En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 47 min 25 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 8 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 42 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 8 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 52 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 55 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 55 min
© Reuters
Bruno Le Roux figure sur la "liste noire" de Vladimir Poutine.
© Reuters
Bruno Le Roux figure sur la "liste noire" de Vladimir Poutine.
Remous diplomatiques

Sanctions européennes contre "listes noires" russes : l’inévitable escalade

Publié le 05 juin 2015
89 intellectuels et responsables politiques figurent sur une "liste noire" établie par Vladimir Poutine, leur interdisant de fait d'entrer en Russie. Plusieurs Français y figurent, dont Bernard-Henri Lévy ou Bruno Le Roux. Une démarche en passe de créer de violents incidents diplomatiques.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
89 intellectuels et responsables politiques figurent sur une "liste noire" établie par Vladimir Poutine, leur interdisant de fait d'entrer en Russie. Plusieurs Français y figurent, dont Bernard-Henri Lévy ou Bruno Le Roux. Une démarche en passe de créer de violents incidents diplomatiques.

C’est désormais un fait établi : la Russie a pris la décision de constituer une liste de 89 personnalités européennes frappées d’interdiction d’entrée du territoire national fédéral. Cette décision n’a été connue que de façon indirecte, par des sources diplomatiques européennes, auxquelles la liste avait été communiquée jeudi 28 mai 2015. Aucun texte n’ayant été publié pour le moment, ce document visant des ressortissants de l’Union européenne a rapidement été surnommée « la liste noire de Poutine », la réputation du président russe en Occident et les déclarations indignées de Martin Schulz aidant.

Si les indices sur l’existence de ce document se confirment, ils corroboreront l’idée d’un retour au rapport de force après la signature des accords dit « Minsk 2 » le 11 février 2015. Cette liste – ou plutôt les informations sur elles – laissent penser qu’il s’agit d’une réplique aux sanctions du même type infligées à 150 ressortissants de la Fédération de Russie en plusieurs vagues à partir de l’annexion de la Crimée en mars 2014. Qu’il s’agisse d’une fuite politique savamment orchestrée par les autorités russes ou d’une mesure à portée bureaucratique (éviter aux personnalités en question d’être refoulées à l’aéroport au cas par cas), la décision russe est-elle hors des us et des règles des relations internationales ?

Si elle est résolument agressive à un moment où l’apaisement semblerait de rigueur, elle est fondée en droit international, l’autorisation d’accès sur le territoire national étant une prérogative régalienne de l’Etat concerné. La mythologie toute tsariste et soviétique des « listes noires » renforce l’hostilité de la démarche. Mais elle répond à un contexte de défiance et illustre une volonté de prolonger le rapport de force.

Quelle est la signification géopolitique de cette liste encore officieuse ? Que laisse-t-elle augurer concernant les sanctions générales et publiques ? Et quelle dynamique est-elle susceptible d’enclencher entre Union européenne et Russie ?

Sanctions générales et sanctions nominatives : deux conceptions de l’action internationale
 

Ce nouvel épisode pose la question  de la nature, de la portée et de l’efficacité des sanctions mutuelles que s’infligent Bruxelles et Moscou depuis maintenant deux ans. Mais elle soulève également une interrogation spécifique sur les sanctions individuelles et nominatives.

Quand deux Etats – ou deux ensembles d’Etats - s’infligent des sanctions impersonnelles et générales (embargo, fermeture de frontières, saisies d’avoir publics, etc.), ils mettent en œuvre des instruments agressifs mais ordinaires des relations internationales : le présupposé est que le rapport de force général entre Etats peut conduire l’un des deux partis à se plier à la volonté de l’autre parti. C’est la philosophie générale des relations internationales développées par Clausewitz où la guerre comme l’action diplomatique mettent en jeu la confrontation de deux forces égales en dignité : les souverainetés nationales. Les modes de résolutions des conflits – sanctions, guerre, négociations – ne sont que des méthodes de composition des souverainetés.

Lorsqu’ils recourent à des sanctions nominatives, les Etats en tension, en différend ou en conflit appuient leurs actions sur des présupposés sensiblement différents – même s’ils peuvent être complémentaires : cibler des individus, c’est leur accorder un poids essentiel dans les décisions prises, par leur Etat, dans la sphère internationale. Les sanctionner, c’est donc chercher à faire plier des volontés individuelles et à déterminer la souveraineté nationale par le biais de décisions, de craintes, d’embarras et de limitations individualisées.

La Russie vue de Bruxelles : un empire sur le retour
 

En l’espèce, les mesures ciblées contre des responsables politiques, militaires et économiques russes, répondent à la volonté de l’Union européenne de stigmatiser les responsabilités dans l’entourage de la présidence russe et dans l’appareil militaire. L’Union reprend la vieille idée, familière aux lecteurs des Somnambules de Clark, aux analystes de La tragédie soviétique de Martin Malia et aux disciples d’Hélène Carrère d’Encausse, selon laquelle la Russie (puis l’URSS) est conduite aux crises par une élite expansionniste et militariste. Ce point est d’ailleurs partagé par la biographie intellectuelle Dans la peau de Vladimir Poutine de Michel Eltchaninoff dans la période récente.

Le recours à des sanctions nominatives engage toute une analyse du régime russe, de sa dynamique de décision, de l’action extérieure de la Russie et du déclenchement de la crise ukrainienne : le régime russe serait conduit par des personnalités en nombre limité ; la dynamique de décision serait concentrée autour de quelques lieux de pouvoirs (Douma, Kremlin, Etat-major) ; la politique étrangère serait guidée par le souci de rétablir un dominium impérial ; enfin, la crise ukrainienne serait due à une décision très individualisée de ne pas laisser un des lambeaux de l’empire passer à l’OTAN . Concentration du pouvoir, faible pluralisme des élites russes, expansionnisme revanchard, tels sont les ressorts du choix européen des sanctions nominatives en complément des sanctions sectorielles.

L’Europe vue de Moscou : une puissance doctrinaire
 

Réciproquement, les autorités russes, en adoptant des mesures individuelles développent une certaine conception de l’Union européenne, de son attitude géopolitique et de ses décisions. Certes, elles usent de l’arme de la symétrie et de la réciprocité – ce qui est ordinaire en matière de relations internationale régies par une horizontalité de principe. Mais elles tendent également à l’Europe un miroir qu’elle aurait tort de néglige.

Vue de Moscou, l’Union européenne est dirigée, dans le cas de la crise ukrainienne, par des responsables parlementaires issus du nord et de l’est de l’Europe, structurellement et historiquement hostiles à la Russie ; vue de Moscou, l’Europe est excitée contre la Russie par quelques intellectuels droit-de-l’hommistes (Bernard Henri-Levy, Daniel Cohn-Bendit) dont la russophobie est officiellle car illustrée à Maidan ; vue de Moscou, l’Europe a un rapport idéologique à la Russie.

Ce qui sépare Bruxelles et Moscou, en l’espèce, c’est aussi une incompréhension mutuelle sur les élites politiques respectives des deux ensembles géopolitiques.

Les limites des sanctions : à quand un « reset » russo-européen ?
 

Cette controverse sur les sanctions et la dynamique de rétorsions symétriques qu’elle engage (restriction d’accès au Parlement européen de la délégation russe, etc.) laissent présager une reprise des tensions entre l’Union européenne et la Fédération de Russie.

En effet, à mesure que le temps passe, les sanctions sectorielles seront de moins en moins sensibles : en 2015, l’économie russe encaisse la contraction du PIB annoncée et table sur une remontée des cours des hydrocarbures ainsi que sur la conclusion d’alliance de revers en Asie pour se redresser en 2016. Les sanctions nominatives seront donc de plus en plus utilisées, et le débat se cantonnera de plus en plus aux symboles politiques. Les débats européens de fin juin 2015 sur les sanctions auront d’autant plus de chance de s’envenimer que l’été pourrait marquer le retour des combats, les autorités de Kiev étant placées en retrait militaire.

Au début de son premier mandat, en 2008, le président des Etats-Unis, Barak Obama, avait appelé de ses vœux un reset – ou retour à la case départ - des relations entre Etats-Unis et Fédération de Russie. Les tensions s’étaient en effet multipliées durant les années 1990 et 2000 : les deux guerres de Tchétchénie, les révolutions de couleur ou encore les guerres en Afghanistan et en Irak avait considérablement dégradé les relations entre Moscou et Washington.

Le reset russo-américain n’a pas eu lieu, sans doute faute d’intérêt stratégique pour les deux partenaires en cause. Le reset russo-européen, lui, devient de plus en plus nécessaire à mesure que les partenaires continentaux s’enfoncent dans une acrimonie mutuelle et stérile où les moyens de pression symbolique et irritant l’emportent sur les négociations substantielles et la composition des intérêts souverains. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires