En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 17 min 1 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 5 heures 10 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 15 heures 58 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 16 heures 43 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 26 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 1 heure 22 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 4 heures 53 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 14 heures 4 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 16 heures 23 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 17 heures 13 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 19 heures 51 min
Ecophobie

Comment réconcilier la France et "l'homo economicus" ?

Publié le 28 novembre 2011
L'enseignement de l'économie au lycée se veut "social" plutôt que "commercial" et peut donner parfois une fausse image du monde de l'entreprise. Et si on initiait professeurs et élèves à l’investissement en Bourse ?
Frédéric Lemaître est Président de Fair Disclosure Management SAS, société de gestion de base de données sensibles. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lemaître
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lemaître est Président de Fair Disclosure Management SAS, société de gestion de base de données sensibles. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'enseignement de l'économie au lycée se veut "social" plutôt que "commercial" et peut donner parfois une fausse image du monde de l'entreprise. Et si on initiait professeurs et élèves à l’investissement en Bourse ?

Examinons les faits. D’un côté : un enseignement supérieur privé d’une qualité pédagogique exceptionnelle avec HEC (Hautes Etudes Commerciales), l’ESSEC (Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales) ou encore l’ESCP (Ecole Supérieure de Commerce de Paris) pour ne citer que les plus célèbres grandes écoles de commerce françaises. Vous remarquerez que les termes "économique" et "commercial" cohabitent ici sans honte au service d’une formation de grande qualité reconnue non seulement en France mais aussi partout dans le monde.

De l’autre côté : un enseignement secondaire avec des sections "ES" (économiques et sociales). Là, le mot "commerce" est tellement honteux à prononcer pour une grande partie de notre corps enseignant qu'il a été gommé. En toute logique, il aurait pourtant dû coexister avec le terme "économique". Pour se racheter de ce sacrifice sur l'autel d’une modernité subie et non voulue, on a préféré y coller avec délectation la mention magique "sociale". Nous voilà donc flanqués de classes "économiques et sociales" plutôt que de classes "économiques et commerciales".

Pour quel résultat ? La filière "ES", destinée à former notre élite marketing et commerciale, est la seule où l'on apprend la macroéconomie. Le plus souvent sous le prisme marxiste. On y apprend comment fonctionne un syndicat plutôt qu'une entreprise, pourtant seule créatrice de richesse, d'emploi et surtout d'avenir pour nos enfants.

Bourse et entreprise : des gros mots

Conséquence désastreuse de tout cela : tout ce qui touche à l’entreprise est oublié ou critiqué mais jamais sublimé. Les actionnaires qui vont risquer leur épargne pour créer et développer une entreprise sont des capitalistes sans morale. Les dirigeants sont des exploiteurs sans scrupules et la Bourse le temple de la spéculation.

On se demande comment il peut y avoir encore des postulants pour entrer dans les classes préparatoires aux grandes écoles de commerce. Il est même étonnant qu’il n’y ait pas eu de pétitions pour renommer nos classes préparatoires et nos grandes écoles en y ajoutant le mot sacro-saint "social". Heureusement, ici, le politiquement correct n’a pas encore frappé.

Pendant ce temps, que font nos politiques ? Les manuels d’économie des classes "ES" montrent une méconnaissance rare ainsi qu'un esprit critique et caricatural de la réalité du monde de l’entreprise. Nous sommes en droit de nous demander comment sont formés nos professeurs d’économie "à la sauce sociale".

Et pourtant, combien d’idées simples pour remédier à ce constat consternant ? Il en existe de nombreuses : stages suffisamment longs en entreprises les élèves comme pour les professeurs,  en France et à l’étranger. Interventions de cadres et dirigeants dans les lycées et collèges, formation à la création d’entreprises, visites d’usines, de sièges sociaux, d’ateliers, de tribunaux de commerce, études de cas simples, pour n’en citer que quelques-unes.

J’en vois une autre, particulièrement formatrice : initier nos professeurs et leurs élèves à l’investissement en Bourse. La Bourse est l’un des moyens les plus efficaces pour financer le développement des entreprises qui ont une vision à long terme de leur avenir et pour comprendre la microéconomie. On peut déjà imaginer la grimace se former sur les visages de certains professeurs qui y verront une provocation inutile et un assujettissement insupportable au grand capital. Mais la Bourse n’est ni de droite ni de gauche. Elle est seulement un instrument de financement au service des entreprises qui ne veulent pas subir les affres des restrictions de crédits bancaires, voir le "credit crunch" tant redouté ces derniers temps.

La Bourse est la vie

Qui n’a pas assisté à la première assemblée générale des actionnaires de France Telecom, par exemple, lors de son introduction en Bourse, ne peut pas imaginer la découverte que cela fut pour ces centaines de milliers d’actionnaires novices confrontés à la réalité d’une entreprise devant affronter la compétition internationale. Ce fut la grande révélation. Plusieurs milliers de ces nouveaux actionnaires qui n’avaient jamais "touché" à une action étaient présents pour comprendre ce qu’ils n’avaient jamais appris à l’école, au lycée ou à l’université.

Pour comprendre aussi pourquoi et comment une entreprise devait se développer, se réformer pour être plus performante et compétitive afin de préparer au mieux son avenir. Les questions fusaient. Elles étaient pertinentes, intelligentes,  même si parfois un peu naïves. Les dirigeants de l’époque tentaient de répondre dans un langage simple et rassurant. Ils parlaient stratégie, développement international, parts de marché, prévisions de bénéfices. Tout cela se passait dans un calme parfait et chacun dans son rôle, actionnaires et dirigeants, partageaient cette "grand’messe" dans un vrai respect mutuel.

Ah ! Si seulement quelques-uns de nos brillants hommes politiques, de droite comme de gauche, y avaient assisté. Ils auraient alors compris l’intérêt de "pousser" l’actionnariat individuel direct à toutes les classes de la population, source de curiosité économique pour l’individu et de comportement responsable pour le citoyen.

Quelle meilleure formation à l’économie que le statut d’actionnaire individuel direct ? C’est l’accès direct à la microéconomie qui permet petit à petit de mieux comprendre la macroéconomie, les enjeux et les défis qui se présentent dramatiquement à nous aujourd’hui et pour les années qui viennent.

Pour les entreprises, quel meilleur "bouclier" contre les comportements irrationnels des marchés que d’avoir un actionnariat individuel important plus sensible à l’"affectio societatis" qu’à l’évolution des résultats trimestriels ?

Quelle meilleure réponse à apporter à ce sujet par nos politiques que d’avoir une politique fiscale appropriée pour favoriser l’investissement en actions ? Ainsi naîtra "l’homo actionarius" français, cousin très proche de "l’homo economicus".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mandos
- 29/11/2011 - 16:50
Prof wars
Ahah, on voit ceux qui ont du temps et de l'indignation à revendre avec tous ces profs outrés qu'on puisse penser que l'enseignement de l'économie au lycée est... comment dire, c'est même plus un biais idéologique à ce niveau... faudrait un nouveau terme... disons simplement que le prof français de base sait sur quel ton parler de la Bourse et de l'entreprise... lol.
jean ferrette
- 29/11/2011 - 12:15
et la bourse?
quant à la bourse, cela fait des années que je fais travailler mes élèves sur boursorama à se composer un panier fictif d'actions et à suivre son évolution au cours de l'année.
Alors pourquoi tant de contrevérités? Qui a à y gagner?
Non seulement l'enseignement des SES ne fait l'impasse ni sur l'entreprise ni sur la bourse, mais il va au-delà de celles-ci. Il s'agit donc d'un enseignement complet.
jean ferrette
- 29/11/2011 - 12:13
que d'erreurs!
Frédéric,
ton article est d'autant plus surprenant que tu sembles tout ignorer de l'évolution des programmes depuis quinze ans et de ce que nous faisons réellement.
Le syndicalisme a été supprimé des programmes de seconde en 1995. C'est dommage car tu reconnaitras sans peine que c'est un acteur majeur de la vie de l'entreprise.