En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 6 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 8 heures 21 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 11 heures 10 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 12 heures 55 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 14 heures 26 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 15 heures 18 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 17 heures 5 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 31 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 10 heures 55 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 11 heures 36 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 13 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 18 heures 30 min
© Reuters
Le Luxembourg vient de se prononcer en écrasante majorité contre le droit de vote des étrangers (résidant depuis plus de 10 ans sur le territoire) aux élections législatives.
© Reuters
Le Luxembourg vient de se prononcer en écrasante majorité contre le droit de vote des étrangers (résidant depuis plus de 10 ans sur le territoire) aux élections législatives.
Home, sweet home

Le Luxembourg dit non au droit de vote des étrangers : comment on peut être un pays très ouvert à l’immigration tout en ayant un attachement fort à son identité nationale

Publié le 16 juin 2015
Autorisés à voter pour les scrutins locaux et européens, les étrangers résidant depuis plus de 10 ans dans le pays ne pourront toujours pas voter aux élections législatives. Les luxembourgeois ont plébiscité le “non" (78,2%) à un referendum sur la question, dans un pays où les étrangers représentent pourtant 46% de la population totale.
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Autorisés à voter pour les scrutins locaux et européens, les étrangers résidant depuis plus de 10 ans dans le pays ne pourront toujours pas voter aux élections législatives. Les luxembourgeois ont plébiscité le “non" (78,2%) à un referendum sur la question, dans un pays où les étrangers représentent pourtant 46% de la population totale.

Le Luxembourg vient de se prononcer en écrasante majorité contre le droit de vote des étrangers (résidant depuis plus de 10 ans sur le territoire) aux élections législatives. Pourtant le pays est très ouvert à l'immigration. 46% d'étrangers y résident. Est-ce contradictoire ?

Gérard-François Dumont : Être ouvert à l’immigration et souhaiter que le corps électoral pour les élections législatives soit composé uniquement des nationaux n'a rien de contradictoire. Le Luxembourg est un pays ouvert, et ouvert essentiellement à l'immigration de travail. Ces dernières décennies, le pays a eu une croissance économique remarquable que personne n’avait anticipée, ce qui a entraîné des besoins en main-d'œuvre étrangère compte tenu d’une évolution peu favorable de la population active luxembourgeoise. D’une part, nombre d’actifs ayant un emploi au Luxembourg sont des travailleurs frontaliers habitant en Lorraine, en Sarre ou en Belgique, notamment dans la province belge du Luxembourg (à ne pas confondre avec le Grand-Duché). D’autre part, les autres actifs étrangers qui résident au Luxembourg sont en grande majorité originaires d’Europe, les plus nombreux étant les Portugais. Parallèlement, comme le montre le référendum du 7 juin 2015, ce pays considère qu’il est logique d’opérer une distinction entre les Luxembourgeois et les étrangers en matière de droits politiques. Les quatre cinquièmes des électeurs ont considéré que la souveraineté nationale suppose que ce soit seulement des personnes de nationalité luxembourgeoise qui puissent voter aux élections législatives.

Cela ne signifie nullement une fermeture puisque la nationalité luxembourgeoise peut s'acquérir au travers d'un processus de naturalisation et que le Luxembourg admet la double nationalité. C'est ainsi qu’acquièrent le droit de vote aux élections législatives les étrangers qui obtiennent leur naturalisation. La demande de naturalisation peut être effectuée au bout de sept années consécutives de présence au Luxembourg. Elle requiert de réussir une épreuve d’évaluation de la langue luxembourgeoise parlée, épreuve dont sont dispensés tous ceux qui ont accompli au moins 7 années de leur scolarité au Luxembourg. En outre, le candidat à la naturalisation doit présenter un certificat de participation aux cours d’instruction civique (cours gratuits) comprenant deux cours obligatoires (Les droits fondamentaux des citoyens et la vie publique ; Les institutions étatiques luxembourgeoises) et un cours au choix parmi 8 thèmes (L'histoire du Grand-Duché de Luxembourg : la naissance d'un État-Nation au XIXe siècle ; L'histoire du Grand-Duché de Luxembourg : le Luxembourg au XXe siècle ; L'histoire de l'unification européenne : le Luxembourg au sein du processus d'unification de 1945 à 2006 ; Les institutions communales luxembourgeoises…)

Si les Luxembourgeois avaient décidé d’accorder le droit de vote aux étrangers, ce droit se serait donc trouvé exercé par des personnes méconnaissant la langue du pays et n’ayant pas eu la possibilité d’être informées de l’identité institutionnelle et citoyenne du pays.

Il apparaît donc clairement que tous les étrangers vivant au Luxembourg, ou les enfants d’étrangers à l’âge de 18 ans et ayant suivi une scolarisation au Luxembourg, peuvent devenir Luxembourgeois, donc que ce pays a un code de la nationalité ouvert. La législation luxembourgeoise fixe d’ailleurs un délai maximum de réponse de 8 mois lors d'une demande d'acquisition de la nationalité. 

Pourquoi le Luxembourg, très ouvert sur le plan migratoire, affirme-t-il un attachement si fort à l'identité nationale ?

Par ce référendum du 7 juin 2015, les Luxembourgeois affirment effectivement un attachement très fort à leur identité nationale. Pour le comprendre, il ne faut pas oublier les vicissitudes géopolitiques connues par le Luxembourg. Cet État, neutre lors de son indépendance en 1867, s’est trouvé occupé par l’Allemagne de 1914 à 1918 puis de 1940 à 1944, ce qui le conduisit, comme la Norvège, à abandonner sa neutralité et à entrer dans l’OTAN. Son souci de libre souveraineté explique son attachement à une identité propre qui ne signifie nullement un repli sur soi mais, au contraire, une ouverture, comme l’atteste sa volonté d’être plurilingue, les langues allemande et française étant officielles à côté du luxembourgeois, langue locale devenue langue nationale en 1984. La langue luxembourgeoise, systématiquement enseignée dans le pays, que ce soit dans le cadre de l’enseignement public luxembourgeois ou dans celui de l’enseignement privé appliquant les programmes d’enseignement public luxembourgeois, est donc la langue d’intégration.

Le Luxembourg s’est toujours voulu ouvert vers l'extérieur et vers le monde. Il a d’ailleurs longtemps refusé d’avoir une université, avant l’ouverture de l’unique université du Grand-Duché en 2003, pour obliger ses jeunes à aller se former dans des universités étrangères, allemandes, belges ou françaises, afin d'y recueillir savoir-faire et connaissances ainsi qu'une dimension internationale. Le Luxembourg a ainsi pu développer son activité économique actuelle en s’inscrivant volontairement dans la  globalisation avec la promotion de la place financière luxembourgeoise. 

Comment expliquer que le débat ne parvienne pas être à être posé en ces termes en France ? Pourquoi une telle crispation, un tel amalgame entre identité et nationalisme ?

Le débat en France, concernant le droit de vote des étrangers, est parti des fameuses "110 propositions pour la France" du candidat à la présidence François Mitterrand en 1981. Mais la gauche n’a jamais véritablement cherché à concrétiser cet engagement, tout en en pérennisant la promesse. Donc la France n'a jamais organisé un référendum pour demander l'avis des Français. Périodiquement, des hommes politiques de gauche qui demandent le droit de vote pour les étrangers utilisent plutôt cette proposition à des fins électorales pour influencer les rapports de force entre les autres partis.

En réalité, dans la période actuelle, La France, ou plutôt nombre de ses élites, a du mal à assumer son identité et même à accepter qu’elle en ait une qui lui soit propre. Nous sommes toujours dans le dessin de Jacques Faizant, dessiné au début des années 1970 : il montrait des Français qui trouvaient formidables qu'il y ait de valeureux patriotes vietnamiens, algériens ou japonais, etc ; à la fin, le dessin présentait  un « patriote français », mais il était considéré comme un beauf ringard et anormal. Le 17 mai 2015, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du partie socialiste,  a twitté : «Je ne sais pas ce qu'est l'identité française, je connais l'identité de la République». C’est sans doute en raison de cette méconnaissance qu’il a fallu des années pour que l'on comprenne que l'acquisition de la nationalité française supposait un minimum de connaissances de langue française. Ce minimum de connaissances instauré à la fin des années 2000 a d’ailleurs été réduit par les dernières décisions gouvernementales prises depuis 2012. Autrement dit, le niveau de français demandé pour naturaliser en France est inférieur au niveau de langue allemande demandé pour la naturalisation en Allemagne.

Effectivement, la France semble éprouver de grandes  difficultés à défendre et promouvoir un trait essentiel de son identité, sa langue, etc. Pourtant, le grand historien Fernand Braudel soulignait que la langue française représentait à 80% de l'identité de la France. Rappelons les Jeux Olympiques de Londres de 2012, avec les deux langues officielles historiques le français et l'anglais. Nos amis Britanniques ont complétement exclu le français de l'ensemble des documents relatifs aux Jeux Olympiques. La France s’est tu. Il a fallu que les Québécois dénoncent le non-respect de la charte olympique pour obliger les Britanniques à publier une partie des documents en langue française, au moins en version numérique.

La crispation est enfin liée au fait que donner le droit de vote aux étrangers permettrait de donner le droit de vote à des personnes dont les orientations politiques pourraient être spécifiques. Le cas du Royaume-Uni est instructif : les étrangers originaires du Commonwealth n'ont pas la nationalité britannique, mais, comme citoyens du Commonwealth, ont le droit de vote aux élections parlementaires. Or ces citoyens votent majoritairement pour le parti travailliste. En France, ceux qui souhaitent  accorder le droit de vote aux étrangers, cachent peut-être une ambition électoraliste et certains calculs politiciens puisqu’existent certaines corrélations entre les choix politiques et les origines géographiques des électeurs ou de leurs ascendants[1].

En Europe, les réponses des différents pays sont variées également sur le droit de vote aux élections locales. Celui-ci existe au Luxembourg ou au Danemark pour les étrangers européens ou non-européens. L’Espagne et la Portugal ont choisi une autre voie : pour les non-européens, le droit de vote aux élections locales peut être accordé moyennant une condition de résidence et sous réserve de réciprocité, ce qui suppose un accord bilatéral.

Dans quel sens cet exemple, qui souligne que l'attachement à l'identité de son pays n'est pas synonyme de rejet de l'autre, pourrait-il faire évoluer le débat sur ce sujet en France ?

Gérard-François Dumont : Être ouvert à l'autre, ce n’est pas le regarder comme étant semblable à soi, comme un sorte de clone de soi-même. Bien au contraire, on ne peut s'ouvrir aux autres, entrer véritablement en dialogue, qu’à condition d’avoir une identité propre et une confiance en cette identité. Cette confiance suppose de ressentir son identité et sa propre histoire. Les populations ayant des difficultés à ressentir leur propre histoire sont des populations qui n'acceptent pas l'altérité et sont par définition fermées aux autres. Il y a un lien fondamental entre le fait de témoigner de sa propre identité et être capable d'accepter l'altérité.



[1] Dumont, Gérard-François, Démographie politique. Les lois de la géopolitique des populations, Paris, Ellipses,

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 10/06/2015 - 07:24
ce qui me fait bien " rire "
C'est que les pseudo " socialo-progressistes-libertaires " crient haut et fort a l'autodétermination des peuples, nous font l'appologie des autres civilisations , clament sans cesse que nous devons respecter les autres mais denigrent du matin au soir notre patrie, la preuve le triste sire , Cambadelis ne sait pas ce qu'est être Français mais il sait ce qu'est être républicain.Et bien il y a pas mal de pays qui s'appellent république et qui n'ont rien de républicain : chine, Corée etc ... De plus y a t il une institue du monde chrétien dans un pays arabe ?
GP13
- 09/06/2015 - 14:58
La faillite des politiques......
Les responsables politiques du Luxembourg avaient prôné le "oui' au référendum.
Le peuple,en son infinie sagesse, a répondu "non".
Ce qui est inquiétant n'est pas la sagesse du peuple, mais le mépris de la démocratie fondée sur la citoyenneté que vient d'afficher le gouvernement du Luxembourg, en proposant un référendum qui ne répond à aucun besoin de démocratie.
zouk
- 09/06/2015 - 12:34
Vote du Luxembourg sur le droit de vote des étrangers
Ouverts à l'idée d'immigration mais attachés à leur identité nationale. C'est très probablement aussi notre cas, en dehors des flatteries électorales prônées par Terra Nova ( = les bobos qui sont tellement flattés par presque toute la presse, télévisée pour commencer)