En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 9 heures 3 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 14 heures 1 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 15 heures 20 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 8 heures 36 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 9 heures 25 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 13 heures 15 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 14 heures 15 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 15 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 15 heures 21 min
Élections législatives

Tunisie : le résultat devrait refléter la moindre participation des jeunes "modernistes"

Publié le 24 octobre 2011
Élections en Tunisie ce dimanche pour désigner l'assemblée constituante. Pour le premier scrutin démocratique de son histoire, le peuple s'est déplacé en masse. Les résultats définitifs devraient être connus mardi.
Karim Douichi est journaliste et analyste politique marocain sur le site maghreb-intelligence. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karim Douichi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karim Douichi est journaliste et analyste politique marocain sur le site maghreb-intelligence. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Élections en Tunisie ce dimanche pour désigner l'assemblée constituante. Pour le premier scrutin démocratique de son histoire, le peuple s'est déplacé en masse. Les résultats définitifs devraient être connus mardi.

Pour le premier scrutin démocratique de son histoire, la Tunisie ne devait pas changer d’habitude de vote. Du temps du dictateur déchu Zine El Abidine Ben Ali, les taux de participation aux différentes élections étaient toujours scotchés aux stratosphériques 90 %. Une manière pour la dictature d’humilier les Tunisiens, qui préféraient bouder les scrutins dominés par le RCD, oppressant parti présidentiel hégémonique. Mais aujourd’hui, l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) annonce un taux de participation de plus de 90 % pour la désignation, totalement démocratique, de la première assemblée constituante en Tunisie. Et ce chiffre, aussi « Benalien » qu’il puisse paraître, montre réellement que le pays est en train de tourner définitivement la page d’une cinquantaine d’années de dictature dont les plus féroces furent les deux décennies vécues sous le clan Ben Ali-Trabelsi.

Plein d’enseignements pourraient donc être tirés de ce premier scrutin démocratique dans la République du jasmin. Au-delà des superlatifs élogieux ressassés tout au long de ce dimanche par les responsables tunisiens, le vote a été indéniablement un succès historique sans commune mesure. Alors que le pays semblait en proie à une certaine désorganisation administrative et à beaucoup de tiraillements entre « modernistes » et « islamistes », les Tunisiens ont globalement voté dans le calme et le respect de la loi. Aucun incident majeur n’a été signalé dans les circonscriptions entre les candidats qui briguaient les sièges de l’assemblée constituante. Et contrairement à la molle campagne d’inscription sur les listes électorales qui laissaient craindre une désaffection des Tunisiens pour la chose politique, le scrutin de dimanche a été une véritable fête. Dès les premières heures du matin, des files interminables attendaient « religieusement » devant les bureaux de vote. A l’ouest de Tunis, dans un bureau installé dans une école de Menouba, plus de 6000 personnes n’ont pas pu s’acquitter de leur devoir citoyen, parce qu’elles ne figuraient pas sur les listes électorales. En effet, seuls 4,15 millions de personnes sur un total de 7,2 millions du corps électoral étaient inscrits. Un casse-tête pour les commissions électorales et les membres des bureaux de vote, qui, n’ayant pas d’instructions précises, ont été obligées de refuser ces électeurs de la dernière heure.

 « Les images atroces de l’exécution de Mouammar Kadhafi m’ont convaincu d’aller voter pour ne pas laisser la révolution tunisienne aux mains des extrémistes. Malheureusement, j’avais négligé de m’inscrire sur les listes électorales », affirme non sans regrets, Amira, jeune cadre dans une entreprise de la capitale. D’après les observateurs, les Tunisiens font le dur apprentissage de la démocratie. Des milliers de jeunes n’avaient pas pris au sérieux les appels lancés par les autorités durant de longues semaines pour l’inscription sur les listes électorales. « La majorité des jeunes pensait que l’essentiel était déjà fait avec le départ de Ben Ali. Ils ont grandi dans un système qui les a tellement mis sous tutelle qu’ils n’ont pas eu pas le réflexe qu’il fallait », explique un membre du FDP-parti de centre-gauche.

Mais quel impact aura ce vote massif sur les résultats de ce scrutin. D’après un ancien dirigeant du RCD dissous après la fuite de Zine El Abidine Ben Ali, ce sont les classes pauvres et moyennes qui se sont significativement inscrites sur les listes électorales. Les jeunes « urbanisés et modernistes » ont un peu boudé le processus. Ceci devrait se répercuter sur les résultats qui devraient tomber, peu à peu, au cour de la journée de lundi. Le parti islamiste Ennahda de Rached Ghannouchi, crédité dans les sondages entre 20 et 25 % des voix se dirigerait, si l’on en croit les observateurs sur place, vers une grande victoire. Les électeurs islamistes sont disciplinés, motivés et mobilisés. Ils devraient donc normalement augmenter leurs chances lors de ce scrutin, puisqu'un taux de participation particulièrement  élevé - sur une masse potentielle d’environ 7 millions et demi, on ne compte que 4 millions de votants effectifs - leur serait profitable. D’ailleurs, les leaders d’Ennahda qui étaient spécialement discrets depuis le 14 janvier dernier, ont musclé leurs discours pendant les derniers jours de la campagne électorale en faisant des appels de pied à leur cœur de cible électorale.

Dès ce mardi, les choses sérieuses vont donc commencer. Les 217 membres de l’Assemblée constituante qui façonnera la deuxième république tunisienne seront connus. Avec des islamistes qui constitueraient, vraisemblablement, la première force politique du pays, la très jeune démocratie tunisienne qui enregistre aujourd’hui un succès éclatant tangue entre une laïcité imposée au lendemain de l’indépendance et une voix turque qui attire énormément la jeunesse tunisienne. La partie risque donc d’être serrée, mais à tous les égards passionnante.        

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Turquie, Tunisie, islamisme
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
toulonrct
- 29/10/2011 - 17:10
pendant ce temps
pendant ce temps en france wilfried devenu chloe se demande s'il peut rester avec sa femme devenue lesbienne et tous les médias sont sur le coup!!!
Carcajou
- 24/10/2011 - 22:20
Enfumage encore
Il est surprenant qu'un responsable politique explique benoitement que la population n'a pas pris conscience de la nécessité de voter pour une élection destinée à déterminer la loi fondamentale du pays.
Surtout quand cette partie de la population est la jeunesse "modernisée" (sic).
Algérie = FIS -- Turquie = AKP -- Tunisie = Ennahda. Libye = Charia comme loi générale.
Point barre mais éloquent.
Chamaco
- 24/10/2011 - 12:33
Gillette et Wilkinson ont perdu...
plutôt que des pourcentages mieux vaudrait parler de chiffres.
-
90% de quoi ? d'inscrits ou d'électeurs potentiels... ça change pas mal la donne non ?
On dirait que la confiance n'est pas encore vraiment revenue pour la moitié des Tunisiens...
-
"une voix turque" ou "une voie turque" choisis ton camp camarade !