En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 min 31 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 56 min 19 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 58 min 59 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 59 min 50 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 1 heure 44 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 1 heure 4 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 17 heures 26 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 11 min 18 sec
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 56 min 47 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 59 min 20 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 1 heure 18 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 1 heure 4 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 20 heures 31 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Cyberharcèlement en milieu scolaire : que faire des élèves agresseurs ?

Publié le 30 août 2015
Un élève sur dix est victime de harcèlement scolaire. C’est parce que comprendre le harcèlement est difficile et qu’intervenir dans de tels contextes est délicat, que cet ouvrage a été conçu à partir du témoignage de professionnels de terrain. Il donne aux professionnels et aux parents les repères qui permettent concrètement de comprendre la dynamique du harcèlement et de savoir que dire, comment et quand le dire, que faire et comment faire. Extrait de "Harcèlement en milieu scolaire", de Hélène Romano, publié chez Dunod (2/2).
Hélène Romano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en psychopathologie clinique, psychologue clinicienne et psychothérapeute spécialisée dans le psychotraumatisme. Elle coordonne la Cellule d’urgence médico-psychologique du 94 et la consultation de psycho traumatisme au CHU Henri Mondor à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un élève sur dix est victime de harcèlement scolaire. C’est parce que comprendre le harcèlement est difficile et qu’intervenir dans de tels contextes est délicat, que cet ouvrage a été conçu à partir du témoignage de professionnels de terrain. Il donne aux professionnels et aux parents les repères qui permettent concrètement de comprendre la dynamique du harcèlement et de savoir que dire, comment et quand le dire, que faire et comment faire. Extrait de "Harcèlement en milieu scolaire", de Hélène Romano, publié chez Dunod (2/2).

Le chef d’établissement doit lui offrir la possibilité de sortir de cette situation duelle en lui permettant de reconnaître la gravité de ses actes et les conséquences, particulièrement vis-à-vis de sa victime. Il s’agit de responsabiliser l’élève concernant les faits qu’il a posés.

Il doit comprendre la punition qu’il reçoit, seule préalable pour qu’il élabore le sens de cette sanction et ne réitère pas les mêmes violences. Pour cela, il est nécessaire que le chef d’établissement prenne soin de le convoquer, ce qui nécessite qu’il porte attention aux situations de harcèlement et qu’il ne les banalise pas. Les mesures de responsabilisation sont dorénavant privilégiées à partir de sanctions visant la réparation et la prise de conscience de ce qui a été commis.

Ces mesures disciplinaires doivent avoir du sens non seulement pour l’élève harceleur, pour sa victime mais également pour les pairs et les parents d’élèves : ne pas intervenir conduit à une conviction groupale que les adultes de l’établissement cautionnent et que la violence imposée à l’un des leurs est légitime. Il est ainsi fréquent que l’élève harcelé se trouve stigmatisé, du fait de cette indifférence des responsables et des personnels de l’établissement à ce qu’il subit, comme un élève « à problèmes », voire un élève qui « cherche les problèmes ».

Ce processus conduit à une inversion des valeurs : le harceleur devenant la victime d’un harcelé qui l’aurait provoqué. Il peut aussi être décidé par méconnaissance des processus à l’œuvre une sanction générale comme ce principal de collège qui avait pris l’initiative d’un travail d’intérêt général à faire en commun entre l’élève harcelé et le harceleur « pour qu’ils apprennent à s’entendre »...

Avant toute intervention auprès des élèves, il est recommandé aux chefs d’établissement de ne pas hésiter à solliciter la cellule Stop-Harcèlement et/ou les services du médiateur académique, tout en établissant le lien avec les professionnels de l’établissement concerné (vie scolaire, professeur principal au secondaire et professeur des écoles en primaire, professionnels médico-psycho-sociaux). Cette évaluation à plusieurs permet certaines fois de constater que la situation n’est pas un harcèlement mais relève d’un fait de violence, circonscrit, qui ne se traite pas de la même façon : un fait de violence limité dans le temps peut conduire à une sanction ; un fait de harcèlement qui s’inscrit dans le temps et qui témoigne de toute part d’une souffrance psychique, ne peut se réduire à une sanction mais nécessite qu’une attention médico-psychologique soit portée à la victime comme au(x) mis en cause.

Lors de l’entretien avec un élève mis en cause en tant qu’auteur de harcèlement, le chef d’établissement peut ainsi :

• lui demander s’il sait pour quelle(s) raison(s) il est convoqué ;

• partir des faits (date, heure, lieu, victime présumée, ce qui a été constaté, dégâts matériels) ;

• demander à l’élève d’expliquer ce qu’il peut dire, souhaite dire de cette situation, comment peut-il l’expliquer ;

• rechercher la reconnaissance de la gravité des faits ;

• repérer s’il exprime une empathie à l’égard de sa victime et des regrets ;

• lui rappeler le règlement intérieur de l’établissement ;

• lui rappeler la loi du Code pénal vis-à-vis des violences volontaires ;

• lui demander ce qu’il compte faire compte tenu de la situation (excuses spontanées, réparation, etc.) ;

• valoriser les réactions d’affects exprimés (regret, culpabilité, inquiétude pour l’élève victime) ;

• l’informer de la suite administrative qui va être donnée (type de sanction, délais, etc.) ;

• lui rappeler qu’aucune mesure de rétorsion ou de représailles ne saurait être tolérée à l’encontre de l’élève victime (ou de sa fratrie ou de ses amis) ; • lui appeler qu’Internet, les SMS et autres supports sociaux ne sauraient être des défouloirs et qu’il existe des plaintes possibles si ce type de dérives était constaté ;

• ne jamais organiser de confrontation entre victime et mis en cause ; le chef d’établissement n’est ni policier, ni gendarme.

La confrontation entre une victime et l’auteur des violences est une situation très éprouvante, voire insoutenable, pour les élèves harcelés qui ne peuvent que réactiver la violence des faits subis. Une telle procédure conduirait à une regrettable confusion qui hypothéquerait définitivement toute restauration d’un lien de confiance à l’égard de l’élève harcelé. Un grand nombre de responsables la justifient « pour être bien sûrs de ce qui s’est passé » ; mais ils oublient la dynamique du processus d’emprise et le fait qu’ils seront inévitablement pris émotionnellement par ce qui leur sera donné à voir et à entendre. S’ils doutent des faits et qu’ils ne pensent pas qu’ils s’agissent de harcèlement, ils peuvent l’expliquer aux élèves sans imposer de telles mises en scène et ajuster les conséquences éventuelles à cette incertitude.

Extrait de "Harcèlement en milieu scolaire", de Hélène Romano, publié chez Dunod, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 30/08/2015 - 16:36
Que faire des élèves agresseurs ? 1, 2, 3
2 avertissements et la porte au troisième !