En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 41 min 48 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 6 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 38 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 33 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 52 min 34 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 18 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 58 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 29 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 6 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 45 min
© Reuters
La dette publique est un sujet de débat politique mais n’est pas un sujet clivant.
© Reuters
La dette publique est un sujet de débat politique mais n’est pas un sujet clivant.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Dette publique française : les 4 vérités politiquement incorrectes

Publié le 11 juin 2015
Le montant de la dette publique française inquiète tout le monde, mais ça reste très théorique. Personne n’est véritablement angoissé par ses effets parce que personne n’ose dire la vérité. En voici quatre.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le montant de la dette publique française inquiète tout le monde, mais ça reste très théorique. Personne n’est véritablement angoissé par ses effets parce que personne n’ose dire la vérité. En voici quatre.

La dette publique est un sujet de débat politique mais n’est pas un sujet clivant. Il n'y a pas une dette de gauche et une dette de droite. Tous les gouvernements depuis 1974 ont cédé à la facilité de l’endettement, tout le monde est donc responsable. Personne n’a intérêt à critiquer ses adversaires politiques. Mais personne n’a intérêt à payer pour les autres. 

Le résultat de cette attitude très ambiguë, c’est que l’endettement public de l’Etat français, du système social, et des collectivités locales, constitue un dossier qui, au fond, n’intéresse pas les pouvoirs politiques. Très hypocritement, ils ont délégué la question à l’Europe en édictant des règles que tout le monde devaient s’efforcer de respecter en matière d’endettement. Ces règles sont contenues principalement dans le Traité de Maastricht. Elles ont été inscrites à la demande des gouvernements partenaires, mais très souvent à l’insu des peuples à qui l'on n’a pas osé expliquer ce que cela représentait. 

Ce qui fait qu’aujourd’hui, les comptes publics débordent de dettes, la Commission de Bruxelles s’échine à faire respecter les normes, et beaucoup dans l’Europe profonde considèrent que les mesures d’austérité, ou de rigueur, nous sont imposées par une administration puissante et anonyme de Bruxelles, laquelle serait sous contrôle des Allemands qui eux, profitent de la situation parce qu'ils sont trop puissants, c’est-à-dire trop allemands. 

La conclusion de tout cela est simple. On réussit à faire passer l’idée que si nous sommes dans une situation compliquée avec des difficultés socio-économiques difficiles à supporter, c’est parce que Bruxelles nous impose une discipline de fer. Si la Grèce est en quasi faillite c’est aussi de la faute des Européens de Bruxelles, instrumentalisés par…bien sûr, l’Allemagne

Ce syndrome du bouc émissaire rend service à tout le monde, à commencer par les responsables politiques qui s’exonèrent ainsi de tout diagnostic qui pourraient les déstabiliser. Le problème, c’est que l'on vit dans le mensonge permanent sur les effets de la réalité. On refuse la vérité qui serait trop politiquement incorrecte. Globalement ce qu’il faudrait savoir, et admettre, sur l’endettement public passe par quatre questions de base. Donc très simple. Pas besoin d’avoir fait l’X option économie pour les comprendre.

Quel est Le montant global de la dette ? A quoi sert cette endettement ? Qui finance la dette ? Et enfin comment réduire l’endettement ?

Première vérité, le montant global de l’endettement public est considérable, mais tout le monde fait comme s’il était encore supportable. La France n’est pas la seule dans cette galère. Le monde occidental tout entier croule sous des montagnes de dettes depuis le début de la crise de 2007. Selon Mc Kinsey, le total des endettements dans le monde, dépasse les 200.000 milliards de dollars. Neuf pays occidentaux ont des endettement qui dépassent les 100% de PIB. C’est-à-dire que le poids de la dette accumulée dépasse le total des richesses créées. Pour l’opinion publique, c’est complètement abstrait. Mais le pays le plus endetté c’est le Japon. Depuis une génération, sa dette représente 5 fois son PIB. 

<--pagebreak-->Pour rester en Europe, voilà le top 10 des pays endettés dans classement dressé par Eurostat : 

  • 1. la Grèce avec 180% du PIB
  • 2. L’Italie avec 132% du PIB
  • 3. Le Portugal avec 130% du PIB
  • 4. L’Irlande avec 110% du PIB
  • 5. Chypre avec 110% du PIB
  • 6. La Belgique avec 106%
  • 7. L’Espagne avec 98% 
  • 8 . La France avec 96% du PIB
  • 9. Le Royaume-Uni avec 90% du PIB
  • 10. La Croatie avec 85

 

L’endettement dont on parle est le total de la dette de l’Etat, des organismes publics et sociaux, des collectivités locales. C’est une dette brute qui n’est donc pas corrigée des actifs possédés par l’Etat et les organismes publics.  

Au vu de ce classement, la France n’est pas dans les derniers de la classe. Sauf que la France est la 5ème puissance mondiale et que c’est le pays le plus endetté des grands pays. 

Ce qui est spectaculaire en France, c’est la régularité et la vitesse de l’endettement. Entre 1970 et 1980, la dette française est passée de 50 à 100 milliards d’euros. En 1984, elle atteint 200 milliards d’euros, en 1998, elle dépasse les 800 milliards, en 2010, on passe à 1600 milliards. Aujourd’hui, on frôle les 2000 milliards de dettes, qui s’accroissent de 150 milliards par an. Le rythme de progression est exponentiel. Donc explosif !

Deuxième vérité, difficile à digérer : cette endettement sert à 99 % à couvrir des dépenses de fonctionnement. C’est-à-dire des salaires, des frais généraux, de l’énergie, bref à couvrir de la consommation publique. On pourrait accepter un endettement qui serve à financer de l’investissent parce que cet investissement produirait un retour de revenus et de richesses mais ça n’est plus le cas. Ça a été le cas,  lorsque la France lançait des grands projets d’équipements ou d’infrastructures, mais c’est fini. Il s’agit donc de couvrir des dépenses courantes, des frais généraux, ou un train de vie. 

La couverture de cette dette prive l’Etat de moyens d’intervention qui pourraient lui être utile par ailleurs. On est en plein paradoxe. L’Etat s’endette pour financer des salaires et assurer le fonctionnement de la maison France mais, ce faisant, il se prive des moyens pour la rénover. 

<--pagebreak-->

Les seuls intérêts de la dette publique représentent 50 milliards d’euros, c’est-à-dire plus que le seul budget de l’Education nationale. La France doit donc trouver de quoi financer le service de la dette, c’est-à-dire payer les intérêts et rembourser le capital à échéance. Cela représente en gros, 200 milliards d’euros par an (l’équivalent du total de l’impôt direct) qu’il faut emprunter. Les taux aujourd’hui sont historiquement bas. Personne n’ose imaginer l’ampleur de la catastrophe si les taux venaient à augmenter brutalement. Le risque existe. C’est le risque dont tout le monde parle, celui du Krach obligataire.

Troisièem vérité : L’argent de la dette est apporté par des prêteurs. On oublie très souvent cette réalité de base. A chaque fois que l’Etat fait une dette, il signe un contrat de confiance avec un prêteur qui lui confie son argent. La question est qui épargne pour que les Etats puissent vivre à crédit ?  La réponse à cette question est très simple. Ce sont des épargnants qui ont bien sûr intérêt à ce que leur épargne leur rapporte quelque revenus et que leur capital soit préservé. 

Au Japon, la dette publique, la plus importante du monde, est totalement financée par les Japonais eux-mêmes. Le phénomène est unique. 100% de la dette est couverte par l’épargne japonaise. Les Japonais ont un taux d’épargne record pour une dette record. Cela fait plusieurs générations que ça dure et on ne voit pas pourquoi ça changerait. Cet équilibre est très sécurisant pour les Japonais, mais il est aussi très stérile. D’où la crise de dépression dans laquelle le Japon est asphyxié depuis une génération. Le reste du monde est organisé dans son financement de façon différente. L’essentiel de la dette américaine, considérable, est financé à raison de 25 % par les fonds de retraites américains, mais à 75% par l’épargne étrangère qui s’investit aux US parce qu’ils leur inspirent confiance. 

En France, 30% de la dette est détenue par des Français qui ont mis ainsi leur argent dans les caisses d’épargne, les banques qui achètent des bons du Trésor ou des obligations d’Etat, ou les banques et les sociétés d’assurance comme Axa, Allianz, CNP assurances et d’autres, qui placent l’épargne dans des bons du trésor ou des obligations publiques. 

A coté de ces 30% franco-français, 70% de la dette de l’Etat et des collectivités publiques a été souscrite par de investisseurs étrangers, les pays du Moyen Orient, les pays pétroliers, les Chinois, et des fonds d’investissements occidentaux . 

Alors la question que tout le monde devrait se poser est de savoir ce qui se passerait si on ne pouvait pas rembourser un des créanciers. Ce qui est le cas de la Grèce actuellement. 

<--pagebreak-->

Une entreprise qui ne peut pas rembourser une dette risque d’être mise en faillite, c’est-à-dire qu’elle est interdite de travailler. Si la France était (comme la Grèce) en cessation de paiement cela voudrait dire qu’elle aurait du mal à financer le service de sa dette. Plus personne dans le monde accepterait de nous prêter de l’argent. C’est exactement le cas de la Grèce à qui on a fermé le marché obligataire. Personne ne lui fait plus confiance. 

Ça voudrait dire pour la France que le pays n’aurait plus de quoi payer ses retraites, ses fonctionnaires et son électricité le 20 du mois. Ce n’est pas de la science-fiction, la France se retrouverait paralysée. C’est arrivé en Argentine en Décembre 2001, les Argentins ayant connu la pire crise économique de leur histoire jusqu’en 2008, année où la croissance est revenue quand la communauté financière internationale a effacé les dettes. 

4e vérité, comment rembourser la dette publique sans pour autant tomber dans l’austérité, qui engendre des misères sociales et des violences. De la démagogie et du populisme. Il n y a pas de recettes miracles pour en sortir mais il y a quand même des scénarios de politique économique.

Le moyen le plus utilisé dans l’histoire contemporaine aura été l’inflation. On accepte l’inflation, ce qui surévalue les flux et le prix des actifs, et par conséquent dévalue les dettes. Ce qui revient à ne pas les rembourser ou alors avec de la monnaie de singe. On ruine les épargnants. L’inflation dépend principalement de l’action des banquiers centraux. En émettant massivement des liquidités, les banques centrales alimentent l’inflation, ce qui revient à appauvrir ceux qui ont prêté de l’argent . 

La Banque centrale américaine et la Banque centrale d’Angleterre ont imprimé des masses de monnaie, ce qui a soutenu leur activité économique et qui a eu l’immense avantage de déflater leurs dettes. Les épargnants étant en majorité des étrangers, le système politique américain n’en a pas souffert. 

En Europe, la situation a été très différente. L’Europe d’abord a été traumatisée par l’inflation ente les deux guerres, puis pendant les Trente Glorieuses. A noter qu’’aujourd'hui, la population européenne est plus vieillissante. Elle surveille donc le niveau des retraites et la valeur de l’épargne. Politiquement, les gouvernements européens et notamment ceux de l’Europe du Nord, étaient peu enclins à laisser leurs épargnant se ruiner par l’inflation. Les démocraties européennes sont dominées par des seniors, donc des épargnants et des rentiers. La Banque centrale européenne a donc été très prudente, jusqu’à l’arrivée de Mr Mario Draghi qui a réussi a lancer un QE, c’est-à-dire une émission massive de liquidité. 

Ceci dit, la thérapie par l’inflation, est beaucoup plus difficile qu’autrefois parce que les économies sont ouvertes sur les pays émergents et que les émergents gagnent leur marché par des prix bas. Donc pas ou peu d’inflation. L’émission de monnaie pourrait avoir un autre effet, celui de doper les investissements et de restaurer la compétitivité (la méthode allemande) et ainsi faire de la croissance. C’est le pari des gouvernements. Il n’est pas gagné. 

L’autre moyen de rembourser ses dettes, c’est donc de gagner plus. Plus de croissance, plus de revenus, moins d’endettement externe. C’est possible et c’est l’équation actuelle. La BCE y participe à sa façon. Faute de pouvoir doper l’inflation et la demande, les liquidités importantes (60 milliards d’euros par mois ) devraient servir à financer de l’investissement. C’est vrai dans beaucoup de pays européens. Ce n’est pas vrai en France, où les chefs d’entreprise et les investisseurs hésitent à prendre des risques. La politique du gouvernement ne leur semble pas assez sécurisée et stabilisée. On retombe sur la crédibilité de François Hollande. 

Enfin, si l’inflation est diluée dans la concurrence internationale et si la croissance est hypothéquée par la politique, il reste selon beaucoup d’économiste - dont Jacques Attali, qui a encore écrit récemment sur le sujet ; il reste pour éteindre les dettes la guerre. La guerre est terrible, mais elle a une fonction économique imparable, elle remet les compteurs à zéro. Toutes les périodes de guerre autours de deux siècles passés ont été suivies par une période d’expansion rapide et de redistribution de richesse. Personne ne peut souhaiter un tel scénario mais Jean-Marc Vittori rappelait dans Les Echos hier, que seules les économies de guerre avaient la force de mobiliser les populations pour les sauver du désastre total. 

Les politiques sont incapables de nous convaincre de la nécessité de faire des efforts pour nous sortir du risque de s’écraser dans un mur de dettes. Les Américains sont sortis de la Grande dépression en organisant une économie de guerre. Mme Thatcher a sorti l’Angleterre du gouffre en organisant la guerre des Malouines. C’était-il n y a pas si longtemps. L’Allemagne, la France et l’Europe toute entière ont redressé la tête par l’effort de guerre, en 1870, en 1918, en 1946…

Les économistes n’appellent pas à la guerre bien sûr. Pas besoin, parce que nous sommes déjà en guerre. En guerre contre le terrorisme islamiste, en guerre contre le réchauffement climatique, etc. Mais tout le monde se dit que ces guerres-là seront pour les autres. Pas pour nous. Là encore les hommes politiques manquent de courage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 12/06/2015 - 12:37
Les multiples facettes de la dette "démocratique"
La vérité sur la dette de l'Etat, et son usage par les politiciens comporte moult facettes.
L'une est que la dette d'Etat DOIT être d'abord exprimée en valeur absolue ET en % du budget de l'Etat. En effet les rentrées fiscales représentent le "consentement" à l'impôt (même si les pouvoirs publics vous forcent la main) Le PIB représente l'activité économique du pays : cet argent N'appartient PAS à l'Etat, mais à la société civile, vous et moi, l'entreprise, ses acteurs, ses fournisseurs. En vertu de quoi on exprime ce qui est propre à l'Etat - son déficit - avec une grandeur qui ne lui appartient pas ? Comment se fait-il que les journalistes, les medias, censé nous informer, nous enfument à ce point ? Première vérité.

Curieusement l'article ne mentionne pas les moyens de diminuer la dépense publique. Evacuons l'austérité qui est une solution rejetée par le peuple français. Reste la réduction du périmètre de l'Etat, qui permet la réduction de son budget, sans toucher aux besoins éducatifs, médicaux et sociaux financés par le marché ou à défaut par des solidarité locales, inscrites dans les terroirs. Rappelons-nous qu'avant 1940, la prévoyance était privé ou ça et là municipale !
Benino
- 12/06/2015 - 11:40
Benino
Nous avons construit une Europe a l'envers. Juridique, fiscale, sociale, militaire ? Que nenni ! L'Euro est un non-sens dans ces conditions.
Laissons la Grèce sortir...et elle retrouvera, avec sa propre monnaie son indépendance, sa prospérité et sa fierté. Laissons a l'Allemagne le contrôle de l'Europe du Nord, ( euro du Nord) et acceptons de jouer le rôle de chef de file des états du Sud, ceux du Club Med...
Avec les gignolos au pouvoir, c'est encore le meilleur ...du pire qui nous attend.
CAMPERGUE
- 12/06/2015 - 09:57
Think One
Un immeuble est construit sur la base de fondations et de structures.

La France (la Nation) est bâtie sur des structures fondamentales : monétaire, financière, économique, sociale, politique.

En analysant chacun de ces domaines à l'aide des lois de l'éconophysique*, on constate qu'ils sont tous dans un état métastable* (coefficient de tension volumique anormalement élevé).

La "prise" systémique est inévitable. Je ne connais pas le domino déclencheur, probablement le monétaire.
Mais attention, en physique, tout changement d'état provoque une modification radicale de structure.

Mon souhait : que cela n'entraîne pas le chaos !

* voir Wikipédia