En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 12 heures 13 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 14 heures 4 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 17 heures 48 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 19 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 20 heures 49 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 21 heures 24 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 13 heures 18 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 14 heures 35 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 16 heures 37 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 17 heures 30 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 21 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Ubuesque

Le FMI nie soudainement toute sous-évaluation du yuan contre le dollar quand il la chiffrait encore à 44 % en juillet 2014.

Publié le 30 mai 2015
Dans l'opposition entre les Etats-Unis et la Chine, Pékin vient de marquer un point en rangeant de son côté le FMI, de façon surprenante, dans le dossier brulant du yuan.
Antoine Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Brunet est économiste et président d’AB Marchés.Il est l'auteur de La visée hégémonique de la Chine (avec Jean-Paul Guichard, L’Harmattan, 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'opposition entre les Etats-Unis et la Chine, Pékin vient de marquer un point en rangeant de son côté le FMI, de façon surprenante, dans le dossier brulant du yuan.

La Parité de Pouvoir d’Achat (P.P.A.) s’emploie à établir le rapport qui est observé entre le niveau général des prix pratiqués dans un pays A exprimés dans sa monnaie A et le niveau général des prix pratiqués dans un pays B exprimés dans sa monnaie B.

S’il n’y avait ni sous-évaluation ni surévaluation de la monnaie A par rapport à la monnaie B, le cours de la monnaie A en la monnaie B devrait se situer au niveau de la PPA entre la monnaie A et la monnaie B.

En pareil cas en effet, le niveau général des prix dans le pays A exprimés dans la monnaie A serait égal au niveau général des prix dans le pays B exprimés en monnaie B puis convertis en monnaie A. En ce cas, le jeu du cours de change ne donnerait un avantage commercial ni au pays A ni au pays B. C’est la raison pour laquelle le chiffre de PPA s’impose quand il s’agit d’établir le niveau auquel devrait s’établir le cours de change pour que les deux monnaies concernées ne soient ni sous évaluées ni surévaluées.

Le point de vue du FMI en juillet 2014

En Juillet 2014, le FMI a repris à son compte les nouvelles données PPA  que la Banque Mondiale venait de réactualiser et de publier : la PPA du dollar en yuan est désormais établie à 3,51 (contre 4,50 antérieurement).

En clair, cela signifiait qu’il faudrait que le cours du dollar fluctue étroitement autour de 3,51 yuan pour conclure à ce que le yuan ne soit ni surévalué ni sous-évalué contre dollar.

Or, alors et maintenant, le dollar en réalité a fluctué et fluctue encore étroitement non pas autour de 3,51 yuan mais bel et bien autour de 6,20 yuan.

Comment un tel écart peut-il se maintenir ? De très longue date et quotidiennement, la banque centrale de Chine (la PBoC) manipule le cours dollar/yuan en vendant à répétition des yuans contre des dollars, ce qui affaiblit artificiellement le yuan et ce qui empêche le cours du dollar de fléchir contre yuan pour s’approcher du cours de 3,51 yuan qui serait équilibrant.

Pourquoi une telle politique de la part de la PBoC ? Parce que Pékin a de longue date opté pour une stratégie mercantiliste et anti-coopérative qui vise à s’octroyer, artificiellement et durablement, un avantage commercial (au détriment des Etats-Unis et des autres pays du monde) par le jeu de la manipulation du cours de change du yuan.

Revenons aux chiffres : le dollar vaut 6,20 yuan sur le marché des changes quand officiellement selon les données validées par le FMI depuis juillet 2014, il devrait valoir seulement 3,51 yuan.

Autres façons de dire la même chose :

  • le yuan vaut 0,161 dollar (0,161 = 1/6,20) quand il devrait en valoir 0,285 (0,285 = 1/3,51) ;
  • le yuan vaut donc en dollar 56% de ce qu’il devrait valoir (0,161/0,285 = 0,56 = 56%) ;
  • le yuan est donc officiellement sous évalué de 44%  contre dollar (44% = 100% - 56%)..

 

Le point de vue du FMI en mai 2015

Moins d’un an plus tard, le 25 mai 2015, le même FMI, par la voix de M. David Lipton, son N°2, vient d’annoncer, à Pékin, au sortir d’une entrevue avec les autorités chinoises  que le yuan n’était plus sous-évalué : « Même si la sous-évaluation du yuan fut par le passé un facteur majeur provoquant de grands déséquilibres, notre conviction est que l’appréciation substantielle globale et en termes réels  qui est intervenue au cours de l’année passée a porté le yuan à un niveau qui n’est plus sous évalué ».

Ahurissant. Au cours des 12 derniers mois, le cours dollar/yuan est resté rigoureusement stable autour de 6,20, la hausse des prix aux Etats-Unis s’inscrivit certes à -0,2% mais celle en Chine n’était guère plus forte et se limitait à 1,5%. Et si dans la même période, le yuan s’est apprécié contre beaucoup de monnaies tierces (l’euro, le yen, le rouble, le dollar australien, le dollar canadien…) le dollar s’est apprécié lui aussi contre elles, exactement dans les mêmes proportions (puisqu’encore une fois, le cours dollar/yuan est resté stable).

Un tournant majeur du FMI  qui est difficile à expliquer

Il n’y a donc absolument aucun facteur tangible pour justifier qu’un yuan qu’on admettait sous évalué de 44% contre dollar il y a un an, ait cessé aujourd’hui d’être sous évalué.

La communication langue de bois adoptée le 25 mai par M. David Lipton ne peut pas masquer ceci : Ou bien le FMI avait tort il y a un an, ou bien il a tort maintenant.

Notre conviction c’est qu’en cette matière, le FMI avait raison il y a un an et qu’aujourd’hui, le FMI nous assène  des affirmations dénuées de toute réalité et de tout fondement.

On ne peut alors que s’interroger face à un comportement aussi énigmatique. Inévitablement vient la question : le pouvoir n’aurait-il pas changé de mains au sein du FMI au cours des 12 derniers mois ? Pékin et ses alliés n’auraient-ils pas désormais obtenu le contrôle au sein d’une institution que l’on croyait encore contrôlée par les Etats-Unis et leurs alliés ?

Cela permettrait en tout cas d’expliquer que, à la grande fureur de la Maison-Blanche, M. Lipton a déclaré que le yuan n’était plus sous-évalué et Me Lagarde que « le débat n’était plus de savoir si le yuan serait inclus dans le DTS mais de savoir quand ». A force d’installer toutes sortes de leviers diplomatiques sur de nombreux pays tiers, Pékin ne se serait-il pas déjà assuré une majorité de voix en sa faveur au sein du FMI ? Le suivi des négociations qui continueront à se dérouler au sein du FMI d’ici fin octobre nous indiquera si, comme on peut le redouter, cette grille de lecture est la bonne.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 31/05/2015 - 09:21
Pour comprendre , il convient de lire...
" Pekin ne se serait-il pas déjà assuré une majorité de voix en sa faveur au F.M.I ? " . Un excercice difficile pour les adeptes du " culte du Chef "..!
vangog
- 31/05/2015 - 04:04
Cette femme est folle!
Et elle va livrer, dans sa folie l'UE au prédateurs chinois, qui guettent toutes nos faiblesses gauchistes...Lagarde en est une!
Anouman
- 30/05/2015 - 23:17
FMI
Comment prendre au sérieux les déclarations d'une organisation dirigée par une incompétente notoire?