En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 16 min 35 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 37 min 40 sec
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 1 heure 1 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 1 heure 41 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 2 heures 2 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 2 heures 48 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 3 heures 29 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 52 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 27 min 10 sec
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 41 min 55 sec
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 1 heure 26 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 59 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 51 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 4 heures 34 min
© Reuters
Le projet de Najat Vallaud-Belkacem de réforme des programmes d'Histoire continue de passer en force.
© Reuters
Le projet de Najat Vallaud-Belkacem de réforme des programmes d'Histoire continue de passer en force.
Réforme des programmes

Et maintenant l'Histoire : Najat Vallaud-Belkacem ou le stade suprême de la réforme idéologique

Publié le 05 juin 2015
Alors que trois anciens ministres de l'Education, François Bayrou, Jean-Pierre Chevènement et Luc Ferry demandent le retrait de la réforme du collège et un "débat républicain", le projet de Najat Vallaud-Belkacem continue de passer en force.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que trois anciens ministres de l'Education, François Bayrou, Jean-Pierre Chevènement et Luc Ferry demandent le retrait de la réforme du collège et un "débat républicain", le projet de Najat Vallaud-Belkacem continue de passer en force.

Madame   Najat Vallaud-Belkacem  a beau convoquer à la Sorbonne un  colloque pour débattre de l'enseignement  de l'histoire, mis à mal par sa réforme, la manière cavalière dont elle a , avec l'accord de Hollande et Valls naturellement, imposé celle-ci par décret, prenant  toute le monde de court,  le lendemain même de la grande manifestation hostile des enseignants, restera dans les annales.   

Faut-il tourner la page ? Au contraire,  cette décision  doit nous amener à réfléchir  sur la manière dont elle a conçu et mené la  réforme du collège.

Il est  clair que l'intéressée, dont la nomination  avait surpris,  a atteint  aujourd'hui, selon le principe  de Peter, son niveau d'incompétence.

Mais le type d'incompétence qu'elle manifeste avec la   réforme du  collège  qu'elle a imposée avec l'appui de Hollande et Valls, est hautement significatif de la manière dont, tant par facilité intellectuelle que par idéologie, on prend rue de Grenelle, depuis quarante  ans, les décisions qui détruisent peu à peu notre appareil éducatif.

La méthode est simple: ceux qui sont en charge de proposer des réformes partent des principaux changements qui ont été opérés au cours de années précédentes ; ils constatent que ces changements, réforme après réforme,      vont tous dans le même sens et , comme un élève de cinquième qui apprend la géométrie,  ils  se contentent de prolonger  la courbe que ces changements dessinent pour aller "un peu plus loin " sur la même trajectoire - quand  c'est encore possible.

Il est vrai que le ministère est truffé de vieux augures, apparatchiks généralement médiocres et hégéliens au petit pied,  dont toute la compétence  consiste à dire sentencieusement , d'un air inspiré,  "on va vers ceci ou vers cela" , et d'en tirer une opération de prolongation aussi  stupide que celle que nous venons de décrire. 

Le latin et le grec sont en déclin; on décrète leur suppression prochaine.

L'allemand est en déclin  au bénéfice du tout anglais : on l'affaiblit encore au mépris de nos engagements vis à vis du gouvernement allemand et de l'amitié  franco-allemande qui constitue toujours le socle de notre diplomatie.

Depuis le plan Langevin-Wallon de 1947, la tendance est   à plus d'égalité. Le tronc commun au niveau du collège avait été mis en place entre 1960 et 1970 mais il comportait des filières diversifiées et la  possibilité du redoublement, donc d'une différenciation des rythmes. René Haby, ministre de Giscard et néanmoins bon élève du marxiste  Pierre Bourdieu, décrète en 1975 la fusion des différentes filières. Le plan Jospin de 1989 interdit pratiquement les redoublements,  une interdiction renforcée récemment. Mais la différenciation  des filières s'était  réintroduite par le biais de classes dites "européennes" regroupant souvent les meilleurs élèves. On y apprenait les langues à marche forcée, ce qui impliquait au départ une certaine sélection.

Aux classes bilingues à une langue étrangère renforcée, ont été  ajoutées les classes bilingues à deux langues étrangères dès la sixième. En sus de l'anglais, ces classes se tournaient le plus souvent vers l'allemand, supposé plus difficile et donc plus élitiste; elles sont aujourd'hui  supprimées. 

La force de l'enseignement  secondaire français était la qualification de professeurs  qui avaient appris au niveau de la licence ou de la maitrise une discipline particulière. Ils étaient fiers de transmettre un  savoir de haut niveau. La  baisse du niveau de nos universités, qui a débouché sur un CAPES supposé plus pratique,  a   affaibli cette exigence.

En  parallèle ont été encouragés les travaux interdisciplinaires. Mme Najat Vallaud-Belkacem leur donne encore plus d'importance au détriment des disciplines fondamentales. Ces travaux interdisciplinaires prétendent faire à la place de l'élève le travail de synthèse entre  les différents savoirs, alors qu'une école véritablement libérale devrait  les laisser  les croiser eux-mêmes. Surtout  ils dégradent la notion de discipline scientifique et donc la dignité des savoirs, pour ne pas dire la notion de discipline tout court. Les enseignants deviennent, comme ils le sont dans les pays anglo-saxons, de simples animateurs.

L'intérêt de cette manière de réformer l'Education nationale, la même depuis soixante-dix ans, que la droite ou la gauche soient au pouvoir, est  que même un âne serait capable de faire ce genre de réforme fondée sur la  prolongation des courbes dessinées par les reformes passées.

Toujours de mal en pis

Cette mécanisation du processus réformateur n'est pas innocente. Réduire la politique à quelque principes simples que l'on applique de manière répétitive quelle  que soit la complexité du réel, ce n'est pas seulement de la bêtise adminisrative, c'est aussi la définition du processus idéologique.

Le processus idéologique s'appuie en l'occurence sur un principe de base: toujours plus d’égalité. 

Ne nous leurrons pas : comme  l'idéologie aboutit toujours au contraire du but recherché,  toujours plus d'égalité, cela veut dire toujours plus d'inégalité.

Si l'égalité veut dire traiter tous les élèves de la même manière, comme si on espérait égaliser une série de nombres  en  les multipliant tous par deux, le résultat est que, faute d'un traitement différencié, les bons sont encore meilleurs et les mauvais s'enfoncent.

Cet égalitarisme superficiel se double  d'une doctrine encore plus perverse, issue de Pierre Bourdieu,  qui conduit à l'avilissement des savoirs transmis. L'inégalité des élèves, qui est de  toujours, ne serait pas selon le sociologue, l'effet des aptitudes  innées mais du seul  milieu social des élèves. Ce milieu social est plus ou moins apte à transmettre les "codes " que l'on trouve dans l'apprentissage de la langue française mais aussi ceux de la culture générale (y compris scientifique),  de la discipline, des  manières etc. Pour permettre aux plus défavorisés de faire jeu égal avec les autres, on a décidé, depuis 50 ans, année après année,  d'affaiblir ces apprentissages jugés discriminants. Cette théorie plus qu'absurde  aboutit  à priver les élèves les  plus défavorisés d'une "éducation" de base, au sens plein du terme que les autres trouvaient (et ne trouvent plus guère d'ailleurs) dans leur famille.  La catastrophe scolaire que nous vivons n'a pas d'autre  origine que cette  théorie affligeante. Et bien entendu,     si la qualité de l'enseignement  public se dégrade, les différences familiales,  au moment de l'embauche,  jouent à plein.

Dans   cette succession de Grands maitres de l'Université attelés les uns après les autres à décerveler les enfants et détricoter la transmission de notre héritage, Najat Vallaud-Belkacem, non seulement ne déroge pas, mais étant sans doute plus idéologue encore  que les autres, elle offre le produit le plus achevé du processus. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 06/06/2015 - 20:55
Gutenberg, au secours
Lorsque les populations ne savent plus lire, elles perdent également le recul par rapport à l'information et donc la capacité de réfléchir par elles-mêmes. On les manipule et on leur fait croire ce qu'on veut. On provoque chez elles la réaction immédiate à des images soigneusement choisies. Pour inoculer aux gens le "politiquement correct", il n'y a rien de mieux.
Anouman
- 05/06/2015 - 19:18
Brave new world
Evidemment c'est "commencent"...
Anouman
- 05/06/2015 - 19:17
Brave new world
Merci à Adenora de nous rappeler Huxley, un grand visionnaire cet homme. Ca fait longtemps que le mouvement a commencé, mais cela devient tellement évident depuis dix ans que même les moins soupçonneux commence à s'en apercevoir.