En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 5 min 28 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 36 min 3 sec
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 54 min 28 sec
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 2 heures 50 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 3 heures 15 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 18 heures 4 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 28 min 10 sec
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 49 min 32 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 2 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 2 heures 50 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 17 heures 39 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 18 heures 53 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 20 heures 40 min
© Reuters
DSK a fait un retour politique en trompe-l’œil.
© Reuters
DSK a fait un retour politique en trompe-l’œil.
"Jack is Back"

DSK, le retour politique en trompe-l’œil : ces autres péchés beaucoup plus discrets que le Carlton que l’ancien patron du FMI voudrait faire oublier

Publié le 10 juillet 2015
Après la relaxe dont il a bénéficié dans l'affaire du Carlton, Dominique Strauss-Kahn est visé par une plainte d'un ancien actionnaire de LSK, le fonds d'investissement qu'il a cofondé. Un fait qui remet en perspective sa récente apparition sur Twitter.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la relaxe dont il a bénéficié dans l'affaire du Carlton, Dominique Strauss-Kahn est visé par une plainte d'un ancien actionnaire de LSK, le fonds d'investissement qu'il a cofondé. Un fait qui remet en perspective sa récente apparition sur Twitter.

Atlantico : La création d'un compte Twitter par Dominique Strauss-Kahn a suscité un vif émoi sur la toile comme dans les médias. Plusieurs journalistes ont par ailleurs évoqué que l'ancien Ministre engageait un retour dans la vie politique française. Le 30 juin dernier, un ancien actionnaire du fond d'investissement qu'il avait créé, LSK, a porté plainte contre lui pour escroquerie. Dans quelle mesure les deux éléments peuvent-ils être liés ? 

Jean-Yves Archer : Nul ne peut exclure que les récentes actions de communications de DSK aient pour objet de faire monter sa cote dans les milieux d'affaire puisqu'avec DSK le mot habileté n'est jamais loin de la partie de cartes à laquelle ressemble sa vie. Il est évident que pour redorer son blason et chercher à améliorer son jeu au poker des affaires, il est prêt à recourir à de multiples expédients y compris ce fil Twitter un rien prétentieux où il ne prend pour abonnements que le compte de sa compagne et ceux de Prix Nobel d'économie dont il a très certainement le numéro de portable. Cet homme manie décidément la communication au détriment d'un vrai lien avec les internautes comme ont su le montrer certains top-Executive guère dupes d'une posture (Jack is back) à portée de gesticulation.

Quel bilan peut-on faire des tentatives de l'ancien Directeur du FMI dans le monde des affaires ? 

Dominique Strauss-Kahn offre à nos regards une vie essentiellement publique ce qui cohérent avec sa formation et son goût pour la politique. N'a-t-il pas voulu tenter d'atteindre la magistrature suprême ? Ouvertement en 2007. De manière impossible en 2012.

Nous pouvons tous dresser un bilan de son action publique : ministérielle ou à la tête du FMI. Connu pour sa densité et sa puissance cognitive, cet homme public est aussi connu pour sa capacité d'esquive. Souvenons-nous de l'affaire MNEF et de certains dossiers lorsqu'il était avocat d'affaires. Bilan nuancé sur ce point, donc.

En fait, on ne sait pas clairement si DSK reprendrait à son compte l'intéressante formule de Charles Pasqua :"Pour moi, l'argent n'a jamais été capital si j'ose dire !".

Compte-tenu de son mode de vie, dont il n'a jamais cherché à se cacher, il est patent qu'il faut une surface financière conséquente pour l'assumer. Le seul poste, obtenu il y a quelques années, de conseiller pour le Gouvernement de Serbie ne semble pas à la hauteur des besoins du quotidien.

Comme d'autres, il a donc le statut (mais l'envergure) de conférencier économique international.

Tout ceci ne procède toutefois pas d'une fibre entrepreneuriale comme celle de Thierry Breton, Francis Mer ou encore Claude Bébéar. Voire celle de son ami Denis Kessler. (SCOR).

Le passé de DSK dans les affaires en général est truffé de passif tandis que son avenir en businessman reste à écrire. S'il le veut. Et si les circonstances lui permettent de rencontrer la confiance de partenaires bien assis.

Le 30 juin dernier, Jean-François Ott, ancien PDG d'une société immobilière luxembourgeoise, a porté plainte contre LSK. Selon lui, les comptes qu'on lui aurait soumis avant qu'il n'y injecte 500 000 euros ne reflétaient pas la santé réelle de la société. Son avocat a d'ailleurs estimé qu'elle aurait dû être déclarée en faillite beaucoup plus tôt. Au-delà des erreurs de jugement de DSK, peut-on à ce stade d'information parler d'escroquerie ? 

Les faits sont potentiellement suffisamment significatifs voire graves pour tenter d'être aussi précis que clair. Dans un premier temps, un actionnaire s'estimant lésé a déposé plainte pour "faux en écriture", "abus de biens sociaux" et "escroquerie" contre les anciens administrateurs de la société LSK dont DSK faisait effectivement partie.

Quels sont les griefs de Jean-François Ott qui seront opposés en l'espèce au futur argumentaire de l'éminent Jean Veil, avocat de DSK ? Cet investisseur a participé à une augmentation de capital de LSK à l'été 2014 via sa société chypriote pour un montant de 500.000 euros.

Il a déboursé cette somme à la lumière de documents financiers et comptables supposés refléter la réalité de la situation financière de LSK (due diligence). Or, selon Monsieur Ott, on lui aurait présenté une situation arrangée digne d'une opération de "window-dressing" (dont Enron reste le totem mondial) à tel point qu'il affirme que LSK aurait du être déclarée en faillite dès le printemps 2014.

Une chose est acquise : ce véhicule d'investissement n'a jamais atteint les 2 milliards de dollars dont rêvait DSK et parallèlement la défenestration à Tel-Aviv du "L" de LSK (à savoir Thierry Leyne) rend un peu plus opaque la recherche de responsabilités.

En cette matière, il faut distinguer une éventuelle tromperie intentionnelle lors de l'arrivée du nouvel investisseur. Ces faits sont éventuellement qualifiables d'escroquerie et peuvent aussi entraîner la responsabilité des commissaires aux comptes notamment chargés de vérifier les opérations d'augmentation de capital (prime d'émission, etc) et la conformité de l'arrêté des comptes effectué en amont de l'Assemblée Générale Extraordinaire.

Ceci est à distinguer d'un abus de biens sociaux qui peut relever d'un seul dirigeant ou d'une pluralité de personnes.

J-F Ott a choisi de privilégier le terrain de l'action pénale et ne semble pas chercher à mettre en œuvre la responsabilité civile, autrement dit la condamnation des dirigeants au comblement du passif social alors que "la poursuite d'activité de la société malgré une situation irrémédiablement compromise" (termes usuels de la jurisprudence de la chambre commerciale de la Cour de cassation) est une hypothèse forte à la lumière du dépôt de bilan de novembre 2014 et des déclarations de DSK qui convient que feu son associé avait eu" recours à une série d'emprunts excessifs".

Au total, près de 150 créanciers seraient concernés pour un montant de près de 100 millions d'euros ce qui ne constitue donc pas un"track-record"mirifique pour l'ancien ministre.

Quelles autres voies s'ouvrent encore à DSK dans son intention de se reconvertir dans le monde des affaires ? 

Christian Dior s'est un jour ainsi exclamé : "On a parfaitement le droit de se tromper, du moment qu'on a fait ce que l'on aime et en revanche, on est impardonnable d'avoir fait ce qu'on n'aime pas, surtout si on réussit".

Si DSK parvient à se convaincre lui-même de se plonger dans le grand bain des affaires, il y prospérera très certainement. Mais au fond, il reste un homme de macroéconomie et je doute qu'un compte de résultat d'une entreprise lambda ou d'un fonds spéculatif étriqué ne le fasse vibrer.

A moins que d'aucuns songent à lui pour des postes prestigieux de banquiers et lui chuchotent à l'oreille les initiales BPCE, par exemple...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
abracadarixelle
- 07/07/2015 - 12:40
LSK
LSK c EXQUIS....formule publicitaire fort ancienne vantant, je crois ,du chocolat en poudre . Cette formule ne ferait plus recette !
cadi67
- 07/07/2015 - 06:42
profil
Compte tenu du profil qui semble nécessaire pour entrer à la BCE, il me semble que M. Strauss-Kahn, tant d'un point de vue professionnel que personnel, rempli parfaitement les conditions.
gwirioné
- 07/07/2015 - 00:05
Effrayant!
Entendre-ou lire- des "économistes" soupeser les capacités d'un type qui n'a jamais rien réussi est effrayant!