En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 1 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 12 heures 30 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 8 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 27 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 20 heures 55 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 10 heures 38 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 11 heures 31 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 13 heures 35 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 14 heures 32 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 19 heures 58 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 21 heures 57 min
© Pixabay
© Pixabay
Saint Graal

Bon alors ce point G, il existe ou pas ?

Publié le 15 août 2015
Zone (hypothétique) du vagin, le point G a la réputation d'être extrêmement érogène jusqu'à provoquer, lors de sa stimulation, un orgasme dans la plupart des cas. Mais son existence est sujette à controverse.
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Zone (hypothétique) du vagin, le point G a la réputation d'être extrêmement érogène jusqu'à provoquer, lors de sa stimulation, un orgasme dans la plupart des cas. Mais son existence est sujette à controverse.

Atlantico : D'après le Quotidien du médecin, le point G, près de l'urètre, serait une invention. Cette idée est récurrente depuis plusieurs années. L'orgasme serait clitoridien et non vaginal. Qu'en est-il ?

Michelle Boiron : L’humain n’a de cesse que de vouloir tout expliquer pour tout maitriser. La sexualité est sur le gril depuis la révolution sexuelle de 68, qui a levé le tabou sur le sexe. Les progrès de la médecine le permettent en partie.  Il y a aujourd’hui pléthores d’études et d’examens comme l’IRM pour "pénétrer" dans notre cerveau pour voir les zones concernées par l’orgasme féminin mais aussi masculin et les comparer. Quant au vagin il est passé d’un lieu mystérieux (qui en faisait son charme) à un lieu qui se visite, se dissèque s’étudie se compare se normalise. Il peut même se réhabiliter par la chirurgie esthétique : opération des lèvres, acide hyaluronique pour accentuer la jouissance dans le point G ou ailleurs. Les piqures de botox réservées aux muscles du visage ont elles aussi gagnées du terrain. Elles sont injectées dans le releveur de l’anus pour contrer le muscle qui ferme l’entrée du vagin de certaines femmes.

Cette découverte du point G dans les années 50 par le gynécologue Grafenberg continue d’alimenter le débat sur l’érogénéité du complexe Clitorido-vaginal.  En effet les positions restent empiriques et aléatoires pour le bonheur des médias et l’inquiétude des femmes sur leur mode de jouissance !

Suis-je clitoridienne ou suis-je vaginale ? Ces dernières années le must étant du côté de la vaginale. Ainsi on est venu valider cette jouissance en décernant à certaines femmes un point G. Quand on sait la méconnaissance de l’anatomie des femmes sur ce qui existe réellement dans leur sexe  féminin comme les racines du clitoris on peut s’étonner de vouloir s’acharner à repérer des zones hypothétiques. Cette zone du point G viendrait valider un savoir-faire du côté de l’homme qui saurait stimuler un point hypothétique bien précis et un savoir être de la femme qui en serait pourvue !

On peut certes reconnaitre qu’il existe de bons amants dont la sexualité serait innée et d’autres pour lesquels la sexualité serait acquise donc nécessitant un apprentissage, ce n’est pas une raison pour faire de l’orgasme un circuit électrique bien codé. On peut néanmoins être d’accord sur l’ignorance qu’ont certains hommes et certaines femmes sur leur corps sexués mais arrêtons de regarder le vagin comme un objet fonctionnel pour redonner à la sexualité une dimension pluriel entre le sexe, les émotions et le cerveau.

Dans quelle mesure son existence ou sa non-existence peut avoir des conséquences sur le plaisir des femmes ?

Après 2000 ans de sexualité taboue et cachée on est arrivé à l’autre extrême c’est à dire une sexualité qui se montre, se regarde à la loupe, voire à la carte ! Technicité et compétence exigées. Or quand on sait que l’organe central de la sexualité est le cerveau, on peut être un peu plus humble. On sait que le désir de la femme procède d’associations mentales inconscientes qui s’activent dans certains contextes émotionnels. C’est pourquoi au cours d’une analyse on peut repérer des postures, des sensations qui se sont "inscrites" dans le corps et le cerveau de la petite fille qui vont inconsciemment se rejouer à l’âge adulte. L’exemple des femmes qui se frottent sur le drap sans avoir recours à la masturbation nous éclaire sur des fixations infantiles qui conditionnent parfois une sexualité qui se fige sur un mode au lieu d’avoir un panel de jouissances, apanage de la femme.

Alors pour ces femmes comme pour celles dont on parle peu et dont l’orifice du vagin est comme un mur impénétrable et que l’on nomme "vaginique" ;  la question pour elle n’est pas tant de savoir si elles sont clitoridiennes, vaginales ou dotées d’un point G. Elles sont aux antipodes de cela et cette question du point G au contraire rajoute un trouble à une sexualité qui est déjà compliquée pour elles.  

Vous l’aurez compris l’existence ou non d’un point G peut rajouter un trouble au questionnement sur la jouissance féminine alors même qu’on n’est pas assuré de son existence ! On est passé d’une jouissance magique et mystérieuse à une jouissance codée et politiquement correcte comme si, après avoir été dégagée de l’emprise des hommes sur leur sexualité, la société devait à son tour  observer et dicter la jouissance féminine !

En revanche la question de la normalité se pose tous les jours pour les femmes, notamment à cause du harcèlement médiatique, sur la sexualité féminine tant en terme de capacité de fréquences de l’acte sexuel que de l’esthétique de leur partie intime et de leurs performances à atteindre ou non l’orgasme et surtout quelles manières ? Les modes passent, espérons que la jouissance reste naturelle ! Les femmes sont passées d’une sexualité de "faire semblant" de jouir à une exigence de jouir.

Enfin comme l’écrivait Louann Bizendin : "Pour que les impulsions parviennent au centre du plaisir et déclenchent l’orgasme, il faut que l’amygdale, centre de peur et d’anxiété aient été préalablement désactivée". Cela nous éclaire d’une part sur la pathologie du vaginisme qui est une phobie de la pénétration et d’autre part sur les femmes qui n’ont ni désir ni plaisir. Elles seraient agies par un mécanisme de défense bien organisé dans le cerveau.

Le discours et les controverses sur le point G et autres réjouissances ont généré voire aggravé des problèmes sexuels chez des femmes qui ne se posaient aucune question jusqu’alors et crée une névrose d’échecs et de non-conformité à la norme ambiante. 

Comment ce mythe a-t-il pu se construire ? 

Quand on cherche quelque chose on le trouve ! Les hommes veulent percer le mystère de la jouissance féminine et ils n’auront de cesse que de pouvoir l’expliquer. La question du point G en est un exemple. Ce n’est pas approuvé par tous les scientifiques mais des pistes de localisation très précises et des dimensions cotées bien précises  l’attestent : il serait situé à l’arrière de la membrane périnéale avec mesures à l’appui : Longueur : 8 mm, largeur 3,6 et hauteur : 4,6.  Pour les tissus qui composent le point G, s’il existe, on a trouvé aussi une explication : le point G serait composé de vestiges de tissus prostatiques… La comparaison avec la prostate est une piste (un début tant recherché d’égalité homme femme). Il reste que la jouissance, elle, n’est pas un mythe que certaines femmes l’obtiennent d’autre pas. La question de savoir si le fait de nommer un lieu dans le vagin fait jouir plus de femmes est une autre question. Le phénomène de persuasion pourquoi pas ? La magie de la jouissance reste secrète et l’alchimie de deux personnes qui se rencontrent dans un acte sexuel désiré, désirant et excitant ne peut s’expliquer encore moins se disséquer au risque de perdre sa magie et son effet !  

Maintenant si la jouissance se robotise et si l’on doit avoir recours à un sex toy ou autre objet machine autant avoir un mode d’emploi qui fonctionne. Alors les zones sensibles pourront être testées et reproductibles dans un fonctionnement, alors que le contexte merveilleux qui fait qu’au cours d’un acte sexuel une jouissance partagée se produise cela n’est pas forcément duplicable…

On n’est pas encore des machines !

Puisque le phénomène existe on peut valider qu’il existe une zone particulièrement innervée et sensible qui peut déclencher un orgasme. De par sa situation près de l’urètre et les racines du clitoris. On parle peu de ces racines de clitoris mais l’on peut émettre une hypothèse : elles pourraient conduire une jouissance interne vaginale à partir du clitoris pendant les mouvements de va et vient pendant la pénétration à condition de ne pas lâcher la stimulation du clitoris.

L’important pour la femme dans sa sexualité, c’est qu’elle ne soit pas divisée en "zones" mais plutôt réconciliée en une unité dans son corps sexué. Plutôt que d’attiser les polémique clitoris, vagin, point G incitons les femmes à maintenir les réelles implications autour du lien qui sont nécessaires à son épanouissement sexuel. 

La zone déterminante du plaisir serait, chez les femmes, le cerveau. Est-ce vrai ?

J’ai en partie déjà répondu à cette question oui l’organe central de la sexualité c’est bien le cerveau ! En revanche il l’est pour l’homme comme pour la femme, même si les zones qui sont concernées par l’orgasme dans le cerveau ne sont pas les mêmes pour les deux sexes. Les femmes auraient trois zones et les hommes une seule.

Les cinq sens participent à notre plaisir mais le visuel est plus présent chez l’homme alors que pour la femme le contexte est plus important ! L’homme peut se déconnecter, la femme elle est toujours branchée avec le contexte.

Le contexte émotionnel reste la clé de la relation sexuelle chez la femme. Pour ceux qui continuent de vouloir percer son mystère  ils doivent tenir compte que le lien et l’attachement sont constitutifs de son désir. Qu’ils ne l’oublient pas ! On ne peut nier qu’elle est aussi conditionnée par ses organes génitaux (avec ou sans point G) et aussi par les hormones dont l’ocytocine qui a un rôle majeur dans l’orgasme.

Même si la science progresse et tente de tout expliquer on peut espérer que la femme ne perde pas son mystère et qu’elle préserve son statut de femme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/08/2015 - 04:13
Le point G se situe entre le cerveau et le corps
des femmes, dans une zone insondable qui fait appel au rythme, à la musique des mots, et à un certain doigté. Ce doigté n'a rien à voir avec l'expérience, mais plutôt avec une certaine forme de féminité assumée. C'est le plus dur pour les hommes, la souveraine virilité de l'émoi complice et protecteur...heureusement, les femmes savent y faire pour nous amener à cet état intermédiaire et factice! sans elles, que pourrions-nous?
gayet.stephane@chru-strasbourg.fr
- 15/08/2015 - 18:03
Bonne mise au point
A lire et à relire.
Cette mise au point est un bon complément de l'article sur les bienfaits de la sexualité (ce que l'on savait, mais le sujet est tellement tabou).
Il faut signaler que l'on connaît un peuple insulaire chez lequel la sexualité est totalement désinhibée, non cachée et libre. Ils semblent s'en bien porter.
valencia77
- 15/08/2015 - 13:56
I knew it
Il faut encourager les petites filles a se caresser. Otherwise their emotions are locked up, the brain control and they can't orgasm. I have known for ever that it was the fault of the mothers. Thanks Michelle, merci, spasiba, shie shie ni.