En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 35 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 6 heures 48 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 11 heures 59 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 12 heures 42 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 17 heures 24 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 3 heures 53 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 7 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 11 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 12 heures 56 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 16 heures 6 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 17 heures 3 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
Tailleur

Il n’y avait pas que le Rana Plaza : pourquoi tous nos vêtements sont passés entre les mains d’un travailleur exploité

Publié le 12 juin 2015
Depuis l'effondrement du Rana Plaza une véritable prise de conscience internationale s'est attaqué aux conditions de vie des ouvriers du textile. Deux ans après, les industries du textile ont multiplié les signes affichant une volonté de mieux faire, mais la division des travaux et la multiplication des intervenants compliquent le contrôle de la chaîne de production, au point où trouver des "fringues propres" relève de la gageure.
Président & fondateur d’Affectio Mutandi, spécialiste de la RSE, du lobbying et de la communication sensible, Pierre-Samuel Guedj bénéficie d’une expérience de près de 20 ans, exerçant auprès des grandes entreprises françaises et internationales une...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Samuel Guedj
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président & fondateur d’Affectio Mutandi, spécialiste de la RSE, du lobbying et de la communication sensible, Pierre-Samuel Guedj bénéficie d’une expérience de près de 20 ans, exerçant auprès des grandes entreprises françaises et internationales une...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l'effondrement du Rana Plaza une véritable prise de conscience internationale s'est attaqué aux conditions de vie des ouvriers du textile. Deux ans après, les industries du textile ont multiplié les signes affichant une volonté de mieux faire, mais la division des travaux et la multiplication des intervenants compliquent le contrôle de la chaîne de production, au point où trouver des "fringues propres" relève de la gageure.

Atlantico : En plus des ouvriers qui assemblent les vêtements, comment les entreprises peuvent-elles se responsabiliser à tous les stades de la chaîne de production d’un vêtement, de la récolte des matières premières, au traitement des tissus, jusqu’à la destruction des invendus ? Est-ce que les industries peuvent avoir le contrôle réel sur l’ensemble de la chaîne?

Pierre-Samuel Guedj : Les industries du textile ont engagé ces démarches depuis plusieurs années mais il est clair qu'il a fallu un drame humain pour faire avancer en partie la situation. Il faut bien comprendre que ces acteurs opèrent dans des pays ou le respect des grandes règles internationales comme celles du droit du travail ou des droits de l'homme n'est pas parfait, et qu'en même temps cela contribue au développement économique et social de ces pays.

Nous, consommateurs européens, attendons des produits au tarif extrêmement compétitif... cette course au bas prix nous a coûté notre industrie du textile mais permis à des pays de développer leurs économies locales. Il faut revenir à un principe de prix juste sur l'ensemble de la chaîne et c'est aussi, voir surtout, un choix de consommateurs.

Certains acteurs, comme la marque Veja, ont fait le choix d'un contrôle très strict et exigeant de leur chaîne de production, mais cela est plus facile lorsque vous créez une marque, par ailleurs très innovante notamment en terme de design, alors que lorsque vous avez déjà une très large gamme de produits et entre 30 000 et 100 000 fournisseurs, vous avez un effort de mutation important à faire.

Il est possible de mettre en place une chaîne de valeur responsable, entre le sourcing des matières premières via notamment des labels qualité, bio, éthique ou encore en évitant le coton ouzbèke issu du travail forcé des enfants, en sélectionnant avec soin leurs partenaires sur les bases d’un respect de la réglementation internationale notamment et en inscrivant les relations commerciales avec eux sur les bases d’un contrat durable : engagement de 18 mois plutôt que 3 mois ce qui ne leur permet pas d’investir sur le plan industriel mais aussi social ou environnemental, engagements en matière de qualité de vie des employés, collaboration technique…   C’est une question d’investissement de chacun, y compris du consommateur, mais surtout de l’ensemble des clients de ces fournisseurs. Une marque européenne ne représentant que 5% des commandes et des volumes de production d’une unité textile au Bangladesh,et n’a donc que… 5% d’influence. C’est pourquoi nous préconisons des regroupements entre donneurs d’ordre européens pour mutualiser les audits mais aussi les investissements locaux, les attentes éthiques, ou les programmes mis en œuvre à l’attention des employés par des ONGs de développement, plus légitimes que les entreprises à pallier les insuffisances des états sur les questions d’éducation, de sécurité, de santé ou même de contrôle de conditions de sécurité. Il faut se rappeler qu’il n’y avait que 55 inspecteurs du travail pour contrôler les 4 000 unités textile du Bangladesh… Les entreprises n’ont pas toutes les clés en main.

Malgré l’engagement affiché de beaucoup de marques de textile, qu’est ce qui limite aujourd’hui le pouvoir de l’industrie à changer les conditions de vie des travailleurs les plus pauvres ?

La coordination des travaux entre l’ensemble des acteurs, et pas seulement les entreprises européennes donneuses d’ordre, plus de moyens pour que les états fassent respecter les réglementations internationales sur le travail ainsi que les droits humains, une facilitation de la représentation syndicale dans ces pays qui n’ont pas cette culture… les leviers sont nombreux et pas tous du ressort des entreprises. Les accords d’échange bilatéraux entre ces pays et l’Europe prévoient ainsi des règles sur le respect du droit du travail et des droits humains… ces accords ne sont pas respectés… car nous avons aussi besoin de leur vendre des produits de plus haute technologie pour garantir notre propre activité économique ainsi que notre paix sociale. C’est aussi une question de volonté politique.

Depuis le Rana Plaza, les choses se sont améliorés sur un certain nombre de points mais bien évidemment tout ne peut se faire en si peu de temps et sans traiter l’ensemble des secteurs, pas seulement celui du textile, sans plus de moyens et de volonté politique des autres acteurs notamment politiques locaux. Les audits viennent finalement remplacer les contrôles des autorités locales… les entreprises ne peuvent remplacer les états jusque dans la fixation de salaire minimum ou de salaire décent. Même Patagonia, marque fortement engagée sur ces questions, n’est pas certaine que tous ses fournisseurs, notamment dans certains pays à la démocratie naissante, soient parfaitement respectueux de toutes les conventions internationales mais continue à rechercher et mettre en place des systèmes de production éthique. C’est de toute façon une attente forte des citoyens des pays développés et notamment de l’Homo Ethicus Numéricus qui exprime fortement ces attentes par des mobilisations en ligne, des campagnes de boycott et bientôt des class actions en ligne. Avec cette ambiguïté qu’il n’a peut-être pas les moyens de payer le prix juste pour son éthique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 06/06/2015 - 20:29
Vous avez dit "éthique" ?
Demandez autour de vous le sens du mot "éthique"; je vous jure que vous n'aurez pas plus d'une bonne réponse sur dix. Autant dire que la phrase "C’est de toute façon une attente forte des citoyens des pays développés" est franchement risible. Les gens- les jeunes les premiers - s'en foutent de votre éthique, mon bon monsieur !