En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Des étudiants universitaires du diplôme "multiculturalisme, laïcité et religion".
Aveuglement

Sid Ahmed Ghlam, étudiant et djihadiste : combien de temps nous faudra-t-il encore pour comprendre que la misère et l’oppression n’expliquent pas les dérives terroristes ?

Publié le 24 avril 2015
En sa qualité d'étudiant en informatique, l'homme arrêté dimanche 19 avril n'avait rien d'une personne issue des couches les plus modestes de la société, sans éducation. Un profil très "classe moyenne", que l'opinion publique a du mal à appréhender.
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En sa qualité d'étudiant en informatique, l'homme arrêté dimanche 19 avril n'avait rien d'une personne issue des couches les plus modestes de la société, sans éducation. Un profil très "classe moyenne", que l'opinion publique a du mal à appréhender.

Atlantico : Pourquoi l'opinion publique française envisage-t-elle encore largement la dérive djihadiste comme étant un problème de nature socio-économique alors que la plupart des jeunes djihadistes français sont issus a minima de la classe moyenne, quand ils ne sont pas étudiants dans de bonnes écoles ?

Bernard Godard : Nous mélangeons les genres en France. Il y a une idée générale selon laquelle certains quartiers dans notre pays souffrent d'un phénomène de "relégation", et que c'est dans ces zones que sont générés tous les problèmes, avec des personnalités qui passeraient assez facilement du trafic de stupéfiants à l'islamisme radical. Or, on découvre qu'il y a des classes moyennes qui sont concernées par le djihad ou l'action terroriste. C'est une réalité qui contredit la pensée commune, qui n'imagine les djihadistes que comme étant issus de ces quartiers en relégation. 

Problème : à cause de cette réalité qui va à l'encontre de l'idée commune, vous avez du mal à trouver des médiateurs sociaux ou des sociologues qui vont vous expliquer les raisons profondes de ce débordement hors des zones de relégation. On en reste donc à l'idée que le djihadisme peut fonctionner comme une sorte d'idéologie, mais l'explication reste un peu légère à mon sens.  

Lire également : Dans la tête des djihadistes : mais que veulent-ils de nous ?

Quel type d'événement pourrait amener à casser cette croyance profonde ? A quel niveau l'opinion publique française pourrait-elle se retourner et aborder le djihadisme sous un autre angle ? 

La France a beaucoup de mal à concevoir l'existence de crimes commis pour des raisons idéologiques. Or, là, nous sommes face à une idéologie construite dans laquelle les gens plongent, ce qui les amène à commettre des attentats. Et même si ce n'est pas définitif comme vision, c'est quelque chose de très ancré. Et nous comprenons mal la radicalisation car nous ne concevons pas que quelqu'un puisse "s'éveiller" à une idéologie nouvelle comme l'islamisme radical. Ce malgré les témoignages qui montrent comment le processus s'effectue, au moins en prison.

A côté de quelles solutions passons-nous ? 

Il est complexe d'imaginer qu'un déclic puisse rapidement se faire. Les médiateurs sociaux qui ont produit des travaux pratiques savent que l'approfondissement des textes sacrés éloigne en général du djihadisme. Toute connaissance, y compris salafiste, est en soi une avancée. Mais il est là difficile de dépasser les blocages sur cette solution. Il faut en tout cas se départir de la pensé selon laquelle toutes ces dérives ont des raisons purement rationnelles. Nous n'avons pas la clef du mécanisme du basculement vers la violence intégrale. La criminologie classique n'a qu'une explication partielle du problème. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Les épargnants français, bipolaires ?

01.

Et le gagnant est...

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 25/04/2015 - 09:16
ne pas prendre comme argent comptant
dit Nivolas V, il a raison . En ces périodes où le pouvoir panique tout est à prendre avec des pincettes
hmrmon
- 24/04/2015 - 21:26
Comprendre la menace islamiste.
Le problème actuel des démocraties, comme le dit l'auteur de cette analyse, c'est qu'elles n'arrivent pas à s'imaginer qu'il puisse exister des gens sensés que leur système ne séduisent pas et qui, au contraire, ne veulent rien de moins, que leur peau! Un peu comme ces jolies femmes qui se pensent tellement sexy, qu'aucun homme ne peut finalement leur résister. De là, cette difficulté à bien saisir la nature du problème, à se traîner les pieds, pour enfin commencer à prendre des moyens un tant soit peu radicaux qui s'attaqueraient aux racines du problème que représente cette religion dans sa version radicale ou même modérée, pour ses fondements. Bref, dit crûment, c'est en gros: continuer sans retenue à nous botter le cul sans nous voir réagir, ou si peu, car un jour, vous verrez la lumière et conviendrez que notre système est le meilleur! Bref, les pauvres, pas sorties du bois!
Gré
- 24/04/2015 - 20:01
de la nécessité d'un peu de logique
"l'approfondissement des textes sacrés éloigne en général du djihadisme".--------------- Cette assertion est aussi grotesque que celle qui fait prévaloir la pauvreté dans le processus de radicalisation. Mais il faudra encore beaucoup de temps pour que les journalistes -qui ne l''ont sans doute jamais ouvert - admettent que le Coran prône la soumission, la conversion ou la mort de tous ceux qui ne sont pas musulmans, et que le djihad - quelle qu'en soit l'expression - en est l'application logique.