En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 25 min 57 sec
décryptage > Société
L’enfer, c’est les autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 4 heures 6 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 6 heures 24 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 16 heures 4 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 17 heures 4 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 18 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 1 heure 40 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 2 heures 38 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 6 heures 3 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 15 heures 10 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 16 heures 37 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 17 heures 37 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 19 heures 2 min
© Reuters
L'OTAN a récemment conduit une opération d'entraînement multinationale en Pologne.
© Reuters
L'OTAN a récemment conduit une opération d'entraînement multinationale en Pologne.
OTAN en emporte le vent

Retour vers le futur : l’OTAN se prépare (à nouveau) à une attaque russe

Publié le 29 juillet 2015
L'OTAN s'est récemment livré à un exercice d'entraînement en Pologne pour montrer sa capacité à répondre à une incursion en Europe. Officieusement dirigée contre la Russie, cette opération de très grande ampleur vise à entraîner l'OTAN à mobiliser 5000 hommes en 48 heures pour faire face à d'éventuelles menaces.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'OTAN s'est récemment livré à un exercice d'entraînement en Pologne pour montrer sa capacité à répondre à une incursion en Europe. Officieusement dirigée contre la Russie, cette opération de très grande ampleur vise à entraîner l'OTAN à mobiliser 5000 hommes en 48 heures pour faire face à d'éventuelles menaces.

Atlantico : L'OTAN a récemment conduit une opération d'entraînement multinationale en Pologne. Destinée à préparer les soldats de l'OTAN à une incursion sur son territoire, elle peut mobiliser et déployer 5000 hommes en 48h. De l'avis du Secrétaire Général de l'OTAN Jens Stoltenberg, il s'agit du "plus gros renforcement de la défense collective de l'OTAN depuis la Guerre Froide". Concrètement, dans quel contexte intervient cette opération militaire ? Cela vient-il répondre à des provocations russes ? Comment faut-il décrypter le timing ?

Florent Parmentier : En soi, il est tout à fait normal que les troupes de l’OTAN puissent s’entraîner dans un des Etats membres de l’Alliance ; le contraire serait plutôt inquiétant. C’est bien sûr dans le contexte des tensions européennes liées à la guerre en Ukraine qu’il faut lire cette mobilisation. La déclaration de Jens Stoltenberg est d’ailleurs intéressante dans la mesure où sa candidature était une candidature de compromis, notamment face au Polonais Radoslaw Sikorski aux positions beaucoup plus affirmées sur la Russie.

Depuis plusieurs mois, l’Armée russe teste sans vergogne la vitalité des défenses des pays de l’OTAN, à la frontière des Etats baltes – Estonie, Lettonie, Lituanie –, et au-delà (par exemple en Suède), notamment en matière de défense aérienne. Ce jeu du chat et de la souris dure depuis déjà plusieurs mois, et ne semble pas prêt de s’éteindre.

C’est ainsi que l’ancien Secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a affirmé en février dernier qu’une intervention russe dans les pays baltes avait de « fortes probabilités » d’arriver. L’inquiétude de la Lituanie s’est d’ailleurs traduite par le rétablissement du service militaire, et la remontée du budget de défense, structurellement bas en Europe.

Qu'est-ce que l'OTAN essaie de montrer ? S'agit-il juste de venir faire peur aux Russes ?

L’OTAN doit montrer qu’elle sera solide et robuste en cas de difficulté : l’article 5 de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord prévoit que si un Allié est victime d’une attaque armée, chacun des autres membres assistera l’Allié attaqué. C’est la logique de solidarité de bloc issue de la Guerre froide qui est en jeu.

L’OTAN, en tant qu’organisation, doit démontrer son utilité en remplissant sa fonction de garant de la sécurité européenne. C’est sous ce prisme qu’il faut comprendre la mise en place de l’Opération Détermination atlantique, menée depuis 2014 en Europe,qui a précisément pour objectif de rassurer les Européens les plus anxieux.

Il est toutefois vraisemblable que si l’objectif recherché était de faire peur aux Russes, les résultats pourraient avoir l’effet strictement contraire : agiter les troupes de l’OTAN, c’est donner raison aux militaires russes qui voient l’OTAN comme une force hostile, et la décrive comme tel auprès de l’opinion publique. C’est ainsi que se met en place une puissante « dialectique du ressentiment », dans laquelle les radicaux des deux côtés se répondent : le Sénateur John McCain et le Président Vladimir Poutine ont chacun besoin de l’autre pour faire monter les tensions. La présence de davantage de troupes russes à la frontière des Etats baltes est donc probable à l’avenir.

L'OTAN doit-elle vraiment se préparer à un conflit armé traditionnel ? L'exemple ukrainien a très bien montré que l'on avait affaire à de nouvelles formes de déstabilisation de certaines zones de l'Europe de l'est.

En effet, le conflit en Ukraine montre bien qu’une « guerre hybride » peut être d’une redoutable efficacité pour déstabiliser un pays et l’empêcher de remplir ses objectifs de politique étrangère. La « guerre hybride » combine des méthodes de la guerre ordinaire, de la guérilla et de la cyber-guerre, mais également de techniques de déstabilisation sur le plan de l’économie, de la société, de l’information, etc.

Si la Russie devait attaquer les pays baltes, elle ne le ferait pas en envoyant des chars sans crier gare. En revanche, elle pourrait s’inviter comme une puissance à même de défendre les minorités russes dans ces pays ; l’important n’est pas tant la réalité de la situation des russophones (moins bien traités dans certains pays d’Asie Centrale alliés de la Russie), mais le fait d’avoir un prétexte pour intervenir. Des tensions sociales peuvent exister notamment sur des questions mémorielles (lecture de la Seconde Guerre mondiale), fournissant ainsi une opportunité d’ingérence si des incidents venaient à éclater dans une région comme celle de Narva, ville estonienne à la frontière avec la Russie. De ce point de vue, l’OTAN ne fournit peut être pas les instruments les plus à même d’éviter la montée des tensions.

Quels impacts ce type de manœuvres peut-il avoir sur le gouvernement de Vladimir Poutine ? Et sur la population russe ?

Le gouvernement russe considérera probablement ces manœuvres avec un certain dédain pour les Européens, incapables de se défendre par eux-mêmes. Le Président russe ne manquera pas de répéter qu’il considère les Européens comme des Etats inféodés aux Etats-Unis, sans réelle latitude d’action. Sur le plan militaire, l’Etat-major russe, avec lequel les relations ont été rompues, ne se montrera pas davantage impressionné. C’est ainsi que la Russie est même en train de modifier sa doctrine navale, afin d’intégrer l’annexion de la Crimée dans son champ d’action.

Alors que des menaces bien plus importantes pour la Russie sont niées – l’Etat islamique, la montée en puissance de la Chine – la population ne s’inquiète pas de ces manœuvres ; au contraire, susciter la crainte et le respect est plutôt une marque de puissance. Tous les Russes ne sont pas à l’aise avec la politique en Ukraine, mais plus nombreux sont ceux qui considèrent d’un bon œil l’affirmation de la puissance russe sur la scène internationale. Malheureusement donc, les conditions d’un dialogue constructif entre l’UE et la Russie ne sont pour l’heure pas réunies, tant nous sommes passés d’un dialogue sans réelle écoute réciproque à une incompréhension profonde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

05.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

06.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 30/07/2015 - 12:09
Connaitre ses ennemis
La Russie est notre allié n'en faisons pas un ennemi , les problèmes sont ailleurs (Islamisme radical) ,un alignement sans condition derrière les EtatsUnis est une erreur .
Deudeuche
- 30/07/2015 - 11:44
@cloette
Oui nous ne sommes plus au temps des soviets, d'où l'utilité de sortir de la propagande anti impérialiste, capitaliste et tout ce charabia!
De Varsovie à Vilnius en passant par Zagreb, tous craignent la Russie quelque soit l'opinion que l'on ait sur les USA (elle est loin l'Amérique qui faisait rêver). C'est dommage mais c'est comme cela. Poutine n'est évidemment pas un communiste, ni sa philosophie politique, tout juste un national-étatiste-orthodoxe, qui a bien vu l'ascendant des US sur ses voisins et les nouvelles valeurs que ceux ci exportent...mais ses voisins qui ne se font d'illusion sur les valeurs US, le craignent.
cloette
- 29/07/2015 - 23:28
on n'est plus au temps des soviets
Le monde n'est plus bipolaire mais multipolaire , la Russie fait partie des Brics et dans les Brics il y a la Chine , cela n'arrange pas les US qui ont d'ailleurs depuis longtemps l'habitude de nuire à la Russie , ils s'étaient même alliés aux Talibans en Afghanistan pour les provoquer , Al Qaïda en a été une conséquence , leurs méthodes sont toujours de coups tordus par le biais d'organismes du type NED ou autres , mais ce n'est pas la peine d'insister tout le monde le sait pour la bonne raison que le monde a changé et que les propagandes ne marchent lus comme jadis , les gens pensent par eux même à présent !