En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 11 heures 43 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 15 heures 23 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 20 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 9 heures 34 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 11 heures 11 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 13 heures 37 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 15 heures
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 18 heures 28 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 19 heures 22 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
Des marins de l'armée chinoise.
© Reuters
Des marins de l'armée chinoise.
Petite partie de Risk

Mer de Chine méridionale : l’inquiétant nouveau théâtre des prétentions territoriales chinoises

Publié le 29 mai 2015
Alors qu'un grand sommet de sécurité régionale doit se réunir à Singapour le week-end du 30 et 31 mai, la Chine poursuit sa stratégie d'appropriation et de construction dans les eaux internationales.
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Valérie Niquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Niquet est Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la FRS.  Elle est l'auteure du livre "La puissance chinoise en 100 questions" aux éditions Tallandier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'un grand sommet de sécurité régionale doit se réunir à Singapour le week-end du 30 et 31 mai, la Chine poursuit sa stratégie d'appropriation et de construction dans les eaux internationales.

Atlantico : Construction de ports, de pistes d'atterrissages ou autres infrastructures : la stratégie d'appropriation de terre chinoise continue dans des eaux internationales. Depuis quand date-t-elle ? Comment cette stratégie de grignotage se met-elle en place ?

Valérie Niquet : C'est à partir des années 1970 que la Chine a commencé à affirmer ses revendications dans la zone, et notamment à partir de l'affaiblissement du Vietnam qui était en guerre. Dans les années 1980, la Chine s'empare d'un premier archipel, celui des Îles Paracels, revendiquées par le Vietnam et qu'elle occupe aujourd'hui. Au fur et à mesure du développement de ses capacités navales, qui au début était très limitées, la Chine a étendu ses prises de position en fonction des opportunités en Mer de Chine Méridionale, en saisissant un certain nombre d'îlots qui appartenaient soit au Vietnam, soit au Philippines, dans l'archipel des Spratleys. Depuis la fin des années 2000, la Chine a renforcé considérablement ses revendications et ses avancées. En 2009, elle a notamment commencé à parler de ses intérêts vitaux sur mer -ce qui était nouveau- en multipliant les incidents et les incursions en Mer de Chine méridionale. La cible favorite étant les Philippines et le Vietnam.

Depuis cette année, la Chine a choisi une nouvelle stratégie. Pour essayer de conforter sa présence, elle renforce et multiplie les constructions sur les îlots. Les objectifs sont multiples : accélérer pour marquer son territoire ; renforcer ses revendications en Mer de Chine méridionale ;  et donner aux gardes côtes et aux bateaux de pêche chinois des lieux où relayer la présence chinoise, pour imposer ses positions dans la région.

Jean-Vincent Brisset : Plusieurs choses s'entremêlent actuellement, et certaines d'entre elles sont visibles depuis longtemps. Sur ce qu'elle estime être de son droit, la Chine s'étend et souhaite établir sa souveraineté, avec une vision à long terme. Pour le moment cette volonté est maritime, mais risque de devenir terrestre dans peu de temps car la Chine entretient de vieilles revendications terrestres avec la plupart de ses voisins. Un deuxième élément est la difficulté à laquelle se confronte le Président chinois, Xi Jinping, sur des questions de gouvernance. Pour s'imposer, il recourt à de vieilles techniques qui mêlent nationalisme, lutte contre la corruption et dénonciation de l'ennemi japonais. Ce sont des recettes qui ont toujours marché dans l'Histoire de la Chine, et qui ne datent pas du régime communiste. Enfin, si la volonté de réussir aux yeux du monde les Jeux-Olympiques de 2008 et l'exposition universelle de 2010 pouvaient représenter un frein, la Chine n'a plus de rendez-vous majeur pouvant contraindre une expansion agressive. Un dernier point important est le retour de la fierté chinoise chez la population, avec notamment l'importance des Jeux-Olympiques. Et qui dit fierté dit effacement des humiliations, et notamment des "traités inégaux".

Quels sont les objectifs réels de cette stratégie ?

Valérie Niquet : Le discours chinois mentionne le contrôle de ses routes maritimes, de ses intérêts sur mer, comme la pêche ou les ressources énergétiques (avec beaucoup de doute sur une présence réelle). Voilà pour le discours. Plus fondamentalement, il faut bien comprendre que l'avancée de la Chine sur la Mer, le renforcement des revendications chinoises et la hausse des capacités navales de la Chine ont un objectif essentiel : renforcer le prestige de la Chine et affirmer la puissance du régime au pouvoir. L'objectif premier de cette stratégie est de légitimer le Parti Communiste chinois, notamment depuis l'arrivée de Xi Jinping, qui propose un discours beaucoup plus nationaliste, sur le rêve chinois et la renaissance de la nation chinoise. Les objectifs de politique intérieure sont fondamentaux. Ce n'est pas pour des ressources énergétiques qu'il y a des tensions en Mer de Chine. La tension découle de la volonté du Parti Communiste de trouver de nouvelles sources de légitimité.

Jean-Vincent Brisset : Il y a donc une stratégie externe à long terme et un objectif interne de remobilisation nationale. Actuellement en Chine, les inégalités croissent, et la consommation intérieure n'est pas autant développée qu'on pouvait l'espérer. Le gouvernement tente notamment de combler les potentiels effets déstabilisants de ces inégalités internes par cette stratégie externe, pour légitimer son pouvoir. La Chine s'engage sur des objectifs à sa portée, qui sont en même temps des objectifs à long terme.

Les américains s'agacent de cette stratégie, quelles sont les réponses apportées ? Quels sont les réactions des voisins régionaux ?

Valérie Niquet : La première réponse est diplomatique. Depuis plusieurs années, les pays de l'ASEAN (l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est), riverains de la Mer de Chine, demandent à la Chine de signer un code de conduite, qui gèlerait les revendications des uns des autres (la Chine n'est pas la seule à avoir des prétentions dans cette mer, même si elle reste la seule à revendiquer l'ensemble de la zone). La Chine promet régulièrement de discuter de ce code de conduite, mais n'a jamais accepté de s'engager, jusqu'à maintenant, sur ce code, qui aurait pour objectif de limiter les tensions, en interdisant par exemple la construction de nouvelles pistes d'atterrissage sur certaines îles ou le recours à la force pour régler les litiges régionaux. Les pays de la région, qui étaient plutôt non-interventionnistes et prudents, sont aujourd'hui en forte demande auprès de puissances extérieures à la région, et qui ont la force militaire de contrôler les prétentions chinoises. Les Etats-Unis sont au premier rang, avec leur stratégie de "pivot", qui était notamment une manière de répondre aux inquiétudes des pays de la région. Beaucoup plus récemment, la Chine a fait plusieurs déclarations, en rappelant qu'elle s'opposerait à toutes transgressions dans ces eaux territoriales, autour de ses îlots. Les Américains demandent un point d'arrêt à cette stratégie chinoise, et font exprès de traverser les zones que la Chine revendique comme sienne sans aucun base légale, pour montrer à Pékin que sa stratégie de provocation n'a pas de résultats positifs. La Chine multiplie les avancées avec la "stratégie du salami" : elle coupe en tranche, petit à petit, et multiplie les avancées dans la zone. Mais en cas d'opposition frontale, la marine chinoise n'aurait pas les capacités de s'opposer à la marine américaine ou japonaise. La Chine ne peut avancer que si elle ne rencontre aucune résistance face à elle.

Jean-Vincent Brisset : Ce sont principalement les voisins régionaux qui sont concernés. Les Américains sont une partie de l'équation, mais pas forcément la plus grosse. Les pays les plus directement concernés sont les Philippines et le Vietnam. C'est assez extraordinaire, avec le Vietnam et les Etats-Unis, de voir que des pays qui se sont livrés une guerre dure se réconcilient et s'appellent à une aide mutuelle qui est en train de devenir militaire, contre un adversaire commun.

Il y a une volonté de réponse régionale. Les pays de l'ASEAN ne sont néanmoins pas alignés sur la réponse à apporter. Certains pays, Cambodge et Laos surtout, sont très dépendants de la Chine et "sabotent" toutes les tentatives faites au sein de l'ASEAN pour trouver une position commune, particulièrement l'établissement d'un code de conduite, demandé depuis des années par l'organisation économique.

Jusqu’où peut aller cette expansion chinoise ? Est-ce que l'équilibre actuel entre les deux plus grandes puissances du monde pourrait être menacé par cette nouvelle crise ?

Valérie Niquet : Tout d'abord, rappelons que les puissances ne sont pas équivalentes. La puissance chinoise est encore très loin d'approcher la puissance américaine, y compris d'un point de vue militaire –même si la Chine a fait de gros progrès dans le domaine. Les Chinois, depuis plusieurs années, avancent en évitant une implication américaine. Ces derniers, au-delà du pivot, veulent aujourd'hui donner des signaux forts au chinois, pour mettre un point d'arrêt à cette stratégie.

L'expansion chinoise peut difficilement  aller au-delà de la Mer de Chine. Cette expansion est déjà une avancée considérable par rapport aux décennies précédentes,où elle était beaucoup plus concentrée sur son territoire. Si on laisse la Chine développer ses capacités militaires et cette stratégie sans réagir, elle aura en revanche la tentation d'aller plus loin, et de repousser la présence américaine en Asie au-delà des limites du Pacifique Ouest et de la zone orientale du Pacifique. C'est ce que le Président chinois sous entendait quand il expliquait que le Pacifique était assez grand pour deux grandes puissances, avec l'idée du partage du monde entre Pékin et Washington.

Jean-Vincent Brisset : Les îles Spratleys sont entre le Vietnam, les Philippines et la Malaisie, donc très au Sud. Certaines revendications ont même concerné, il y a vingt ans, les îles Natuna, tenues par l’Indonésie, et donc encore plus au Sud. La Chine justifie sa volonté d'expansion des "souvenirs historiques" très difficiles à fonder. Et tant que la Chine pourra aller plus loin, elle essaiera. Il faut aussi comprendre qu’il y a un profond consensus national pour une domination chinoise régionale, un Empire du Milieu rétabli dans sa gloire et entouré de vassaux obéissants. Par contre, le fait de devenir une puissance mondiale dominatrice ne fait sans doute pas rêver tous les Chinois.

Pour l'équilibre, 40% des routes maritimes commerciales passent par la Mer de Chine du Sud. Une partie du commerce mondial dépend de la stabilité dans cette région. Un conflit dans la zone aurait d’abord des répercussions immédiates sur le commerce international et sur les approvisionnements dans beaucoup de domaines où la Chine, usine du monde, est en position de quasi-monopole. Mais il conduirait aussi, dans le plus long terme, à isoler un pays qui est désormais incontournable dans le concert des nations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 29/05/2015 - 17:33
La Chine a des capitaux énormes, des bouches ..
a nourrir et des besoins en matières premières, c'est bien pour cela qu'elle rachète le monde; des terres en Afrique ou des fermes )ou des propriétés viticoles) en France pour une bouchée de pain pour nourrir ses bientôt 2 milliards d'habitants, s'approprie les terres rares, l'uranium, le pétrole et les sociétés qui lui permettrons de rattraper leur retard technologique comme PSA ( Peugeot, Citroen ), rachats qui lui font gagner une décennie pour leur industrie avant de nous dépasser en travaillant deux fois plus que les français. De plus la Chine dictature atomique s'arme encore et deviendra un redoutable état car le plus puissant et le plus peuplé. Qui pourra s'opposer sérieusement à un tel état même devant ses prétentions territoriales indues?
valencia77
- 29/05/2015 - 16:00
valencia77
2008 financial crisis caused by china?
Middle east fuck up caused by China?

Horrible chinese! They work! A sin for french society. Travail ce ne sera pas drole.
myc11
- 29/05/2015 - 14:58
L'indifférence du monde est inquiétante,
Car le jour où la Chine est capable de contrôler son monde, ce ne sera pas drôle. J'ai lu que dans le nouvel ordre mondial, elle est bien placée.