment, l’opinion est assez radicalisée.

Peut-on distinguer des divergences à l'égard de Nicolas Sarkozy et Alain Juppé entre militants et sympathisants de droite ? Comment les expliquer ?

Ce phénomène est classique. Plus on se rapproche du cœur militant, plus la base est radicalisée, surtout dans les mouvements de droite. Nicolas Sarkozy tient aujourd’hui les rennes du cœur et si l’on s’en tient aux seuls adhérents, le président du parti est devant Alain Juppé. Plus on s'éloigne de ce cercle de cartés, important mais qui ne représente que quelques centaines de milliers de personnes quand les dirigeants de droite évoquent la possibilité de voir 3 millions de votants à la primaire, plus on s’éloigne de ce cercle, plus cela se resserre entre les deux candidats en tête. Des sympathisants de droite moins radicalisés, pas encartés, ont une analyse pouvant diverger sur certains sujets. Il est difficile de mesurer cela puisque c’est la première fois que la droite va tester l’exercice de la primaire. La gauche en a déjà 2 à son actif, une premier fermée, une deuxième ouverte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 06/09/2015 - 10:34
Sarko ou rien
À vangpg : votre sobriquet sur Sarko n'est jusqu'à ce jour justifié en rien, toutes les affaires montées par la gauche et mes médias asservis continuent de faire flop. Son énergie, sa capacité d'action, sa grande capacité naissance des dossiers géo, politico, économique en font un adversaire redoutable. Vous aimez pas sa personnalité ! L'homme parfait n'existe pas et tout plutôt que le menteur, manipulateur, mollasson 1er
vangog
- 06/09/2015 - 02:42
@Orchidee31 désolé, je m'étais égaré!
Je le referai plus, juré! Mais pouvez-vous me confirmer que ce sera bien Sarko-le-tricheur?...just to make my day...
Orchidee31
- 05/09/2015 - 22:05
Pauvre vangogo
Vous devriez changer de disque, il est rayé le disque.... Mais que faites-vous ici ????