En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 56 min 24 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 2 heures 34 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 3 heures 8 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 4 heures 18 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 4 heures 49 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 21 heures 5 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 23 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 23 heures 48 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 4 heures 24 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 18 heures 45 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 22 heures 3 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 23 heures 32 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 1 jour 46 min
© Reuters
"Forget me not" est un jeu vidéo qui a pour ambition de mettre les joueurs à la place de malades d'Alzheimer.
© Reuters
"Forget me not" est un jeu vidéo qui a pour ambition de mettre les joueurs à la place de malades d'Alzheimer.
Voyage dans la mémoire

Le jeu qui vous mettait dans la peau d’un malade d’Alzheimer et ce qu’il oublie de vous dire

Publié le 02 juin 2015
Alzheimer est une maladie dont on parle beaucoup mais que l'on voit toujours sous un mauvais angle. De nouvelles technologies pourraient être mises au profit d'une vaste campagne de sensibilisation, plus positive. Le jeu vidéo "Forget me not" va dans ce sens.
Philippe Hedin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Hedin est le directeur de La vie à domicile, une association d'aide aux personnes dépendantes où il travaille depuis 25 ans.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alzheimer est une maladie dont on parle beaucoup mais que l'on voit toujours sous un mauvais angle. De nouvelles technologies pourraient être mises au profit d'une vaste campagne de sensibilisation, plus positive. Le jeu vidéo "Forget me not" va dans ce sens.

Atlantico : "Forget me not" est un jeu vidéo qui a pour ambition de mettre les joueurs à la place de malades d'Alzheimer. Quelle peut être la démarche ses créateurs ? Peut-on parler d'une ambition positive ?

Philippe Hedin : “Forget me not” a tendance à aborder la maladie sur un mode catastrophique, il contribue à amplifier le sentiment de peur qui est souvent rattaché à Alzheimer. Ce type de démarche peut partir d’une bonne intention mais ici, c’est très maladroit.

Le jeux, malgré sa démarche positive d’origine, appuie sur l’angle négatif de la maladie. C’est important de familiariser les individus à ce que peut être cette maladie, essayer de maintenir une image positive des relations que l’on peut entretenir avec les malades. Il est important de les présenter sous un bon angle, de montrer que l’on peut encore communiquer, faire des choses et avoir du plaisir avec une personne atteinte de cette maladie. Il ne faut pas réduire un malade uniquement à sa maladie.

Le jeux vidéo nous met dans des situations très dures. Est-ce une vision proche de la réalité de ce que peut être la maladie d'Alzheimer et de ce que peut ressentir une personne atteinte de cette maladie?

Je pense que l’on ne peut pas savoir ce que ressent quelqu’un atteint d’Alzheimer, on sait seulement qu’il souffre lorsqu’il est en difficulté. Lorsqu’il n’est plus en difficulté, dans une relation positive, il se sent immédiatement mieux. Les mettre en échec, c’est appuyer sur les mauvais côtés de la maladie, sur tout ce que la maladie peut amener de négatif chez le patient. Alors qu’appuyer sur le positif, permet de rendre la relation avec lui plus positive. Il faut aussi mettre en lumière l’importance de l’entourage qui est lui même mis en difficulté.

Quel peut-être l'impact d'un tel jeux, à la fois sur ses joueurs et sur les malades ?

Non, l’impact du jeux sur la société aurait plutôt tendance à être catastrophique ou voyeuriste avec ce jeux, on “joue à Alzheimer”. Il paraît peu probable qu’il conduise à une meilleure intégration et à plus de tolérance envers les malades.

En ce qui concerne les joueurs, le jeux fait peur à cause de son ambiance anxiogène. Au lieu de donner une meilleure appréciation de la maladie, le jeux appuie sur la dimension inquiétante de la maladie. Or, cette maladie fait déjà peur, cela ne peut donc rien augurer de bon. Il vaut mieux montrer que vivre avec cette maladie est possible et que la vie d’un malade n’est pas construite que de mauvais moments.

Utiliser ce type de support pour parler d'une maladie aussi grave et répandue peut surprendre. Ce processus peut-il amener à montrer la maladie telle qu'elle est sans stéréotype ? Peut-on espérer une prise de conscience globale ?

Il peut y avoir des jeux et outils numériques avec un traitement positif des maladies, qui peuvent aider les malades et leur entourage. Par exemple, KODRO (outil numérique) qui a été créé directement pour les malades d’Alzheimer. Cet outil est à leur disposition, c’est un moyen de leur faciliter la vie. Il cible leurs centre d’intérêts, met les malades en situation de réussite et leur permet de lire la presse, de se renseigner sur les domaines qui les intéresse.

Il existe aussi des films, tels que “Flor” qui commence en montrant la maladie dans sa dimension catastrophique et qui va suivre la progression d’une malade. Au début, le fim s’attardre sur sa souffrance, puis en travaillant sur ses possibilités, on la voit s’en “sortir” petit à petit. Le film finit sur une vue de la malade nageant : on peut donc vivre avec la maladie. En aidant les malades, en étant à leur écoute, on peut leur rendre la vie plus facile et leur rendre des moments positifs.

Travailler sur ces outils peut aider. Ces maladies amènent à des absences de communications, ces outils numériques peuvent donc amener à avoir du plaisir avec la personne. C’est un moyen de mieux les aborder, de les mettre en situation de communication. C’est ainsi globalement, si ces moyens sont bien utilisés et bien exploités, un façon de rendre la vie des malades plus “agréable”. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 02/06/2015 - 09:35
Débile..
pour connaitre de très près cette maladie en faire un jeu est indécent... comme si les malades pouvaient jouer.....
pendant quelques mois peut être... et encore...