En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 3 heures 52 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 4 heures 29 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 5 heures 43 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 6 heures 29 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 9 heures 27 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 4 heures 7 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 4 heures 54 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 6 heures 10 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 8 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 9 heures 16 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 12 heures 43 min
© Reuters
Michel Sapin, le ministre des Finances.
© Reuters
Michel Sapin, le ministre des Finances.
Une réalité en cache une autre

Comment les auto-entrepreneurs sont bien souvent devenus le nouveau visage des chômeurs

Publié le 31 juillet 2015
L'Acoss a annoncé que le chiffre de un million d'auto-entrepreneurs était presque atteint. Si il correspond bien à une volonté des actifs français de créer une activité indépendante, ce résultat cache également la difficulté pour les salariés à trouver du travail et un besoin de trouver des revenus annexes.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Acoss a annoncé que le chiffre de un million d'auto-entrepreneurs était presque atteint. Si il correspond bien à une volonté des actifs français de créer une activité indépendante, ce résultat cache également la difficulté pour les salariés à trouver du travail et un besoin de trouver des revenus annexes.

Atlantico : Fin 2014, 982 000 auto-entrepreneurs étaient recensés en France selon l'Acoss, soit 8,6% de plus que l'année précédente. Si l'information révèle un certain succès du régime créé en 2009, faut-il vraiment se réjouir de ce chiffre, alors que près de la moitié des inscrits ne réalisent pas de chiffre d'affaire ? En quoi les auto-entrepreneurs peuvent-ils représenter une nouvelle forme de précarité fasse à l'emploi ?

Philippe Crevel : La création par Hervé Novelli du régime de l’auto-entrepreneur était une véritable révolution. Elle permettait, à tout chacun, en quelques clics, sur Internet de s’installer comme travailleur indépendant. Le statut d’auto-entrepreneur répondait à plusieurs objectifs, la réduction du travail au noir, la possibilité pour de nombreuses personnes de se constituer un complément de revenus, la simplification de la création d’entreprise, la réduction des charges… Par ailleurs, avec ce statut, le Ministre, Hervé Novelli, faisait œuvre de pédagogie en démystifiant la création d’entreprise. Le succès de la formule a été assez rapide. Une création d’entreprise sur deux, en France, passe par le canal de l’auto-entreprise. Ce statut a correspondu à une véritable attente et aux besoins.
 
Trois auto-entrepreneurs sur quatre n’auraient pas créé d’entreprise sans ce régime ; Ces derniers déclarent avoir voulu par ce biais développer une activité de complément ou assurer leur emploi. Deux auto-entrepreneurs sur cinq étaient salariés du privé. La moitié a créé leur entreprise dans un secteur d’activité différent de leur métier de base. Un grand nombre d’auto-entrepreneurs ont une activité professionnelle. Ainsi, 38 % exercent une activité de salarié dans le secteur privé. Parmi, les autres créateurs d’entreprise, les salariés du secteur privé n’en représentent que 28 %. Un tiers des auto-entrepreneurs sont des demandeurs d’emploi, 12 % sont sans activité professionnelle et  6 % sont des retraités. Ces chiffres prouvent qu’à défaut de trouver un emploi en CDI, en CDD ou en intérim, de plus en plus de Français se tournent vers le statut de l’auto-entreprise. Ce statut permet, en outre, à de nombreux salariés de réaliser des heures supplémentaires ; ces dernières sont effectuées non pas dans le cadre « salarié » mais dans le cadre « indépendant ». 
 
Le statut de l’auto-entrepreneur permet de compenser la rigidité du droit du travail. Certains employeurs recourent à cette forme d’activité pour accomplir des tâches qui pouvaient être auparavant réalisées par des salariés. Les coûts sont moindres et la flexibilité est plus grande. C’est une façon de payer à la tâche.
 

Le détail des statistiques montre également que 49% d'entre-eux n'auraient pas réalisé de chiffre d'affaires au premier trimestre de l'année. L'année précédente, seuls 5% d'entre-eux ont généré plus de 2 500 euros par mois de revenus. De quels maux souffrent aujourd'hui les auto-entrepreneurs ? 

Ces chiffres peuvent être lus de deux manières. D’un côté, ils marquent un progrès. En 2009, il y avait qu’un tiers des auto-entrepreneurs qui étaient actifs, aujourd’hui, c’est 51 %. Il est assez logique que les revenus des auto-entrepreneurs soient faibles car il s’agit, en règle générale, d’une activité secondaire ou d’une étape transitoire entre deux postes salariés ou en attendant la création d’une véritable entreprise. 
L’auto-entreprise n’est que rarement une activité à plein temps. Il faut de toute façon faciliter le passage vers des statuts plus classiques, EURL, SARL voire SAS qui permettent de déduire des charges.
 
A l'origine, le statut d'auto-entrepreneur devait dynamiser la création d'entreprises, en proposant une première étape, plus simple que pour les autres statuts, dans le fait de créer une activité. Qu'en est-il de ce projet initial ?
 
En doublant le nombre de création d’entreprise, le statut d’auto-entrepreneur a répondu à toutes les attentes de ses créateurs.
 
Un quart des auto-entrepreneurs auraient créé une entreprise même sans ce nouveau régime. De ce fait, le statut d’auto-entrepreneur permet réellement à de nombreux actifs et retraités de franchir le pas. Le passage de l’auto-entreprise à l’entreprise n’est pas aisé en raison des obligations sociales et fiscales que cela entraîne. La nécessité de payer des charges sociales en fonction du chiffre d’affaires avec application de taux et avec un minimum freine de nombreux Français même si dans le cadre des sociétés, il y a la possibilité de déduire les charges liées au processus de production.
 

A quel point le fait que les auto-entrepreneurs soient de plus en plus nombreux peut-il expliquer la baisse de création d'entreprises classiques ?

Du fait que les modalités de création soient simples pour créer son auto-entreprise, il est assez logique que les formes traditionnelles de création d’entreprise aient moins de succès. Néanmoins, il ne fait pas exagérer l’impact de l’auto-entreprise. Cette dernière répond à des besoins très différents en fonction des personnes concernées. En effet, pour les auto-entrepreneurs qui avaient un emploi, la création d’une auto-entreprise ne signifie pas l’arrêt de leur activité : l’auto-entreprise est une activité complémentaire à un emploi salarié. En revanche, pour les personnes initialement à leur compte, chômeurs ou sans activité professionnelle, plus des trois quarts s’investissent à titre principal dans l’auto-entreprise.
 

Pourtant, le gouvernement a réaffirmer vouloir que ce statut ne soit que transitoire, en diminuant le seuil de CA autorisé, ainsi qu'en envisageant de délimiter dans le temps le recours à ce statut. S'agit-il de la bonne réforme à mettre en place pour un statut beaucoup décrié ?

Le statut d’auto-entrepreneur est critiqué par le Gouvernement et par les Indépendants. La majorité de gauche y voit une attaque portée contre le statut de salarié quand les indépendants considèrent que les auto-entrepreneurs faussent les règles de concurrence en bénéficiant d’un forfait de charges sociales allégées. Comme tout statut dérogatoire, le statut d’auto-entrepreneur génère des effets pervers. Bien évidemment que des auto-entrepreneurs concurrencent des artisans dans le bâtiment mais ce sont bien souvent des entrepreneurs du BTP qui incitent leurs salariés à s’installer comme auto-entrepreneurs pour alléger leur cout social tout en utilisant le matériel de l’entreprise. Nous l’avons vu avec Uber Pop. Les sociétés de location de voitures avec chauffeurs recourent, en effet, à ce type de statut. Au lieu de vouloir tuer le statut d’auto-entrepreneur, il faut au contraire favoriser les passerelles vers le statut de société. Il faut simplifier les procédures pour la création d’une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou d’une société anonyme à responsabilité limitée. Il serait contreproductif d’entraver les auto-entrepreneurs qui aujourd’hui mettent un pied dans la création d’entreprise.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
fpe
- 31/07/2015 - 10:49
auto entreprise et entreprise unipersonnelle
la conclusion de l'article est qu'il faut simplifier la procedure de creation de l'entreprise unipersonnelle....mais le pb en France est que les createurs d'articles sont intello, économistes, etc. mais n'ont pas la connaissance de l'entreprise ni l'humilité d'interroger ceux qui la vivent!
Alors on tombe dans les idees toutes faites et lieux communs, simplifions la creation...il est assez simple de créer, le gros pb c'est après qd l'urssaf, la tva, etc vous tombent dessus avec leurs directives. C'est la vie administrative de l'entreprise apres la creation qui est ultra compliquée et consommatrice de temps et d'énergie (sauf pour l'auto entreprise avec un % global pour payer toutes les taxes et cotisations, et çà reste génial!). Il faut simplifier la vie de l'entreprise apres la création! Et pas par des réformes démago du style "un interlocuteur de l'état pour toutes vos taxes et cotisations" avec rien qui suive derriere et des dizaines de courriers de tous les corps de l'état. On a bp de fonctionnaires et plus ils travaillent plus ils empêchent les entreprises de bosser pour ramener de la valeur ajoutée!