En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 33 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 58 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 18 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 59 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 17 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 23 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 21 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 10 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 5 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Un engouement croissant

Des pâtisseries hype à tous les coins de rue : la France en pleine fièvre aux gâteaux branchés

Publié le 26 avril 2015
Les métiers de la pâtisserie ont le vent en poupe. De nombreux jeunes frappent aux portes des formations menant à ce secteur. Et les écoles voient une vrai changement dans la nature et la motivation des candidats.
Philippe Besin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Besin est le directeur du lycée hôtelier Notre Dame de la Providence à Orchies, dans le Nord.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les métiers de la pâtisserie ont le vent en poupe. De nombreux jeunes frappent aux portes des formations menant à ce secteur. Et les écoles voient une vrai changement dans la nature et la motivation des candidats.

Atlantico : Constatez-vous effectivement, dans votre établissement, un engouement pour les formations menant aux métiers de la pâtisserie ? 

Philippe Besin : Il y a une forte hausse des demandes d'inscription dans la formation de boulangerie-pâtisserie depuis quatre ou cinq ans. Il y notamment une nouvelle tendance : l'inscription dans notre lycée professionnel d'excellents collégiens : plus de 15 de moyenne en classe de troisième, alors que nous étions avant dans le schéma classique où ces élèves allaient dans une formation générale, et que l'on dirigeait vers nous ceux en difficulté. Ces élèves qui ont un niveau élevé vont pouvoir réussir des concours, comme le "meilleur apprenti de France" qui leur ouvrira ensuite d'excellentes portes professionnelles. Le métier est d'ailleurs demandeur de ces profils car c'est un secteur difficile, et les nouveaux venus ont un vrai goût de l'effort.

Pour vous donner une idée en chiffres, nous avons aujourd'hui dans notre formation boulangerie-pâtisserie 72 élèves plus une quinzaine de dossiers en attente. Il y a quelques années encore, nous avions sans trop de soucis un groupe de 36 élèves et là aussi une quinzaine de dossier en attente. On est donc quasiment dans un doublement des effectifs en quatre ans.

De nouveaux profils émergent-ils parmi les les candidats à telles formations ?

Nous avons de plus en plus de demandes "d'adultes". Comme nous sommes un lycée estampillé "Education nationale" nous ne pouvons donner suite à leur demande malheureusement, mais je constate en tout cas les sollicitations. Ce sont surtout des étudiants autour de 23 ans qui veulent se réorienter, et qui veulent rentrer dans un bac professionnel.  

Comment expliquer cet intérêt ? Les émissions culinaires grand public y sont-elles pour quelque chose ?

Effectivement, la télévision y est pour beaucoup. D'ailleurs, c'est le même phénomène en cuisine avec une émission comme "Top Chef" qui a fait grimper nos effectifs, d'ailleurs nous avons maintenant nettement plus de jeunes formés en cuisine qu'en service en salle. Mais il y aussi en pâtisserie cette notion de création et d'art qui attire beaucoup. Nous avons constaté que ce qui attire, c'est aussi la possibilité ressentie par les jeunes de pouvoir monter leur propre affaires, ce qui nous amène à dispenser des cours de gestion pour les préparer à cette éventualité. Mais il ne faut pas occulter non plus un autre avantage plus concret : les débouchés professionnels importants dans la profession.

Quelles sont les nouvelles prtaiques de cette génération au moment d'aborder la vie professionnelle ?

Une de nos anciennes élèves a ouvert sur Lille une pâtisserie qui ne fait que des cupcakes. Mais se focaliser sur un seul produit n'est pas encore un phénomène très courant selon mon expérience. Par contre on voit une volonté des nouveaux venus de travailler sur de la création, des oeuvres originales. La nouvelle génération, depuis trois ou quatre ans, comme je vous l'évoquais a plus envie de monter son affaire. Un élève sur trois environ nous affirme avoir cela comme objectif professionnel. C'est notable, notamment avec ce nouveau phénomène de l'arrivée des "bons" élèves de troisième.

La boulanerie, notamment en zone rurale, est un secteur en crise. La pâtisserie est-elle aussi dans cette situation délicate ?

Le problème de la boulangerie en campagne, c'est surtout la faiblesse de la zone de chalandise. Mais pour une pâtisserie en zone urbaine, les perspectives sont bien meilleures. Et sur la boulangerie-pâtisserie industrielle, il y a de vraies perspectives, peut-être en effet bien meilleure que dans l'artisanat rural qui n'est guère en forme, ce qui n'est pas spécifique à la pâtisserie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 26/04/2015 - 19:39
Beaucoup de jeunes et moins
jeunes prévoient de quitter le pays, afin d'ouvrir leur boutique aux USA, Canada, Australie et ailleurs, sachant très bien qu'ils ont toutes leur chance. Mon gendre tient une boulangerie-pâtisserie depuis 12 ans. Il a calculé sa retraite qui s'élèvera à 350,00 €. Ma fille qui travaille dans une banque, a dû mettre le commerce à son nom, car, employé, il aura une meilleure retraite. Il sont massacrés par l'URSSAF et autres. Alors, tout n'est pas dit dans cet article criblé de faute d'orthographe. Les jeunes sont loin d'être idiots et ne resteront certainement pas en France très longtemps, une fois qu'ils auront gagné en expérience du métier.