En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 29 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 48 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 38 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 16 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 23 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 5 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 23 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 8 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 41 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 15 heures 52 sec
© Reuters
Des étudiants universitaires du diplôme "multiculturalisme, laïcité et religion".
© Reuters
Des étudiants universitaires du diplôme "multiculturalisme, laïcité et religion".
Aveuglement

Sid Ahmed Ghlam, étudiant et djihadiste : combien de temps nous faudra-t-il encore pour comprendre que la misère et l’oppression n’expliquent pas les dérives terroristes ?

Publié le 24 avril 2015
En sa qualité d'étudiant en informatique, l'homme arrêté dimanche 19 avril n'avait rien d'une personne issue des couches les plus modestes de la société, sans éducation. Un profil très "classe moyenne", que l'opinion publique a du mal à appréhender.
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En sa qualité d'étudiant en informatique, l'homme arrêté dimanche 19 avril n'avait rien d'une personne issue des couches les plus modestes de la société, sans éducation. Un profil très "classe moyenne", que l'opinion publique a du mal à appréhender.

Atlantico : Pourquoi l'opinion publique française envisage-t-elle encore largement la dérive djihadiste comme étant un problème de nature socio-économique alors que la plupart des jeunes djihadistes français sont issus a minima de la classe moyenne, quand ils ne sont pas étudiants dans de bonnes écoles ?

Bernard Godard : Nous mélangeons les genres en France. Il y a une idée générale selon laquelle certains quartiers dans notre pays souffrent d'un phénomène de "relégation", et que c'est dans ces zones que sont générés tous les problèmes, avec des personnalités qui passeraient assez facilement du trafic de stupéfiants à l'islamisme radical. Or, on découvre qu'il y a des classes moyennes qui sont concernées par le djihad ou l'action terroriste. C'est une réalité qui contredit la pensée commune, qui n'imagine les djihadistes que comme étant issus de ces quartiers en relégation. 

Problème : à cause de cette réalité qui va à l'encontre de l'idée commune, vous avez du mal à trouver des médiateurs sociaux ou des sociologues qui vont vous expliquer les raisons profondes de ce débordement hors des zones de relégation. On en reste donc à l'idée que le djihadisme peut fonctionner comme une sorte d'idéologie, mais l'explication reste un peu légère à mon sens.  

Lire également : Dans la tête des djihadistes : mais que veulent-ils de nous ?

Quel type d'événement pourrait amener à casser cette croyance profonde ? A quel niveau l'opinion publique française pourrait-elle se retourner et aborder le djihadisme sous un autre angle ? 

La France a beaucoup de mal à concevoir l'existence de crimes commis pour des raisons idéologiques. Or, là, nous sommes face à une idéologie construite dans laquelle les gens plongent, ce qui les amène à commettre des attentats. Et même si ce n'est pas définitif comme vision, c'est quelque chose de très ancré. Et nous comprenons mal la radicalisation car nous ne concevons pas que quelqu'un puisse "s'éveiller" à une idéologie nouvelle comme l'islamisme radical. Ce malgré les témoignages qui montrent comment le processus s'effectue, au moins en prison.

A côté de quelles solutions passons-nous ? 

Il est complexe d'imaginer qu'un déclic puisse rapidement se faire. Les médiateurs sociaux qui ont produit des travaux pratiques savent que l'approfondissement des textes sacrés éloigne en général du djihadisme. Toute connaissance, y compris salafiste, est en soi une avancée. Mais il est là difficile de dépasser les blocages sur cette solution. Il faut en tout cas se départir de la pensé selon laquelle toutes ces dérives ont des raisons purement rationnelles. Nous n'avons pas la clef du mécanisme du basculement vers la violence intégrale. La criminologie classique n'a qu'une explication partielle du problème. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 25/04/2015 - 09:16
ne pas prendre comme argent comptant
dit Nivolas V, il a raison . En ces périodes où le pouvoir panique tout est à prendre avec des pincettes
hmrmon
- 24/04/2015 - 21:26
Comprendre la menace islamiste.
Le problème actuel des démocraties, comme le dit l'auteur de cette analyse, c'est qu'elles n'arrivent pas à s'imaginer qu'il puisse exister des gens sensés que leur système ne séduisent pas et qui, au contraire, ne veulent rien de moins, que leur peau! Un peu comme ces jolies femmes qui se pensent tellement sexy, qu'aucun homme ne peut finalement leur résister. De là, cette difficulté à bien saisir la nature du problème, à se traîner les pieds, pour enfin commencer à prendre des moyens un tant soit peu radicaux qui s'attaqueraient aux racines du problème que représente cette religion dans sa version radicale ou même modérée, pour ses fondements. Bref, dit crûment, c'est en gros: continuer sans retenue à nous botter le cul sans nous voir réagir, ou si peu, car un jour, vous verrez la lumière et conviendrez que notre système est le meilleur! Bref, les pauvres, pas sorties du bois!
Gré
- 24/04/2015 - 20:01
de la nécessité d'un peu de logique
"l'approfondissement des textes sacrés éloigne en général du djihadisme".--------------- Cette assertion est aussi grotesque que celle qui fait prévaloir la pauvreté dans le processus de radicalisation. Mais il faudra encore beaucoup de temps pour que les journalistes -qui ne l''ont sans doute jamais ouvert - admettent que le Coran prône la soumission, la conversion ou la mort de tous ceux qui ne sont pas musulmans, et que le djihad - quelle qu'en soit l'expression - en est l'application logique.