En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 27 min 8 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 2 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 11 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 42 min 38 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 13 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 51 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 28 min
© Reuters
On accorde à la musique de nombreux effets thérapeutique.
© Reuters
On accorde à la musique de nombreux effets thérapeutique.
Drogue douce

Ouvrez les oreilles, la musique peut désormais vous soigner

Publié le 12 juin 2015
Suite à de multiples études aux Etats-Unis, en Allemagne, en Finlande ou en France, les effets thérapeutiques de la musique ont été avérés. Il ne s'agit plus d'écouter un peu de musique pour être de meilleure humeur, mais de l'utiliser à des fins médicales dans le cadre de traitements à long terme.
Hervé Platel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Platel est professeur de neuropsychologie à l’université de Caen. Il fait également partie d’une unité de recherche Inserm sur les effets de la musique sur notre cerveau.Internationalement reconnu pour ses travaux sur la neuropsychologie de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à de multiples études aux Etats-Unis, en Allemagne, en Finlande ou en France, les effets thérapeutiques de la musique ont été avérés. Il ne s'agit plus d'écouter un peu de musique pour être de meilleure humeur, mais de l'utiliser à des fins médicales dans le cadre de traitements à long terme.

Atlantico : On accorde à la musique de nombreux effets thérapeutiques. Quels sont ceux qui sont scientifiquement avérés ? Quelles études les appuient ?

Hervé Platel : On sait qu'écouter de la musique a à la fois un effet relaxant tout en ayant un impact sur la douleur. De nombreuses études ont pu montrer que la musique était très efficace dans la diminution du stress, de l'anxiété (on a par exemple mesuré le taux de cortisol -hormone responsable du stress-  dans la salive d'individus, qui est considérablement plus bas suite à des séances de musicothérapies), de la dépression tout en permettant d'améliorer la vitalité des patients atteints d'Alzheimer. Ainsi, les patients Alzheimer en début de pathologie y sont très réceptifs et on observe à terme une baisse de l'anxiété, des troubles comportementaux...  En France, on peut citer notamment une étude menée par Stephane Guétin (musicologue et psychologue clinicien) en 2010. 

Pour ce qui est du traitement du stress, de la douleur, de l'anxiété… la musique peut être associée à d'autres techniques de relaxation telles que la sophrologie par exemple.

D'autre part, il est indéniable que la musique permet d'augmenter la sécrétion de dopamine, hormone "du bonheur".  Celle-ci est particulièrement stimulée par l'écoute de musique ! Lorsque l'on regarde le cerveau d'un individu qui prend du plaisir à écouter de la musique, c’est le même mécanisme qui se déroule qu'avec la prise de drogues, la pratique d'une activité sexuelle, la consommation de chocolat… Ce parallèle avait été fait par un groupe de chercheurs au Canada, qui concluait que l'écoute de la musique se traduisait dans notre cerveau par "sexe, drogues & rock'n'roll !" 

Si l'on se demande encore pourquoi la musique est  l'activité artistique la plus consommée dans notre société, c'est simple : c'est à cause de son rôle de neuro régulation émotionnelle. Ecouter de la musique au quotidien permet de réguler son humeur, ses émotions…

Elle permettrait entre autre de soigner progressivement l'aphasie, la maladie de Parkinson, la démence... Plus précisément, que sait-on de la façon dont la musique agit sur le cerveau ?

Ce que les études de neuroscience ont montré, par ailleurs, c'est que la stimulation musicale, l'activité musicale ou même l'écoute de musique, lorsqu'elle est proposée à des patients atteints de maladies du cerveau, aide ce dernier à se reconstruire.  En effet, l'écoute de musique a pour vertu de stimuler la neuroplasticité cérébrale. C'est-à-dire la capacité qu'a le cerveau à se modifier dans son activité et sa structure en fonction des stimulations et des expériences. On note une évolution du fonctionnement du cerveau, plus on écoute de la musique plus notre manière de l'écouter change. S'ajoute à cet effet un impact structurel sur le cerveau : les fibres de connexion  (substance blanche du cerveau) peuvent augmenter en densité,  l'épaisseur corticale peut également être modifié (la densité neuronale et le nombre de cellules dialoguant entre elles peuvent croître). Auparavant, on pensait que seuls les cerveaux des musiciens étaient modifiés par la pratique régulière d'un instrument, mais désormais on sait que cette modification s'étend à tous : le cerveau et le fonctionnement de l'organe -en lui-même- évolue avec l'écoute régulière de musique.

Ces découvertes ont eu lieu surtout depuis les années 2000,  et ce n'est que le début des constations. On peut ainsi observer que la musique peut augmenter la vitesse de récupération du cerveau des gens qui ont souffert d'un accident vasculaire cérébral. Cependant, il faut rester modeste : ce n'est pas parce qu'un patient atteint d'Alzheimer écoute de la musique qu'il sera miraculeusement guéri ! Par contre, grâce à la musicothérapie on a découvert (notamment à Caen) que les patients atteint d'Alzheimer gardait une capacité d'apprentissage. Ils sont encore capables, à leur insu, de retenir des mélodies, des couplets…

Outre un effet de la musique sur le cerveau, elle permettrait également de réduire les problèmes cardiaques. Selon quels mécanismes ? Comment écouter de la musique peut-il jouer sur la tension artérielle, par exemple ?

Le système est identique à celui de la relaxation. La musique allant de plus en plus lentement, l'individu peut ainsi se relaxer, ce qui donne lieu à une baisse de la tension artérielle.

Le système nerveux des individus se cale au rythme de la musique, la stimulation musicale agie sur les rythmes physiologiques, induisant alors un effet de détente.  On peut également lier ce phénomène à la sensation de plaisir que provoque la musique synonyme, une nouvelle fois, de détente.

Les effets de la musique sont-ils différenciés selon les styles ? Comment peuvent-ils varier selon les individus ?

On varie le type musique selon que l'on veut stimuler ou relaxer l'individu. Il reste, cependant,  difficile de comprendre certaines musiques sont plus efficaces pour telle ou tel type d'application.

Néanmoins, on sait que les aspects rythmique, structurel, la mélodie et la synchronisation rythmique sont essentiels. La base de l'impact que peut avoir la musique sur un patient tient surtout à son rythme, son tempo. Par exemple, chez les patient atteint de Parkinson on se sert de la musique de manière très simple : un simple indice sonore du type d'un métronome (avec des sons de beep, de clic…) peut aider les patients à récupérer une marche plus fluide (ils synchronisent leurs mouvements sur la cadence).  Il ne faut pas oublier les aspects liés à la structure du morceau tel que le grain des sons. La texture sonore est très importante.

Les effets de la musique sur les individus dépendent de leur exposition préalable : s'ils ont écouté de la musique de manière précoce ou non. La réponse cérébrale provoquée par la musique est fortement liée à notre familiarisation au stimulus. C'est pourquoi les musiciens ont parfois des réponses cérébrales que d'autres n'ont pas. Ainsi, certaines personnes ne réagissent absolument pas à la musique, car le « circuit » de compréhension de ce stimulus ne s'est pas développé de la même façon que chez d'autres.

La musique est-elle actuellement inscrite dans certains protocoles de soins ? Comment pensons-nous développer, varier son utilisation dans le cadre de diverses thérapies ?

La musicothérapie est d'ores et déjà utilisée à l'hôpital dans différents contextes comme  les services de  prise en charge de douleurs chroniques ou de soins palliatifs. Grace à la musique, il est possible de diminuer la dose de médicaments antidouleur. Cette thérapie est aussi en vigueur dans les services de neurologie. Divers protocoles sont utilisés par les soignants : médecins, psychologues ou orthophonistes. Cependant, ces pratiques ne sont pas officiellement reconnues. Les professionnels les pratiquant suivent des formations mais ne sont pas officiellement reconnus comme musicothérapeutes.

Aujourd'hui les explorations dans ce domaine sont diverses. A l'avenir on peut imaginer de plus en plus de standardisation de l'utilisation de la musique. Par exemple, on pourrait proposer au patient de contrôler directement ce qui se passe au niveau de son corps, de son cerveau lorsqu'il écoute un morceau.  Il utiliserait ainsi en temps réel un feedback sur la manière dont la musique agit sur son cerveau grâce à des capteurs à la surface du crâne en vue d'indexer l’activité cérébrale durant la séance de musicothérapie.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires