En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 1 heure 44 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 3 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 5 heures 43 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 6 heures 24 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 8 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 8 heures 41 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 5 heures 2 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 6 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 7 heures 6 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 8 heures 39 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 20 heures 48 min
© Reuters
"Salade grecque chez les Républicains".
© Reuters
"Salade grecque chez les Républicains".
Indigestion

Salade grecque chez les Républicains : quand le référendum s’invite dans la course à la primaire (et met tout le monde mal à l’aise)

Publié le 30 juin 2015
Alors que certains proches d’Alain Juppé n’hésitaient pas, dès samedi 27 juin, à condamner l’initiative prise par Athènes, Nicolas Sarkozy, qui a fait du recours au référendum d’un des piliers de son nouveau logiciel idéologique, a eu du mal à trouver la formule permettant de condamner Tsipras sans attaquer directement son initiative.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que certains proches d’Alain Juppé n’hésitaient pas, dès samedi 27 juin, à condamner l’initiative prise par Athènes, Nicolas Sarkozy, qui a fait du recours au référendum d’un des piliers de son nouveau logiciel idéologique, a eu du mal à trouver la formule permettant de condamner Tsipras sans attaquer directement son initiative.

Combien d’arrière-pensées, de messages codés échangés ce week-end entre Juppésistes et Sarkoboys ? C’est un drôle de bal masqué qui a occupé les deux camps jusqu’à hier. Les uns et les autres jouant à parler de la Grèce tout en ne cessant, derrière les masques, de penser à la primaire. Dès l’annonce, par le gouvernement Grec, de la tenue d’un référendum, Les Républicains tendance Juppé ont dégainé. Benoist Apparu, sur Twitter s’exclamait : "J'avoue ne pas comprendre la position du gvt grec ! Le bras d'honneur aux créanciers qui tentent de sauver la Grèce est surréaliste !". Puis, toujours sur Twitter, c’est au tour de Virginie Calmels, candidate aux régionales en Aquitaine, de s’offusquer : "Le référendum, outil démocratique, devient démagogique qd tout le monde sait que son résultat n'allègera pas les pbs des Grecs. Puis "Dans l'UE, la volonté des Grecs ne vaut pas moins, mais pas plus, que celle des autres citoyens, représentés par leurs gouvernants élus". Côté sarkozistes pur jus, personne, ni Nadine Morano, ni Christian Estrosi. Silence aussi du côté des numéros 2 et 3 des Républicains, Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet. Eric Woerth s’est retrouvé bien seul à monter au créneau : "Sidérant comportement de Mr #Tsipras ! C'est plus dur de gouverner que d'être populiste", lance-t-il sur Twitter et puis plus rien. Françoise Grossetête, proche de Jean-François Copé, ne lui viendra en aide que lundi en affirmant : "Alexis Tsipras joue un jeu dangereux. Il prend son peuple en otage pour légitimer des décisions qu'il n'a pas le courage de prendre lui-même". Alors que tout le week-end le Front national s’est déchainé, affirmant que la Grèce offrait ainsi une belle leçon de démocratie, silence gêné rue de Vaugirard qui a préféré parler terrorisme et djihadisme.

Il faut dire que le référendum est l’une des pierres angulaires du futur programme de Nicolas Sarkozy. En février 2012, déjà, alors qu’il s’apprêtait à annoncer sa candidature à l’élection présidentielle, l’ex président de la République affirmait : "Il est venu le temps de réintroduire dans le fonctionnement de nos institutions le référendum" qui est "une garantie" pour les électeurs. Nicolas Sarkozy se proposait alors de consulter les Français sur la question des indemnités chômage et de l’assistanat. Une ligne qui fut directement inspirée par son conseiller Patrick Buisson. La levée de boucliers avait alors été immédiate jusque dans son propre camps où Jean-Louis Borloo rappelait que : "Si Mitterrand avait organisé un référendum sur la peine de mort, jamais elle n'aurait été supprimée" et Alain Madelin estimait : "le problème, c'est le chômage, pas les chômeurs". "Agiter aujourd'hui cette perspective, parler de référendum, c'est prendre le risque de stigmatiser des chômeurs qui n'en peuvent [plus]. (...) Cette stigmatisation des plus faibles n'est pas acceptable. Elle heurte de trop nombreux Français. Elle ne sera pas acceptée".

Depuis 2012, retiré dans ses bureaux de la rue de Miromesnil, l’ancien président n’a pourtant cessé de réfléchir à la question et se montre de plus en plus enclin à vouloir consulter les français sur différents sujets. En septembre 2014, sur France 2, il affirme : "Il est venu le temps de réintroduire dans le fonctionnement de nos institutions le référendum". Nicolas Sarkozy a acquis la conviction que les corps intermédiaires sont trop conservateurs et doivent donc être contournés. "Chaque fois qu'il y aura blocage, je ferai trancher le peuple français", assure-t-il alors en évoquant la question du chômage ou celle de l'immigration. "Ce sera le gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple", explique-t-on dans son entourage. En octobre 2014, il ajoute vouloir aussi consulter les Français sur la réforme du Parlement, celle des collectivités territoriales, sur son projet de "bouclier de la dépense publique", qui interdirait à l'État de consacrer plus de 50% du PIB à la dépense publique, ainsi que sur le RSA  et il explique : "La question pourrait être posée ainsi : est-ce que toute allocation doit avoir comme contrepartie une activité ? Pour moi, la réponse est oui." Pour Nicolas Sarkozy, l'organisation de ces référendums doit être rapide: "Je souhaiterais que ces consultations soient organisées en même temps que le premier tour des élections législatives qui suivront l'élection présidentielle", affirme-t-il alors.

Il s’agit de mordre ainsi sur les plates-bandes du Front national qui a fait depuis fort longtemps du référendum l’un des piliers de son programme. À plusieurs reprises, Marine Le Pen s'est déclarée favorable à une "République référendaire" et a affirmé que l’ "on aurait des leçons à prendre" de la Suisse. En septembre 2014, elle dénonce même ce qu’elle considère comme une usurpation de la part de l’ancien président : "il parle du référendum, c'est à hurler de rire ! Il nous a fait le coup en 2007, en 2010, en 2011, en 2012, après avoir fait voter la Constitution européenne contre l'avis des Français. Il a fait annuler celui qui était prévu en Grèce. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Nicolas Sarkozy est un adversaire du référendum". Toute à sa logique, Marine Le Pen a donc défendu durant le week-end la décision d’Alexis Tsipras face à des Républicains beaucoup plus gênés.

Les juppeistes ont beau jeu de dénoncer une décision qui illustre en creux les errances de leur concurrent. La position de Nicolas Sarkozy relève, elle, de l’équilibrisme. L’ancien président ne peut, en effet, soutenir un référendum qu’il a contribué à faire annuler en 2001 et qui ulcère l’aile libérale des Républicains attachée à une stricte orthodoxie financière dont Eric Woerth est l’un des représentants. Mais il ne peut, pour autant, fermement condamner une démarche qu’il a lui-même si souvent défendue sur d’autres sujets. Hier à Madrid, où il devait rencontrer Mariano Rajoy, l’ancien président s’en est donc pris à la personne même d’Alexis Tsipras et à son gouvernement plutôt qu’à son initiative, lançant : "La Grèce a fait le choix d'un gouvernement qui lui a menti, d'un gouvernement qui veut tous les avantages de la zone euro et de l'Europe mais qui ne veut en assumer aucune des responsabilités", selon lui Tsipras a fait preuve de "cynisme", de "démagogie" et d' "irresponsabilité".

S’éloignant, malgré toutes les précautions prises, de ses propres mots prononcés en octobre 2014 : "Réfléchissons, il y a moins de risque de populisme quand le peuple peut s'exprimer dans les urnes. À l'inverse, le risque populiste est beaucoup plus fort si le peuple a le sentiment qu'on lui refuse la parole." 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 01/07/2015 - 11:47
si vous croyez en l'objectivité
ne lisez aucun des articles de C Bertrand ;je n'en ai jamais vu qui ne soit pas à charge contre la droite et particulièrement Nicolas Sarkozy. Je ne comprends pas le parti pris d'Atlantico de lui laisser une plume sur ce site...le boboland et l'antisarkozysme primaire sévissent déjà dans 90% de médias ; Atlantico n'a franchement pas besoin de leur offrir une tribune supplémentaire. Cela me déçoit.
J'ajoute, concernant le referendum (et à l'instar de Claude Liauzu), le mode de referendum proposé par NS devra être clair, bien posé, bien pensé et ne laisser nulle place à l'interprétation ; ce qui est loin d'être le cas du referendum grec organisé dans la precipitation, mal posé et avec comme seul objectif pour tsipras de se dédouaner de toutes prises de décision sur le dos du peuple grec
Jardinier
- 30/06/2015 - 20:17
La deuxieme chose, a l'attention de l'auteur de l'article,
N'oubliez pas Fillon.
Jardinier
- 30/06/2015 - 20:03
Les referendums, ca doit etre rapide,
MAIS PAS EN MÊME TEMPS QUE LES LÉGISLATIVES. Chaque sujet doit être traité séparément et en laissant les arguments pour et contre s'affronter. Vouloir tout faire passer en force en même temps en profitant de la dynamique de la présidentielle, ce n'est PAS DÉMOCRATIQUE. Ça démontre une nouvelle fois la peur qu'ils ont des électeurs (ne pas attendre qu'ils se retournent).