© Reuters
La ministre de l'Education devrait plutôt s'attaquer à la racine des problèmes du système éducatif français.
Tribune
L’inutile réforme du collège
Publié le 15 mai 2015
Actuellement sous le feu de nombreuses critiques, la réforme des collèges, portée par la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et adoptée par le Conseil supérieur de l'éducation, devrait être appliquée dès la rentrée 2016. Mais plutôt que de déstructurer cette étape intermédiaire du parcours scolaire de l'enfant, la ministre devrait plutôt s'attaquer à la racine des problèmes du système éducatif français.
Pierre Haas, après avoir servi comme officier dans les Forces françaises libres du Général de Gaulle, a fait carrière de 1950 à 1965 comme directeur général de Continental Grain France, puis à partir de 1963 à la Banque Paribas comme directeur des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Haas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Haas, après avoir servi comme officier dans les Forces françaises libres du Général de Gaulle, a fait carrière de 1950 à 1965 comme directeur général de Continental Grain France, puis à partir de 1963 à la Banque Paribas comme directeur des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Actuellement sous le feu de nombreuses critiques, la réforme des collèges, portée par la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et adoptée par le Conseil supérieur de l'éducation, devrait être appliquée dès la rentrée 2016. Mais plutôt que de déstructurer cette étape intermédiaire du parcours scolaire de l'enfant, la ministre devrait plutôt s'attaquer à la racine des problèmes du système éducatif français.

La multiplicité des critiques de tous bords, le haut degré de confusion suscité par le projet de réforme du collège ne saurait être attribué au seul désir d’obstruction d’une opposition, partie-prenante des maux affligeant notre système scolaire.

 

Dans le cahier du Mardi 12 Mai du quotidien Libération, Laurent Joffrin, peu suspect de "droitisme", écrit dans son éditorial "On doit aussi embaucher une équipe de traducteurs pour mettre en français les écrits du Ministère, rédigés dans un sabir ridicule".

 

On croit rêver. Une école, dont la mission essentielle est l’enseignement du français, mission dont l’accomplissement est rendu plus délicat par la mixité linguistique des élèves du primaire, cherche à accréditer de nouveaux concepts pédagogiques et de nouveaux programmes, en employant un langage incompréhensible pour nos concitoyens. Un défi adressé à la langue, au bon sens et la validité du projet.

 

La transparence de l’action publique, voulue par le Chef du Gouvernement, en étant bafouée, contribue à déconsidérer, un peu plus, un projet dont la cohérence est en question.

 

Dans un domaine aussi sensible que l’école, la réussite d’une réforme est subordonnée à la clarté de son exposition, à l’évidence de son apport d’un supplément d’efficacité à l’enseignement et à sa neutralité idéologique.

 

Aucun de ces facteurs n’est respecté dans la loi en discussion.

 

S’agissant de la clarté, son défaut a déjà été évoqué.

 

Quant à l’efficacité, celle du collège dépend du degré de maitrise de la lecture et de l’écriture des élèves du primaire accédant en 6e. Environ 150.000 d’entre eux, annuellement, c’est notoire, ne répondent pas à ce critère. Leur rejet du système en fait des condamnés à vie à l’alternance chômage - petits boulots -  chômage, ce qui est moralement et humainement inacceptable. En réalité le chiffre est plus large, les petits malins, les plus décidés, en l’absence de vrai contrôle, se glissent dans les interstices.

 

D’où la nécessité, au collège, d’heures d’accompagnement au détriment de celles d’enseignement déjà trop limitées. Ce n’est pas la même chose pour les professeurs d’accompagner leurs élèves dépassés par le programme que de s’employer à pourvoir un enseignement dont la responsabilité appartient au primaire. Toutes les classes sont ainsi tirées vers le bas.

 

Les bons élèves découragés quittent l’enseignement public quand leurs parents disposent de moyens suffisants ou font des sacrifices pour leur offrir l’école privée.

 

Ce constat contraire à l’idéal de justice sociale de la majorité socialiste, dont les enfants sont très présents dans le privé, conduit Joffrin, dans l’éditorial cité plus haut, à écrire "le niveau moyen baisse, non pas à cause d’une moindre réussite des meilleurs, mais parce que les élèves peu performants le sont de moins en moins".

 

Ces observations vont toutes dans le même sens. La réforme prioritaire se situe au niveau de l’école primaire et non à celui du collège. La mise en œuvre d’une méthode de formation à la lecture facilement accessible, peut-être en reprenant la méthode syllabique dont la réussite a été incontestable, correspond à l’urgence de la situation.

 

En l’absence d’un tel revirement, le pourrissement en cours du collège, en se développant, accentuera les défaillances de notre système éducatif constatées par l’OCDE et autres organismes de contrôle.

 

Son incapacité actuelle, à préparer la jeunesse à l’emploi, dans un monde ouvert à la concurrence internationale, en persistant se traduirait par la persistance d’un chômage trop élevé en France et d’une baisse du niveau de vie des Français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
06.
Se lever la nuit pour faire pipi coûte cher à la société
07.
Nuit d'ivresse : Castaner ministre inflexible, Christophe homme flexible (sur les principes); Laeticia Hallyday renfloue ses caisses; Léa Salamé se retire pour Raphaël, Monica Bellucci s'affiche pour Nicolas, Jennifer Lopez passe tout à Alex Rodriguez
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
03.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/05/2015 - 09:58
Et si on revenait à ce qui se faisait, il y a quarante ans?
Avant le socialisme...il faudrait, pour cela, un vaste programme de désintoxication gauchiste de l'enseignement...prenons des conseils chez les socialos, ces spécialistes de la Re-éducation de masse!
cloette
- 16/05/2015 - 08:01
On creuse les inégalités avec le PS
Avec cette réforme , l'excellence sera réservée à ceux qui pourront y échapper grâce à l'école privée , de même que mariage pour tous avec GPA en conséquence réservera aux femmes pauvres le soin d'aider les riches à procréer ( les homos puis les hétérosexuels à plus long terme ) , de même l'immigration incontrôlée videra les pays pauvres de leurs élites pour fournir main d'œuvre aux pays riches , etc etc
AlainAFZ
- 15/05/2015 - 23:18
Une question
Si l'on en croit la presse la réforme du programme d'histoire de France a aussi été bâclée par de pseudo historien. Ont ils été aidés en ceci par valls et najat vallaud belkacem ?