En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 2 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 5 heures 39 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 14 heures 59 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 15 heures 41 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 2 heures 44 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 6 heures 5 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 8 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 16 heures 24 min
© Reuters
Le patronat et les syndicats se réunissent de nouveau ce lundi 22 juin afin d'évoquer l'épineux dossier des retraites complémentaires.
© Reuters
Le patronat et les syndicats se réunissent de nouveau ce lundi 22 juin afin d'évoquer l'épineux dossier des retraites complémentaires.
Problèmes d'auditions

Dernière ligne droite pour la négociation sur les retraites complémentaires : les partenaires sociaux et le gouvernement s’enferment dans un dialogue de sourds

Publié le 22 juin 2015
Le patronat et les syndicats se réunissent de nouveau ce lundi 22 juin afin d'évoquer l'épineux dossier des retraites complémentaires, et les négociations semblent au point mort, entre les propositions "choc" du MEDEF pour sauver l'AGIRC-ARCCO, la baisse des pensions ou le départ à 65 ans.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patronat et les syndicats se réunissent de nouveau ce lundi 22 juin afin d'évoquer l'épineux dossier des retraites complémentaires, et les négociations semblent au point mort, entre les propositions "choc" du MEDEF pour sauver l'AGIRC-ARCCO, la baisse des pensions ou le départ à 65 ans.

Atlantico : Les négociations sur les retraites complémentaires du privé pourraient se poursuivre en septembre, pourquoi ? Qu'est-ce qui bloque la situation ?

Philippe Crevel : Après plusieurs rounds de négociations, les partenaires sociaux éprouvent les pires difficultés à rapprocher leurs positions. Dans le cadre de ces négociations, il y a toujours un jeu de rôle bien huilé. Le patronat propose un plan radical qui fait l’objet de révisions à la baisse au cours des discussions. Un ou plusieurs syndicats avancent, par ailleurs, des contrepropositions dont certaines sont intégrées au plan soumis à accord. Pour le moment, cette décantation n’a pas pu se produire. Lors de deux dernières négociations, le patronat avait été contraint de signer malgré de fortes réticences de sa part. En 2011, la pression du Gouvernement, à quelques mois de l’élection présidentielle avait été forte. En 2013, Laurence Parisot, alors Présidente du MEDEF qui arrivait en fin de mandat ne souhaitait pas terminer sur un conflit avec les syndicats. En 2015, Pierre Gattaz est dans une toute autre logique. Il défend une ligne dure et s’oppose à toute augmentation des cotisations. Il considère que le Gouvernement l’a trompé sur le dossier des retraites en 2013 et n’entend pas sur les complémentaires se faire avoir une deuxième fois. En outre, l’air du temps lui est plutôt favorable avec des pouvoirs publics qui ont admis qu’il fallait réduire les charges sociales sur les entreprises. Il entend profiter de l’absence d’union des syndicats sur ce dossier.

Le contexte politique et social n’est pas favorable à une signature rapide. Le Gouvernement aimerait que les partenaires sociaux se mettent rapidement d’accord afin d’éviter de traîner ce dossier comme un boulet d’autant plus que les élections régionales se rapprochent. Les syndicats toute comme le patronat n’aiment guère se faire dicter leur calendrier par les pouvoirs publics et donc ne souhaitent accepter les désirs de ces derniers. Il y a en outre l’espoir qu’une reprise assez forte de l’économie réduise le montant des économies à réaliser. En jouant la montre, chacun y trouver donc son intérêt sauf le Gouvernement.

Le point de blocage important est lié à la volonté du MEDEF d’instituer un mécanisme de retraite progressive en fonction de l’âge et de son refus de relever les cotisations. Le MEDEF indique que les cotisations retraite ont été fortement relevées en 2012 et 2013 et qu’il n’y a pas plus de marges de manœuvre en la matière. En l’état actuel, sauf surprise de dernière minute et pression forte du Gouvernement, un report au mois de septembre est probable ce qui n’est pas en soi un gage de succès ultérieur…

Lors de la précédente séance de négociations le 27 mai, les propositions patronales avaient été rejetées par l'ensemble des syndicats. M. Gattaz a déclaré : "Les partenaires sociaux doivent prendre leur responsabilité", en espérant que "le principe de réalisme s'appliquera" pour parvenir à "un bon accord" en vue de régler le problème des déficits des caisses de retraites complémentaires, Agirc et Arcco. Le patronat devra ce lundi proposer un nouveau projet. Lequel ?

Le patronat présentera une version light de son projet, mais il n’est pas certain qu’elle le soit suffisamment pour amadouer les partenaires sociaux. Ce projet vise toujours à instituer le principe de la retraite complémentaire progressive. Ainsi les générations nées à partir de 1957 ne toucheraient pas l’ensemble de leur pension complémentaire entre 62 et 65 ans (dans le projet initial, c’était 67 ans). Leurs pensions subiraient une décote ou un malus dot le taux diminuerait avec l’avancée en âge. Ce malus serait, en cas de départ à 62 ans, de 30 % la première année, de 20 % la deuxième année et de 10 % à la troisième. Les salariés ayant commencé à travailler à 16 ou 17 ans pourraient toujours bénéficier du dispositif de carrière longue et partir à 60 ans, ou 61 ans mais avec application d’abattements entre 60 et 62 ans. Les retraités les plus modestes, non assujettis à la CSG, ne seraient pas soumis à ces abattements. Ce dispositif pourrait générer jusqu’à 1,8 milliard d’euros d’économie d’ici 2020. Une telle mesure vise à pénaliser les départs précoces à la retraite. Les entreprises souhaitant pousser leurs salariés à arrêter leur travail devront verser des indemnités supérieures. L’autre risque sera des inscriptions plus massives au chômage. L’avantage, c’est que cela devrait néanmoins améliorer le taux d’emploi des seniors qui est en France inférieur à la moyenne de l’Union européenne. Les syndicats sont opposés à cette mesure qui ouvrirait une brèche pour un report de l’âge légal à 65 ans. En optant ainsi, le patronat vise, par ailleurs, à vider de son sens la notion même d’âge légal.

De manière plus classique, le patronat propose la sous-indexation des pensions de 1,5 point par rapport à l'inflation. Cela est la continuation de l’accord de 2013 qui a abouti, de fait, au gel des pensions depuis deux ans. Le rendement des points de complémentaires continuerait à s’éroder. Il est également envisagé de reporter la date de revalorisation au 1er novembre. Le MEDEF souhaiterait également toucher à la réversion dont le coût est de 35 milliards d’euros par an. Si l’âge de perception de la pension de réversion serait maintenu à 55 ans (le projet initial prévoyait 60 ans), en revanche, le montant de la pension serait calculé au prorata des années de mariage et ne serait donc plus illimité jusqu'au décès du survivant. Enfin, le patronat a confirmé son intention de demander la fusion de l’AGIRC et de l’ARRCO. Les gains de ces mesures sont évalués à près de 7 milliards d’euros d’ici 2020 et à près de 11 milliards d’euros en 2030

L'AGIRC (cadres) et l'ARRCO (cadres) ont vu leurs déficits augmenter et leurs réserves pourraient être épuisées en 2018 pour le premier, et en 2027 pour le second. Quelles seraient les solutions ?

Le déficit net des deux régimes complémentaires a été multiplié par deux en 2014 et a atteint à 3,1 milliards d’euros. L'Agirc et l'Arrco ont vu, en effet, leur déficit respectif se creuser à 1,985 milliard et 1,153 milliard en 2014. Le déficit technique, c’est-à-dire celui qui est dû au seul déséquilibre entre les cotisations et les pensions est passé pour les deux régimes de 4,4 milliards en 2013 à 5,6 milliards d’euros en 2014 après prise en compte des transferts de solidarité. La contribution d’équilibre de l’AGFF, au titre de l’assurance-vieillesse des chômeurs qui partent à la retraite avant 65-67 ans, s’est élevée à 3,8 milliards cette année, en hausse de 1,1 milliard.

L’AGIRC et l’ARRCO sont confrontés à un triple problème ; le nombre de retraité s’accroit rapidement du fait de l’arrivée à l’âge de la retraite des premières générations de baby-boomers, le montant des pensions à verser augmente car ces nouveaux retraités ont accumulé des droits importants grâce à des carrières complètes et ascendantes ; en outre, par effet dit noria ils remplacent des retraités ayant peu cotisé et donc à petites pensions. Enfin, la stagnation économique de ces dernières pèse lourdement sur le montant des cotisations.

Durant les années 90, les complémentaires avaient eu la sagesse de se constituer des réserves qui fondent actuellement assez rapidement. Compte tenu de l’évolution des déficits, les réserves de l’Agirc seront épuisées dès 2018, et celles de l’Arrco en 2027. Les réserves mobilisables sont passées en un an de 64 milliards à 62,5 milliards.

Depuis 1993, les gouvernements et les partenaires sociaux ont pis d’importantes mesures qui aboutissent à une baisse du taux de remplacement des pensions. Ce taux qui est la rapport entre le montant de la pension perçue au moment de la liquidation des droits par rapport aux derniers revenus professionnels devrait se contracter de 10 à 20 points d’ici 2040. Ce sont les classes moyennes et évidemment les cadres qui sont les plus impactés. Aujourd’hui, afin d’éviter les soubresauts électoraux, les pouvoirs publics optent pour des mesures masquées. Il faudrait clairement indiquer que pour maintenir le niveau annuel des pesions, il faudra reculer l’âge de départ à la retraite au minimum à 65 ans. Il conviendrait, en outre, d’encourager plus fortement le développement d’un troisième pilier de retraite, par capitalisation. Cette voie a été utilisée par tous nos partenaires. Aujourd’hui, nous nous réjouissons que les retraités aient, en moyenne, un niveau de vie similaire à la moyenne nationale. Or, pour maintenir un tel niveau, à l’avenir, c’est-à-dire au profit de ceux qui aujourd’hui cotisent en faveur des retraités, il faut évidemment prendre des mesures énergiques. Par souci d’équité et de transparence, il faut s’interroger sur le maintien des régimes spéciaux, sur l’éventuelle harmonisation du régime de la fonction publique, faute de quoi les salariés pourraient avoir l’impression d’être les seules dindons de la farce.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 22/06/2015 - 21:24
A DANIEL 74000
Vous avez totalement RAISON la plus élémentaire justice ( ce mot que le PS utilise en permanence) serait d'aligner la totalité des critères du public sur le privé, y compris le montant des retraites, les économistes estiment que cette application juste ferait gagner 20 milliards par an aux caisses et éviterait que l'on serre une fois de plus la vis au privé et donc aux retraites du privé. Il est question d'une baisse de 10% des retraites du privé quand celles du public vont mathématiquement continuer à augmenter, ceux ci vont voir leurs salaires augmenter et les retraites sont garanties à 75% du dernier salaire OU plus s' ils passent leurs retraite dans les DOM.
DANIEL74000
- 22/06/2015 - 16:47
DIALOGUE DE SOURDS !
Véritable dialogue de sourds lorsque l'état impose à ceux qui ont travaillé et cotisé, une diminution des retraites en prenant en otage les syndicats qu'ils financent alors que les caisses du privé ont été pillées par le même état pour venir au secours des régimes spéciaux et publics qui eux, cotisent peu mais ont salaire et retraite garantis. Même drame qu'en Grèce, le statut public et régimes spéciaux en salaires et retraites, représentent 80 % de la dépense publique et plus de 50 % de notre dette abyssale. Et que font nos privilégiés ? Ils sanctionnent la société civile. R E A G I S S O N S