En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 4 heures 17 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 8 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 9 heures 15 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 10 heures 26 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 13 heures 26 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 15 heures 13 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 7 heures 50 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 8 heures 43 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 9 heures 43 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 14 heures 25 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 15 heures 1 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 15 heures 38 min
Parlementaire, mon cher Watson

Incident Baroin : les joutes parlementaires ne sont plus ce qu'elles étaient

Publié le 10 novembre 2011
François Baroin a créé la polémique en interpelant les socialistes lors de la séance parlementaire de mardi, les accusant d'avoir pris le pouvoir "par effraction" suite à leur succès aux législatives de 1997. Etait-ce si grave ?
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baroin a créé la polémique en interpelant les socialistes lors de la séance parlementaire de mardi, les accusant d'avoir pris le pouvoir "par effraction" suite à leur succès aux législatives de 1997. Etait-ce si grave ?

Atlantico : François Baroin a indiqué ce mercredi qu’il refusait de s’excuser d’avoir accusé les socialistes, lors de la séance parlementaire de la veille, d'avoir pris le pouvoir en 1997 « par effraction ». A-t-il tort, selon vous, de ne pas s’excuser ?

Jean Garrigues : Je pense que par rapport à ce qu’est aujourd’hui l’anti-parlementarisme diffus et récurrent de la société française, cela aurait été  une bonne chose de dépassionner le débat et de s’excuser. Cependant, sur un plan politique, il est évident qu’une excuse est toujours considérée comme un recul et n’est donc guère payante. On peut donc comprendre qu’il ne s’excuse pas.

On peut aussi se demander si la sortie de François Baroin ne marque pas l’expression d’un refoulé : pour un chiraquien comme François Baroin, il peut exister le sentiment d’avoir été dépossédé de la majorité qui était la sienne suite à la dissolution de 1997. Ce n’est pas sûr qu’un sarkozyste se soit laissé aller à de tels propos.

En parallèle, il est clair qu’il y a eu surréaction de la part des socialistes suite à ces propos. Leur coup d’éclat médiatique correspond à une constante de la vie politique française. On peut le déplorer, mais il est d’usage désormais de surréagir.

Tout ceci fait donc partie de la mise en scène parlementaire. La Vè République confère au Parlement un rôle secondaire. Par conséquent, celui-ci est devenu aujourd’hui avant tout un lieu de spectacle politique.

 

François Baroin a relativisé ses propos mercredi en indiquant : « Il y a des joutes politiques, il y en a eu d'autres par le passé, il y en aura d'autres ».

C’est tout à fait exact, mais ce n’est pas une raison ! Cependant, l’emploi de la formule « par effraction » est tout à fait banal dans le débat parlementaire.

Souvenons-nous que dans l’entre-deux guerres, des insultes étaient échangées entre l’extrême droite et les communistes, que Léon Blum a dû faire face à des insultes antisémites, que, plus récemment, lorsqu’elle a proposé son projet d’IVG en novembre 1974, Simone Veil a été injuriée par les députés de sa propre majorité.

Comme autres exemples, on peut citer également les débats sur le PACS en 1998 où Christine Boutin se met à pleurer parce que Lionel Jospin lui dit qu’elle a des propos outranciers. Je me souviens aussi d’Alain Madelin en 1984 qui lance à la gauche « cessez le feu sur nos libertés ! » ou François d’Aubert, à l’intention du Premier ministre de l’époque Pierre Mauroy : « Pour l’instant vous êtes toujours le roi… je veux dire Ubu Roi… ». Nous sommes là dans le registre de la caricature, de la déformation. Ce genre de saillies existe bien-sûr aussi à gauche, Georges Marchais avait ainsi attaqué Pierre Messmer avec cette réplique : « Vous êtes le gouvernement du grand capital ». Tout cela va au-delà du « par effraction » de François Baroin.

 

L'incident entre François Baroin et les députés socialistes

 

Tombe-t-on parfois dans l’insulte au sein de l’hémicycle ?

C’est assez rare. Le seul exemple qui me vienne à l’esprit est en 1967 lorsque Gaston Defferre a un accrochage avec le député gaulliste René Ribière et qu’il le traite « d’abruti ». Cela donna d’ailleurs lieu à un duel à l’épée ! C’est la dernière insulte proférée dans l’Assemblée, me semble-t-il. Précisons que les conséquences de ce duel ont été sans gravité.

Quoi qu’il en soit, l’évolution va vers un adoucissement des mœurs au sein du Parlement. Cette évolution contraste avec la dramatisation systématique des petits accrochages.

 

Peut-on lier cet adoucissement des mœurs au développement de la langue de bois en politique, au fait que le discours semble désormais plus policé ?

Oui, tout à fait. C’est lié à la nature même du débat parlementaire qui s’est spécialisé, expertisé et est devenu de plus en plus technique du fait de la complexité de la législation. Mais aussi au déclin de la délibération : nous sommes aujourd’hui dans un système présidentiel et non plus parlementaire comme sous la IIIème ou la IVème République. Dès lors, à partir du moment où les mots ont moins de puissance politique, on est moins tenté d’en user ; et on en use d’ailleurs avec beaucoup moins de talent.

95% des textes de loi sont d’origine gouvernementale, comme c’était le cas sous la IIIème République. En revanche, la délibération parlementaire n'a cessé de décroître. Le coup d’éclat parlementaire médiatique est en ce sens une façon de contrecarrer l’érosion du pouvoir législatif.


François Baroin ce mercredi au Parlement revient sur l'incident, mais ne s'excuse pas par LCP

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lézard florissant
- 11/11/2011 - 16:08
La gauche est bien plus insultante
La gauche est insultante dans toutes ses paroles et partout. Mordiller les mollets de Sarko lui tient même lieu de programme. Plaisanteries douteuses sur la taille du président etc...
Mais elle se conçoit comme le camp du bien qui peut faire la morale à tous.
Malheur si elle est réélue. Non seulement on fera faillite, fini les RTT et les zaki. On sera tondu comme à la Libération. Oui
2012Dehorsladroite
- 11/11/2011 - 12:47
Bien sûr que c'est grave
Evidemment que c'est grave. Un ministre qui prend la parole devant l'Assemblée pour dénaturer la vérité (en toute connaissance de cause), je trouve que cela vient d'une poubelle.

Ne pas reconnaitre d'avoir été battu aux élections, c'est grave en démocratie.

Ce genre de "blague" peuvent avoir lieu dans les coulisses du Parlement, mais pas en tribune.

Enfin, cela a du faire rire Mme.Laroque...
gmilady
- 11/11/2011 - 09:32
Etait-ce si grave ?
C'est simplement affreux, dans la bouche d'un homme politique, ministre de surcroït. Il montre que les gens de l'UMP ne sont pas de vrais démocrates...