En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

04.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

07.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Immense tristesse
Kobe Bryant, la légende des Los Angeles Lakers, est décédé à l'âge de 41 dans un crash d'hélicoptère
il y a 6 min 22 sec
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 1 heure 45 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 3 heures 16 min
pépite vidéo > International
Coronavirus
Des étudiantes françaises bloquées par la quarantaine à l'entrée de la ville chinoise de Wuhan
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 48 min 32 sec
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 1 jour 30 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Syriza va-t-elle sortir gagnante du bras-de-fer?
© Reuters
Syriza va-t-elle sortir gagnante du bras-de-fer?
Dette grecque

Sommet de Riga : vers une victoire surprise de la Grèce et de la stratégie Syriza face au reste de l’Europe ?

Publié le 23 mai 2015
Les sommets de la dernière chance s’enchaînent les uns après les autres dans le cadre de la résolution de la crise grecque. Et pour la première fois, une issue favorable semble se dessiner pour les hommes de Syriza.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les sommets de la dernière chance s’enchaînent les uns après les autres dans le cadre de la résolution de la crise grecque. Et pour la première fois, une issue favorable semble se dessiner pour les hommes de Syriza.

Le 25 janvier 2015, les électeurs grecs plaçaient Alexis Tsipras à la tête d’un pays à genoux. Après 5 années d’une dévitalisation économique consécutive aux prescriptions erronées de la Troïka, c’est-à-dire des représentants du FMI, de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne, la résignation de la population l’emportait. Et celle-ci élut les représentants de ce nouveau parti : Syriza, alors chef de file de l’anti-austérité. Au lendemain de ce scrutin, Alexis Tsipras nommait l’économiste bloggeur Yanis Varoufakis au poste clé de ministre des finances, et en charge des négociations européennes. C’est-à-dire de la question de la dette, de l’austérité, et donc, pour ainsi dire, de l’essentiel.

Depuis, 4 mois ont passé, ce qui a été suffisant aux deux hommes pour parvenir à hystériser les discussions feutrées de la zone euro. Une mention spéciale doit être attribuée à Yanis Varoufakis, qui, en se basant sur une diplomatie de le chemise hawaïenne, est parvenu à rendre fou ses homologues de l’Eurogroupe, soit l’ensemble des 18 autres ministres des finances européens. L’allemand Wolfang Schäuble en tête. De son côté, Michel Sapin aura été, au mieux, inexistant sur un dossier pourtant vital. En insistant parfois lourdement sur l’illettrisme économique de ses pairs, Yanis Varoufakis, lui-même économiste, a immédiatement crispé les débats, tout en attirant l’attention bienveillante des médias internationaux, notamment anglo-saxons. Une double peine pour les tenanciers de la zone euro.

L’incompréhension entre des profils si différents ne pouvait être que totale. Entre un ministre non imprégné de culture politique européenne, mais disposant de solides bagages macroéconomiques, et des ministres présentant un profil inverse, le gouffre semble immense. Et Yanis Varoufakis ne va pas se gêner pour mettre rapidement les pieds dans le plat :

"Mes collègues de l’Eurogroupe étaient déconcertés de voir qu’un de leur membre puisse insister pour parler de macroéconomie. Une des grandes ironies de l’Eurogroupe est qu’il n’y a pas de discussion macroéconomique. Tout est basé sur les règles, comme si celles-ci émanaient de Dieu, et comme si elles ne pouvaient pas aller à l’encontre des règles de la macroéconomie. J’ai donc insisté pour parler macroéconomie".

En effet, et dès son arrivée, Yanis Varoufakis a cherché à remettre en cause les règles économiques européennes, et le principe même de l’austérité, qu’il a pu décrire comme du "waterboarding fiscal", en guise d’hommage à certaines techniques de torture aquatique. De l’autre côté, les 18 autres membres de l’Eurogroupe se sont cantonnés au simple respect du cadre établi. Un cadre qui a pourtant été la source du désastre grec. Entre 2007 et 2013, le taux de pauvreté du pays a ainsi progressé de 13.3% à 15.1%, en prenant en compte un revenu moyen qui s’est lui-même effondré. Ce qui signifie qu’en base constante (2005), le taux de pauvreté du pays est passé de 11.4% à 32.3% entre 2007 et 2013. Malgré de tels résultats, relevant plus de la sanction létale que du plan de sauvetage, la remise en question idéologique ne semble toujours pas d’actualité pour les européens. Dans une tribune signée au mois de février, le ministre déclarait :

"Nous sommes également déterminés à ne pas nous laisser traiter comme une colonie fiscale à laquelle certains peuvent imposer comme bon leur semble toutes les souffrances qu’ils jugent nécessaires. Le principe qui demande l’imposition de l’austérité la plus sévère à l’économie la plus déprimée serait ridicule s’il n’était la cause d’autant de souffrance inutile."

Face à de telles humiliations, les membres de l’Eurogroupe vont tenter d’avoir la peau du ministre en cause, et la capitulation grecque. Mais en brandissant maladroitement une menace d’exclusion de la zone euro, si le gouvernement grec ne se conformait pas aux règles du programme préétabli, les européens se sont tirés une balle dans le pied. Car c’est bien la zone euro qui a le plus à perdre d’un tel chantage.  

Un point qui n’a pas échappé à Angela Merkel qui pourrait se trouver contrainte de préparer sa majorité à avaler quelques couleuvres, et soutenir une troisième "dernier" plan d’aide provisoire à la Grèce. Ce qui était l’enjeu de la rencontre de Riga, le 21 mai au soir, entre François Hollande, Angela Merkel, et Alexis Tsipras.

Par contre, de son côté, le parti Syriza joue le mur, et n’a toujours rien cédé sur ce qu’il considérait comme non négociable. Ainsi, selon Bloomberg, les européens auraient revu leurs prétentions réformatrices à la baisse pour obtenir un accord, éviter le défaut de paiement et donc le pire, en laissant au passage les deux tiers du programme de départ qui seraient d’ores et déjà passés aux oubliettes.

En cas d’issue favorable, Syriza pourrait alors compter sur deux moteurs économiques. D’une part, l’étau de l’austérité et la pression déflationniste seraient largement amoindries par l’abandon des réformes les plus dures. D’autre part, et depuis que la macroéconomie européenne a été enfin remaniée par la mise en place d’un plan de relance monétaire de grande ampleur, soit plus de 1000 milliards d’euros, l’ensemble de l’activité européenne semble bien reprendre pieds.

Si l’économie grecque a largement souffert des menaces qui pèsent sur elle depuis le début de l’année, un accord trouvé au cours des prochains jours, une assurance de rester au sein de la zone euro sans avoir à imposer une austérité maximale à sa population, représenterait enfin un espoir pour le pays. Un espoir que Syriza devra honorer en frappant au cœur de la corruption, de l’évasion fiscale, et des inégalités grecques. Et se montrer ainsi à la hauteur des enjeux.

Mais avant même une telle résolution, et malgré les critiques les plus virulentes, les insultes et le mépris, les hommes de Syriza ont déjà mis un grand coup de frein aux certitudes européennes. En 2012, François Hollande voulait "réorienter" l’Europe mais avait immédiatement cédé en signant le pacte de stabilité européen. En 2015, et malgré une main à priori très faible, Alexis Tsipras et Yanis Varoufakis, n’ont, pour le moment, jamais baissé les yeux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

04.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

07.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 24/05/2015 - 08:09
@ganesta , félicitations vous êtes sensationnel ..!.
Il suffit de vous mettre un navet devant les œillères...pour vous faire avancer..... et même que vous fournissez le bâton ....attention, votre crédibilité en économie risque dent souffrir ... (avec ou sans.. )
elvin
- 23/05/2015 - 16:04
Economistes et politiques
Ne nous y trompons pas : la plupart des gens et surtout les politiques, commencent par avoir des opinions politiques bien arrêtées, et ils puisent ensuite dans le fatras des "théories économiques" celles qui conviennent le mieux à leurs opinions politiques. C'est comme ça que les élucubrations de Keynes ont fini par devenir le credo des politiques. Keynes lui-même était d'ailleurs trop intelligent pour croire à ses propres théories, et assez opportuniste et cynique pour en changer le moment venu. On ne saurait en dire autant de Nicolas Goetzmann, qui serait plus à sa place à Libération ou à Alternatives Economiques qu'à Atlantico. Varoufakis, je ne sais pas . J'aurais tendance à le ranger plutôt parmi les cyniques, qui mettent en avant les théories qui les arrangent. sur le moment. En un sens, son cas serait moins grave que celui de NG, sauf que là où il est, il a la possibilité de faire beaucoup plus de dégâts...
Frédéric Bastiat
- 23/05/2015 - 10:22
Qu'ils sont drôles ces économistes en chambre
Pas de tickets de caisse, pas de factures, faux aveugles pensionnés, copinage et népotisme pour le recrutement des fonctionnaires qu’on n’arrive même pas à rencontrer pour le bakchich des autorisations administratives puisqu’ils ont un vrai métier dans le privé. Ça c’est la Grèce.
Il est vrai que Keynes, le papa de la macroéconomie, recommandait de cacher de l’argent dans des bouteilles enterrées et de payer des mineurs pour aller les déterrer. Selon Keynes, le miracle est que l’argent donné à et dépensé par les mineurs se multiplie pour relancer l’économie.
Il y a même un économiste loufoque, Haavelmo, qui a tout de même eu un prix Nobel (ils finissent tous par l’avoir de Friedman à Krugman) qui a formalisé : par le miracle du multiplicateur plus l’état dépense surtout pour des conneries, plus la nation s’enrichit, c’est la leçon de la macroéconomie que rappelle Varoufakis.
Le malheur est que ce multiplicateur que les économistes en chambre estiment souvent à 2 ne se manifeste pas et que ces salauds d’Allemands qui ont bien compris que c’est eux qui devront payer renâclent à voir les Grecs partir en retraite à 60 ans quand eux ont accepté de partir à 67 ans.