En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 8 heures 19 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 10 heures 31 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 15 heures 19 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 15 heures 4 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 heures 27 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 13 heures 53 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 14 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 15 heures 12 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 15 heures 25 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 15 heures 4 min
© IWM FLM
Une image extraite du film "German Concentration Camps Factual Survey".
© IWM FLM
Une image extraite du film "German Concentration Camps Factual Survey".
Pépite retrouvée

Shoah : un documentaire coup de poing signé Hitchcock refait surface 70 ans après son tournage

Publié le 01 juin 2015
Le film "German Concentration Camps Factual Survey", filmé par les soldats lors de la libération des camps de la mort, a bénéficié du génie d'Hitchcock, qui en a fait l'un des documentaires les plus poignants sur le sujet. Il a pourtant été oublié pendant près de 70 ans.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film "German Concentration Camps Factual Survey", filmé par les soldats lors de la libération des camps de la mort, a bénéficié du génie d'Hitchcock, qui en a fait l'un des documentaires les plus poignants sur le sujet. Il a pourtant été oublié pendant près de 70 ans.

En 1945, Alfred Hitchcock était un réalisateur reconnu dans le monde entier. Avec L'homme qui en savait trop (1934) ou Les 39 marches (1935), il avait déjà connu le succès critique et commercial avant le début de la Seconde guerre mondiale. C'est donc tout naturellement qu'à son niveau, il a participé à l'effort de guerre en réalisant fin 1943-début 1944 deux courts-métrages pour le Ministère de l'Information britannique, Bon Voyage et Aventure malgache. Ces films - tournés pour les Forces françaises libres - sont d'ailleurs les seuls qu'il réalisa en français.

Cette notoriété explique pourquoi, en 1945, il est engagé comme "conseiller artistique" (qui s'avèrera en fait être un rôle de monteur) pour un documentaire produit par l'Armée britannique et consacré à la Shoah.

German Concentration Camps Factual Survey (littéralement : "Enquête factuelle sur les camps de concentration allemands") a été tourné dans dix camps de concentration et quatre autres sites en 1945, au fur et à mesure de leur libération par les soldats alliés. "Ce devait être LE film qui serait montré en Allemagne après la chute du Troisième Reich – montré aux prisonniers de guerre allemands où qu'ils se trouvent", explique l'Imperial War Museums, l'organisme national de musées militaires britannique qui l'a récemment restauré.



 

"L'idée était de montrer le film en Allemagne pour que le public sache ce qui a été commis en son nom", résume The Telegraph.

Commandé par le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF, le quartier général des forces alliées en Europe nord-occidentale), le montage du film à partir d'images filmées par les soldats britanniques, américains et russes est confié au producteur Sidney Bernstein. Celui-ci s'empresse de s'entourer de "conseillers artistiques", dont Hitchcock qui deviendra de fait "le réalisateur du film" (les mots sont de Bernstein) après qu'il a passé un mois en salle de montage.

"Le film montre le visage de la mort comme je ne l'avais jamais vu", témoigne la journaliste Hanna Kozlowska, du site Quartz. "Il montre le creusement des joues d'une femme ravagée par la faim et la maladie, le bouche ouverte d'un homme qui rend son dernier souffle, les yeux vides et vitreux de corps émaciés", décrit-elle à propos d'une scène située dans le camp de Bergen.

"Il y avait des milliers de corps partout", s'était remémoré en 1984 le Sergent Mike Lewis, caméraman britannique ayant filmé la scène. "J'ai trempé un mouchoir dans le pétrole avant de le plaquer sur mon nez, et je ne savais pas si je préférais être intoxiqué par les vapeurs de pétrole ou continuer à sentir l'odeur de la mort".

Le caméraman Mike Lewis dans le camp de Bergen-Belsen :



Pendant de longues minutes, en silence, on peut voir des soldats SS forcés par les Alliés de transporter les corps de leurs victimes vers leur dernière demeure, alors que des politiciens locaux assistent à la scène, courbés de honte, le regard cloué sur leurs souliers. Ils savaient.

"Ces longs travellings sont en grande partie dus à Alfred Hitchcock", explique Hanna Kozlowska. La volonté du réalisateur ? Que personne ne puisse accuser le film d'avoir été truqué. Le réalisateur y a aussi intégré des cartes et a voulu montrer qu'à quelques kilomètres des camps, la vie continuait comme si de rien n'était. D'où une scène où des images de prisonniers d'un camp autrichien alternent avec le rendez-vous amoureux et bucolique d'un soldat nazi, près d'un lac situé non loin.

Considéré comme "un impressionnant et important travail" par les experts, le film a pourtant été complètement oublié pendant des décennies. Certaines de ses images ont bien été utilisées pour d'autres films ; mais point de diffusions au grand public, avant sa restauration en début d'année par l'Imperial War Museums.

Peut-être le film fut-il victime de son ambition. "Faire un long film sur un sujet si important et complexe fut difficile. Après septembre 1945, les priorités pour l'Allemagne étaient passées de la dé-nazification à la reconstruction et le film fut donc rangé sur une étagère", écrit l'organisme chargé de sa restauration. "

"Il devait vraiment être une puissante et complète image du degré de destruction des gens dans le système concentrationnaire. Cela signifie qu'il a été terminé des mois après la fin de la guerre et a raté sa fenêtre de tir", explique Michael Loebenstein, chef exécutif du National Film and Sound Archive australien, qui a organisé des diffusions dans le pays.

Une autre raison est soulevée par l'éditorialiste Roger Cohen dans le New York Times. En montrant la machinerie de destruction mise en place dans les camps, "les jeunes et les vieux corps entremêlés, entassés les uns sur les autres", le film aurait pu ajouter à ce qu'il nomme "l'embarras" des alliés concernant la question juive… et renforcer la volonté des survivants de bénéficier d'une terre en Palestine, à l'époque contrôlée par les Britanniques. Finalement, passer à autre chose – la guerre froide avait déjà commencé – paraissait bien plus pratique.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires