En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 3 min 15 sec
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 56 min 17 sec
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 3 heures 13 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 4 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 6 heures 19 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 6 heures 33 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 19 min 16 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 2 heures 55 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 3 heures 43 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 6 heures 35 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 6 heures 36 min
Ecophobie

Comment réconcilier la France et "l'homo economicus" ?

Publié le 28 novembre 2011
L'enseignement de l'économie au lycée se veut "social" plutôt que "commercial" et peut donner parfois une fausse image du monde de l'entreprise. Et si on initiait professeurs et élèves à l’investissement en Bourse ?
Frédéric Lemaître
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lemaître est Président de Fair Disclosure Management SAS, société de gestion de base de données sensibles. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'enseignement de l'économie au lycée se veut "social" plutôt que "commercial" et peut donner parfois une fausse image du monde de l'entreprise. Et si on initiait professeurs et élèves à l’investissement en Bourse ?

Examinons les faits. D’un côté : un enseignement supérieur privé d’une qualité pédagogique exceptionnelle avec HEC (Hautes Etudes Commerciales), l’ESSEC (Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales) ou encore l’ESCP (Ecole Supérieure de Commerce de Paris) pour ne citer que les plus célèbres grandes écoles de commerce françaises. Vous remarquerez que les termes "économique" et "commercial" cohabitent ici sans honte au service d’une formation de grande qualité reconnue non seulement en France mais aussi partout dans le monde.

De l’autre côté : un enseignement secondaire avec des sections "ES" (économiques et sociales). Là, le mot "commerce" est tellement honteux à prononcer pour une grande partie de notre corps enseignant qu'il a été gommé. En toute logique, il aurait pourtant dû coexister avec le terme "économique". Pour se racheter de ce sacrifice sur l'autel d’une modernité subie et non voulue, on a préféré y coller avec délectation la mention magique "sociale". Nous voilà donc flanqués de classes "économiques et sociales" plutôt que de classes "économiques et commerciales".

Pour quel résultat ? La filière "ES", destinée à former notre élite marketing et commerciale, est la seule où l'on apprend la macroéconomie. Le plus souvent sous le prisme marxiste. On y apprend comment fonctionne un syndicat plutôt qu'une entreprise, pourtant seule créatrice de richesse, d'emploi et surtout d'avenir pour nos enfants.

Bourse et entreprise : des gros mots

Conséquence désastreuse de tout cela : tout ce qui touche à l’entreprise est oublié ou critiqué mais jamais sublimé. Les actionnaires qui vont risquer leur épargne pour créer et développer une entreprise sont des capitalistes sans morale. Les dirigeants sont des exploiteurs sans scrupules et la Bourse le temple de la spéculation.

On se demande comment il peut y avoir encore des postulants pour entrer dans les classes préparatoires aux grandes écoles de commerce. Il est même étonnant qu’il n’y ait pas eu de pétitions pour renommer nos classes préparatoires et nos grandes écoles en y ajoutant le mot sacro-saint "social". Heureusement, ici, le politiquement correct n’a pas encore frappé.

Pendant ce temps, que font nos politiques ? Les manuels d’économie des classes "ES" montrent une méconnaissance rare ainsi qu'un esprit critique et caricatural de la réalité du monde de l’entreprise. Nous sommes en droit de nous demander comment sont formés nos professeurs d’économie "à la sauce sociale".

Et pourtant, combien d’idées simples pour remédier à ce constat consternant ? Il en existe de nombreuses : stages suffisamment longs en entreprises les élèves comme pour les professeurs,  en France et à l’étranger. Interventions de cadres et dirigeants dans les lycées et collèges, formation à la création d’entreprises, visites d’usines, de sièges sociaux, d’ateliers, de tribunaux de commerce, études de cas simples, pour n’en citer que quelques-unes.

J’en vois une autre, particulièrement formatrice : initier nos professeurs et leurs élèves à l’investissement en Bourse. La Bourse est l’un des moyens les plus efficaces pour financer le développement des entreprises qui ont une vision à long terme de leur avenir et pour comprendre la microéconomie. On peut déjà imaginer la grimace se former sur les visages de certains professeurs qui y verront une provocation inutile et un assujettissement insupportable au grand capital. Mais la Bourse n’est ni de droite ni de gauche. Elle est seulement un instrument de financement au service des entreprises qui ne veulent pas subir les affres des restrictions de crédits bancaires, voir le "credit crunch" tant redouté ces derniers temps.

La Bourse est la vie

Qui n’a pas assisté à la première assemblée générale des actionnaires de France Telecom, par exemple, lors de son introduction en Bourse, ne peut pas imaginer la découverte que cela fut pour ces centaines de milliers d’actionnaires novices confrontés à la réalité d’une entreprise devant affronter la compétition internationale. Ce fut la grande révélation. Plusieurs milliers de ces nouveaux actionnaires qui n’avaient jamais "touché" à une action étaient présents pour comprendre ce qu’ils n’avaient jamais appris à l’école, au lycée ou à l’université.

Pour comprendre aussi pourquoi et comment une entreprise devait se développer, se réformer pour être plus performante et compétitive afin de préparer au mieux son avenir. Les questions fusaient. Elles étaient pertinentes, intelligentes,  même si parfois un peu naïves. Les dirigeants de l’époque tentaient de répondre dans un langage simple et rassurant. Ils parlaient stratégie, développement international, parts de marché, prévisions de bénéfices. Tout cela se passait dans un calme parfait et chacun dans son rôle, actionnaires et dirigeants, partageaient cette "grand’messe" dans un vrai respect mutuel.

Ah ! Si seulement quelques-uns de nos brillants hommes politiques, de droite comme de gauche, y avaient assisté. Ils auraient alors compris l’intérêt de "pousser" l’actionnariat individuel direct à toutes les classes de la population, source de curiosité économique pour l’individu et de comportement responsable pour le citoyen.

Quelle meilleure formation à l’économie que le statut d’actionnaire individuel direct ? C’est l’accès direct à la microéconomie qui permet petit à petit de mieux comprendre la macroéconomie, les enjeux et les défis qui se présentent dramatiquement à nous aujourd’hui et pour les années qui viennent.

Pour les entreprises, quel meilleur "bouclier" contre les comportements irrationnels des marchés que d’avoir un actionnariat individuel important plus sensible à l’"affectio societatis" qu’à l’évolution des résultats trimestriels ?

Quelle meilleure réponse à apporter à ce sujet par nos politiques que d’avoir une politique fiscale appropriée pour favoriser l’investissement en actions ? Ainsi naîtra "l’homo actionarius" français, cousin très proche de "l’homo economicus".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mandos
- 29/11/2011 - 16:50
Prof wars
Ahah, on voit ceux qui ont du temps et de l'indignation à revendre avec tous ces profs outrés qu'on puisse penser que l'enseignement de l'économie au lycée est... comment dire, c'est même plus un biais idéologique à ce niveau... faudrait un nouveau terme... disons simplement que le prof français de base sait sur quel ton parler de la Bourse et de l'entreprise... lol.
jean ferrette
- 29/11/2011 - 12:15
et la bourse?
quant à la bourse, cela fait des années que je fais travailler mes élèves sur boursorama à se composer un panier fictif d'actions et à suivre son évolution au cours de l'année.
Alors pourquoi tant de contrevérités? Qui a à y gagner?
Non seulement l'enseignement des SES ne fait l'impasse ni sur l'entreprise ni sur la bourse, mais il va au-delà de celles-ci. Il s'agit donc d'un enseignement complet.
jean ferrette
- 29/11/2011 - 12:13
que d'erreurs!
Frédéric,
ton article est d'autant plus surprenant que tu sembles tout ignorer de l'évolution des programmes depuis quinze ans et de ce que nous faisons réellement.
Le syndicalisme a été supprimé des programmes de seconde en 1995. C'est dommage car tu reconnaitras sans peine que c'est un acteur majeur de la vie de l'entreprise.