En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
L'autre tragédie

Quand le chômage à 25 ans compromet la totalité d’une carrière : l’OCDE lance une alerte sur le piège qui se referme sur toute une génération européenne

Publié le 11 juillet 2015
Dans son rapport de 2015 sur l'emploi, l'OCDE tire la sonnette d'alarme pour dénoncer les dangers pour l'avenir que représentent le taux de chômage élevé chez les jeunes.
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son rapport de 2015 sur l'emploi, l'OCDE tire la sonnette d'alarme pour dénoncer les dangers pour l'avenir que représentent le taux de chômage élevé chez les jeunes.

Atlantico : L'OCDE, dans son rapport de 2015 sur les perspectives de l'emploi publié très récemment, tire la sonnette d'alarme : la situation des jeunes sur le marché du travail est encore catastrophique et pourrait bien empirer si rien n'est fait. Quelle est la situation ?

Pierre-François Gouiffès : Toutes les publications de l’OCDE relatives aux politiques de l’emploi mettent en avant depuis la crise de 2008 le caractère très préoccupant du chômage des jeunes, qui reste supérieur à son niveau d’avant-crise. Le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) est tout simplement le double de celui de l’ensemble de la population active dans l’OCDE : 14,1 % contre 6,9 % fin mai 2015.

L’OCDE mesure également les 15-29 ans qui ne sont ni en formation ni en emploi « Neither in Employment nor in Education or Training » : NEET), plus nombreux aujourd’hui qu’ils n’étaient en 2007.

Ce sombre constat est d’autant plus préoccupant que l’OCDE constate que les perspectives de carrière se construisent largement au cours des dix premières années de vie active, ce qui risque de fortement limiter les opportunités professionnelles pour la génération arrivée sur le marché du travail pendant la crise.

Qu'est ce qui est concrètement mis en cause par l'OCDE ? L'OCDE porte un jugement sévère sur les politiques menées par différents gouvernements de pays développés. Quels sont les gouvernements visés et quelles sont les méthodes qui sont critiquées ?

Il y a d’abord l’effet de la crise. L’augmentation des jeunes sortis de l’emploi et des NEET est ainsi particulièrement forte dans les pays les plus fortement touchés par la récession : Grèce, Irlande, Italie, Slovénie et Espagne.

Concernant les politiques publiques, l’OCDE considère qu’il faut augmenter les efforts et limiter les coupes des budgets permettant l’accompagnement des chômeurs de longue durée et des jeunes vers l’emploi. Selon elle, certains pays (Espagne, Irlande, Italie, Royaume-Uni, Australie) ont trop réduit les budgets des politiques de l’emploi.

Mais il y a surtout le sujet des jeunes sans qualification ou en échec scolaire dont l’employabilité à long terme est problématique. On sait en France que le chômage des jeunes est radicalement différent suivant le niveau de qualification.

Des disparités existent-t-elles au sein des pays membres pour ce qui concerne le taux de chômage des jeunes ? Quelle est la situation de la France ?

Il y a en effet de grandes différences autour de la moyenne OCDE. Le chômage des jeunes atteint des niveaux quasiment stratosphériques dans certains pays notamment ceux du Sud de l’Europe : 49,7 % en Grèce, 49,3 % en Espagne, 41,5 % en Italie, 33,3 % au Portugal. En face les chiffres de chômage des jeunes concernant l’Allemagne (7,1%), le Royaume-Uni (15,7 %) ou les Etats-Unis (12,2 %) peuvent laisser rêveur. L’OCDE constate par ailleurs quelques baisses du taux de chômage des jeunes dans certains territoires (Estonie, Hongrie, Irlande).

La France a pour sa part un taux de chômage des jeunes deux fois et demi supérieur à son taux de chômage moyen lui-même supérieur de plus de trois points à la moyenne OCDE : 23,7 % contre 10,3 %. Pour l’OCDE, « avec un taux de chômage élevé chez les jeunes, la France prend le risque de compromettre l'avenir de ses jeunes générations. ». L’OCDE constate en outre que le chômage des jeunes continue d’augmenter en France alors qu’il se stabilise ou il baisse dans l’OCDE ou l’Union Européenne.

Cette situation va-t-elle être amenée à empirer ? Si oui, avec quelles conséquences pour les pays ?

Une grande partie de taux de chômage tient toutefois à la faible croissance que connaissent certains pays dont la France.

A moyen terme, la situation du chômage des jeunes pose la question difficile et même un peu tabou de la solidarité intergénérationnelle que le sociologue Louis Chauvel a mise en lumière via son analyse du « destin des générations » : il constatait une dégradation progressive de la situation des jeunes en égard à trois critères d’analyse : accès à l’emploi, accès au logement, nature des carrières salariales, auxquels on pourrait rajouter la question de l’équité du lourd système français de protection sociale.

Quelles peuvent être les solutions mises en place pour endiguer ce phénomène ?

L’OCDE a développé depuis une quinzaine d’année une doctrine complète concernant les politiques de l’emploi, doctrine articulée autour du concept d’activation de la dépense pour l’emploi en substitution de la simple indemnisation des demandeurs d’emplois.

Pour la France, les enjeux concernent le secteur éducatif, la lutte contre la rupture scolaire et le redressement de l’apprentissage dont les volumes ont baissé en dépit des discours politiques rituels en la matière, le contrôle de la recherche d’emploi, enfin le sujet très sensible du niveau du salaire minimum dont l’OCDE constate qu’il est extrêmement proche du salaire médian en France (3ème écart le plus faible après la Turquie et le Chili).

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/07/2015 - 14:44
l'apprentissage est la clef!
mais ce science pipologue n'y accorde que deux mots, oubliant de préciser que les gauchistes ont torpillé l'apprentissage, en début de mandature de louis XVI...résultat? La France compte un taux de chômage élevé de 25 % chez les jeunes, pour seulement 8 % en Allemagne ou 12.5 % au Danemark, soit deux pays qui ont privilégié l'apprentissage sur les emplois aidés...cherchez l'erreur!