En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 25 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 heure 30 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 2 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 2 heures 31 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 16 heures 20 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 15 heures 22 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 16 heures 55 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 12 min
© wikipédia
48 heures avant l'examen, il ne faut pas rester le nez collé sur ses fiches de révision.
© wikipédia
48 heures avant l'examen, il ne faut pas rester le nez collé sur ses fiches de révision.
Manuel d'anti-bachotage

Le bac, ça ne se prépare pas qu’en révisant : ce à quoi vous avez intérêt à occuper les 48 dernières heures

Publié le 15 juin 2015
Solliciter à outrance le cerveau durant un court laps de temps n'est pas bénéfique. Mieux vaut prendre l'air ou faire du sport avant de se donner en salle d'examen.
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Solliciter à outrance le cerveau durant un court laps de temps n'est pas bénéfique. Mieux vaut prendre l'air ou faire du sport avant de se donner en salle d'examen.

48 heures, on l'a connu comme titre de film et chaque année, il s'agit aussi des dernières heures avant le baccalauréat, quand des candidats aux cent coups cherchent à glaner le théorème de maths ou la citation philosophique de la dernière chance pour ne pas planter l'examen, marquer les quelques points décisifs pour la mention, ou à défaut, tout simplement, se rassurer. Dans la pratique, si on en est là, c'est que quelque chose n'est pas allé de soi au cours des années de lycée.

Alors que fait-on, lors des dernières 48 heures ?

On s'aère, on passe du temps avec les gens qu'on aime, on pratique une activité physique sans souci de compétition, on soigne son alimentation et la qualité de son sommeil, on évite les contrariétés et les trépidations urbaines... rien de très nouveau du côté de l'esprit sain dans le corps sain. De l'enfant jeune qui apprend avec son corps à l'adolescent dont le corps change à la période de l'examen, il faut aussi savoir gérer ce véhicule individuel et lui donner une place dans la révision et à fortiori dans la dernière ligne droite, sans perdre de vue les cours liés aux différentes épreuves.

Le bac ne se prépare pas en terminale, il est la résultante d'un cursus complet, depuis la primaire, une étape pour laquelle la construction de l'élève depuis la plus tendre enfance et l'assimilation comptent plus que l'empilement de recettes de dernière minute. Se présenter au bac, c'est aussi se présenter devant l'âge adulte, ce moment où on va entamer les études supérieures qui relèvent de l'entrée dans l'antichambre des futures carrières professionnelles. Pour beaucoup de jeunes de province, c'est également le signal de l'abandon du nid familial pour cause d'études dans la capitale régionale ou départementale. C'est le sens caché de cet examen, qui n'apparaît pas forcément dans toute son ampleur à l'élève qui s'y présente, mais c'est un sens prédominant, ce moment où l'on vous demande une forme d'autonomie définitive. Elle commence également devant la feuille blanche. Outre les contenus, l'élève expérimente son attitude face à la tâche, son organisation dans un devoir, sa gestion du trac et du stress, sa sélection des items lui apparaissant faciles ou difficiles, sa capacité à sérier les moments de travail, à répondre devant un examinateur adulte, à entrer dans la relation asymétrique, à faire preuve d'initiative, de ressources, afin de puiser dans des qualités personnelles aussi bien que dans les contenus détenus. Ces deux aspects, plus primordiaux qu'ils ne le sont perçus, ne se bachotent pas.

Les contenus, venons y, ne sont pas seulement un empilement de connaissances, ils doivent avoir patiemment été mis en sens, c'est à dire, articulés les uns aux autres. Il est facilement compréhensible que les matières sont jointives entre elles, que des compétences en linguistique aident à la compréhension d'un problème de maths, que l'histoire télescope la philosophie, que la géométrie et la géographie font bon ménage et ainsi de suite. Ces capacités à mettre en sens afin de faire appel, le jour de l'examen à un ensemble de savoir et savoir faire cohérents entre eux, ne se bachotent pas non plus. Cette assimilation des apprentissages et leur mise en sens a lieu lors du sommeil, des périodes de repos et d'expérimentation. Cela non plus ne relève donc pas des révisions de dernière minute. Solliciter à outrance le cerveau sur de courtes périodes n'aboutit rien moins qu'à de la fatigue intellectuelle et de la fatigue tout court.

Les contenus de l'examen, ne l'oublions pas, sont pensés pour que plus de 80 % des élèves obtiennent ce fameux examen. On n'est donc pas dans une volonté de faire échouer mais plutôt de faire réussir. Ce n'est pas un concours, c'est devenu un rite initiatique. Beaucoup de lycéens de haut niveau ont bien compris cela et ne se battent plus pour le bac en lui-même mais pour la mention "bien" ou "très bien", qui va permettre d'ouvrir les sésames les plus convoités du supérieur.

Mais alors, que faut-il faire ?

Il faut être attentif en cours, en premier lieu et cette simple concentration sur le cours, le traitement oral, auditif et intellectuel de ce qui se passe pendant le cours, est en lui-même une base solide. Elle est de nos jours, souvent altérée par la gestion des outils informatiques ou les bavardages incessants intervenant pendant le cours, distrayant ainsi les élèves et les éloignant de cette compréhension première qu'ils pourraient avoir des sujets. Il faut également écrire, ou ré-écrire. Prendre des notes, traiter ces notes par écrit. Ou ré-écrire, quand on pratique le copié/collé devenu omniprésent, à tel point que des profs se retrouvent à corriger les mêmes paragraphes tirés des mêmes sites traitant du sujet donné, visités par tous les élèves de la classe. Ré-écrire, comme écrire, permet de s'approprier, de transformer les informations en transit entre le net et la copie, en informations qui vont rester dans le cerveau de l'élève et entrer en résonance avec celles qui y sont déjà.

Egalement, il faut consacrer, quand on révise, son énergie à cette révision et ne pas la diluer dans cette forme de révision très actuelle, pratiquée entre SMS et réseaux sociaux. La capacité à "débrancher", à être seul, à se couper du reste du monde pour se consacrer à son travail est gage, à la fois, de travail en profondeur, de maturité face au travail et de solidité psychique.

En somme, une écoute préalable de qualité et un traitement à posteriori, non parasités par les affres de la vie moderne au cours de l'ensemble de la scolarité suffisent amplement à se présenter au bac avec les meilleures chances de réussite. Les meilleurs élèves savent parfaitement ce qu'il faut faire pour décrocher les mentions et au risque de passer pour politiquement incorrect, je dirais que le bachotage de dernière minute est un truc de cancre... ça peut peut-être permettre de passer la barre, mais sans garantie de la réception.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 15/06/2015 - 21:42
48 heures avant?
Peut-être une bonne biture histoire d'évacuer le stress pour ceux qui en ont? La gueule de bois devrait les empêcher de se focaliser sur autre chose que leur mal de crâne.
Anguerrand
- 15/06/2015 - 16:46
Ne vous fatiguez pas trop
Belkacem a décidé que 90% des étudiants auraient leur BAC. Elle a déjà donné des instructions pour que les profs soient compréhensifs pour leurs notations de plus les repêchages seront acceptés à partir de 8/ 20 malgré ces notes compréhensives. En gros a part les nuls de nul tout le monde l'aura, pas besoin de stresser!...