En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 1 min 28 sec
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 3 heures 11 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 59 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 29 min 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 3 heures 5 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 4 heures 2 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 9 heures 29 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 22 heures 30 min
© Reuters
L’État islamique a appris des stratégies des pédophiles pour séduire leurs victimes en ligne
© Reuters
L’État islamique a appris des stratégies des pédophiles pour séduire leurs victimes en ligne
Copieur

Ce que l’État islamique a appris des stratégies des pédophiles pour séduire leurs victimes en ligne

Publié le 14 avril 2015
Rassurer, mentir sur ce à quoi ils sont destinés et sur les intentions réelles... les recruteurs de Daesh en savent long sur les procédés qui permettent de s'attirer la confiance de leurs jeunes victimes, lesquels se retrouvent chez les prédateurs pédophiles en ligne.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rassurer, mentir sur ce à quoi ils sont destinés et sur les intentions réelles... les recruteurs de Daesh en savent long sur les procédés qui permettent de s'attirer la confiance de leurs jeunes victimes, lesquels se retrouvent chez les prédateurs pédophiles en ligne.

Atlantico : En quoi les méthodes d'endoctrinement de l'Etat islamique à destination des jeunes sont-elles similaires à celles employées par les pédophiles ? Quels sont les mécanismes utilisés ?

Alain Rodier : Les méthodes de recrutement sont généralement les mêmes, surtout lorsque les "cibles" sont des jeunes, voire très jeunes adolescents. Il convient dans un premier temps de les séduire et de les rassurer. Comme pour les pédophiles, le but ultime des prédateurs salafistes-jihadistes qui approchent un jeune public via le web est d’amener à eux cette "chair fraîche" pour en faire un usage qui, bien sûr, ne peut leur être dévoilé. Donc séduction et mensonge sont les maîtres mots de la démarche de ces prédateurs. La séduction va passer par la mise en exergue de l’ego de la cible, lui expliquant qu’elle a une valeur personnelle qui n’est pas reconnue par sa famille, par l’école, par la société. L’objectif premier est de faire entrer l’intéressé en sécession avec ses parents et ses proches puis en révolte vis-à-vis du "système". Il s’agit d’écarter le petit mouton du troupeau pour ensuite le dévorer tranquillement. Les qualités -vraies ou supposées- de l’individu ciblé seront louées et son interlocuteur -souvent unique car il faut personnaliser les échanges- lui affirmera que lui seul est capable de le comprendre et de l’aider. Ensuite, en ce qui concerne les salafistes-jihadistes, les souffrances des musulmans en général et du peuple syrien en particulier seront mises en avant en expliquant à la cible qu’il est de son devoir de venir en aide à ses "frères" et "sœurs". Cela donne un sens à la vie de ces adolescents -filles et garçons- en mal de repères. A noter que le public visé a été précisément étudié afin d’adopter un langage qu’il comprend et apprécie. Par exemple, les déguisements de Jihad John et autres bourreaux de Daech ne sont pas sans rappeler ceux des super héros de bandes dessinées. Il est symptomatique de voir que le jeune adolescent français de 13 ans qui a assassiné de sang-froid un "espion israélien" était déguisé et armé exactement comme son mentor qui se tenait à ses côtés. Certes, les filles sont moins sensibles à ce type d’argument qui font surtout fantasmer les aspirants "Mad Max". Pour elles, le respect que peut leur apporter la libre pratique de la foi musulmane avec le port de ses symboles les plus intégristes est un argument qui porte. La notion de venir en aide à ceux qui sont martyrisés par d’"horribles dictateurs" est aussi exploitée en leur montrant des vidéos et des photos d’atrocités commises particulièrement sur des femmes et des enfants.

Comment ont-ils réussi à créer une sorte de "jihadimania" auprès de certains adolescents ?

Le jihad est présenté comme la méthode adéquate pour répondre aux aspirations intimes de l’adolescent qui est en train de se construire. Il va se sentir magnifié par cette "sainte mission" (toujours la manipulation qui se sert de l’ego comme levier). Depuis la mort du communisme marxiste, léniniste puis maoïste, la seule idéologie qui permet pour l’instant (1) de se révolter contre l’ordre établi "oppresseur" et "injuste", que ce soit en Occident ou au Proche et Moyen-Orient, est le jihad guerrier (à distinguer du jihad intérieur). Il y a indubitablement un effet de mode et d’entraînement collectif, preuve en est que les volontaires partent souvent à plusieurs. De plus, la terreur inspirée par les salafistes-jihadistes séduit un certain nombre d’esprits faibles qui souhaitent ardemment passer dans le camp de ceux qui font peur.

Comment parviennent-ils à tromper leur vigilance et celle de leur entourage ?

Comme pour les pédophiles, les jihadistes mettent en garde leurs proies des investigations possibles de leurs proches. Ils leur demandent de rester très discrets jusqu’au moment où il pourront enfin atteindre leurs buts, généralement l’obtention d’un billet aller vers l’enfer.

Quelles sont leurs cibles potentielles ? Quel est le profil des jeunes susceptibles d'être séduits par le discours de Daesh ?

Daech a besoin d’approvisionner son "Etat" en nouveaux "citoyens". Les plus jeunes constituent un investissement sur l’avenir car Al-Baghdadi place son combat dans la durée de plusieurs générations. Les mâles fourniront les combattants mais aussi les travailleurs nécessaires à la survie économique de l’EI, les jeunes filles serviront de "repos du guerrier" et de procréatrices des générations suivantes de jihadistes. Inutile de préciser que l’égalité des sexes n’est pas le souci des dirigeants de Daech. Les adolescents vivant en Occident sont particulièrement visés car ils sont naturellement fragiles psychologiquement et peuvent être manipulés relativement facilement. Une fois parvenus à destination, ils sont "éduqués" par des jihadistes plus anciens parlant leur langue. En fait, ils entrent dans un processus qui est destiné à les décérébrer complètement avec des méthodes aussi employées par les sicarios (les tueurs des bandes criminelles sud-américaines). Ils sont amenés à effectuer des choses humiliantes, voire horribles comme de torturer et d’assassiner des prisonniers. Comme leurs papiers d’identité leur sont confisqués à leur arrivée, tout espoir de retour leur est interdit. La plupart deviennent alors de véritables zombies qui n’ont même plus conscience de ce que l’on leur fait faire (d’où de nombreux étrangers transformés en kamikazes).

Comment contrer cette stratégie ?

Il est très difficile de faire entendre raison à des jeunes qui sont en état de révolte vis-à-vis de leurs proches et de la société. Ce n’est pas un fait nouveau, le conflit des générations étant une constante de la nature humaine. Mais il ne faut pas se décourager en démontrant en permanence les mensonges du discours des propagandistes. Mais il importe aussi aux responsables politiques occidentaux qui se livrent à des déclarations tonitruantes sur la situation internationale, d’être conscients des répercussions que peuvent avoir les exagérations de leurs discours simplistes et réducteurs. Ces derniers servent inconsciemment d’alibi aux volontaires jihadistes. Enfin, il faut convaincre ces jeunes que ce qui se déroule aujourd’hui est une guerre interne à l’Islam (2) et qu’il va leur être demandé de nuire, voire de tuer, d’autres musulmans au premier rang desquels sont les chiites suivis des apostats (les sunnites qui ne se reconnaissent pas dans le salafisme-jihadiste). Il est beaucoup fait état de stages de déradicalisation. Cette piste est certainement à explorer tout en sachant que ce n’est pas la panacée. Les camps de rééducation communistes très en vogue dans un passé pas si lointain n’ont pas convaincu grand monde. Plus proches, les périodes de déradicalisation organisées à grands frais par l’Arabie saoudite pour des anciens prisonniers de Guantanamo renvoyés dans le Royaume ont connu de nombreux échecs, nombre de repentis rejoignant ensuite les salafistes-jihadistes. Mais ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il ne faut rien tenter.

(1) Si le salafisme-jihadiste disparaît, le relais sera pris par les courants anarcho-écologico-libertaires violents. Les services de renseignement sentent bien qu’actuellement, cela "démange" les activistes de ces groupuscules de passer à l’action. Mais ils sont freinés par l’impopularité des attentats perpétrés par les salafistes jihadistes.

(2) Ce que les idéologues salafistes-jihadistes qualifient d’"ennemi proche". Bien sûr, après avoir uni par la violence l’ensemble du monde musulman sous leur bannière, ils appellent ensuite à établir le "califat" sur la terre entière, les membres des autres religions et même ceux qui n’en n’ont pas (les ennemis lointains) n’ayant alors que le choix de se convertir ou de mourir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 14/04/2015 - 18:24
trop tard ! :-(
Grillé d'une demi-heure ! ☺