En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

Impossible n'est pas français !

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 13 heures 31 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 15 heures 2 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 18 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 19 heures 21 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 20 heures 45 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 20 heures 57 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 21 heures 21 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 14 heures 23 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 16 heures 11 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 18 heures 6 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 21 heures 27 min
© Reuters
"L’euro est une machine à gagner pour l’Allemagne, au détriment des pays les plus fragiles."
© Reuters
"L’euro est une machine à gagner pour l’Allemagne, au détriment des pays les plus fragiles."
Anti-modèle

Allemagne, le maillon trop fort ? Ce que viennent de révéler les chiffres manufacturiers sur l’état de l’économie européenne

Publié le 03 septembre 2015
La publication des derniers chiffres manufacturiers européens montrent l’existence d’une Europe à deux vitesses, entre l’Allemagne et le reste de la zone euro. Et cette fracture est moins la conséquence d'une bonne gestion allemande que le résultat de déséquilibres provoqués par une mauvaise maîtrise des effets la monnaie unique.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La publication des derniers chiffres manufacturiers européens montrent l’existence d’une Europe à deux vitesses, entre l’Allemagne et le reste de la zone euro. Et cette fracture est moins la conséquence d'une bonne gestion allemande que le résultat de déséquilibres provoqués par une mauvaise maîtrise des effets la monnaie unique.

La dernière livraison des indices de directeurs d’achats pour la zone euro, publiés par le cabinet Markit le 1er septembre, permet de conforter la position favorable de l’Allemagne dans le secteur manufacturier européen. En s’affichant à un plus haut de 16 mois, c’est-à-dire un niveau de 53.3 points (un chiffre supérieur à 50 indique une période de croissance du secteur, et un relevé inférieur à 50 marque une récession), l’industrie d’outre-rhin creuse l’écart. Notamment face à la France, soumise une nouvelle fois à une période de contraction (48.3 points, un plus bas de 4 mois), ou à d’autres pays pourtant considérés comme "sortis d’affaire", comme l’Irlande, avec un plus bas de 18 mois (53.6 points) ou encore l’Espagne, avec un plus bas de 10 mois (53.2 points).

Ainsi, encore une fois, l’Europe semble coupée en deux, entre l’Allemagne et quelques pays du nord, et le reste du continent. Cette fracture européenne avait pu être mise en avant dans un article du Brookings Center, publié le 17 juillet dernier, écrit par l’ancien Président de la Réserve fédérale des Etats-Unis, Ben Bernanke. La simple observation du taux de chômage comparé entre l’Allemagne et le reste de la zone euro permet de mettre en évidence cette Europe à deux vitesses.

Taux de chômage comparé. Allemagne et Zone euro (à l’exclusion de l’Allemagne).

Cliquez pour agrandir

Alors que l’Allemagne voit son taux de chômage baisser depuis plusieurs années, pour atteindre un niveau de 4.7%, ce qui peut être apparenté à une situation de plein emploi, le reste de la zone euro conserve un taux supérieur à 13% (soit près de trois fois plus que l’Allemagne), c’est-à-dire une situation de chômage de masse.

La réponse la plus simpliste à cette situation consiste à conclure que l’Allemagne a fait les bonnes réformes et les bons choix, et que les autres ont encore du travail avant d’en arriver au même niveau. C’est-à-dire la réponse du fameux "modèle allemand" qui fait tant rêver les dirigeants européens. L’économie allemande est en effet hyper-productive, tournée largement vers l’exportation, bénéficie d’un maillage industriel de premier plan mondial, et en récolte ainsi les fruits. Ces éléments peuvent décrire une "certaine" réalité, mais ils sont totalement insuffisants pour permettre de justifier un tel écart.

Selon Ben Bernanke, deux raisons principales viennent expliquer cette situation. En premier lieu, l’euro. "L’Allemagne a bénéficié d’une monnaie, l’euro, dont la valeur internationale est bien inférieure à celle d’une hypothétique monnaie exclusivement allemande. La participation de l’Allemagne à la zone euro a permis une accélération majeure des exportations allemandes, en comparaison avec ce qu’elles auraient été avec une monnaie indépendante."

Comment est-il possible d’en arriver à une telle conclusion ? Il existe un indice, qui ressemble plutôt à une preuve de cet avantage dont profite l’Allemagne. Il s’agit de sa balance commerciale.

Différence entre exportations et importations, sur PIB. En % 

Au début de l’aventure "euro", l’Allemagne affiche une balance commerciale de 2.8%, elle est de 7.5% pour l’année 2014. S’il ne s’agit pas de contester les efforts faits par le pays pour soutenir son industrie et ses exportations, il reste évident que l’euro a joué un rôle crucial dans cette performance. Dans l’hypothèse d’une Allemagne qui aurait conservé le Deutschemark, la valeur de la monnaie aurait progressé en fonction des chiffres de la balance commerciale du pays. Ainsi, avec un Mark toujours plus fort, l’avantage concurrentiel allemand aurait été progressivement amputé. Les records actuels ne seraient alors qu’un rêve inatteignable. Parce que l’euro est partagé par un ensemble de pays, dont certains sont bien moins "compétitifs" que l’Allemagne, la valeur de l’euro a progressé par rapport à l’ensemble, et non par rapport à l’Allemagne. Le plus fort est avantagé, et les plus faibles sont fragilisés.

Afin de répondre à une telle différence de traitement, la solution pourrait être de voir le principal bénéficiaire de la situation, c’est-à-dire l’Allemagne, soutenir la croissance européenne. Ceci afin de compenser le bénéfice "indu" qui lui offert par l’euro. Pour y parvenir, il suffirait de voir le pays soutenir la croissance européenne au travers de sa propre demande intérieure. Il s’agit du second point développé par Ben Bernanke :

"L’Allemagne pourrait aider à restaurer l’équilibre au sein de la zone euro et relever le rythme de croissance de l’ensemble en augmentant ses dépenses domestiques, à travers certaines mesures comme une augmentation des investissements en infrastructure, le soutien à des hausses de salaires pour les travailleurs allemands (pour soutenir la consommation) et engager des réformes structurelles permettant d’encourager la demande intérieure. De telles mesures n’entraineraient que peu ou pas de sacrifices pour les allemands, et serviront les intérêts à long terme du pays en réduisant le risque d’une explosion de la zone euro".

Mais pour le moment, l’Allemagne n’en fait rien. L’objectif du 0% déficit est une priorité pour le ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, qui prône une telle politique tout au long des 5 prochaines années. Quant aux employés ; alors que la part des salaires dans le revenu était supérieure à 53% en 2000, elle est inférieure à 50% aujourd’hui. Dans sa forme actuelle, et en raison des politiques menées par le pays, l’euro est une machine à gagner pour l’Allemagne, au détriment des pays les plus fragiles. Et les réformes structurelles des pays du sud n’y changeront rien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

Impossible n'est pas français !

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Xhishou
- 04/09/2015 - 13:10
En résumé
L'euro est un pacte qui permet à l'Allemagne de vendre ses produits 30% moins cher aux autres pays de l'UE que si elle avait sa propre monnaie. Mais c'est 30% de moins sont pour l'acheteur uniquement, elle, elle vend au même prix. De même pour la France les pays de l'UE nous achéte nos produits 20% plus cher que si on était resté au franc et comme pour l'allemagne c'est coté acheteur que ces baisses et hausses se sentent. C'est l'une des raisons qui font que même si l'on doit faire des réformes ça ne suffira jamais. Oh aussi, petite phrase d'un assurerur Allemand: "On torture les grecs pour que les Italiens, Espagnoles et Français entendent leurs cris".
Ganesha
- 03/09/2015 - 18:08
Les yeux dans les yeux
Ces derniers jours, j'ai pris un certain nombre de participants d'Atlantico, et, les yeux dans les yeux, je leur ai demandé : pourriez-vous vivre avec 450 euros par mois ? La plupart des réponses ont été absolument hilarantes ! Pas très courageuses... ''Les loyers coûtent moins cher en Allemagne'', ''C'est un bon début'' ! D'autres ont dévié en parlant de leurs souvenirs touristiques : les ''bierstube'' de Düsseldorf , la bonne humeur de la nouvelle bourgeoisie chinoise à Shanghaï … Un seul, qui ''n'en avait rien à foutre des allemands'', s'est inquiété des très faibles cotisations de retraite des minijobs… Un dernier, pour la route : ''la paille et la poutre'' ?!?
Ganesha
- 03/09/2015 - 18:04
Litote
Citation, au bas de la page 2 de cet article, concernant l'Allemagne : ''alors que la part des salaires dans le revenu était supérieure à 53% en 2000, elle est inférieure à 50% aujourd’hui'' . Quelle de discrétion cher mr Goetzmann, quelle magnifique litote! Après cela, les autres commentateurs vont encore me reprocher de répéter toujours les mêmes arguments, mais il faut bien que quelqu'un vous explicite !