En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

07.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 1 min 25 sec
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en passant des énergies fossiles

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 4 heures 8 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 12 heures 3 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 13 heures 39 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 16 heures 26 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 17 heures 40 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 20 min 44 sec
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 4 heures 3 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 11 heures 13 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 32 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 20 heures 58 min
Urgences

Quand la misère met à jour l'échec de l'État providence

Publié le 09 novembre 2011
L'Académie catholique de France a consacré un second congrès annuel à la question des pauvretés et aux dispositifs d'urgences que celles-ci appellent. Divers philosophes, économistes, acteurs sociaux, théologiens et artistes dépassent les simples observations et établissent des propositions. Extraits de Pierre Manent.
Normalien, agrégé de Philosophie (Hypokhâgne au Lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse, enseignement de Louis Jugnet), il est depuis 1992 directeur d'études à l'EHESS et aujourd'hui au Centre de recherches politiques Raymond Aron et professeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Manent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Normalien, agrégé de Philosophie (Hypokhâgne au Lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse, enseignement de Louis Jugnet), il est depuis 1992 directeur d'études à l'EHESS et aujourd'hui au Centre de recherches politiques Raymond Aron et professeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Académie catholique de France a consacré un second congrès annuel à la question des pauvretés et aux dispositifs d'urgences que celles-ci appellent. Divers philosophes, économistes, acteurs sociaux, théologiens et artistes dépassent les simples observations et établissent des propositions. Extraits de Pierre Manent.

Étant entendu que la persistance, le retour ou l’accroissement récent de la pauvreté peuvent légitimement inspirer des commentaires de nature ou de registre très divers, je considérerai ici la pauvreté comme un motif ou une occasion de réfléchir sur notre situation politique, sociale et morale.

Persistance, retour, ou accroissement, le phénomène entame profondément, me semble-t-il, la confiance en soi et la légitimité du « progressisme » qui porte et emporte nos sociétés depuis deux siècles, et même depuis quatre siècles, si nous faisons commencer le « projet progressiste » avec le programme de Bacon au début du XVIIe siècle : the relief of man’s estate. Et nous sommes allés, comme on s’en souvient, du relief  de Bacon par l’improvement d’Adam Smith jusqu’à la  freedom from want  de la Charte de l’Atlantique. Ce serait une voie de recherche que de s’interroger sur les conséquences morales et spirituelles de cette nouvelle pauvreté qui nous rappelle brutalement qu’il y a des limites à la transformation de la condition humaine. Il ne serait d’ailleurs ni judicieux ni charitable de faire de cette expérience l’occasion d’une « revanche chrétienne » contre le progressisme moderne dont la pointe la plus active, en tout cas la plus bruyante, est ou a été agressivement antichrétienne. Les chrétiens peuvent se contenter de n’être pas surpris : « Les pauvres, vous les aurez toujours avec vous. » Mais enfin, étant admis que les chrétiens continueront évidemment de lutter contre la pauvreté, nous nous trouvons devant une situation qui change les termes du rapport entre la perspective ou la proposition chrétienne et la société ou la civilisation européenne et occidentale, qui est en train de perdre la foi et l’espérance qui avaient largement remplacé ou recouvert la foi et l’espérance chrétiennes.

En même temps, il y a quelque chose de très surprenant dans cet échec. Après tout, les progrès de la richesse globale de nos pays ont été tels dans la dernière période, en tout cas avant la crise, qu’ils auraient dû permettre l’abolition de la grande pauvreté, d’autant plus que nos sociétés se sont méthodiquement organisées depuis plus d’un demi-siècle pour redistribuer la richesse produite. L’échec du progrès se spécifie alors, se concrétise comme l’échec de l’État providence, forme la plus « avancée » de l’organisation politique et sociale européenne. Une bonne partie de la réflexion occidentale dès les années 1980 a été consacrée à la « crise de l’État-providence » (Rosanvallon, 1981), crise analysée souvent à l’enseigne des « effets pervers », la redistribution décourageant le travail et enfermant les mal lotis dans une « trappe à pauvreté » (Daniel P. Moynihan déjà sur la famille noire aux États-Unis, Philippe Bénéton sur le « fléau du bien » en 1983). Cet argumentaire, qui a inspiré les réformes du Welfare en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni, et qui garde d’ailleurs une pertinence certaine, ne parvient en tout cas pas à rendre compte d’un développement tout aussi frappant que la persistance ou l’accroissement du nombre des pauvres, et qui est la recrudescence des riches, phénomène qui a explosé, comme on dit, dans les dernières années, mais qui se manifesta dès ces années 1980 où l’on commençait à mesurer les limites de la redistribution.

Donc, d’un côté, les nouveaux pauvres ; de l’autre, les nouveaux riches, ou super-riches. Il semble que nous soyons revenus au XIXe siècle, en tout cas avant le déploiement de l’État-providence. Ou du moins, il apparaît que celui-ci « mord » de moins en moins sur cette misère qu’il devait abolir. Quelle est la relation entre les nouveaux pauvres et les nouveaux riches ? C’est ici que les choses deviennent intéressantes. Tous les éléments sont là, semble-t-il, avec cette nouvelle pauvreté et cette nouvelle richesse, pour un nouveau marxisme, en tout cas une nouvelle théorie de la paupérisation et de l’exploitation, les nouveaux riches exploitant les nouveaux pauvres. Or, nous ne voyons rien de tel. Il n’échappe à personne que la gauche est incapable de tirer avantage de ce qui apparaît pourtant comme une crise du capitalisme. Nouveaux pauvres et nouveaux riches ne sont plus liés par le lien de l’exploitation directe (l’extraction de la plus-value sur le lieu du travail), ils sont déliés ou séparés comme sont séparées ce que la critique de gauche, et pas seulement de gauche, appelle la bulle financière d’un côté, l’économie  réelle de l’autre. L’usine où s’opérait l’alchimie de l’exploitation (tu m’as donné ta force de travail et j’en ai fait de l’or) a pour ainsi dire disparu du paysage social, et d’ailleurs du paysage tout court, du moins sous nos climats. Pfuitt ! Et c’est pour cela que la gauche est muette ! Besancenot et Mélenchon peuvent chanter l’Internationale en karaoke, ils ne feront pas réapparaître l’usine, le lieu réel et concret où s’opérait le grand’œuvre de l’extraction de la plus-value qui fascinait tellement Marx.

Mais si la gauche marxiste est coite, la droite libérale n’a pas de quoi triompher. Il était entendu en effet que la réforme du Welfare allait rendre à la production les prisonniers de la trappe à pauvreté et que la diminution des impôts des riches allait libérer le capital pour la rémunération du travail des pauvres, qui donc ne le seraient plus. Ce n’est pas ce que l’on a vu, même si on a cru le voir un moment, en Irlande ou ailleurs.

Bref, ni la compréhension marxiste, ni la compréhension libérale de l’articulation, de l’attache entre le capital et le travail ne semblent désormais plausibles. Ni la théorie de l’exploitation, ni celle de l’allocation optimale des ressources par le marché ne semblent désormais plausibles. Le lien entre le capital et le travail s’est étrangement distendu. Dès lors, le capital ne ressemble plus au capital, le travail ne ressemble plus au travail. Que s’est-il passé ?

Lire la suite de l'article sur Atlantico.fr

___________________________________

Extraits de Pauvreté et urgences sociales, Parole et Silence Editions (octobre 2011)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

07.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aie
- 10/11/2011 - 00:50
Lisons l'histoire m. Manent
la pauvreté a toujours existé et existera toujours.
Même les communismes n'ont pu la bannir sur leur territoire.
Il faut voir l'ex-URSS pour s'en convaincre.
Les petits pays scindés sont riches?
vangog
- 09/11/2011 - 21:28
Est-ce la pauvreté ou le sentiment de la pauvreté qui s'acroit?
Cela eut été une question plus pertinente pour un intellectuel digne de ce nom. Celui qui nous parle d'ailleurs d'échec du progrès", semble déconnecté de la réalité et plus connecté à des arrière-pensées idéologiques surannées. Quand à la "grande pauvreté qui aurait du être abolie" , pourquoi ne rien avoir dit contre la social-démagogie d'autrefois, que tout semble accuser aujourd'hui?
bobocleaner
- 09/11/2011 - 19:31
Quelle bouillie
on titre avec une photo de SDF mais le texte ne nous dit guere ce que c'est que d'être pauvre.

Et dieu c'est que c'est loin d'être évident quand on rentre dans le détail ( pauvreté relative versus aboslue, matérielle versus intelectuelle ,) et quid de la pauvreté importée ???

( les SDF de l'est ce n'est pas une vue de l'esprit)