En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 52 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 54 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 47 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 23 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 22 heures 56 min
© Reuters
Pablo Iglesias (au centre), leader du parti Podemos.
© Reuters
Pablo Iglesias (au centre), leader du parti Podemos.
Victoire à la Pyrrhus

Elections locales en Espagne : (très) courte victoire de la droite et atomisation du pouvoir

Publié le 29 mai 2015
Les Espagnols votaient ce dimanche lors des régionales et des municipales. Le Parti populaire (PP, droite) de Mariano Rajoy reste le premier parti d'Espagne, mais ce scrutin marque la fin du bipartisme qui articule les institutions espagnoles depuis la Transition démocratique (1975-1982). Selon les résultats portant sur 90% des voix, les deux partis qui dominent la vie politique, PP et Parti socialiste (PSOE), ne réuniraient que 52% des voix, contre 65% en 2011.
Juan Pedro Quiñonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Auteur d'une vingtaine de livres.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Juan Pedro Quiñonero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Juan Pedro Quiñonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Auteur d'une vingtaine de livres.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Espagnols votaient ce dimanche lors des régionales et des municipales. Le Parti populaire (PP, droite) de Mariano Rajoy reste le premier parti d'Espagne, mais ce scrutin marque la fin du bipartisme qui articule les institutions espagnoles depuis la Transition démocratique (1975-1982). Selon les résultats portant sur 90% des voix, les deux partis qui dominent la vie politique, PP et Parti socialiste (PSOE), ne réuniraient que 52% des voix, contre 65% en 2011.

Atlantico : Ce dimanche soir, après les premiers résultats partiels des élections régionales et municipales en Espagne, quel portrait dresser de la situation du pays ?

Juan-Pedro Quinonero : En quantité de voix, à presque minuit, la droite (le Parti Populaire, PP) est en train de gagner, d’environ 200.000 à 300.000 voix, par rapport à la gauche socialiste (le PSOE). Le vieux modèle d’opposition droite/gauche est toujours valable. Parallèlement, à Barcelone, il est quasiment sûr que la victoire sera remportée par la gauche de la gauche, les anciens du mouvement des Indignés menée par une femme, Ada Colau, qui a elle-même crée un parti qui n’a qu’une implantation dans la ville. C’est une belle victoire pour elle, mais réduite localement. A Madrid, à l’heure actuelle, la droite et Podemos (gauche de la gauche) sont presque à égalité, la situation est incertaine. Il y a là une très belle percée de Podemos et un coup de semonce très dur contre la droite, qui peut être détiendra toujours Madrid.

D’un point de vue global, on s’aperçoit que l’Espagne devient très difficile à gouverner. Il y a un Etat, la droite y est au pouvoir. Puis, il y a ces 17 autonomies régionales. Au Pays Basque et en Catalogne, les partis nationalistes gouvernent. En Andalousie, la gauche socialiste est en train de gagner. Apparemment, la droite gagnera aujourd’hui 11 ou 12 régions sur 13. Ce sera extrêmement compliqué à gérer, car si même la droite gagne, c’est de façon très juste. Elle devra donc gouverner avec le parti Ciudadanos, "Les citoyens", la droite modérée.

Au niveau européen, ce qui est important, au-delà de la percée de la gauche de la gauche, c’est que l’Espagne sera très difficile à gouverner. A Barcelone, par exemple, la deuxième ville, 7 partis sont présents avec une majorité de la gauche radicale.

Il y aura des élections législatives en fin d’année, et on verra bien ce que cela donnera. Pour l’instant la seule évidence, c’est ce caractère difficilement gouvernable du pays. Il y a une fragmentation globale de tous les partis politiques. Ce système peut sembler dur à comprendre pour les Français.

Les optimistes tablent sur des alliances. Elles sont inévitables dans les régions et les grandes villes, elles donneront lieu à un grand marchandage. Comment négocier ? Cela prendra des jours et des semaines, surtout à Madrid et à Barcelone. C’est une situation qu’on a déjà observé en Andalousie.

Dans les médias français il a beaucoup été question du parti Podemos. Celui-ci était souvent comparé à Syriza en Grèce, que pensez-vous de l'analogie ?

C’est du pipeau cela car les deux n’ont rien à voir. Au niveau global espagnol, Podemos est différent, il n’a pas de tradition communiste comme en Grèce, il est moins à gauche et n’a pas d’importance capitale. Au niveau municipal, le parti fait une belle percée à Madrid, mais c’est tout. Il n’y a pas une grande implantation de Podemos au niveau municipal. Ils sont très loin du pouvoir. En Andalousie ils ont essayé de négocier avec les socialistes, et ces derniers n’ont rien voulu savoir.

L’importance de Podemos dans la gouvernance de l’Espagne est quelque chose à voir dans les prochains mois. Pour l’instant, ils sont surtout dans les médias, mais n’ont pas une assise politique définitive.

Ce scrutin profitera-t-il aux nombreux indépendantistes catalans qui ne cessent de réclamer un référendum d'auto-détermination ?

Pendant les 5 derniers années, les sondages disaient qu’une majorité, courte mais réelle, des Catalans voulaient l’indépendance. Depuis quelques mois, la tendance s’est inversée. Le résultat des élections municipales pourrait avoir une importance dans le processus mais c’est difficile à savoir. Il y aura des élections régionales en Catalogne à la fin du mois de septembre, mais les élections actuelles ne donnent pas un message clair.

A Barcelone même, il y a trois partis nationalistes catalans présents, et ils sont minoritaires par rapport à l’équivalent barcelonais de Podemos. Il y a ensuite un parti de droite traditionnel, un parti de centre-droit, des socialistes, et ceux-ci sont contre l’indépendance. Il y a ensuite trois ou quatre d’extrême-gauche, dont les spectre peut aller de Syriza jusqu’à des thèses d’autonomie ouvrière. Bonjour les dégâts. La seule évidence c’est que les Catalans sont extrêmement divisés et la Catalogne est aussi divisée que l’Espagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires