En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 10 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 8 heures 20 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 11 heures 23 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 16 heures 36 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 heure 59 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 6 heures 39 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 11 heures 31 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 13 heures 46 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 16 heures 53 min
© Reuters
Bruno Le Maire a pris de l'avance.
© Reuters
Bruno Le Maire a pris de l'avance.
Le lièvre et les tortues

Fillon, Bertrand et NKM ont-ils un espoir de rattraper l’avance prise par Bruno Le Maire pour le rôle de challenger au duel Sarkozy/Juppé ?

Publié le 03 août 2015
Pour la première fois, Les Républicains organiseront des primaires fin 2016 pour choisir le candidat de la droite à la présidentielle. Derrière Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, beaucoup se bousculent pour devenir le troisième homme, celui qui pourrait peser lourd dans le jeu politique d'après 2017.
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois, Les Républicains organiseront des primaires fin 2016 pour choisir le candidat de la droite à la présidentielle. Derrière Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, beaucoup se bousculent pour devenir le troisième homme, celui qui pourrait peser lourd dans le jeu politique d'après 2017.

Atlantico : Nous sommes le 3 août 2015. Quels sont les concurrents de Bruno Le Maire pour la place de "Troisième Homme" des primaires, derrière Nicolas Sarkozy et Alain Juppé qui jouent la course en tête ?

Bruno Jeudy : Bruno Le Maire a pour concurrent, et c'est presque une surprise au terme de ce premier semestre 2015, François Fillon. Il apparaît aujourd'hui plutôt devant lui dans les différentes études menées, donc il est passé devant François Fillon, mais reste au coude-à-coude avec le député de Paris. Et l'autre catégorie de concurrents que Bruno Le Maire a distancés, ce sont les quadras de l'opposition, que ce soient Nathalie Kosciusko-Morizet qui a des vélléités de candidature à la primaire, Laurent Wauquiez qui n'en parle plus mais n'a pas complètement abandonné cette ambition, Xavier Bertrand qui, malgré ses ambitions régionales, rêve toujours des primaires. Par ailleurs, même si aujourd'hui ils ne sont pas concurrents, on peut néanmoins les ranger dans cette grande catégorie des "quadras présidentiables" : François Baroin, voire Valérie Pécresse, même si elle a assuré, depuis le début de la campagne des régionales, ne pas faire acte de candidature.

On peut dire aujourd'hui que Bruno Le Maire a gagné la primaire des quadras à droite. Ce n'était pas gagné il y a encore un an, mais sa candidature à la présidence de l'UMP, son bon score, puis ses prises de position successives et son opportunisme politique ont fait de lui le quadra le mieux placé et même l'incarnation de la relève derrière les barons de la droite traditionnelle qui ont tous, pour ce qui est d'Alain Juppé, de François Fillon ou de Nicolas Sarkozy, plus de 60 ans. 

Qu'est-ce que les concurrents de Bruno Le Maire peuvent faire pour changer la donne et rattraper le favori? Est-ce encore possible?

Incontestablement, aujourd'hui, cela paraît difficile. Mais en même temps, si on refait le chemin de Bruno Le Maire depuis un an, on s'aperçoit que tout est possible, même pour les concurrents qui paraissent distancés. Nathalie Kosciusko-Morizet, au fond, est pénalisée par sa défaite aux municipales à Paris, même si elle a plutôt fait bonne figure et augmenté le nombre de mairies d'arrondissement. Mais elle n'a pas pu capitaliser sur cet atterrissage parisien. Dans la foulée, sa nomination en tant que numéro 2 de l'UMP puis des Républicains ne lui a pas permis de reprendre son envol, au contraire. En se ralliant à Nicolas Sarkozy, elle a plutôt brouillé son image par rapport à ses prises de position politiques, notamment au mariage pour tous. Elle est sans doute la plus motivée parmi les concurrents de Bruno Le Maire, mais aujourd'hui son horizon semble assez bouché. Et il n'est pas certain qu'elle ait assez de soutiens dans le parti ; je pense notamment à la question des parrainages, qu'il serait bien compliqué pour elle de régler afin de pouvoir concourir à la primaire.

Quels sont les points véritablement différenciants de chacun des candidats?

Bruno Le Maire joue maintenant sur son image de l'homme qui a défié Nicolas Sarkozy à la fin de l'année 2014. Il a consolidé sa position en 2015 au point de devancer François Fillon. François Fillon, lui, va jouer sur la carte qui lui reste, à savoir le programme. Il est celui qui incarne, à droite, le seul à avoir produit un travail intellectuel qui lui permet de rêver encore des primaires. Nathalie Kosciusko-Morizet va jouer, je pense, la carte "femme". A droite, il n'y a jamais eu de candidature féminine représentant officiellement le parti à la présidentielle. Xavier Bertrand va compter sur la carte des territoires. S'il remporte les régionales dans le Nord-Picardie, il pourra à la fois faire valoir sa victoire sur Marine Le Pen, et son ancrage territorial dans une terre populaire qu'il aura raflée à la gauche. Laurent Wauquiez jouera un positionnement sur des valeurs de droite très affirmées. Il reste ensuite François Baroin, qui, même s'il ne joue pas 2017, joue 2022. Il jouera à la fois l'ancrage chiraquien et l'ancrage local, puisqu'on voit bien qu'en ayant pris la présidence des maires il veut séduire la France par les territoires. Et il reste Valérie Pécresse qui jouera sans doute, plus tard, la carte féminine.

La droite, et plus généralement les Français sous la Vème République, ont ce culte gaulliste de l'homme providentiel. Quel homme idéal attend la droite aujourd'hui?

On voit bien aujourd'hui que les Français de droite cherchent l'exact contraire de François Hollande, c'est-à-dire un leadership affirmé. Beaucoup plus de clarté sur les questions régaliennes, migratoires, identitaires, et en même temps des promesses fermes sur le programme économique qui a beaucoup déçu lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui ce qui sera inscrit dans le programme doit être réalisé. C'est moins un homme providentiel qu'un programme providentiel qui remportera la victoire à droite. 

Est-ce que la première primaire organisée par Les Républicains change la stratégie des candidats et leur positionnement "marketing" et politique? Dans quelle mesure les candidats se présentent-ils différemment?

Oui, forcément. Parce que traditionnellement à droite la position de chef de parti était naturellement celle qui prédestinait le patron du parti à devenir ensuite le candidat de la famille politique, même s'il y a eu l'exemple de 1995 et cette primaire sauvage au premier tour, entre le Premier ministre Edouard Balladur et le président du RPR Jacques Chirac. Mais traditionnellement, sous la Vème République, le patron de la droite devenait naturellement le candidat de la famille politique. Là, la primaire rebat les cartes. Et on voit bien que la position de chef de parti, même si elle assure l'avantage incontestable, voire une position de favori, n'est pas l'assurance à 100% de remporter la primaire. On voit bien que cette course est lancée déjà depuis plusieurs mois et qu'au fond les candidats essaient de se positionner par rapport à l'opinion et de faire évoluer leurs positions en fonction des réactions de l'opinion et des sondages. Ce qui amène d'ailleurs les deux principaux candidats à dévoiler leurs cartes plus tardivement qu'ils ne l'auraient fait, à attendre avant d'abattre leurs atouts. C'est une guerre de position de la part d'Alain Juppé, de la part de Nicolas Sarkozy, et même de la part de Bruno Le Maire, qui n'est peut-être pas le meilleur des quadras mais incontestablement le plus opportuniste. Il a osé défier Nicolas Sarkozy à la fin de l'année dernière, ce que n'a pas voulu faire Xavier Bertrand, ce qui a été une erreur à mon sens. Il a ensuite, au printemps, montré sa capacité à rebondir sur l'actualité : débat sur l'école, agriculteurs... Il a cet opportunisme politique qui lui permet d'être audible au bon moment, là où François Fillon par exemple peut paraître inaudible, ce qui peut sembler injuste dans la mesure où il a travaillé en profondeur sur de nombreux sujets. Mais il a choisi une méthode qui est celle-ci : "j'ai mon calendrier, je détaille mon programme, je ne rebondis pas par rapport à l'actualité"...

Propos recueillis par Catherine Laurent

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas V
- 07/08/2015 - 00:13
@ Pierre qui roule
Leure ou leurre, c'est le mot, le sens. Et c'est effectivement un écran de fumée et on va à la pêche .
Pour moi, "égaye" au de "égaie".
borissm
- 05/08/2015 - 09:36
@Paulquiroule
Leurre, pas leure.
Nicolas V
- 04/08/2015 - 15:24
On s'en fout ! Ça n'intéresse que le microcosme
Est-ce que vous pensez vraiment que ces nains de jardins nous intéressent . Ça vous fait noircir du papier, ça égaye vos dîners en ville , nous, on s'en contrefiche. Une marionnette affidée à la Banque ou une autre ... Idem pour le PS, Hollande, pas Hollande... Ce sont Vos préoccupations, pas les nôtres .