En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 18 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 43 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 57 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 34 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 32 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 48 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 12 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 47 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 8 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 9 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 33 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 47 min
Bonnes feuilles

Pourquoi le nucléaire n'est pas une énergie si bon marché que ça

Publié le 15 août 2015
Plus de 120 cartes et infographies pour dresser le panorama mondial de l'industrie nucléaire, de son expansion et des stratégies choisies dans la perspective de la transition énergétique. Extrait de 'l'Atlas mondial du nucléaire", de Corinne Lepage et Xemartin Laborde, publié aux éditions Autrement (1/2).
Corinne Lepage
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus de 120 cartes et infographies pour dresser le panorama mondial de l'industrie nucléaire, de son expansion et des stratégies choisies dans la perspective de la transition énergétique. Extrait de 'l'Atlas mondial du nucléaire", de Corinne Lepage et Xemartin Laborde, publié aux éditions Autrement (1/2).

Le nucléaire est présenté comme une énergie très bon marché ; en réalité, le coût de construction du parc nucléaire s’est élevé à 121 milliards d’euros valeur 2010 et, le coût de production du mégawatt heure des réacteurs de la troisième génération (EPR) est de l’ordre de 110 e. Dans ces conditions, le nucléaire n’est rentable que s’il est subventionné, et il est beaucoup plus onéreux que l’éolien et même le solaire photovoltaïque. La question de la rentabilité de la filière nucléaire est donc très clairement posée.

Le coût du mégawatt-heure nucléaire

Pour évaluer ce coût, la Cour des comptes utilise trois méthodes de calcul estimant ainsi avoir une évaluation plus fiable. Dans son rapport de 2012, le coût du mégawatt-heure varie ainsi de 33,1 à 49,5 euros. Mais, dès lors qu’on intègre les 55 milliards d’euros pour le « carénage » des centrales (coût évalué à l’époque par EDF), ce coût passe de 38,2 à 54,2 euros. Bien évidemment, le taux d’actualisation est très important ; en particulier pour évaluer le coût du démantèlement et les dépenses de fin de cycle. Deux ans plus tard en 2014, la Cour constate qu’entre 2010 et 2013 le coût de production de l’électricité nucléaire est passé de 49,6 euros à 59,8 euros par mégawatt, soit une augmentation de 21 % en trois ans. La Cour des comptes l’évalue désormais à 62 euros par mégawatt-heure sur la période 2011/2025.

Cette croissance constante s’explique par l’augmentation de 20 % des dépenses d’exploitation, et la multiplication par 3 des investissements depuis 2008 : 8 milliards sont prévus pour appliquer les prescriptions de l’ASN suite aux évaluations complémentaires de sûreté post-Fukushima, et d’autres dépenses pour améliorer la sûreté et prolonger l’exploitation des réacteurs au-delà de 40 ans. Enfin, 1 milliard correspond à la maintenance courante, la rénovation ou le remplacement de composants.

Le coût de l’électricité nucléaire reste donc très incertain en raison des dépenses futures et de la non-intégration des coûts externes.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les investissements pour la prolongation de la durée de vie des centrales

La Cour des Comptes souligne que le total des investissements sur la période 2011/2033 atteindrait environ 110 milliards d’euros courants si la durée de fonctionnement des 58 réacteurs est prolongée uniformément. Mais cette somme, qui est déjà le double de celle initialement envisagée, est discutable. En effet, le rapport Greenpeace de juin 2014 élaboré par l’Agence WISE de Paris repose sur trois scénarios de sécurité amoindrie, préservée ou renforcée. L’agence évalue ainsi les investissements des coûts par kWh du carénage entre 1 300 e le kWh et 3 900 e le kWh, ce qui correspond à la fourchette de 1,4 à 4,4 milliards par réacteur (soit entre 81.2 et 255 milliards pour les 58 réacteurs) selon les scénarios de sûreté préservée ou renforcée. Si on envisage un scénario renforcé, la fourchette est comprise entre 2 300 € par kWh et 5 700 € par kWh. Le coût médian du mégawatt-heure est alors de 133 e. Mais, il ne s’agit là que de la rénovation des anciennes centrales.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les dépenses futures de l’aval du cycle

Dans son rapport de 2012, la Cour des comptes souligne le caractère incertain des charges futures, qu’il s’agisse des dépenses de démantèlement estimées à l’époque à 18,4 milliards d’euros, ou du coût de gestion à long terme des déchets radioactifs passés de 16 milliards en 2005 à 36 milliards en 2009 et enfin réévalués à 28 milliards en 2014 avec une grande incertitude notée par la Cour. Enfin, la Cour souligne que les effets externes doivent être pris en compte, de manière positive pour les économies de CO2 ou négative en ce qui concerne l’absence d’assurance (fournie aujourd’hui par l’État). Le coût du nouveau nucléaire Le coût de l’EPR n’a quant à lui cessé d’augmenter. Le prix de vente de l’électricité selon l’accord passé enoctobre 2013 entre EDF et le gouvernement britannique fixe un prix de vente à 114 euros le mégawatt/heure.

Cette hausse du coût du nucléaire n’est pas limitée à la France. Un rapport de 2014 (World Nuclear Industry Report, p. 8) de l’industrie nucléaire mondiale souligne que le coût d’investissement est passé au cours de la dernière décennie de 1 000 dollars à 8 000 dollars par coût du kilowatt/ heure installé. À l’inverse de la France, certains États décident de fermer des réacteurs en raison de coûts trop élevés. Ainsi, en Suède, aux États-Unis, 5 réacteurs ont été arrêtés alors que les licences allaient jusqu’en 2030, en Allemagne l’opérateur EON a décidé de fermer un réacteur 7 mois plus tôt que prévu parce que les coûts n’étaient plus couverts.

Ces décisions expliquent sans doute la baisse constante de la part du nucléaire qui représentait en 2012 moins de 4,5 % de l’énergie primaire, soit à peu près le niveau de 1984.

Extrait de 'l'Atlas mondial du nucléaire", de Corinne Lepage et Xemartin Laborde, publié aux éditions Autrement, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 16/08/2015 - 09:08
VIVE LE CHARBON!
Deux constats issus du tableau des coûts hors l'énergie hydraulique, le charbon est la solution la moins coûteuse et le solaire la plus chère. Malheureusement, le charbon est aussi le processus le plus polluant et pour l'instant, la sortie du nucléaire se fait surtout à partir d'énergies polluantes. Le comble est atteint avec l'Allemagne qui, sous la pression des Verts, parvient pour les meilleures raisons du monde, à empoisonner durablement la planète et l'atmosphère de ses voisins. Quant à l'éolien, nul doute que le préjudice esthétique ne soit pas pris en compte… alors que les grandes hélices blanches et grises ont déjà largement abîmé une partie de nos plus beaux paysages ( estuaire de la Vilaine notamment) et que c'est la menace de déclassement mondial du Mont Saint-Michel qui a bloqué le projet insensé d'un nouveau parc éolien. Décidément, l'écologie est une chose trop sérieuse pour la laisser aux Verts!