En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 24 min 20 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 13 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 42 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 9 sec
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 20 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 48 min 29 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 58 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 19 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 43 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 55 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 50 sec
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 1 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 33 min
© Reuters
"Forget me not" est un jeu vidéo qui a pour ambition de mettre les joueurs à la place de malades d'Alzheimer.
© Reuters
"Forget me not" est un jeu vidéo qui a pour ambition de mettre les joueurs à la place de malades d'Alzheimer.
Voyage dans la mémoire

Le jeu qui vous mettait dans la peau d’un malade d’Alzheimer et ce qu’il oublie de vous dire

Publié le 02 juin 2015
Alzheimer est une maladie dont on parle beaucoup mais que l'on voit toujours sous un mauvais angle. De nouvelles technologies pourraient être mises au profit d'une vaste campagne de sensibilisation, plus positive. Le jeu vidéo "Forget me not" va dans ce sens.
Philippe Hedin est le directeur de La vie à domicile, une association d'aide aux personnes dépendantes où il travaille depuis 25 ans.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Hedin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Hedin est le directeur de La vie à domicile, une association d'aide aux personnes dépendantes où il travaille depuis 25 ans.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alzheimer est une maladie dont on parle beaucoup mais que l'on voit toujours sous un mauvais angle. De nouvelles technologies pourraient être mises au profit d'une vaste campagne de sensibilisation, plus positive. Le jeu vidéo "Forget me not" va dans ce sens.

Atlantico : "Forget me not" est un jeu vidéo qui a pour ambition de mettre les joueurs à la place de malades d'Alzheimer. Quelle peut être la démarche ses créateurs ? Peut-on parler d'une ambition positive ?

Philippe Hedin : “Forget me not” a tendance à aborder la maladie sur un mode catastrophique, il contribue à amplifier le sentiment de peur qui est souvent rattaché à Alzheimer. Ce type de démarche peut partir d’une bonne intention mais ici, c’est très maladroit.

Le jeux, malgré sa démarche positive d’origine, appuie sur l’angle négatif de la maladie. C’est important de familiariser les individus à ce que peut être cette maladie, essayer de maintenir une image positive des relations que l’on peut entretenir avec les malades. Il est important de les présenter sous un bon angle, de montrer que l’on peut encore communiquer, faire des choses et avoir du plaisir avec une personne atteinte de cette maladie. Il ne faut pas réduire un malade uniquement à sa maladie.

Le jeux vidéo nous met dans des situations très dures. Est-ce une vision proche de la réalité de ce que peut être la maladie d'Alzheimer et de ce que peut ressentir une personne atteinte de cette maladie?

Je pense que l’on ne peut pas savoir ce que ressent quelqu’un atteint d’Alzheimer, on sait seulement qu’il souffre lorsqu’il est en difficulté. Lorsqu’il n’est plus en difficulté, dans une relation positive, il se sent immédiatement mieux. Les mettre en échec, c’est appuyer sur les mauvais côtés de la maladie, sur tout ce que la maladie peut amener de négatif chez le patient. Alors qu’appuyer sur le positif, permet de rendre la relation avec lui plus positive. Il faut aussi mettre en lumière l’importance de l’entourage qui est lui même mis en difficulté.

Quel peut-être l'impact d'un tel jeux, à la fois sur ses joueurs et sur les malades ?

Non, l’impact du jeux sur la société aurait plutôt tendance à être catastrophique ou voyeuriste avec ce jeux, on “joue à Alzheimer”. Il paraît peu probable qu’il conduise à une meilleure intégration et à plus de tolérance envers les malades.

En ce qui concerne les joueurs, le jeux fait peur à cause de son ambiance anxiogène. Au lieu de donner une meilleure appréciation de la maladie, le jeux appuie sur la dimension inquiétante de la maladie. Or, cette maladie fait déjà peur, cela ne peut donc rien augurer de bon. Il vaut mieux montrer que vivre avec cette maladie est possible et que la vie d’un malade n’est pas construite que de mauvais moments.

Utiliser ce type de support pour parler d'une maladie aussi grave et répandue peut surprendre. Ce processus peut-il amener à montrer la maladie telle qu'elle est sans stéréotype ? Peut-on espérer une prise de conscience globale ?

Il peut y avoir des jeux et outils numériques avec un traitement positif des maladies, qui peuvent aider les malades et leur entourage. Par exemple, KODRO (outil numérique) qui a été créé directement pour les malades d’Alzheimer. Cet outil est à leur disposition, c’est un moyen de leur faciliter la vie. Il cible leurs centre d’intérêts, met les malades en situation de réussite et leur permet de lire la presse, de se renseigner sur les domaines qui les intéresse.

Il existe aussi des films, tels que “Flor” qui commence en montrant la maladie dans sa dimension catastrophique et qui va suivre la progression d’une malade. Au début, le fim s’attardre sur sa souffrance, puis en travaillant sur ses possibilités, on la voit s’en “sortir” petit à petit. Le film finit sur une vue de la malade nageant : on peut donc vivre avec la maladie. En aidant les malades, en étant à leur écoute, on peut leur rendre la vie plus facile et leur rendre des moments positifs.

Travailler sur ces outils peut aider. Ces maladies amènent à des absences de communications, ces outils numériques peuvent donc amener à avoir du plaisir avec la personne. C’est un moyen de mieux les aborder, de les mettre en situation de communication. C’est ainsi globalement, si ces moyens sont bien utilisés et bien exploités, un façon de rendre la vie des malades plus “agréable”. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 02/06/2015 - 09:35
Débile..
pour connaitre de très près cette maladie en faire un jeu est indécent... comme si les malades pouvaient jouer.....
pendant quelques mois peut être... et encore...