En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters Pictures
Sur la route du succès ?
Court-termisme toxique : Hillary Clinton a-t-elle mis le doigt sur un vrai problème du capitalisme financier américain ?
Publié le 20 juillet 2015
La candidate à la primaire démocrate s'en est récemment pris aux actionnaires de manière indirecte. Elle a critiqué la manière qu'ont les entreprises de verser de l'argent à leurs actionnaires plutôt que d'utiliser ces sommes dans l'innovation et donc, inévitablement, d'embaucher.
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Colin est ingénieur en télécommunications, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, ancien élève de l’Ecole nationale d’administration, inspecteur des finances. Il est actuellement associé fondateur de la société d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Voir la bio
Nicolas Colin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Colin est ingénieur en télécommunications, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, ancien élève de l’Ecole nationale d’administration, inspecteur des finances. Il est actuellement associé fondateur de la société d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La candidate à la primaire démocrate s'en est récemment pris aux actionnaires de manière indirecte. Elle a critiqué la manière qu'ont les entreprises de verser de l'argent à leurs actionnaires plutôt que d'utiliser ces sommes dans l'innovation et donc, inévitablement, d'embaucher.

Atlantico : Dans un discours prononcé le 13 juillet devant la New School de New York, Hillary Clinton a critiqué le "court-termisme" des entreprises qui préfèrent distribuer les dividendes aux actionnaires plutôt que d'investir dans la recherche et le développement. La candidate à la primaire démocrate a-t-elle raison ? A-t-elle mis le doigt sur un des grands maux dont souffre l'économie américaine en ce moment ?

Nicolas Colin : Elle a raison sur le constat. Les grandes entreprises traditionnelles privilégient de plus en plus la distribution de dividendes par rapport à l'investissement. Mais dire que c'est un problème, c'est aller un peu vite en besogne. Par exemple, il existe des entreprises en pleine croissance qui ne distribuent pas de dividendes et investissent l'essentiel de leur trésorerie disponible : ce sont  les grandes entreprises numériques cotées, à commencer par Google, Facebook et Amazon.

Surtout, le capital est mieux dans les mains de capitalistes qui créent de la valeur. La cruelle réalité, c'est que les entreprises traditionnelles sont désemparées dans l'économie en transition numérique : elles ne savent pas où investir ni pour quoi faire. C'est la principale raison pour laquelle elles préfèrent rendre l'argent à leurs actionnaires : pour que ceux-ci aillent l'investir ailleurs, en particulier... dans les entreprises numériques !

C'est le bouclage récemment pointé par Marc Andreessen. L'impatience des investisseurs vis-à-vis des entreprises traditionnelles est le corollaire de la patience dont ils font preuve en investissant dans des entreprises innovantes encore en quête de leur profitabilité. En gros, on sort de l'argent de BNP Paribas ou Orange, qui n'innovent pas ou pas assez, pour l'investir dans Uber !

Pascal Salin :  Il est indéniable que le "court-termisme" existe, aux Etats-Unis comme dans les autres pays. Il résulte en particulier du phénomène suivant : un véritable capitaliste, propriétaire et gestionnaire de son entreprise est incité à choisir le long terme, ne serait-ce que pour éviter une faillite qui serait la négation de ses efforts et de ses investissements passés. Le comportement d'un salarié est différent : il est davantage incité à choisir le court terme, car la pérennité de l'entreprise où il travaille est moins importante pour lui que pour le capitaliste.

Or, dans les très grandes entreprises où il existe un nombre considérable d'actionnaires, dont aucun ne peut véritablement avoir un pouvoir de décision, les décisions de gestion sont prises par des dirigeants qui sont des salariés et non des capitalistes. Ils sont donc relativement moins incités à choisir le long terme que des vrais capitalistes. On peut en trouver l'illustration dans le fait que les gestionnaires des très grandes banques ont été incités à prendre trop de risques pour augmenter leurs rémunérations à court terme.

Ceci a accentué les effets de la récente crise financière dont les vrais responsabilités incombent cependant à des autorités monétaires qui ont pratiqué des politiques monétaires déstabilisatrices. Et l'on peut d'ailleurs, souligner au passage, que la grande dimension des banques de notre époque tient en grande partie aux politiques publiques qui ont plus ou moins mis en œuvre le fameux "too big to fail".

Mais ceci dit, il est risible de voir un personnage politique – tel que Hillary Clinton – critiquer le court-termisme des entreprises, alors que le monde politique est caractérisé par son court-termisme : les politiciens donnent des avantages à court terme à leurs électeurs pour gagner la prochaine élection sans se préoccuper des conséquences à long terme (on le voit trop bien en France !).

En d'autres termes, il serait excessif de dire que le capitalisme – qu'il soit américain ou pas – est un système parfait car la perfection n'existe pas. Tout ce que l'on peut dire c'est que le secteur privé est composé d'une multitude d'entreprises de taille variée qui sont plus ou moins "court-termistes" et qu'il est relativement moins "court-termiste" que le secteur public, précisément parce qu'il est tout de même fondé sur des droits de propriété qui sont le fondement de la responsabilité et du choix du long terme.

Au demeurant,  le marché a, de ce point de vue, un rôle régulateur (de telle sorte qu'on n'a pas besoin des règlementations publiques qui prétendent réguler le secteur privé). En effet, une entreprise ne peut pas faire indéfiniment le choix du court-terme car l'érosion de ses profits risque de la conduire à la faillite et, en tout cas, provoque la désaffection des actionnaires qui préfèrent se reporter vers des entreprises moins "court-termistes".

Comment expliquer cette position dans la bouche d'une candidate démocrate ? Faut-il y voir une gauchisation de son discours ?

Nicolas Colin : C'est un discours adressé aux salariés des entreprises traditionnelles, qui craignent pour leur emploi et leur pouvoir d'achat : "si la vie est dure, c'est parce que votre employeur, au lieu d'investir, préfère rémunérer ses actionnaires".

Le discours fait mouche car il fait écho à la souffrance des salariés dans les entreprises traditionnelles. Faute d'innover, ces entreprises n'en finissent pas de "serrer les boulons" et de demander des efforts à leurs salariés : travailler toujours plus pour gagner toujours moins !

Un discours plus sincère consisterait à encourager les salariés à quitter les entreprises traditionnelles, celles qui ont cessé d'investir, pour rejoindre les entreprises numériques, qui investissent massivement. Mais évidemment, à l'échelle d'un individu, les choses ne sont pas si simples !

Pascal Salin : La position d'Hillary Clinton peut être considérée comme ambiguë. En effet, on peut l'interpréter comme une position gauchiste traditionnelle consistant à critiquer le capitalisme et à invoquer l'interventionnisme étatique pour porter aux remèdes aux prétendus échecs du marché libre.

Mais elle espère peut-être aussi obtenir le consentement d'électeurs républicains qui partagent le préjugé selon lequel l'Etat doit faire quelque chose en faveur des entreprises et doit améliorer le fonctionnement du marché.

 <

règlementations publiques qui prétendent réguler le secteur privé). En effet, une entreprise ne peut pas faire indéfiniment le choix du court-terme car l'érosion de ses profits risque de la conduire à la faillite et, en tout cas, provoque la désaffection des actionnaires qui préfèrent se reporter vers des entreprises moins "court-termistes".

Comment expliquer cette position dans la bouche d'une candidate démocrate ? Faut-il y voir une gauchisation de son discours ?

Nicolas Colin : C'est un discours adressé aux salariés des entreprises traditionnelles, qui craignent pour leur emploi et leur pouvoir d'achat : "si la vie est dure, c'est parce que votre employeur, au lieu d'investir, préfère rémunérer ses actionnaires".

Le discours fait mouche car il fait écho à la souffrance des salariés dans les entreprises traditionnelles. Faute d'innover, ces entreprises n'en finissent pas de "serrer les boulons" et de demander des efforts à leurs salariés : travailler toujours plus pour gagner toujours moins !

Un discours plus sincère consisterait à encourager les salariés à quitter les entreprises traditionnelles, celles qui ont cessé d'investir, pour rejoindre les entreprises numériques, qui investissent massivement. Mais évidemment, à l'échelle d'un individu, les choses ne sont pas si simples !

Pascal Salin : La position d'Hillary Clinton peut être considérée comme ambiguë. En effet, on peut l'interpréter comme une position gauchiste traditionnelle consistant à critiquer le capitalisme et à invoquer l'interventionnisme étatique pour porter aux remèdes aux prétendus échecs du marché libre.

Mais elle espère peut-être aussi obtenir le consentement d'électeurs républicains qui partagent le préjugé selon lequel l'Etat doit faire quelque chose en faveur des entreprises et doit améliorer le fonctionnement du marché.

 

Dans une chronique publiée sur le site web de "The Week", un journaliste américain suggère malicieusement aux Républicains de s'approprier l'idée d'Hillary Clinton et d'encourager les politiques qui favorisent la création d'entreprises et d'emplois plutôt que la rémunération des actionnaires. Devraient-ils suivre son conseil ?

Nicolas Colin : Le conseil vaut pour tout le monde : les candidats des deux bords... et les chefs d'entreprise ! Dans une économie numérique qui repousse sans cesse la frontière de l'innovation, les rentiers d'aujourd'hui sont les perdants de demain.

Plus largement, l'argument a déjà été exprimé par Clayton Christensen il y a quatre ans, dans un article qui avait beaucoup marqué intitulé "Le dilemme du capitaliste".

Selon Christensen, l'obsession des capitalistes pour le rendement à court terme les détournait de plus en plus de l'innovation de rupture, celle qui immobilise beaucoup de capital et crée massivement des emplois. En 2012, son sentiment était que la priorité allait systématiquement à l'innovation d'optimisation, celle qui libère du capital (les dividendes)... et détruit des emplois ! D'où le sentiment de crise et de raréfaction des emplois.

Mais nous sommes bientôt en 2016 et les choses ont déjà beaucoup changé : une entreprise comme Uber a levé plus de 4 milliards de dollars depuis sa création, est encore loin de verser le moindre centime de dividendes à ses actionnaires... et crée des emplois de chauffeurs par centaines de milliers ! L'exemple d'Uber montre que le capitalisme réapprend à financer de l'innovation de rupture.

Pascal Salin : Je considère pour ma part que c'est un mauvais conseil car l'action étatique consiste à prendre des mesures générales sans pouvoir tenir compte de la réalité concrète de chaque entreprise et de chaque individu. Elle utilise pour ce faire des critères arbitraires qui conduisent le plus souvent à ce qu'on appelle des "effets pervers", c'est-à-dire des résultats contraires aux intentions proclamées.

Tel est le cas du critère de l'emploi : le problème n'est pas de "créer des emplois", mais d'utiliser au mieux les talents et capacités humaines, ce que seul le marché est capable de faire. Il en est de même pour une politique qui consisterait à inciter les entreprises à investir, par exemple par des dispositions fiscales.

En effet, ces dispositions favoriseraient uniquement les investissements matériels dont la valeur est mesurable. Mais la réussite à long terme d'une entreprise est loin de dépendre uniquement de cela. Elle dépend en particulier de sa capacité à bien utiliser les cerveaux humains. Tel est le véritable investissement du long terme. Mais ceci ne demande pas une aide publique – au demeurant impossible – mais seulement la liberté d'agir pour les entrepreneurs.

Hillary Clinton suggère dans son discours de "réformer l'impôt sur les plus-values pour favoriser les investissements à plus long terme qui créent des emplois, plutôt que les contrats rapidement rémunérateurs". Une position qui pourrait plaire aux Républicains car il s'agit d'alléger la fiscalité sur les investissements. Dans les années 1980, son époux Bill Clinton avait adopté certaines vues des Républicains - comme la réforme de l'Etat-providence ou l'équilibre du budget - pour les faire siennes. La même chose est-elle en train de se produire avec Hillary ?

Nicolas Colin : Ce qui intéresse les républicains, c'est de baisser les impôts qui frappent leurs principaux soutiens. Or les capitalistes patients, qui financent les innovations de rupture, soutiennent les démocrates plutôt que les républicains. Comme je l'avais expliqué il y a deux ans dans un billet intitulé #ValleyPolitics, le parti allié aux innovateurs de la Silicon Valley, c'est le parti démocrate - et Obama a considérablement renforcé cette alliance depuis 2008.

A l'opposé, le parti républicain est plutôt soutenu par les industries vieillissantes, les économies rentières comme celle du pétrole et par la frange court-termiste du monde de la finance. Les pressions de ces soutiens les inciteront à favoriser la baisse de l'impôt sur les dividendes, comme Bush l'avait fait en 2003 (relançant au passage de grandes vagues de versement de dividendes), plutôt qu'à privilégier un système fiscal favorisant les investisseurs patients.

Pascal Salin : Il se peut, bien sûr, que les propos d'Hillary Clinton plaisent à cette frange de l'opinion républicaine que nous avons évoquée ci-dessus. Mais cela serait regrettable. Tout d'abord  cette réforme rendrait le système fiscal plus complexe, ce qui n'est jamais souhaitable. Il conviendrait aussi de savoir si cet allègement de la fiscalité ne serait pas compensé par un accroissement de la fiscalité par ailleurs (ou par une augmentation de l'endettement étatique).

Par ailleurs il serait bien préférable de mettre en œuvre d'autres réformes fiscales, comme celle qui diminuerait ou supprimerait la progressivité de l'impôt sur le revenu (ainsi que Ronald Reagan l'avait fait avec un grand succès), ce qui aurait un effet positif sur les incitations productives des Américains, en particulier des "petits et moyens" capitalistes. Une autre réforme importante consisterait à supprimer la double imposition qui résulte aux Etats-Unis de la superposition de l'impôt sur les sociétés et de l'impôt sur le revenu. Telles sont, par exemple, les réformes qui devraient véritablement séduire les Républicains

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 20/07/2015 - 14:29
Bien vu
L'idéologie actuelle voulant qu'un investissement productif rapporte immédiatement est aussi néfaste que les idéologies motrices des courants marxistes-keynesianistes de gauche ou de droite qui conduisent à la disparition de l'initiative privée en France, et ce depuis Mitterrand. N’oublions pas non plus le taux de rémunération exigé qui spolie nécessairement le producteur qu'il soit salarié ou dirigeant au sein de la structure. En corollaire, tout projet n'intégrant pas cette orthodoxie ne pourra voir le jour, la banque y veillera. Les spoliations financières et étatiques (fiscalité imbécile et délirante) et financières, condamnent donc la création ou le développement d'entreprise (investissement) en FRANCE. Le chômage de masse à de beaux jours devant lui.