En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

L'opposition turque décapitée par des vidéos sexuelles

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 10 min 20 sec
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 33 min 48 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 50 min 25 sec
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 1 heure 11 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 2 heures 38 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 1 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 14 heures 31 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 17 heures 33 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 min 14 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 35 min 34 sec
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 8 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 53 sec
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 3 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 14 heures 56 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 17 heures 58 min
© Reuters
Le financement de la droite a subi de nombreux changements avec la sélection du candidat par le biais de primaires.
© Reuters
Le financement de la droite a subi de nombreux changements avec la sélection du candidat par le biais de primaires.
Course de fonds

Qui finance qui à l’UMP et qui est le mieux placé dans la course aux fonds ?

Publié le 04 mai 2015
Le financement de la droite a subi de nombreux changements avec la sélection du candidat par le biais de primaires. Et si tous les candidats briguent le soutien des grands patrons, des expatriés ou des fortunes françaises, les petites souscriptions ont pris une place essentielle pour l'UMP depuis le "sarkhoton".
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Carine Bécard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Bécard est journaliste politique à France Inter.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le financement de la droite a subi de nombreux changements avec la sélection du candidat par le biais de primaires. Et si tous les candidats briguent le soutien des grands patrons, des expatriés ou des fortunes françaises, les petites souscriptions ont pris une place essentielle pour l'UMP depuis le "sarkhoton".

Atlantico : Dans le but de relancer le "premier cercle", club auxquels appartenaient les donateurs les plus généreux de l'UMP, ces derniers ont été conviés lundi 4 mai au siège de l'UMP pour une rencontre avec Nicolas Sarkozy. Les membres du premier cercle sont-ils toujours acquis à Nicolas Sarkozy comme ce fut le cas par le passé, ou la donne a-t-elle changé ?

Carine Bécard : Les grands donateurs sont aujourd'hui surtout acquis à la droite, qui incarne aujourd'hui le changement. Ils suivront donc le candidat qui pourra faire gagner le camp pour ensuite exprimer leurs idées.

Mais Nicolas Sarkozy a beaucoup déçu parmi le monde de l'entreprise et plus globalement des entrepreneurs. Il est par exemple intéressant de discuter avec Charles Beigbeder qui certes est un proche de Jean-François Copé, et donc pas un sarkozyste pur, mais qui explique clairement que les cinq années que l'ancien président a passé à l'Élysée ont été vaines pour les entreprises. Le lien entre les deux n'est donc aujourd'hui pas des plus simple, en tous cas il est abimé.

Le financement du parti a en revanche changé depuis le "sarkhoton". Si les cadres du partis ont donné plusieurs milliers d'euros, ce qui est toujours bon à prendre, l'UMP a pris conscience du potentiel que les petit donateurs pouvaient représenter. Frédéric Péchenard, directeur général du parti, l'explique d'ailleurs ouvertement. Les souscriptions de 10, 20, 30 euros, parfois réalisées plusieurs fois dans l'année, représentent des sommes dont le parti ne peut pas se passer aujourd'hui.

Nicolas Sarkozy compte donc aujourd'hui davantage sur eux que sur ses très gros soutiens alors que pour la présidentielle de 2007, il est vrai qu'on le voyait surtout aux côtés de personnes influentes, des grands patrons et des grandes fortunes. Cela ne veut pas dire pour autant que cela ne peut pas changer. Mais aujourd'hui, certains patrons préfèrent le programme économique de François Hollande : les cartes sont rebattues.

Jacques Chirac pouvait bénéficier du soutien de nombreuses fortunes, lesquelles ont ensuite appuyé Nicolas Sarkozy par exemple. Qui ces derniers suivent-ils désormais ?

Carine Bécard : On n'a pas le sentiment que les réseaux chiraquiens soient aujourd'hui au service d'Alain Juppé : il n'aurait peut-être pas eu besoin d'organiser dans le cas inverse de soirées de récoltes de fonds en Amérique du Nord. Ce qui est intéressant, c'est qu'Alain Juppé est l'homme de Bordeaux, et qu'à travers sa ville, connue pour le vin, ainsi qu'à travers ses différents mandats au Quai d'Orsay, il a pu rencontrer des gens fortunés du monde entier. Quand il va à l'étranger comme c'est le cas actuellement, il peut jouir d'une bonne notoriété qui lui permette à la fois de récolter des fonds, mais qu'il a également une notoriété à l'étranger, auprès des expatriés alors qu'il fait l'effort de se déplacer. C'est également l'occasion de jouir d'une bonne couverture médiatique à peu de frais, et de faire concurrence à Nicolas Sarkozy qui donne de multiples conférences à l'étranger : Alain Juppé montre par-là qu'il n'est pas le seul à jouir d'une certaine notoriété.

Qu'en est-il de François Fillon, qui a commencé la course aux fonds de longue date ? 

Bruno Jeudy : Ce que l'on observe, c'est qu'alors que François Fillon avait il y a un ou deux ans encore les faveurs des grands patrons, que ce soit avec Marc Ladreit de Lacharrière, ou encore d'Anne Méaux qui détient un carnet d'adresse important auprès des patrons du Cac 40, il est aujourd'hui contesté par Alain Minc qui constitue un allié important d'Alain Juppé auprès de ces derniers. Il lui apporte à la fois ses réseaux et son aide, et s'applique sans doute en coulisse à lisser son programme jugé étatiste. Il peut aussi positiver son positionnement libéral sans doute plus marqué qu'on le dit. 

François Fillon s'active en revanche en coulisse pour profiter du soutien des réseaux chiraquiens. Le match est aujourd'hui installé entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.

Et Bruno Lemaire, qui incarne le "renouveau" de la droite ?

Bruno Jeudy : Plusieurs hommes d'affaire l'aident déjà : il apparaît comme le quadra d'avenir de la droite. Il peut aussi bénéficier des réseaux chiraquiens. François Pinaut a par exemple longtemps été aux côtés de Jacques Chirac. Il y a ensuite les réseaux traditionnels dans le patronat français qui a beaucoup aidé les chiraquiens, lesquels sont aujourd'hui tentés par Alain Juppé ou Bruno Lemaire. Bernard Arnault prend soin quant à lui de ne pas se prononcer.

Carine Bécard : Il est sans doute très soutenu par les militants liés au nouveau souffle qu'il souhaite donner. Ce ne sont pas forcément des grands patrons ou des personnalités influentes, mais plutôt les sympathisants qui ont un sentiment de défiance vis-à-vis des politiques et qui croient en lui car il a la volonté de faire de la politique différemment. Il dit avoir des fonds, d'ailleurs c'est la première possibilité qui est proposée aux visiteurs sur son site. Un bon entourage de fidèles est parfois tout aussi important que des grands donateurs.

Dans ces conditions, qui est le mieux positionné pour la course aux fonds ?

Bruno Jeudy : Si Nicolas Sarkozy peut profiter de son statut de président du parti de droite, François Fillon a quand même commencé il y a longtemps : on peut imaginer qu'à travers sa structure de Force Républicaine, il a pu réussir à récolter des fonds. Bruno Lemaire quant à lui a pu prendre de l'avance. Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand sont dans une situation plus difficile, très bas dans les sondages, et ils s'y prennent tard. Mais celui qui gagnera la primaire de 2016 gagnera par là le statut de favori, et donc attirera à lui les grands donateurs aussi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sandhom
- 05/05/2015 - 09:13
Ah Mr Jeudy...
Devenu le soutien incontestable du candidat de gauche, Juppé...
Si prévisible !