En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 58 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 59 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 39 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 7 heures 16 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 8 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 12 heures 12 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 15 heures 12 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 8 heures
Grands déménagements

Qui déménage où ? Les surprises de la carte du nouveau visage de l’Europe des migrations et flux de population

Publié le 03 juillet 2015
Alors que la question de l'immigration préoccupe la plupart des sociétés européennes, un institut allemand de recherche sur l'urbanisme (BBSR) a dévoilé sa carte d'une rare précision, résultat d'une collecte de données publiées par tous les municipalités d'Europe sur la démographie.
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la question de l'immigration préoccupe la plupart des sociétés européennes, un institut allemand de recherche sur l'urbanisme (BBSR) a dévoilé sa carte d'une rare précision, résultat d'une collecte de données publiées par tous les municipalités d'Europe sur la démographie.

Atlantico : Depuis le tournant du millénaire, entre 2001 et 2011, quels sont les principaux changements démographiques qu’a connus l'Europe ?

Gérard-François Dumont : Les évolutions démographiques sont extrêmement contrastées selon les pays et, à l’intérieur des pays, les dynamiques territoriales sont très différenciées. Quatre types d’évolutions possibles se distinguent. D’abord, celui de territoires connaissant une croissance démographique portée à la fois par un accroissement naturel - c’est-à-dire par un excédent des naissances sur les décès - et par un accroissement migratoire - c’est-à-dire par un excédent de l’immigration sur l’émigration -. C’est le cas du Royaume-Uni ou de la France qui se talonnent[1].

Deuxième type d’évolution, des pays dont la croissance démographique est uniquement due à l’accroissement naturel alors que leur solde migratoire est négatif, comme l’Albanie ou le Kosovo.

Troisième type d’évolution, des pays avec un solde naturel négatif mais néanmoins une croissance démographique positive les années où le solde migratoire est assez élevé pour compenser l’excédent des décès sur les naissances, comme en Italie. Enfin, le quatrième type concerne des territoires en dépeuplement, avec des soldes naturel et migratoire négatifs, comme la Bulgarie ou la Roumanie.

En examinant désormais chaque pays, de nombreuses diversités apparaissent en leur sein. Par exemple, le rideau de fer semble toujours partager l’Allemagne, avec une différence d’évolution démographique très nette entre les Länder de l’ancienne Allemagne de l’Ouest et les Länder de l’ancienne Allemagne de l’Est. Dans l’ex-Allemagne de l’Est, la diminution de la population est générale à l’exception non de Berlin, mais de communes limitrophes de la capitale situées dans le Land de Brandebourg. L’Espagne, en dehors de la forte croissance de Madrid, connaît également une évolution presque duale. La moitié occidentale perd globalement des habitants à l’exception de ses villes principales, de l’extrême nord-est (pays Basque) et de l’extrême sud-est. La moitié orientale du pays gagne en moyenne des habitants, tout particulièrement sur les rives méditerranéennes. Au Royaume-Uni, les territoires de l’Angleterre sont quasiment tous en croissance, mais les plus fortes croissances concernent quelques territoires de l’Ecosse, comme la région maritime d’Aberdeen, attractive en raison de sa proximité avec les champs d’hydrocarbures de la mer du Nord.

Quid de la France ?

En France, l’urbanisation est quasiment terminée. Sauf exception, il n’y a plus de croissance significative des grandes villes par rapport au reste du territoire, même si quelques accroissements négatifs se constatent, surtout dans des communes du Massif central ou de l’intérieur de la Bretagne. Ces dernières décennies, des personnes ont pu choisir comme domicile des communes rurales, notamment en raison de l’amélioration des réseaux de transports due, en particulier, à la prise en charge par les régions des transports express régionaux qui se sont considérablement améliorés ces dernières années. Outre ce facteur, un nombre accru de Français considère que la meilleure qualité de vie ne se trouve pas nécessairement dans les grandes villes. Paris en est la parfaite illustration. La croissance démographique de son agglomération est surtout due aux apports migratoires internationaux et à leurs effets sur la natalité, alors que le solde migratoire de cette agglomération est fortement négatif. L’émigration de l’agglomération de Paris, qui est donc une émigration urbaine à rebours de l’émigration rurale d’autrefois, est compensée par un solde naturel positif assez élevée dû à la composition par âges jeune de la population et à une fécondité plus élevée sur certains territoires comme la Seine-Saint-Denis. Toujours en France, il faut aussi noter un certain appétit de nos contemporains pour habiter des territoires littoraux ou sublittoraux. Cela concerne notamment les retraités (Var, Charente-Maritime, Vendée…), une migration qui entraîne la création d’emplois pour satisfaire les besoins spécifiques de ces personnes.

Quels sont les contrastes les plus nets à relever ?

En Europe, les contrastes d’évolution démographique les plus nets se trouvent dans la partie orientale : les villes principales y sont généralement en croissance depuis qu’elles se sont ouvertes avec la fin du communisme. Ces croissances démographiques urbaines s’expliquent par l’émigration rurale des habitants du pays et par des migrations internationales entrepreneuriales. A l’inverse, nombre de territoires ruraux de l’Europe orientale connaissent une décroissance démographique qui s’explique par le départ d’actifs vers les principales villes, et un solde naturel négatif avec donc plus de décès que de naissances. C’est par exemple le cas de la Roumanie ou de la Bulgarie. En Pologne, le contraste est moindre grâce à la meilleure dynamique économique du pays depuis la fin du communisme. De son côté, l’Italie demeure presque coupée en deux : le nord est souvent en croissance démographique grâce aux apports migratoires internes et internationaux, et la moitié sud de l’Italie compte de nombreux territoires en dépeuplement car elle est toujours une région d’émigration vers le nord.

Pour la Turquie, la mosaïque très particulière des évolutions avec de forts contrastes tient au fait que la superficie des territoires proposés est particulièrement grande. Comme la modernisation de l’agriculture se poursuit, l’émigration rurale est encore très intense en Turquie. S’ajoute l’émigration de certains kurdes habitants dans des régions délaissés par le pouvoir et espérant un meilleur sort économique en partant vers les grandes villes comme Istanbul.

Qu’est-ce que ces changements démographiques préfigurent-ils pour l’avenir en France et en Europe ?

Les changements démographiques en Europe préfigurent d’abord une évolution géopolitique significative dans la mesure où le traité de Lisbonne organise au Conseil européen un nombre de voix des pays proportionnel à leur population[2], ce qui a de l’importance pour toutes les décisions relevant d’une majorité qualifiée. En conséquence, le nombre de voix de la France, du Royaume-Uni ou de l’Irlande est susceptible d’augmenter au Conseil européen, alors que celui de la Bulgarie, de la Roumanie ou de la Hongrie risque de baisser puisque leur nombre d’habitants diminue.

Les calendriers des migrations internes selon les pays s’avèrent différents. En France, l’émigration rurale est quasiment terminée, ce qui n’est pas le cas de la Roumanie ou de la Bulgarie. Lorsque les populations rurales ne viendront plus s’installer dans les grandes villes de ces pays et y dynamiser leur démographie, si la fécondité reste aussi faible, on risque de constater ce que l’on trouve déjà dans certaines villes d’Allemagne de l’Est, soit une nette diminution de la population. Ce phénomène, assez nouveau, est donc jusqu’à présent surtout intense en Allemagne de l’Est. Mais, avec une Europe en « hiver démographique », il pourrait se diffuser ailleurs. Or, on ne gère pas de la même manière une ville dont la population augmente et une ville dans laquelle le nombre d’habitants diminue de façon significative.

En France, la dynamique rurale s’accroît même si elle est inégale selon les territoires ruraux[3]. Pourtant nos dirigeants politiques continuent de raisonner comme si la France connaissait un processus d’urbanisation et de concentration des populations dans les grandes villes selon des logiques radiales. Il s’agit de l’histoire d’hier, pas de la réalité d’aujourd’hui. Ainsi, les dernières lois territoriales sont désuètes et donc inadaptées aux dynamiques actuelles[4].

Concernant la migration internationale en Europe, elle a un effet démographique majeur dans la mesure où les migrants s’installant sont majoritairement jeunes, donc à l’âge de fécondité, et que, selon la formulation que j’ai proposée, « la migration, heureusement, ne rend pas stérile ! » Les immigrants ont donc des enfants sur les territoires où ils résident. Il faut donc, d’un point de vue démographique, considérer les migrants par leur nombre et aussi à travers la descendance qu’ils vont avoir. Ainsi, au milieu des années 2000, l’augmentation de la natalité en Espagne n’était pas due aux Espagnols mais aux immigrants, notamment d’Amérique andine. En France, le premier flux migratoire est toujours le regroupement familial qui contribue à la natalité.

Peut-on déterminer le centre économique européen de demain ? Et y a-t-il un lien entre le solde des populations sur un territoire et la situation économique de ce dernier ?

L’Europe de demain, comme celle d’aujourd’hui, n’aura pas de cœur économique unique. Les fonctions économiques se trouvent distribuées en de nombreux territoires en fonction de leur attractivité et de leur entrepreneuriat. Pour ne citer que les échelons les plus élevées, on peut distinguer Paris comme principale capitale des congrès,  Frankfort comme principale capitale bancaire, Londres comme principale capitale financière, Bruxelles comme principale capitale politique en matière de réglementation commerciale ou agricole, Rome comme principale capitale du tourisme religieux, Rotterdam et Anvers comme principales capitales portuaires…

Le lien entre dynamique démographique et situation économique est incontestable. Une bonne attractivité économique se traduit part une évolution démographique positive. Mais il convient de préciser que l’ attractivité économique est largement fonction de la qualité des gouvernances territoriales[5], à l’instar de la comparaison entre Londres et Paris ces deux dernière décennies, la première ville ayant gagné des centres de décision, la seconde en ayant perdu.

 

Propos recuellis par Rachel Binhas


[1] Zouari, Ilyes, « France - Royaume-Uni : un match démographique très disputé », Population & Avenir, n° 717, mars-avril 2014.

[2] Dumont, Gérard-François, Verluise, Pierre, Géopolitique de l’Europe : de l’Atlantique à l’Oural, Paris, PUF, 2015.

[3] Cf. Guieysse, Jean-Albert, Rebour, Thierry, « Territoires ruraux : déclin ou renaissance ? », Population & Avenir, n° 707, 2012 ; Pistre, Pierre, « Les campagnes françaises : un renouveau incontestable, mais très inégal », Population & Avenir, n° 715, novembre-décembre 2013.

[4] Cf. Dumont, Gérard-François, « Territoires : un fonctionnement radial ou réticulaire ? », Population & Avenir, n° 722, mai-juin 2015, p. 3. URL : www.cairn.info/revue-population-et-avenir-2015-3-page-3.htm

[5] Dumont, Gérard-François, Diagnostic et gouvernance des territoires, Paris, Armand Colin, 2012.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 30/06/2015 - 07:54
Tiens donc ?
Il serait donc acter que la Turquie ferait partie de l' europe? Apparement oui puisque toutes nos " élites" le sous-entendent. Il est grand temps de remetre les pendule a l'a heure.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 28/06/2015 - 12:41
qualité de gouvernance territoriale
Londres a été bien gérée ? Tiens tiens !!! Paris et ses prestigieux zélus beaucoup moins Ouah !!! Moins d'emplois et plus de tourisme et capitale des congrès(sic) !!!
Allez la France , rassurez vous personne (ni coupable , ni responsable) n'assumera les mauvais choix passés .Dormez braves gens !
zouk
- 28/06/2015 - 11:52
Démographie
Encore une fois nos politiques arriérées dans un passé dépassé. Au feu! Réveillons nous! et la Turquie n'est évidemment pas en Europe mais en Asie, peut être Mineure, mais Asie.