En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 14 heures 16 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 53 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 18 heures 5 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 19 heures 5 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 20 heures 11 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 57 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 57 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 56 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 21 heures 1 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 57 min
© Reuters
Il ne faut pas abuser de la médecine préventive.
© Reuters
Il ne faut pas abuser de la médecine préventive.
Maladies imaginaires

Quand la médecine préventive conduit à une surmédication totalement inutile voire nuisible

Publié le 16 juin 2015
Mieux vaut prévenir que guérir... mais pas à tous les coups ! En cherchant à éviter qu'un individu ne tombe malade, une partie de la médecine préventive a engendré une confusion nocive entre personnes atteintes d'une maladie et les bien portants.
Jean-Claude Salomon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en médecine et directeur de recherche honoraire au CNRS, Jean-Claude Salomon est par ailleurs membre du groupe PRINCEPS, un groupe de travail sur la surmédicalisation,les surdiagnostiques et les surtraitements. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mieux vaut prévenir que guérir... mais pas à tous les coups ! En cherchant à éviter qu'un individu ne tombe malade, une partie de la médecine préventive a engendré une confusion nocive entre personnes atteintes d'une maladie et les bien portants.

Atlantico.fr : Il existe plusieurs types de médecine préventive. Laquelle selon vous a mené à une surmédicalisation ? Comment l'expliquer historiquement ?

Dr Jean-Claude Salomon : Il s’agit de ce qu’on appelle classiquement la prévention secondaire, c’est-à-dire la recherche de maladies à un stade précoce, avant la parution des signes cliniques de la maladie sur des gens qui pensent être bien portants. C’est l’objet de tous les examens de dépistage.

Historiquement, pour expliquer l’évolution de ce type de médecine préventive qui a mené à une surmédicalisation, il faut remonter au début du 20ème siècle. A l’époque, on a commencé à avoir, par exemple, des examens sanguins qui permettaient de savoir si les gens étaient séropositifs à la syphilis. Cela n’avait pas beaucoup de conséquence pour le traitement parce qu’il n’y en avait pas d’efficace mais cela permettait de dire qu’on allait avoir une vision de la fréquence de l’infection syphilitique sur la population. Et puis il y a eu la grande idée que si l’on dépistait tôt les cas de tuberculose pulmonaire, on pourrait éviter que la maladie n'évolue d’une façon défavorable pour les patients. On pourrait mettre ainsi ces derniers dans des sanatoriums et leur éviter une tuberculose évolutive. A postériori, la réflexion était que les gens qui ont une tuberculose, au début, ont intérêt à ralentir leur activité. Les mettre au repos n’est pas une mesure néfaste mais la guérison par le repos seul survenait souvent parce que beaucoup de tuberculoses dans les formes précoces guérissaient sans traitement. C’est ce que l’on appelait "virer sa cuti". Cette expression signifie que l’enfant faisait une petite tuberculose pulmonaire qui spontanément allait régresser et guérir, laissant une petite cicatrice pulmonaire qu’on pourrait voir ensuite sur les radios mais sans conséquence. Donc, dès les années 1920-1930, on se situait dans une période marquée par un début de confusion entre ce qu’est une maladie, avec les risques qu’elle évolue, et ce qu’est un diagnostic précoce qui identifie des gens qui ne se seraient jamais considérés comme malades et qu’on aurait toujours considéré comme des bien portants pour la majorité d’entre eux. A l’époque, on s’est dit qu’il fallait s’occuper de la majorité pour qu’une minorité en profite. Cela a sans doute été dans les pays occidentaux, les racines de l’attitude de cette médecine préventive dans la cadre du dépistage. La syphilis et la tuberculose ayant presque disparu de nos populations des pays développés, on retrouve dorénavant cette logique dans le cancer, l’hypertension ou encore l’hypercholestérol.

Alors dans quel cas parle-t-on de surmédicalisation ? Premièrement si c’est inutile ou rarement utile, c’est déjà de la surmédicalisation d’examiner des gens qui se portent bien. Il faut se demander si cela a un intérêt de médicaliser des choses qui ne sont pas pathologiques. En plus de cela, aujourd’hui, pour les médecins et les patients, quand une situation semble anormal ou même potentiellement anormal, il faut immédiatement agir. On ne reste pas là à rien faire. Mais en agissant, on peut faire du tort. Ce n’est pas, certes, toujours vrai. Je crois qu’il y a des dépistages utiles qui permettent de savoir tôt que les gens ont une lésion qui peut évoluer en une maladie grave. Mais on ne peut pas généraliser un tel constat. Or, en se basant sur des indices parfois très techniques (biochimiques, génétiques, d’imagerie, etc.), on peut être amené à prendre des décisions thérapeutiques qui peuvent se révéler non nécessaires voire néfastes. 

Quelles sont les conséquences néfastes pour la médecine ? En quoi peut-on parler d’une confusion entre la maladie et les facteurs de risque ?

Tout d’abord, les conséquences ne sont pas néfastes sur la médecine mais bien sur la santé des individus. En ce qui concerne la médecine, on a pu dire que cela avait un impact positif car cela pouvait créer des emplois ou permettre de vendre des appareils de dépistage et des nouveaux médicaments. Mais restons sur le plan sanitaire, la conséquence c’est que cela a transformé des gens en bonne santé en des personnes malades. La mise en œuvre du dicton célèbre que "tout homme bien portant est un malade qui s’ignore" devient de plus en plus vraie qu’on regarde avec des loupes de plus en plus grossissantes, à savoir avec des examens de plus en plus précis. Ce n’est pas une bonne chose que d’avoir une évaluation faussée par excès du nombre de personnes considérées comme malades. Tout d’abord parce qu’on prend parfois pour eux des décisions qu’il vaudrait mieux ne pas prendre avec la bonne conscience que l’on fait au moins quelque chose. Et puis deuxièmement, l’enveloppe n’est pas illimitée. Ce que l’on dépense pour traiter les bien portants devient une denrée rare et indisponible pour ceux qui ont des maladies réelles. L’affectation des moyens humains et financiers devient dans ce cas irrationnelle. C’est la situation dans laquelle nous nous trouvons.

En quoi la médecine préventive a fait évoluer la notion même de malade ?

Ce n’est pas la médecine préventive dans sa globalité mais bien une mauvaise conception de la prévention. La prévention reste une nécessité. Aujourd’hui l’investissement dans des actions de prévention bien conçues est une nécessité réelle. Alors comment en juger ? Si l’on considère qu’il y a deux manières d’aborder la médecine, à savoir curative et préventive, il faut bien distinguer les deux. En ce qui concerne la médecine curative, il s’agit de soigner, dans l’espoir d’une guérison, les gens qui sont réellement malades. Là, les médecins ne peuvent pas en garantir le succès mais ils ont des obligations de moyens. Pour un malade donné, le médecin n’a pas une obligation de guérison, il va faire du mieux qu’il peut et utiliser les moyens disponibles mais sans garantie de succès. Quand on fait de la prévention et qu’on s’adresse à une population qui se sent bien portante, on n’a pas d’obligation de moyens mais des obligations de résultats. Vous devez dire aux gens que l’on va agir à partir du moment où l’on a la conviction que l’on agit positivement. Il faut alors se baser sur les résultats d’une expérimentation sur un échantillon donné et observer les résultats au bout de dix ans. Si la mortalité n’a pas changé au cours de cette période alors cela ne sert à rien de généraliser l’examen. Le problème c’est qu’aujourd’hui, on n’arrive pas à s’arrêter et ce même lorsqu’on a de plus en plus de preuves que non seulement ça ne sert à rien mais que la mortalité comparée est un peu excessive dans le cas où l’on agit. Lorsqu’il n’y a pas de bénéfices à espérer, il ne reste alors que les risques et les inconvénients. Et dans ce cas, la médecine préventive amène à une surmédicalisation qui sera néfaste pour l’individu.

En quoi certains dépistages peuvent-ils entraîner une surmédicalisation néfaste ou contre-productives pour le patient ?

On peut prendre l’exemple du cancer de la prostate et du dépistage par dosage du PSA (antigène prostatique spécifique). Hier on dosait le PSA à tous les hommes de plus de cinquante ans. Or de cette façon on a transformé en quelques sortes des bien portants en malades. Les gens qui avaient des taux de PSA élevés étaient considérés comme des populations à risque pouvant développer des micro-cancers de la prostate. C’était vrai pour quelques-uns qui ont vraiment développé un cancer de la prostate. Et ce sont les rares bénéficiaires de ce diagnostic. Mais est-ce que ce dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA a changé la mortalité ? La réponse est non. Pour ceux qui n’auraient pas développé un cancer de la prostate, on sait depuis près de 60 ans que la fréquence chez les hommes bien portants d’avoir de petits modules de cellules cancéreuses dans la prostate, alors qu’ils se portent très bien et que leur destin sera de mourir d’une autre maladie, est très grande. On considère aujourd’hui que 80% des hommes de 80 ans ou plus ont de petits modules de cellules cancéreuses visibles au microscope mais qui dorment dans la prostate. Ceux-ci vont mourir d’une autre maladie des années plus tard. Le problème intervient si l’on se met à les traiter par chirurgie ou par radiothérapie. Dans ce cas, on observe deux conséquences fréquentes à savoir d’une part une impuissance sexuelle et des incontinences urinaires relativement fréquentes. On ne meurt pas d’impuissance ou d’incontinence, certes, mais si ce n’est pas nécessaire, qu’on leur fiche la paix !

Chez la femme, le traitement des cancers du sein se fait bien souvent par chimiothérapie. C’est un traitement très toxique et difficile à supporter et qui peut avoir des conséquences néfastes si ça s’adresse à des femmes encore assez jeunes. Celles-ci risquent d’avoir une vie abrégée par le fait que la chimiothérapie est, elle-même, une cause de cancers dans un nombre, non négligeable, de cas. Donc après avoir eu avoir un cancer du sein avéré, le risque est justifié, mais subir une chimiothérapie pour un cancer improbable et quelques années plus tard se retrouver avec une leucémie ce n’est pas une bonne chose. D’autre part, le traitement par les rayons sur les glandes mammaires est souvent un traitement qui détermine des lésions pulmonaires ou cardiaques. Car l’irradiation, même si elle est faite avec précaution, n’épargne pas toujours le poumon ou le cœur. Et, on le sait depuis une demi-dizaine d’année, l’apparition de lésions évolutives cardiaques ou pulmonaires est une conséquence assez fréquente pour des femmes qui ont été irradiées pour un cancer du sang. On fabrique alors une maladie pour ceux qui sont pourtant bien portants.  

Quand le risque lié au traitement est nettement plus faible que le risque lié à l’absence de traitement, alors il ne faut pas hésiter. On donne au patient une chance d’être guéri. Mais quand on a affaire à des gens qui se portent bien et qui vraisemblablement ne vont pas avoir la maladie qu’on prétend dépister alors là l’obligation de résultat s’impose. Le problème c’est qu’on s’est fait à l’idée que le dépistage c’est bien avec des propos généraux tels que "le plus tôt sera le mieux". Mais ce n’est pas vrai pour tous les cas. Mieux vaut prévenir que guérir à condition qu’au nom de la prévention on ne fasse pas n’importe quoi. Si vous vous sentez bien, c’est que probablement vous allez bien.George Camguilahem a écrit en 1943 sa thèse de doctorat en médecine intitulée "Le normal et le pathologique". Sa réflexion est toujours d’actualité. Il y a un terme anglais, "disease mongering", qui désigne la fabrication des maladies. C'est une grande entreprise associée à la fabrication des médicaments. Il s’agit d’inventer des maladies là où il n’y en avait pas. Ce qui induit la surmédicalisation. A titre d’exemple, la vieillesse ou encore la ménopause sont devenues des maladies qui entraînent une médicalisation excessive dans bien des cas. La ménopause peut être à l’origine de certains troubles mais en aucun cas il ne s’agit d’une maladie en soi. Il ne s’agit pas de pathologies contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, mais des passages obligés de la vie. Comment faire pour éviter que toutes les personnes âgées soient bourrées de médicaments ? Le mieux c’est de n’en donner qu’à ceux qui en ont vraiment besoin. On évitera que les autres souffrent des effets toxiques inutiles des médicaments et accessoirement ce sera aussi plus économique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires