En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Chaque année, les Européens sont victimes de vols de données présentes sur les cartes bancaires pour un montant avoisinant 1,7 milliard d’euros.
Dessous des cartes
Explosion des fraudes à la carte bancaire : la vérité sur un moyen de paiement dont les banques se gardent bien de révéler les failles grandissantes
Publié le 03 septembre 2015
Sous l'impulsion des nouvelles technologies, la fraude est protéiforme et coûte aux banques. Celles-ci se doivent de réfléchir dès à présent à de nouveaux modes de paiement... Et les consommateurs de s'assurer de leurs bonnes pratiques lorsqu'ils naviguent sur internet.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sous l'impulsion des nouvelles technologies, la fraude est protéiforme et coûte aux banques. Celles-ci se doivent de réfléchir dès à présent à de nouveaux modes de paiement... Et les consommateurs de s'assurer de leurs bonnes pratiques lorsqu'ils naviguent sur internet.

Atlantico : 840 000 ménages ont été victimes d'une fraude bancaire en 2013, d'après une enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée le 1er septembre 2015. Parmis eux, une majorité (61%) résulte d'achats réglés par carte bancaire. Réputée sûre lors des premières mises en service à la fin des années 1960, pourquoi ce mode de paiement l'est-il beaucoup moins de nos jours ?

Michel Ruimy : Quelques chiffres pour fixer le phénomène. Chaque année, les Européens sont victimes de vols de données présentes sur les cartes bancaires pour un montant avoisinant 1,7 milliard d’euros. Et, selon une étude de Checkpoint, une société spécialisée dans la sécurité informatique, la France serait particulièrement touchée par ce phénomène avec, en 2013, une perte de près de 550 millions d’euros.

Pour répondre plus précisément à votre question, ce n’est pas tant le mode de paiement qui convient de considérer mais le fait que si la densification des réseaux informatiques a permis l’essor de nouveaux moyens de communication (messagerie électronique, réseaux sociaux…), ce processus est aussi à l’origine de l’apparition de nouveaux procédés qui permettent à certains individus d’obtenir des informations confidentielles et personnelles, notamment bancaires (phishing, scam, introduction dans les systèmes d’information type fichier-clients, etc.). Les cartes bancaires européennes, bien qu’équipées de technologies de sécurité avancées (puces et codes PIN), sont ainsi facilement utilisées aux États-Unis où la protection est uniquement limitée à la bande magnétique des cartes. Autre point. Les systèmes de sécurité des cartes bancaires à puce sont d’une importance secondaire contre les attaques de logiciels malveillants. Les pirates peuvent donc utiliser, par exemple, partout dans le monde, les numéros de cartes bancaires dérobés aux États-Unis.

Le nombre de fraude bancaire a progressé de 67,7% entre 2010 et 2013, toujours selon les chiffres de l'enquête publiée par l'ONDRP. Cette intensification des fraudes va-t-elle encore s'accélérer ?

En effet, comme vous le rappelez, ce sont près de 840 000 ménages français qui ont subi des escroqueries bancaires en 2013 pour un préjudice souvent inférieur à 240 euros. Ce chiffre augmente régulièrement et le chiffre annoncé représente environ 300 000 ménages de plus qu’en 2010. La principale raison d’une telle augmentation est due au développement du commerce électronique.

Ce chiffre risque malheureusement de s’accroître car près d’un tiers des fraudes bancaires sont liées à un achat en ligne sur l’Internet et durant lequel les internautes sont peu vigilants à la sécurité lors de la transmission de leurs coordonnées bancaires.

Malgré tout, l'utilisation d'une carte bancaire est devenue incontournable pour la majorité des Français. Face à ces fraudes, comment faire pour se protéger tout en continuant de l'utiliser au quotidien ?

La carte bancaire est un vrai succès marketing. Il y a près de 63 millions de cartes bancaires en circulation en France ! Depuis 2001, en nombre de transactions, il y a eu chaque année plus de paiements par carte que de paiements par chèque. Ce mode de paiement est donc, a priori, partie intégrante de notre vie. Sa protection est donc cruciale. Néanmoins pour se protéger, il convient de garder à l’esprit quelques règles de prudence. Par exemple, n’écrire nulle part son code confidentiel, ni le communiquer à un tiers quel qu’il soit ; toujours composer le code confidentiel à l’abri des regards indiscrets en masquant, par exemple, le clavier de son autre main ; ne pas se laisser distraire par un tiers lors d’un paiement / retrait ; conserver sa carte en lieu sûr et ne la confier à personne ; conserver ses tickets (y compris électroniques) et vérifier régulièrement ses relevés bancaires ; signaler immédiatement à la banque toute anomalie sur son relevé bancaire ; garder en lieu sûr le numéro de la carte et sa date d’expiration pour pouvoir la mettre en opposition plus rapidement. Et il y en a beaucoup d’autres !

A plus long terme, peut-on sérieusement envisager la mort de la carte bancaire ? Quels autres moyens de paiement pourraient bien prendre sa suite ? A quelle échéance ? Google checkout ou Paypal pourraient-ils par exemple venir grappiller des parts de marché aux banques ?

La Banque s’est toujours acclimatée aux nouvelles évolutions technologiques. Avec l’avènement de l’informatique, elle a mis en place, en réponse, des opérations automatisées. Avec l’apparition de la puce électronique, elle a développé la carte bancaire munie d’un microprocesseur. Donc, la carte bancaire existera tant qu’elle répondra à des besoins et ne sera pas supplantée par un autre mode de paiement répondant mieux aux attentes de la clientèle.

Aujourd’hui, Le marché des paiements est un marché en croissance avec de nombreux acteurs, autres que bancaires principalement issus de l’Internet et de la téléphonie (Google, Apple…). Le nombre de transactions électroniques est ainsi en augmentation en raison de l’élargissement de l’offre (m-payment par exemple). Le marché est devenu plus concurrentiel et la part des banques risquent, en conséquence, de diminuer à l’avenir si elles ne proposent pas d’autres services et supports pour mieux capter / fidéliser le client bancaire.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
04.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 03/09/2015 - 10:11
Sans doute
faudrait-il déjà supprimer le numéro de confirmation qui figure en clair au verso des cartes d'où impossibilité d'utilisation pour commandes sur internet. Comme le code, il devrait faire l'objet d'une information confidentielle.