En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

04.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 heures 59 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 8 heures 37 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 26 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 3 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 heures 57 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 8 heures 50 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 9 heures 47 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 19 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 10 heures 55 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 12 heures 45 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 12 heures 54 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 15 min
info atlantico
© Reuters
Le nombre de sympathisants UMP qui considèrent que leur parti a un projet pour la France a augmenté de 25 points en un an.
© Reuters
Le nombre de sympathisants UMP qui considèrent que leur parti a un projet pour la France a augmenté de 25 points en un an.
Sondage exclusif IFOP pour Atlantico

Mission remplie pour Nicolas Sarkozy sur l’image de l’UMP… en tout cas à droite

Publié le 05 juin 2015
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, le nombre de sympathisants UMP qui considèrent que leur parti à un projet pour la France a augmenté de 25 points en un an. L'amélioration concerne aussi les Français de manière générale, mais dans une moindre mesure.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, le nombre de sympathisants UMP qui considèrent que leur parti à un projet pour la France a augmenté de 25 points en un an. L'amélioration concerne aussi les Français de manière générale, mais dans une moindre mesure.

Atlantico : Quelle a été l’évolution des Français interrogés ces dernières années quant à la vision politique qu’ils ont de l’ex-UMP ?

Jérôme Fourquet : On constate tout d’abord, quand on replace ce sondage dans le contexte historique récent, qu’il intervient alors que l’UMP est en train de changer de nom. Un des éléments qui a pesé dans la balance et qui aurait prévalu à ce changement de nom tiendrait au fait que l’image de l’UMP, dixit Nicolas Sarkozy, aurait été abimée suite à une série de polémique et de crises. On se souvient du psychodrame, l’affrontement Copé – Fillon, avec deux candidats affirmant au siège du parti avoir remporté chacun l’élection interne. Ensuite, printemps et été dernier, l’affaire Bygmalien, les problèmes des comptes de l’UMP, avec les éventuelles surfacturations, les procédures judiciaires, les perquisitions, qui se sont terminées par la démission de Copé de la tête de l’UMP et par la défaite de l’UMP aux européennes.

Quand on regarde les données précédentes, on en a d’abord une en aout 2012 qui s’inscrit après la défaite des présidentielles et législatives, après le départ de Nicolas Sarkozy et avant le bras de fer entre Fillon et Copé. Ensuite on a une autre mesure réalisée juste après le naufrage de l’UMP au moment de l’élection interne, et un autre sondage réalisé fin mai 2014, il y a un an, effectué après l’affaire Bygmalien et les élections européennes.

Que nous disent les données concernant l’opinion de l’ensemble des Français ? Sur le rôle d’opposant, les chiffres demeurent assez stables sur la période. Les Français n’ont pas réellement remis en cause ce point. Plus d’un français sur deux quel que soit la période reconnait que quelque part l’UMP tient son rôle d’opposant même si on peut penser que les scores pourraient être supérieurs.
Ça se complique sur les autres dimensions notamment sur la qualité des dirigeants. On voit une baisse assez sensible, après l’affaire Copé Fillon puisque on passe de 41 à 33.  On perd à nouveau 2 points après l’affaire Bygmalion. Entre 2012 et 2014, 10 points sont perdus ce qui est énorme. Aujourd’hui une remontée est à noter, on revient au niveau de départ de 2012. Le niveau est constant sur la capacité à porter un projet. Cela n’avait pas été égratigné au moment de l’affaire Copé Fillon d’ailleurs, contrairement à la qualité des dirigeants. En revanche, il y avait eu une baisse très sensible après l’affaire Bygmalion et l’affaire Copé où l’on ne savait plus vraiment qui était à la barre et quel était le cap que le parti voulait tenir. Là de nouveau on a une progression de 11 points.

Enfin sur la capacité à être proche des Français, là aussi, cela avait relativement peu baissé au moment de l’affaire Copé Fillon, mais suite aux scandales financiers, là, cette proximité avec les Français s’était effondrée. On passait de 34 à 26%.  Aujourd’hui, on a repris qu’une partie du terrain perdu à l’époque. On est remonté à 30% tout en étant loin du niveau de 2012.
La proximité avec les Français, la volonté de créer un lien donc, était sûrement l’un des objectifs de Nicolas Sarkozy et de son équipe lorsqu’ils ont décidé de se faire appeler désormais « les Républicains ».

 

Quels changements principaux ont eu lieu cette année, soit entre 2014 et 2015 ?

Si l’on regarde uniquement par rapport à 2014 uniquement, l’évolution a été assez sensible sur 2 dimensions : la qualité des dirigeants et le projet, des éléments qui ne sont pas mineurs. En un an, il y a eu l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP et la victoire des départementales après le naufrage de l’été 2014, l’affaire Bygmalion et l’échec des européennes. La pugnacité de Nicolas Sarkozy face à François Hollande a été perçue par l’opinion puisqu’il y a eu une augmentation de 4 points sur le rôle d’opposition du parti. La qualité des dirigeants a pris 9 points, même chose sur le fait de porter un projet. Sur la proximité on est seulement à 4 points supplémentaires.

 

Comment a évolué l’adhésion des sympathisants UMP à ces 4 points ? Quel parallèle peut-on établir avec l’opinion des Français interrogés ?

Sur ce que disent les sympathisants de l’UMP, bien évidemment les scores sont bien plus élevés. Les évolutions sont intéressantes et les mouvements ne sont pas forcément le reflet de ce que l’on constate avec l’ensemble de la population.

Sur la capacité à s’opposer au gouvernement, on est à 68% dans l’électorat UMP, ce qui est nettement supérieur à ce que l’on constate chez l’ensemble des Français. Il s’agit du plus haut niveau depuis 2012. Sarkozy est bien jugé à travers ces 68%. C’est bien plus haut que la moyenne nationale. Mais encore 1/3 de l’électorat UMP considère que son parti ne « cogne » pas assez sur le gouvernement. Cela montre le caractère très remonté de cette base UMP. D’ailleurs la popularité de François Hollande au sein de cet électorat doit tourner autour de 5-6%. Même s’ils ont constaté un changement de ton, 1/3d’entre eux donc estime que l’on pourrait être plus pugnace. Sur la qualité des dirigeants, on avait perdu 10 points entre août et novembre 2012 suite à l’affaire Copé Fillon. Cette baisse n’était pas très significative, par contre celle qui a suivi était très violente : on est passé de 76 à 62 points après l’affaire Bygmalion. En 2 ans on avait perdu 24 points sur cette dimension. La 2ème chute était plus brutale car il y avait à la fois le scandale financier et aussi l’effet ras-le-bol dû à une accumulation : l’incapacité à faire émerger un leader, des affaires de malversations financières etc. La coupe était pleine.

Depuis un an on a repris 22 points sur cette dimension, revenant quasiment au niveau d’aout 2012. Sur la capacité à porter le projet, l’affaire Copé n’a pas eu d’incidence là-dessus, comme on avait pu le souligner pour l’ensemble des Français. En revanche, après les scandales financiers et le trouble suscité par les européennes, ça avait chuté de 30 points. Soit une vraie crise de sens, d’orientation, l’UMP ne se regardait plus que le nombril… Le jugement était très sévère.

En un an 25 points ont été repris, on revient presque au niveau de 2012. Une remontée de 21 points aussi sur la proximité aux Français qui n’avait pas cessé de chuter avec là aussi l’effet cumulatif. La dimension de proximité est centrale, elle demeure à travailler.

 

Si l’on veut porter un jugement global, hormis sur cette dimension de proximité, on se rend compte qu’auprès des sympathisants UMP l’image de leur partie est identique voire meilleure à celle d’août 2012. L’image du parti n’est pas si abîmée pour les sympathisants. Le vrai défaut reste celui de la proximité.

 

Méthodologie

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 31/05/2015 - 16:09
Ce n'est pas qu'avec les sympathisants qu'on gagne une élection
Ce qui est intéressant n'est pas de savoir ce que pensent les sympathisants, mais s'ils sont plus ou moins nombreux qu'avant; autre sondage à faire : que pensent les non-sympathisants susceptibles de voter pour un candidat UMP (pardon ... Républicains) ?
vangog
- 31/05/2015 - 12:54
Les sondages ont remplacé les projets...en France gauchiste!
Normal, car il faut bien mériter les subventions des médias...