En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© My Band Market
On connait la chanson
Avec My Band Market, le Big Data repère les artistes que vous écouterez demain
Publié le 02 juin 2015
Lancée en 2012, My Band Market développe un algorithme de big data qui décèle des artistes émergents grâce à Internet. La start-up peut ainsi proposer des services marketing à des entreprises désireuses de communiquer par la musique.
Quentin Lechemia est fondateur de My Band News et My Band Market.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Lechemia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Lechemia est fondateur de My Band News et My Band Market.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lancée en 2012, My Band Market développe un algorithme de big data qui décèle des artistes émergents grâce à Internet. La start-up peut ainsi proposer des services marketing à des entreprises désireuses de communiquer par la musique.
  • My Band Market propose à ses clients, depuis 3 ans, d’anticiper les tendances musicales grâce à son algorithme.
  • Les données collectées sont analysées et vendues à des marques désireuses de communiquer via la musique.
  • Le fondateur, Quentin Lechemia, dirige aussi le magazine musical en ligne My Band News pour parler de ces artistes découverts par le Big Data.


Comment fonctionne My Band Market ?

My Band Market repose tout d’abord sur un algorithme, baptisé Elise, permettant de récupérer des millions de données en ligne depuis les réseaux sociaux, le streaming et les médias. Ces données, ensuite analysées, permettent de prédire les tendances musicales de demain mais aussi les tendances technologiques. Par exemple, si un groupe commence à émerger à Stockholm ou si les 15-20 ans utilisent Snapchat pour parler musique aux Etats-Unis, on sera capable de le repérer. Cette collecte de données nous sert ensuite à diffuser les artistes sur notre magazine online My Band Music et ainsi d’en parler avant tout le monde.

En termes de business, à quoi ça sert d’anticiper les tendances musicales ?

Il y a deux utilisations à cela. D’une part pour notre média et d’autre part, pour une utilisation B to B. Tout le but de décrypter les tendances avant les autres, c’est de pouvoir proposer aux marques de lancer des concepts, de leur proposer d’accompagner des artistes émergents et créer une histoire avec eux. C’est l’exact inverse de ce qui se fait aujourd’hui où une marque peut mettre beaucoup d’argent dans des groupes ou un festival sans connaitre la "fanbase" de l’artiste ou les retombées que cela peut engendrer. En utilisant nos services, une marque sait où elle met son argent.

Le risque, c’est que votre système se trompe. Comment gérer cela ?

Dans la mesure où derrière l’algorithme il y a une intervention humaine, l’erreur est toujours possible. Dire que tel artiste va être star dans un an, et qu’il ne le soit pas, c’est évidemment possible car beaucoup de variables entrent en compte. Ceci étant, ce n’est pas la promesse que l’on fait à nos clients. Nous ne disons pas "investissez sur X ou Y, il va cartonner", nous disons à nos clients, "cet artiste est en croissance et il est sur votre cible". Nous donnons des informations en lien avec les besoins de la marque, sur une cible, une localisation, une utilisation technologique… En cela, le risque d’erreur est assez faible.

Quels sont vos projets de développement ?

Notre ambition c’est d’offrir d’ici 2015 une interface opérationnelle à nos clients, avec la possibilité de tester un artiste, une tendance… Si par exemple une marque se développe en Amérique du Sud, elle a tout intérêt à connaitre les influenceurs sur place. Nous voulons, dans un premier temps développer le marché sur la France pour ensuite poser les bases solides d’un développement à l’étranger. Notre marché est mondial mais notre stratégie reste pour l’instant locale.

Propos recueillis par Julien Gagliardi

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires