En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 4 min 2 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 8 min 38 sec
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 23 min 7 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 52 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 59 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 57 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 46 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 20 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 21 heures 1 sec
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 6 min 26 sec
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 13 min 48 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 14 heures 9 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 49 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 34 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 53 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 34 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 44 min
© Reuters
La gouvernance par sms du président court-circuiterait le prérogatives du Premier ministre Jean-Marc Ayrault.
© Reuters
La gouvernance par sms du président court-circuiterait le prérogatives du Premier ministre Jean-Marc Ayrault.
Gouvernement par texto présidentiel

Quand un Premier ministre reconnaît que le président de la République s’affranchit du respect de la Constitution dans l’indifférence générale

Publié le 15 avril 2015
L'aveu est passé inaperçu. Pourtant dans un reportage diffusé lundi 13 avril sur France 3, l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault reconnaît que François Hollande s'affranchit de la constitution. En cause : la gouvernance par texto qui empêcherait au Premier ministre d'exercer pleinement ses fonctions.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'aveu est passé inaperçu. Pourtant dans un reportage diffusé lundi 13 avril sur France 3, l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault reconnaît que François Hollande s'affranchit de la constitution. En cause : la gouvernance par texto qui empêcherait au Premier ministre d'exercer pleinement ses fonctions.

Atlantico : Dans le reportage "Mon père, ce Ayrault" diffusé lundi 13 avril sur France 3, L'ex-Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault se laisse aller à quelques confidences : “les ministres qui s’adressent directement au Président - je lui ai même dit - par SMS et lui même donnant des consignes à des ministres par dessus la tête du Premier ministre par SMS, je trouve que ça, c’est navrant. Il vaudrait mieux que les choses soient plus claires, que la Constitution soit plus respectée et que le Premier ministre exerce pleinement ses fonctions.” Comment expliquer que personne ne s'offusque quand un ex-Premier ministre reconnaît que le président de la République s'affranchit du respect de la constitution ?

Maxime Tandonnet : Les raisons sont nombreuses. D'abord, sur le plan historique, ce n'est pas une première! Jacques Chirac avait démissionné en août 1976 de son poste de Premier ministre parce qu'il estimait que le président Giscard d'Estaing le privait de ses prérogatives et qu'il n'avait donc plus les moyens de gouverner. Par la suite, pendant cinq ans, à la tête du RPR, il s'est livré à un travail de harcèlement du chef de l'Etat, avant de se présenter contre lui en 1981 et de contribuer fortement à sa défaite... Les bisbilles entre un président et son Premier ministre ou ex-premier ministre n'ont pas cessé d'émailler la vie de la Ve République: Mitterrand/Rocard, Sarkozy/Fillon, etc. Peut-être faut-il voir aussi dans l'indifférence autour de la déclaration de M. Ayrault un phénomène de déja vu et de lassitude.
Le monde politique et médiatique commence aussi sans doute à être saturé des petites phrases et des conflits personnels entre les uns et les autres. En outre, on peut concevoir que face à un François Hollande au fond de l'impopularité, la presse et les médias, dans un réflexe de protection autour de lui, évitent d'en rajouter en mettant en valeur cette accusation de son ancien premier ministre. Enfin, il n'y a pas réellement matière à scandale. La République fonctionne sur des règles de droit et non des rapports de féodalité et d'allégeance personnelle. Rien n'interdit à un ex-Premier ministre d'exprimer son opinion sur la politique et le mode de fonctionnement du chef de l'Etat s'il l'estime nécessaire pour le pays.

 

En quoi Hollande profite de la zone grise constitutionnelle concernant la répartition des rôles entre le Président et le Premier Ministre pour travestir la fonction présidentielle? Quels exemples donner de ces moments où François Hollande outrpasse ce que la constitution lui donne le droit de faire?

L'affaire des SMS en soi me paraît un peu excessive. A toutes les époques de la République française, la IIIe, la IVe, la Ve, il est arrivé que le chef de l'Etat s'adresse directement à ses ministres, les reçoive à l'Elysée, leur téléphone, même souvent, sans passer par le Premier ministre ou le président du Conseil jadis. Le SMS fait partie des modes de communication courants de notre époque et nul ne peut reprocher au président de les utiliser pour échanger avec ses ministres. Tout dépend du contenu de ces SMS. Servent-ils à donner des instructions de fond sur les politiques à mener, en matière économique, sécuritaire, internationale? On peut en douter vu le format du SMS...

Mais au-delà de l'anecdote, cet incident ne fait que souligner l'extraordinaire travestissement des institutions de la Ve République qui est en cours surtout depuis une douzaine d'années.

En principe, selon le texte et l'esprit de la Constitution française, le Président de la République est un arbitre au-dessus des partis, un guide de la France, en charge de son destin, qui fixe un cap et veille à sa sécurité (article 5). Le Premier ministre est lui chef de gouvernement (article 20) en charge de la politique quotidienne, en particulier économique et sociale, dont il assume la responsabilité devant l'Assemblée nationale.

Ce schéma est désormais totalement dépassé. Le président de la République agit comme un chef de gouvernement, en prise avec les détails et événements au jour le jour. D'où la fréquence de ses prises de paroles et interventions à tout propos: "affaire Léonarda", engagements personnels répétés sur le chômage, multiplication des annonces sur le "pacte de responsabilité".  Il devient le véritable chef de la majorité, chef de parti, sort totalement de la logique d'impartialité qui devait être celle de tout chef de l'Etat. Ainsi, il prend la place du Premier ministre, cumule la mission de chef de l'Etat et de chef de gouvernement.

Le quinquennat est en partie responsable de cet état de fait. Le raccourcissement de la durée du mandat a banalisé le statut du président de la République, qui se trouve ainsi en concurrence avec le Premier ministre. Ce dernier ne peut exister qu'à travers une surrenchère dans la communication. Le président devient une sorte de super-député dont la France est la circonscription et qui pense à sa réelection.

Mais le quinquennat n'est pas la seule explication. Ce phénomène s'explique aussi par la montée du narcissisme en politique au détriment de l'intérêt général et du bien commun. Il faut avant tout assurer une réussite personnelle, exister par tous les moyens au détriment de l'équilibre des institutions. Cette pratique a d'ailleurs un impact désastreux: à force de donner l'illusion de la toute puissance solitaire, d'apparaître en permanence et à tout propos, le chef de l'Etat devient responsable de tout et finit par être le bouc-émissaire des frustrations et des malheurs collectifs. D'où son extrême impopularité qui rejaillit sur l'état moral du pays et contribue à la morosité ambiante.

Faut-il parler de viol de la Constitution? Non, car la Constitution n'existe plus vraiment, les rôles respectifs du président, du Premier ministre, des ministres, sont noyés dans une confusion généralisée. La priorité absolue des éventuels futurs dirigeants du pays devrait être de clarifier le partage des pouvoirs et des responsabilités afin de gouverner efficacement le pays. Pour l'instant, l'opposition ne paraît pas avoir conscience de ce défi fondamental.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 15/04/2015 - 18:04
On ne peut plus jamais voir en France
la fonction présidentielle comme auparavant. Le Boutonneux a tout infecté.
assougoudrel
- 15/04/2015 - 17:46
Ce n'est pas le bon titre.
On ne peut pas dire indifférence total, mais silence assourdissant des médias. Si ces derniers faisaient leur travail d'information, les français ne seraient pas indifférents, comme pour beaucoup de choses qu'on leur cache quand c'est la Gauche qui est concernée, mais Anguerrand l'a déjà dit en une phrase.
vangog
- 15/04/2015 - 14:05
On s'en fout, car seul le résultat compte!
...et le résultat était nul pour Ayrault, comme il est nul pour Flamby! Et encore, quand j'écris "nul", c'est pour ne pas écrire "ultra-négatif"...